Willie Dunn

William Lawrence « Willie » Dunn (aussi appelé Roha'tiio, qui signifie « sa voix est belle ») musicien et cinéaste (né le 14 août 1941 à Montréal, au Québec ; décédé le 5 août 2013 à Ottawa, en Ontario). Willie Dunn était un musicien folklorique d’origine micmaque et écossaise. Il était également un membre important de l’Indian Film Crew, une unité de production cinématographique entièrement autochtone créée par l’Office national du film en 1968.

William Lawrence « Willie » Dunn (aussi appelé Roha'tiio, qui signifie « sa voix est belle ») musicien et cinéaste (né le 14 août 1941 à Montréal, au Québec ; décédé le 5 août 2013 à Ottawa, en Ontario). Willie Dunn était un musicien folklorique d’origine micmaque et écossaise. Il était également un membre important de l’Indian Film Crew, une unité de production cinématographique entièrement autochtone créée par l’Office national du film en 1968.



Willie Dunn sert dans l’armée de 1960 à 1963 et a reçu la médaille des Nations unies pour le Congo. Il rejoint ensuite le festival de musique folklorique de Newport, dans le Rhode Island, où il développe son propre style, puissant et discret, en chantant des chansons de protestation d’un point de vue autochtone. Il s’attire la comparaison à des artistes comme Gordon Lightfoot, Pete Seeger, Leonard Cohen et Buffy Sainte-Marie. Il réalise six albums au Canada, aux États-Unis et en Allemagne, et travaille dans la Compagnie des jeunes Canadiens avec Ernie Benedict à l’Office national du film. (Voir aussi Musique à l’Office national du film du Canada).

À l’ONF, Willie Dunn réalise The Ballad of Crowfoot (1968), le premier film de l’ONF réalisé par un autochtone, sur le chef siksika Isapo-muxika (Crowfoot) ; These Are My People (1969), le premier film de l’ONF réalisé par une équipe entièrement autochtone ; et The Other Side of the Ledger: An Indian View of the Hudson’s Bay Company (1972). (Voir aussi Compagnie de la Baie d’Hudson.)


Willie Dunn écrit et interprète également de la musique pour le cinéma, le théâtre et la radio, en plus de publier plusieurs poèmes et textes de chansons. Sa musique figure dans Incident at Restigouche (1984), un documentaire d’Alanis Obamsawin. En 2005, il est intronisé à l’Allée d’honneur des Autochtones à Edmonton et reçoit un prix pour l’ensemble de ses réalisations aux Canadian Aboriginal Music Awards (aujourd’hui les Indigenous Music Awards).