MacKenzie, Jane Leslie

Jane Leslie MacKenzie. Soprano (Revelstoke, C.-B., 15 mai 1956). B.Mus. (Victoria) 1978. Élève de Frances James, elle se rendit en Angleterre en 1978 pour étudier avec Morag Noble au TCL.

MacKenzie, Jane Leslie

Jane Leslie MacKenzie. Soprano (Revelstoke, C.-B., 15 mai 1956). B.Mus. (Victoria) 1978. Élève de Frances James, elle se rendit en Angleterre en 1978 pour étudier avec Morag Noble au TCL. Elle remporta un prix à la Kathleen Ferrier Memorial Competition de 1980 et on la recommanda pour chanter devant Elisabeth Schwarzkopf, dans le cadre de ses classes de maître au Festival d'Édimbourg. Nicholas Goldschmidt, qui assista à ses débuts canadiens en 1981 avec l'Orchestre symphonique de Victoria, suggéra qu'elle participe, en 1982, au concours national de chant du Festival du printemps de Guelph, qu'elle remporta. S'étant édifié une réputation lors de concours internationaux, elle chanta avec des compagnies britanniques telles qu'Opera North et le Kent Opera, avant de faire ses débuts à Londres en 1985 en incarnant Marzelline dans Fidelio, avec l'English National Opera. Au Canada, MacKenzie a été soliste dans Solomon de Haendel avec le Choeur Mendelssohn de Toronto (1982), dans Le Messie avec l'Orchestre philharmonique de Calgary et l'Orchestre symphonique de Regina (saison 1983-84) ainsi que dans les Liebeslieder de Brahms au Festival du printemps de Guelph (1983). En 1986, elle revint au pays pour chanter Pamina dans des productions de La Flûte enchantée à Edmonton, Winnipeg et Vancouver, et pour être soliste dans Le Messie au CNA. En 1988, elle tint le rôle de la gouvernante dans The Turn of the Screw pour le Vancouver Opera et retourna au CNA pour chanter Exsultate Jubilate de Mozart avec le Scottish Symphony de la BBC, lors d'une tournée qui inclut des concerts à Sault Sainte Marie et Toronto, au Roy Thomson Hall. En Grande-Bretagne, elle a incarné la comtesse (Les Noces de Figaro), Eurydice (Orphée et Eurydice), Fiordiligi (Così fan tutte), Donna Elvira (Don Giovanni), Micaëla (Carmen), Anne Trulove (The Rake's Progress) et Mimi (La Bohème). MacKenzie possède une voix claire, forte et assurée. Après sa prestation dans Don Giovanni au Kent Opera, le critique Tom Sutcliffe a vu en elle « la découverte du spectacle : une voix attrayante et bien placée, d'une assurance technique totale, sûrement appelée à connaître une grande utilisation, ainsi qu'une présence sur scène attrayante et excellente » (Manchester Guardian, 12 mars 1983).