Orientation professionnelle

La préparation à la vie active constitue l'une des principales responsabilités des écoles, et l'orientation professionnelle est un des moyens d'atteindre ce but.

Orientation professionnelle

La préparation à la vie active constitue l'une des principales responsabilités des écoles, et l'orientation professionnelle est un des moyens d'atteindre ce but. Les conseillers en orientation sont des enseignants spécialisés engagés par les écoles secondaires pour aider les élèves à faire des choix personnels et éducationnels pour préparer leur avenir professionnel.

Ces conseillers offrent parfois des cours d'orientation qui exposent les problèmes du monde du travail. Ils peuvent également, par des évaluations ou par d'autres moyens, aider les élèves à trouver des occupations ou emplois dont les exigences correspondent à leurs compétences. Il leur arrive d'organiser des stages en milieu de travail et de fournir du matériel d'information sur les carrières destiné à l'utilisation en salle de classe. L'idée de l'orientation professionnelle est inspirée des réformes du système éducatif datant du début du XXe siècle. La Loi sur l'enseignement professionnel de l'Ontario de 1921 fut la première loi à prévoir le recrutement de conseillers d'orientation. Peu à peu et dans toutes les provinces, le nombre et le rôle de ces spécialistes prennent de l'ampleur, mais la profession doit attendre les années 60 avant d'être bien établie.

L'orientation professionnelle est sujet à controverse depuis son origine. Nombreux sont ceux qui voudraient que l'école se contente de jouer un rôle purement éducatif. D'autres se demandent quels sont les meilleurs mécanismes pour informer les étudiants sur le marché de l'emploi et les y préparer. Quand le chômage des jeunes est en hausse, certains prétendent que les conseillers d'orientation ne sont pas assez renseignés sur le marché de l'emploi pour être efficaces. Des efforts ont été déployés pour sortir l'orientation professionnelle des écoles et l'intégrer, par exemple, dans les centres d'information sur l'emploi. D'autres ont voulu lui donner plus d'importance en en faisant une matière obligatoire. Au cours des années 90, la plupart des provinces ont privilégié l'expérience de travail et la planification de carrière.

Bien que la profession tire ses origines de la formation professionnelle, les conseillers disposent généralement de plus d'informations sur l'éducation supérieure et les professions libérales / les occupations de cols blancs et ont tendance à orienter les élèves en ce sens. Les préjugés sociaux du système d'orientation et la tendance des conseillers à prodiguer des conseils en fonction du niveau social des élèves sont des sujets de préoccupation. Le système pourrait aussi facilement prêter flanc à la discrimination raciale ou ethnique. Enfin, le fait d'encourager les jeunes femmes à intégrer différents milieux de travail (surtout ceux qui font appel aux mathématiques ou aux sciences) fait peser de lourdes responsabilités sur les épaules des conseillers d'orientation sur le plan de l'équité.


Lecture supplémentaire

  • Al Herman, Guidance in Canadian Schools (1981).