Destinée manifeste

​L’expression « destinée manifeste » ou « destin manifeste » est apparue en 1845 sous la plume du journaliste new-yorkais John L. O’Sullivan à l’occasion de l’annexion de la république du Texas à l’Union américaine en tant que 28e État.

L’expression « destinée manifeste » ou « destin manifeste » est apparue en 1845 sous la plume du journaliste new-yorkais John L. O’Sullivan à l’occasion de l’annexion de la république du Texas à l’Union américaine en tant que 28e État. La destinée manifeste est devenue une idéologie selon laquelle la Nation américaine se donnait comme mission son expansion sur le continent nord-américain. L’expansionnisme correspondait aux appels des politiques et des citoyens des États-Unis qui revendiquaient les territoires dont le contrôle relevait de la Grande-Bretagne, notamment la Province du Canada (autrefois le Haut-Canada et le Bas-Canada), le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse.

Contexte historique

À la suite de la Révolution américaine (1775-1783), les citoyens américains se méfiaient de la présence britannique en Amérique du Nord. Après la guerre de 1812 (1812-1814), les citoyens discutaient du sort des dernières colonies en Amérique du Nord britannique. Puisque les colonies ne formaient pas une nation unifiée, celles-ci étaient vulnérables à l’agression et l’ingérence américaine. Les partisans du manifeste présumaient que les colonies britanniques pouvaient facilement être assimilées dans le régime américain en matière de gouvernance et d’économie.

Pour ceux qui craignent les envahisseurs du sud, le mouvement expansionniste canadien est envisagé comme une action préventive pour réduire la menace d’annexion des territoires de l’ouest et du nord des deux Canada par les États-Unis. Quoique la Grande-Bretagne ait adopté une politique officielle de neutralité durant la guerre de Sécession (1861-1865), les journaux publiés dans les États de l’Union du Nord proposent que les pertes de territoire dans l’Amérique au sud puissent être contrebalancées par une expansion vers le nord du Canada. Les Nord-Américains réagissent de différentes manières au concept de la destinée manifeste. Certains accueillent les promesses américaines d’émancipation de l’Amérique du Nord britannique, tandis que les fidèles à la Grande-Bretagne maintiennent une tradition d’appui loyaliste à la Couronne, semblable à celle offerte durant la Révolution américaine.

La menace d’invasion économique américaine diminue quelque peu après la Confédération, en 1867, et sous la direction du Parti conservateur fédéral et sir John A. Macdonald, qui a mis en œuvre la Politique nationale, en 1879, pour favoriser les manufacturiers canadiens contre la menace de la concurrence américaine. La Politique nationale soutient les efforts du Canada pour s’étendre vers l’ouest et vers le nord, accompagnés par la progression du Chemin de fer du Canadien Pacifique, et les politiques d’immigration qui encouragent l’établissement dans l’ouest de colons préapprouvés par le gouvernement, en vertu de la Loi des terres du Dominion, de 1872.

Signification

La destinée manifeste soutient le sentiment grandissant d’identité nationale qui culmine lors de la Conférence de Charlottetown, en 1864, dont les efforts visent à unifier les colonies britanniques de l’Amérique du Nord britannique. Puisque l’Empire britannique progresse vers le libre-échange, les dépenses reliées à la protection et l’administration d’un gouvernement colonial en Amérique du Nord deviennent insoutenables pour l’empire vieillissant. L’émergence d’un gouvernement responsable dans les deux Canada, l’abrogation en 1846 des lois sur les céréales et la défaite en 1865 de l’armée confédérée aux États-Unis coïncident avec les souhaits de la Grande-Bretagne de jouer un rôle moindre dans la gouvernance des provinces canadiennes, qui s’orientent vers la Confédération de 1867. En même temps que cette croissance, la destinée manifeste occupe une grande valeur symbolique dans l’imagerie de la conquête et du colonialisme du XIXe siècle en Amérique du Nord. Par conséquent, elle s’intègre dans les efforts de progression vers l’ouest et le nord, la colonisation des provinces des Prairies et l’Arctique, traduisant la détermination d’un désir expansionniste de la part du gouvernement du Canada.

La destinée manifeste illustre la similitude dans l’histoire de la formation du gouvernement du Canada et celle des États-Unis après la colonisation britannique de l’Amérique du Nord. Elle deviendra un thème récurrent dans les efforts pour démarquer les ressemblances et les différences entre les Canadiens et les Américains. Dans les deux exemples nationaux, la poussée vers l’ouest a marqué radicalement les peuples autochtones habitant dans les régions touchées par des tendances expansionnistes semblables. Ceux-ci ont payé le prix de la dislocation forcée de leurs peuples et les effets négatifs à long terme par l’imposition de modèles de gouvernance étrangers sur leur souveraineté politique.