Éducation musicale - Recherche

Éducation musicale - Recherche. Enquête disciplinaire sur l 'étude et l'enseignement de la musique. Les divers modes d'enquête - descriptif, expérimental, historique ou philosophique - sont, dans une large mesure, déterminés par les méthodologies et les techniques utilisées.

Enquête disciplinaire sur l 'étude et l'enseignement de la musique. Les divers modes d'enquête - descriptif, expérimental, historique ou philosophique - sont, dans une large mesure, déterminés par les méthodologies et les techniques utilisées. Au Canada, les activités de recherche tombent sous deux vastes catégories : 1) les projets menés par des membres de facultés universitaires (départements de musique ou d'éducation) ou d'autres établissements postsecondaires; 2) les mémoires et thèses supervisés entreprises par des étudiants de programmes d'études supérieures. La recherche en éducation musicale, bien qu'encore à ses débuts dans une large mesure, s'est considérablement développée à la fin des années 1970 et 1980. Parallèlement à ces progrès a été la formation du Canadian Music Research Council (CMRC) et l'introduction de programmes d'études supérieures dans plusieurs universités canadiennes, plus particulièrement celles où on exige une thèse pour compléter le grade. Les programmes d'études de troisième cycle en éducation musicale à l'Université McGill, l'Université de l'Alberta, l'Université de Western Ontario et l'Université de Victoria en sont des exemples.

En 1978, le CMRC parraina une session de recherche dans le cadre du 13e congrès de la SIEM tenu à l'Université de Western Ontario. Cette université fut aussi le lieu de plusieurs symposia de recherche en éducation musicale (1976, 1977, 1979 1981) sous la présidence de Harold Fiske; ces symposia attirèrent des érudits canadiens et internationaux et favorisèrent l'interaction à une époque où la recherche en éducation musicale en était à ses débuts au Canada. En 1979, l'Université McGill fut l'hôte d'un symposium sur l'administration et la supervision de la musique à l'école, et en 1988, l'Université Laval parraina un colloque sur la recherche en éducation musicale. La communauté francophone a été bien servie par le périodique Recherche en éducation musicale au Québec, lancé en 1982 sous les auspices de l'école de musique de l'Université Laval; Raymond Ringuette en devint le rédacteur en chef en 1988.

La technologie de l'ordinateur a exercé une forte inflence sur la recherche en éducation musicale. Quelques universités ont mis sur pied des installations spéciales, laboratoires ou instituts : le School Music Research Laboratory de l'Université McGill organisé par Joel Wapnik en 1979, une base de données informatisée des « thèses sur la musique dans les universités canadiennes » développée à l'Université de Western Ontario par George Proctor et J. Paul Green, le Research Laboratory de l'Université de Victoria sous la direction de Dale McIntosh, et le Digital Sound Laboratory de l'Université de Western Ontario créé par Peter Clements et Robert Wood. Le Canadian Music Education Research Centre fut créé à l'Université de Toronto en 1989 avec Lee Bartel comme premier dir.; ses assistants de recherche incluent des membres d'universités à travers le Canada. Le point de mire des activités de recherche demeure cependant les sessions spéciales prenant place à l'intérieur des conférences biennales de l'ACEM. Une bonne part des activités de recherche au sein des musiciens éducateurs du Québec a été générée à l'Université Laval, en grande partie grâce aux efforts de Ringuette.

Les musiciens éducateurs du Canada ont exploré un vaste registre d'intérêts spécialisés, dont la psychologie de la musique, l'histoire de l'éducation musicale au Canada et l'histoire et la littérature des pratiques musicales ou pédagogiques, incluant des études expérimentales en curriculum et en instruction. Fréquemment, la recherche en éducation musicale a été conçue pour tester des méthodes et des matériaux au niveau des classes en marche. Parmi ceux qui ont publié des ouvrages basés sur leurs travaux spécialisés de recherche figurent John Crozier (esthétique expérimentale); Harold Fiske (cognition musicale); Robert Walker, Joel Wapnik et Robert Wood (perception); Margery Vaughan et Ian Bradley (aspects de la créativité); Estelle Jorgensen (supervision et instruction); Barbara Cass-Beggs (chansons folkloriques canadiennes); Raymond Ringuette (musique dans l'éducation du jeune enfant); Diana Brault, J. Paul Green, Dale McIntosh, Campbell Trowsdale, Nancy Vogan et Paul Woodford (histoire de l'éducation musicale). Harold Fiske et Robert Walker ont présenté des communications lors de séminaires de recherche parrainés par la SIEM; l'Université de Victoria a été l'hôte du séminaire tenu en 1984. Fiske fut membre (1986-90) puis prés. (1990-92) de la commission de recherche de la SIEM. Le financement pour la recherche en éducation musicale a été surtout favorisée par les programmes du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Autrement, le financement est venu à la pièce : les universités subventionnent à titre individuel les membres de leurs facultés et plusieurs agences provinciales parrainent des projets éducatifs directement applicables à la pratique éducative. On peut obtenir des renseignements sur les études canadiennes en s'adressant à la Division de la musique de la Bibliothèque nationale du Canada, par l'intermédiaire des index de l'Educational Resources Information Centre (ERIC) à Washington, D.C. (auquel les principales universités ont accès), ainsi qu'au CMRC.

Voir aussi Ethnomusicologie, Musicologie, Musique à l'école, Psychologie de la musique.