Passe-Partout

Passe-Partout est une série d’émissions de télévision de langue française destinée aux enfants d’âge préscolaire. Elle marque la génération X des années 1970-1980 au Canada, en particulier au Québec. Elle trouve un nouveau public en février 2019, grâce à Télé-Québec qui entreprend de recréer son univers à partir des épisodes emblématiques de l’époque. La musique de Passe-Partout est plusieurs fois récompensée au Gala de l’ADISQ .


Historique

À la fin des années 1960, aux États-Unis, on élabore le programme Head Start destiné aux enfants défavorisés d’âge préscolaire. Le programme offre des services sociaux, éducatifs et de santé afin d’aider ces enfants à bien préparer leur entrée dans la vie scolaire. Un des projets mis en œuvre dans le cadre de ce programme est la série télévisée Sesame Street, laquelle connaît un vif succès auprès des jeunes, des parents et des professionnels de l’éducation.

Inspiré par cette philosophie axée sur la petite enfance, le ministère de l’Éducation du Québec fait appel, à l’automne 1971, au Service général des moyens d’enseignement (SGME) pour concevoir une série télévisuelle à l’intention des enfants d’âge préscolaire dont le contenu serait aussi formateur que créatif. Mais, alors que Sesame Street vise l’acquisition des connaissances, cette série aura des objectifs socioaffectifs.

Le ministère confie alors à Laurent Lachance, chargé de projets au SGME, le mandat de concevoir la série Passe-Partout (qui aura ce titre plus tard dans le processus), à laquelle collaborent ses collègues Louise Poliquin et Carmen Bourrassa. Au début, c’est la société Radio-Québec qui doit assurer la production des 125 épisodes de la série, mais c’est finalement à JPL Productions, une entreprise privée, que l’on confie la tâche. JPL Productions est une filiale de Télé-Métropole, dirigée par l’artiste Jean-Paul Ladouceur, et c’est dans les nouveaux studios G et H (aménagés pour offrir un service technique lors des Jeux olympiques de Montréal en 1976) qu’ont lieu les tournages de Passe-Partout à partir de 1977.

Le premier épisode est diffusé simultanément sur les ondes de Radio-Canada, Radio-Québec et TV Ontario le 15 novembre 1977 devant des milliers de téléspectateurs.

Passe-Partout devient rapidement une émission culte pour la génération X, les enfants d’une époque que l’on surnomme aussi la génération Passe-Partout.


Valeurs véhiculées et personnages

Au départ, la série doit s’appeler Saperlipopette, mais un sous-ministre juge qu’il s’agit là d’un juron et demande d’en changer le titre : ce sera Passe-Partout. Les épisodes comportent trois volets. Le volet des fantaisistes est réalisé par Claude Boucher et Jean-Pierre Licciono. Les personnages en sont Passe-Partout (incarnée par la comédienne Marie Eykel), Passe-Montagne (incarné par le comédien Jacques L’Heureux) et Passe-Carreau (incarnée par la comédienne Claire Pimparé). Le deuxième volet, celui des marionnettes, est réalisé par François Côté tandis que le troisième, réalisé par Yves Michon, montre le quotidien des enfants dans des scènes filmées à l’intérieur et à l’extérieur.

Passe-Partout

Crédit photo: Passe-Partout/Télé-Québec. Claire Pimparé (Passe-Carreau) Jacques L'Heureux (Passe-Montagne) et Marie Eykel (Passe-Partout). 

Tout au long du processus d’écriture, les scénaristes Michèle Poirier, Bernard Tanguay et Ronald Prégent s’inspirent de leur vie familiale, des problèmes qu’ils rencontrent comme parents ou font appel à des pédagogues pour aborder des sujets plus pointus afin d’aider l’enfant dans son développement. Le leitmotiv, qui s’inscrit de façon quasi inconsciente chez l’enfant, véhicule deux messages prépondérants : « Dis-le! » et « Fais-le! ».

Créées par Pierre Régimbald et Nicole Lapointe, les marionnettes Cannelle, Pruneau, Perlin, Perline ou encore le zèbre Alakazou s’adressent en général directement à l’enfant tout comme les fantaisistes qui l’aident à acquérir des aptitudes spécifiques.

En effet, à chaque émission, Passe-Partout raconte une situation qui la touche et qui est parfois intense, parfois dramatique, puis elle relativise son expérience et parvient de cette façon à s’apaiser avec douceur. Ces histoires visent à apprendre à l’enfant à verbaliser ses propres émotions et ainsi mieux se connaître.

Passe-Carreau est considérée comme le personnage réfléchi du trio fantaisiste. Son côté sain, débrouillard, autonome reflète sa bonne humeur constante. En incitant l’enfant à bouger de différentes façons, elle lui inculque la conscience du corps, de la motricité et l’envie de passer à l’action.

Quant à Passe-Montagne, il cherche plus particulièrement à développer les habiletés langagières de l’enfant. Doté d’un tempérament ludique et taquin, il accompagne l’enfant dans la prononciation des mots. Par des exercices phonétiques ou d’allitérations, il l’invite à répéter des phrases stimulantes, tout en éveillant sa curiosité, par exemple : Une poule avec une plume un peu pliée ou Glacé comme de la glace glissante. Les jeux de mots sont, pour Passe-Montagne, caractéristiques de sa personnalité.

Apprendre et grandir grâce à la musique

En avril 1977, le compositeur Pierre F. Brault s’engage dans le projet : il produira la musique de 125 épisodes.

Un premier 33 tours des chansons-thèmes connaît la renommée en remportant le Félix du disque le plus vendu, toutes catégories confondues, au Gala de l’ADISQ en 1981, avec 175 000 disques écoulés.

Les chansons de Passe-Partout marquent la conscience collective et traversent le temps. Aujourd’hui, des artistes émergents disent avoir puisé leurs élans créatifs dans l’atmosphère, les mélodies et les comptines de l’univers Passe-Partout.

Ainsi, le chanteur Biz, du groupe Loco Locass, affirme dans le documentaire Influence musicale, réalisé par Marianne L’Heureux :

« Je n’irais pas jusqu’à dire que c’est à cause de Passe-Montagne que je fais du rap, mais c’est un personnage qui, très tôt, m’a interpellé dans ce qui, moi, m’intéressait, c’est-à-dire : les mots, le langage, le discours ».


De même en 2004, les Cowboys fringants rendent hommage à Pierre F. Brault à la mythique salle La Tulipe, à Montréal, où plus de 600 jeunes adultes de la génération Passe-Partout se rassemblent pour écouter les chansons qui les ont marqués et retrouver la magie qu’elles exercent encore en eux. Des jeunes de cette génération ont été parmi les premiers à vivre la réalité des familles éclatées. L’émission quotidienne avait été pour eux source de grand réconfort : l’imposant auditoire en était la preuve.


Il faut dire qu’à l’époque, Passe-Partout aborde des problèmes délicats, notamment les blessures de l’enfance liées à l’abandon. Le personnage Zig Zag en témoigne. Récemment, le conteur et chanteur Fred Pellerin a composé, dans un esprit contemporain, une nouvelle version de la chanson Je m’appelle Zig Zag; elle touche toujours un grand nombre de personnes. La chanteuse Cœur de Pirate reprend elle aussi une chanson gravée dans l’imaginaire collectif : Des maisons boîtes à surprises. Deux albums Génération Passe-Partout sont lancés en 2009 et en 2011 dans lesquels plusieurs artistes, notamment France D’amour, Brigitte Boisjoli, Marie-Élaine Thibert, The Lost Fingers, Kaïn, Madame Moustache, Tricot Machine et Alfa Rococo sont rassemblés pour vivre et faire revivre les émotions éprouvées dans cette période de l’enfance.

Nouvelle génération, nouvelle mouture

Depuis février 2019, les enfants peuvent regarder une toute nouvelle version de la série Passe-Partout sur les ondes de Télé-Québec. Dans l’entrevue réalisée dans le cadre de l’émission Format Familial, Spéciale Passe-Partout, Stéphane Legault explique que les scénaristes de la nouvelle mouture ont gardé 80 épisodes parmi les 125 de la série originale. Les nouveaux comédiens, Élodie Grenier (Passe-Partout), Jean-François Pronovost (Passe-Montagne) et Gabrielle Fontaine (Passe-Carreau) endossent les rôles des fantaisistes dans des habits conçus par une équipe de designers à laquelle a participé activement la costumière Joelle Céré.

Passe-Partout (2019)

Photo crédit: Passe-Partout 2019/Télé-Quebec. Jean-François Pronovost (Passe-Montagne), Élodie Grenier (Passe-Partout) et Gabrielle Fontaine (Passe-Carreau). 

Bien que les enfants d’aujourd’hui se développent de la même manière et éprouvent les mêmes besoins qu’il y a 40 ans (besoin d’être sécurisés, d’être entendus, de rêver, de jouer, etc.), leur environnement et certaines de leurs préoccupations ont changé. Aussi les thèmes tels que l’homosexualité, le mariage entre personnes de même sexe, le multiculturalisme peuvent-ils être abordés plus précocement auprès de l’enfant.

En regard du succès remporté à l’origine (et qui a traversé le temps), les enjeux liés à une nouvelle émission éducative de cette envergure sont considérables et le défi est de taille. L’idée de recréer l’univers Passe-Partout ne fait pas l’unanimité, mais la diffusion de la première émission de la nouvelle mouture a rassemblé plus de 707 000 téléspectateurs le 25 février 2019.

Prix et Récompenses

  • Félix du Microsillon le plus vendu (Passe-Partout, Passe-Partout), ADISQ 1981
  • Nomination pour le Microsillon de l’année et Félix du Microsillon de l’année - Enfants (Passe-Partout vol.3), ADISQ 1982
  • Félix du Microsillon de l’année - Enfants (Passe-Partout, vol.4), ADISQ 1983
  • Félix du Microsillon de l’année - Enfants (Passe-Partout, vol.6, Noël de Pruneau et Cannelle), ADISQ 1986
  • Nomination pour le Microsillon de l’année - Enfants (Passe-Partout vol. 7), ADISQ 1987
  • Félix de l’Album de l’année – Enfant (Passe-Partout Concerto rigolo), ADISQ 1992