Vivier, Claude

Revenu à Montréal en 1974, sa production de cette époque, dont Chants (1973), Lettura di Dante (1974) et plusieurs autres oeuvres, démontre qu'il avait acquis une technique d'écriture plus souple et une personnalité plus affirmée. Il se montrait particulièrement attiré par la voix.


Vivier, Claude

 Claude Vivier. Compositeur (Montréal, 14 avril 1948 - Paris, 12 mars 1983). Il étudia avec Gilles Tremblay (composition) et Irving Heller (piano) au CMM (1967-71). Ses premières oeuvres jouées en public - un Quatuor à cordes en deux mouvements et Ojikawa pour soprano, clarinette et percussion (1968), de même que Prolifération (1969) - attirèrent sur lui l'attention du public et de la critique. Grâce à des bourses du CAC, il effectua des séjours en Europe (1971-74), principalement en Hollande où il étudia à l'Institut de sonologie d'Utrecht avec Gottfried Michael Koenig, en Allemagne où ses maîtres furent Karlheinz Stockhausen et Hans Ulrich Humpert, et en France où il étudia entre autres la direction d'orchestre avec Paul Méfano. Ces années d'études en Europe furent marquées par la composition d'oeuvres comme Musik für das Ende (1971) et Désintégration (1972) qui dénotent un métier plus solide au plan de l'écriture et qui témoignent d'un riche tempérament, tout en affichant une préoccupation pour des thèmes qui deviendront ses favoris, la mort, l'enfance, l'amour et l'immortalité. Des oeuvres de Vivier furent alors exécutées à Paris, à Cologne et à Darmstadt.

Revenu à Montréal en 1974, sa production de cette époque, dont Chants (1973), Lettura di Dante (1974) et plusieurs autres oeuvres, démontre qu'il avait acquis une technique d'écriture plus souple et une personnalité plus affirmée. Il se montrait particulièrement attiré par la voix. Les textes qu'il utilisait étaient souvent écrits dans une langue inventée. Son traitement de la voix constituait un mode d'expression apte à traduire ses préoccupation d'ordre spirituel. Sa renommée grandissante lui valut de nombreuses commandes de la part d'organismes réputés comme la SMCQ (Liebesgedichte), les Festival Singers (Journal), l'ONJ (Siddhartha), le ministère français de la Culture (Chants), les Concours de musique du Canada (pièces pour divers instruments), les NMC (Zipangu), la faculté de musique de l'Université de Montréal (Kopernikus), l'Orchestre (de chambre) de la SRC à Vancouver (Lonely Child), la SRC (Wo bist du Licht! et, pour le prix Paul-Gilson, Prologue pour un Marco Polo), et l'OSM (Orion).

Fasciné les musiques d'Orient, Vivier entreprit en 1977 un long voyage dans plusieurs pays, principalement à l'île de Bali où il effectua un séjour prolongé. Ce voyage lui inspira plusieurs oeuvres et, à son retour, il composa Pulau Dewata, Paramirabo et Shiraz. Ce séjour allait marquer toute sa production future et le souvenir qu'il conservera de Bali deviendra pour lui ineffaçable. En 1979, il composa un opéra dont il écrivit lui-même le livret : Kopernikus. L'oeuvre fut créée au Monument national en 1980.

L'année 1980 vit aussi la création de deux oeuvres de Vivier qui comptent parmi ses plus réussies, Lonely Child pour soprano et orchestre de chambre et Zipangu pour orchestre à cordes. Après avoir composé Wo bist du Licht! à la demande de la SRC, il retourna à Paris en 1982 grâce à une bourse du CAC. Il entreprenait la composition d'un deuxième opéra quand il mourut tragiquement à l'âge de 34 ans. Il venait de terminer une oeuvre, Trois airs pour un opéra imaginaire, commande de l'Itinéraire, présentée en audition posthume au Centre Georges-Pompidou, et reprise à Berlin en 1988. Il laissait aussi une autre oeuvre, inachevée, Crois-tu en l'immortalité de l'âme, dont la création mondiale eut lieu à Montréal au printemps de 1990.

Au sujet de l'oeuvre de Vivier, le critique et musicologue Harry Halbreich a écrit ce qui suit : « Sa musique ne ressemble vraiment à aucune autre, et se situe tout à fait en marge de tous les courants. D'une expression directe et bouleversante, sa musique ne désorientait que les coeurs secs, incapables de classer ce marginal de génie. Claude Vivier avait trouvé ce que tant d'autres cherchaient et cherchent : le secret d'une véritable nouvelle simplicité » (Harmonie-Panorama Musique, avril 1983). Vivier fut nommé « compositeur de l'année » par le Conseil canadien de la musique en 1981. RCI lui a consacré un coffret de sa collection Anthologie de la musique canadienne, paru sur CD en 1990 (4-ACM 36). Il conserve son statut de compositeur agréé du Centre de musique canadienne. En 1983 fut fondée à Montréal la société Les Amis de Claude Vivier dont les buts sont de promouvoir la publication et la diffusion des oeuvres et des écrits du musicien.

COMPOSITIONS (Sélection)

Théâtre

Love Songs, ballet : 1977; 7 vx; ms.

Nanti malam, ballet : 1977; 7 vx; ms.

Voir aussi Kopernikus.

Orchestre

Siddhartha : 1976; ms; Centredisques CMC-3188 et 4-ACM 36 (O métropolitain).

Orion : 1979; Dob-Yppan 1990; CBC SMCD-5106 (O métropolitain).

Zipangu : 1980; orch cdes; Dob-Yppan 1985; Dob-Yppan DO-99 et 4-ACM 36 (I Musici de Mtl).

Soliste(s) et orchestre

Lonely Child : 1980; sop, orch; Sala 1980; Centredisques CMC-1384 et 4-ACM 36 (M.-D. Parent).

Prologue pour un Marco Polo (P. Chamberland, Vivier) : 1981; 5 vx, réc, perc, 6 cl, cdes; Sala 1981; RCI 626 et 4-ACM 36 (P. Vaillancourt).

Wo bist du Licht! (Vivier) : 1981; mezzo, perc, 20 cdes, bande; ms.

Trois airs pour un opéra imaginaire : 1982; sop, basse, picc (fl), 2 cl, cor, cdes, perc; ms.

Musique de chambre

Quatuor à cordes n 1 : 1968; ms.

Prolifération : 1968 ou 1969 (rév 1976); ondes M, p, perc; ms; RCI 358 et 4-ACM 36 (SMCQ).

Deva et Asura : 1972; 15 vents, 5 cdes; ms.

Désintégration : 1974; 2 p, 4 vn, 2 al; ms.

Improvisation pour basson et piano : 1975; ms.

Pièce pour flûte et piano : 1975; Dob-Yppan 1985; RCI 535 et 4-ACM 36 (L. Daoust).

Pièce pour violoncelle et piano : 1975; Dob-Yppan 1986; Dob-Yppan DO-99 et 4-ACM 36 (L.-P. Pelletier).

Pièce pour violon et piano : 1975; Dob-Yppan 1986; Dob-Yppan DO-99 (L.-P. Pelletier p).

Pour guitare : 1975; Dob-Yppan 1987.

Pour violon et clarinette : 1975; Dob-Yppan 1985; 1984; Centredisques CMC-2085 (Grinhauz vn, Dumouchel cl).

Learning : 1976; 4 vn, perc; ms.

Pulau Dewata : 1977; ens perc ou combinaison d'instr; ms; RCI 478 et 4-ACM 36 (Béluse), Centredisques CMC-1384 (Array), SNE 515 (Boudreau), SNE 574 (J. Laurendeau).

Paramirabo : 1978; fl, vn, vc, p; Dob-Yppan 1988; Dob-Yppan DO-99 et 4-ACM 36 (L.Daoust).

Cinq Chansons pour percussion : 1980; Dob-Yppan 1988; (1988); Dob-Yppan DO-99 et 4-ACM 36 (D. Kent).

Et je reverrai cette ville étrange : 1981; tpt, al, vc, cb, p, perc; ms; Artifact Music ART-002 (Array).

Samarkand : 1981; quin vent, p; ms.

Choeur ou voix

Ojikawa (Bible, Vivier) : 1968; sop, cl, perc; ms.

Hiérophanie (hymne grec) : 1971; sop, 2 perc, vents; ms.

Musik für das Ende (Vivier) : 1971; 20 vx, perc; ms.

Chants (Vivier) : 1973; 7 vx de femmes; Éd. musicales transatlantiques 1975; Nocturnales CCL-33-131 et 4-ACM 36 (L. Vaillancourt).

« O! Kosmos » (Vivier) : 1974; SATB; Chanteclair 1977.

« Jesus erbarme Dich » (Kyrie eleison) : 1974; SATB; Chanteclair 1977; CBC Musica Viva MVCD-1039 (Ens vocal Tudor de Mtl).

Lettura di Dante (La Divine Comédie) : 1974; sop, ht, cl, bn, tpt, trb, al, perc; éd. du Centre MC au Québec 1979, Dob-Yppan 1987; RCI 411 et 4-ACM 36 (SMCQ).

« Hymnen an die Nacht » (Novalis) : 1975; sop, p; Dob-Yppan 1986; RCI 631 et 4-ACM 36 (P. Vaillancourt).

Liebesgedichte (Virgile, Psaume de David, Vivier) : 1976; quat vocal, vents; ms.

Journal (Vivier, Novalis, L. Carroll) : 1977; 4 vx, SATB, perc; ms.

A Little Joke (Vivier) : 1981; SATB; ms.

Bouchara (Vivier) : 1981; sop, quin vent, quin cdes, perc; ms.

Crois-tu en l'immortalité de l'âme : 1983; SATB, 3 synth, 2 perc; ms.

Piano

Pianoforte : 1975; Dob-Yppan 1985; RCI 625 et 4-ACM 36 (L.-P. Pelletier).

Shiraz : 1977; Sala 1987; Centredisques CMC-1384, RCI 584 et 4-ACM 36 (L.-P. Pelletier).

Aussi Les Communiantes pour org (1977), enregistrée par Pierre Bousseau sur Qualiton ADDA-581240, ainsi que Variation I et Hommage, musique pour un vieux Corse triste (1972) pour bande.

Filmographie

Lonely Child (Silverfilm 1988).