Chapleau, Serge

Serge Chapleau (Montréal, 5 décembre 1945 -). Dernier d'une famille de sept enfants, Serge Chapleau grandit à Montréal dans un quartier populiste, dans la ruelle de la rue Drolet.

Chapleau, Serge

Serge Chapleau (Montréal, 5 décembre 1945 -). Dernier d'une famille de sept enfants, Serge Chapleau grandit à Montréal dans un quartier populiste, dans la ruelle de la rue Drolet. L'humour et l'autodérision deviendront bien vite ses armes de défense, donnant vie à la personnalité mordante de celui qui deviendra tout simplement Chapleau. En 1969, il obtient son diplôme de l'École des beaux-arts de Montréal et en 1972, une caricature du chansonnier Gilles Vigneault qu'il réalisa pour la revue Perspectives lance tout de suite sa carrière avec grand succès.

En 1985, Chapleau entre au quotidien Le Devoir et d'un coup de crayon assez hardi, dessine quotidiennement les faits saillants et les personnages en vedette de l'actualité. Son succès est assuré et sa popularité acerbe lui décerne une place privilégiée dans les milieux médiatiques. En parallèle, Chapleau crée la marionnette Gérard D.Laflaque. Un peu son alter ego, ce personnage haut en couleurs se permet de commenter l'actualité politique dans un discours des plus colorés lors de courtes vignettes présentées à Radio-Canada, Minute et quart. Ce sera en 2004, au grand plaisir du public, que Gérard D. Laflaque revient en ondes à Radio-Canada, dans une émission hebdomadaire Et Dieu créa...Laflaque, présenté en 3D. C'est un succès indéniable qui vaudra à Chapleau en 2005, le prix de la meilleure émission de comédie au renommé Festival international de la télévision de Banff.

En 1993, le premier recueil de ses caricatures de l'année, L'année Chapleau , sera publié, et continuera ainsi année après année.

Le 6 avril 1996, Chapleau succède au célèbre Gérard et entre au quotidien La Presse. Chaque jour, pendant plus de vingt ans, l'actualité trouve son mordant grâce aux coups de crayons et à la vision toute particulière de Chapleau. Certaines de ses caricatures sont des classiques, notamment l'ancien maire de Montréal, Jean DRAPEAU, la politicienne péquiste Louise BEAUDOIN, l'ancien chef du parti libéral, Stéphane DION. Il fera aussi figure de pionnier dans son domaine artistique, en utilisant l'ordinateur pour retravailler ses dessins. En 1997, le musée McCord organise une exposition de ses œuvres en parallèle avec celles de Terry Mosher (Aislin), caricaturiste du journal The Gazette.

Chapleau a reçu en 1997, le premier prix du Concours canadien de journalisme. Cet exploit sera répété quatre autres fois, soit en 1999, 2000, 2002 et 2003.