Cambridge

Cambridge (Ontario), constituée en tant que ville en 1973, population de 138 479 habitants (recensement de 2021), de 129 920 habitants (recensement de 2016). Cambridge est située dans la région de Waterloo, sur les berges de la rivière Grand. La ville a été fondée lors de la fusion des villes de Galt, de Preston et d’Hespeler avec des parties des cantons de North Dumfries et de Waterloo.

Tout au long de l’histoire, la région de Cambridge a accueilli différents groupes autochtones, comme les Neutres, les Haudenosaunee et les Anichinabés. Le territoire est couvert par la Proclamation Haldimand.

Cambridge (Ontario), constituée en tant que ville en 1973, population de 138 479 habitants (recensement de 2021), de 129 920 habitants (recensement de 2016). Cambridge est située dans la région de Waterloo, sur les berges de la rivière Grand. La ville a été fondée lors de la fusion des villes de Galt, de Preston et d’Hespeler avec des parties des cantons de North Dumfries et de Waterloo. Tout au long de l’histoire, la région de Cambridge a accueilli différents groupes autochtones, comme les Neutres, les Haudenosaunee et les Anichinabés. Le territoire est couvert par la Proclamation Haldimand.



Peuples autochtones

Les premières preuves archéologiques de la présence de peuples autochtones en Ontario datent de 9 500 à 10 500 ans. Une partie de Cambridge est construite sur le site d’au moins un village neutre habité de l’an 1280 à l’an 1340 EC. Le village est découvert en 1987-1988 lors d’une excavation pour un lotissement sur la route Myers, dans le sud de la ville. Au moment du premier contact avec les Européens, au début des années 1600, les villages neutres comme celui-ci sont répartis entre les rivières Grand et Niagara, à l’ouest du lac Ontario. Dans les années 1650, les Haudenosaunee, qui vivent alors sur le territoire actuel de l’État de New York, dispersent les Neutres et en assimilent plusieurs. À la fin des années 1600, les Anichinabés (un groupe culturel dont font partie les Mississaugas) quittent le nord des lacs Huron et Supérieur pour se rendre dans le sud de l’Ontario, ce qui repousse les Haudenosaunee vers l’État de New York. Selon le recensement de 2016, les peuples autochtones représentent aujourd’hui environ 2 % de la population de Cambridge.

Proclamation Haldimand

Pendant la Révolution américaine, les Haudenosaunee (aussi appelés Six Nations) s’allient aux Britanniques. Après le conflit, ils sont évincés de leurs terres traditionnelles au nord de l’État de New York et sont à la recherche de nouvelles terres. Le chef mohawk Joseph Brant (Thayendanegea) et d’autres représentants de la Confédération des Six Nations font alors pression sur la Couronne pour obtenir des terres. Thayendanegea choisit la vallée de la rivière Grand, ce qu’accepte sir Frederick Haldimand, alors gouverneur de la province de Québec. En 1784, Haldimand achète des terres appartenant aux Mississaugas et, en vertu de la proclamation Haldimand, offre aux Haudenosaunee une parcelle de terre s’étendant à environ 10 km de chaque côté de la rivière Grand, du lac Érié jusqu’à la source de la rivière.

Selon Thayendanegea, vendre ou louer des parties de la parcelle de terre à des colons blancs serait avantageux financièrement pour les Haudenosaunee. En 1796, il vend donc 1 400 km2 (350 000 acres) au gouvernement colonial, qui le sépare en six « blocs » en 1798. Cambridge se situe dans le Bloc 1.

Rivière Grand, Cambridge

Établissement et développement

Au début des années 1800, les mennonites germanophones de Pennsylvanie s’installent autour de ce qui deviendra plus tard les villes d’Hespeler et de Preston. La région autour de Galt est quant à elle vendue principalement aux colons écossais.

De nombreux moulins sont alors construits en bordure des rivières Grand et Speed. L’un des moulins de la rivière Speed est nommé Cambridge Mills. La région avoisinante adopte alors ce nom, jusqu’à ce qu’un arpenteur la renomme Preston en 1834, en l’honneur de sa ville natale anglaise. Preston est constituée en ville en 1900.

Les colons s’installent à l’endroit où se situe Galt en 1816, là où le ruisseau Mill débouche sur la rivière Grand. D’abord nommée Shade’s Mill, Galt est constituée comme village en 1857, puis comme ville en 1915. En 1825, elle est renommée d’après John Galt, le fondateur de Guelph, une ville ontarienne voisine.

Hespeler est constituée comme village en 1859, puis comme ville en 1901. Elle est ainsi nommée en l’honneur de Jacob Hespeler, qui bâtit un vaste complexe industriel sur la rivière Speed, comprenant des moulins à farine, à grain et à scie, une tonnellerie et une distillerie.

Au fil du temps, d’autres entreprises s’installent. On y trouve notamment la Preston Car Company (de 1908 à 1922), qui fabrique des tramways pour des villes comme Toronto et Hamilton. La production industrielle de Galt lui vaut le surnom de « Manchester du Canada », qui fait référence au berceau de la révolution industrielle en Grande-Bretagne.

Dans les années 1960 et 1970, le gouvernement de l’Ontario cherche à réduire le nombre de petites municipalités dans la province. Le 1er janvier 1973, les villes de Galt, de Preston et d’Hespeler, ainsi que des parties des cantons de North Dumfries et de Waterloo sont ainsi fusionnées pour former la ville de Cambridge. Le nom de la ville, voté par les résidents, fait référence à l’entreprise Cambridge Mills. La région de Waterloo est créée au même moment.

Population

La population de Cambridge augmente de 6,6 % entre 2016 et 2021, soit les deux années de recensement les plus récentes, et de 2,5 % de 2011 à 2016. Dans le recensement de 2016, 30,1 % des résidents de Cambridge affirment être d’ethnie canadienne, 26,9 % disent être Anglais, 19,9 % Écossais, 18,7 % Irlandais, 13,8 % Allemands, 9,5 % Portugais, 9,2 % Français et 6,2 % Sud-Asiatiques. Les immigrants vivant à Cambridge proviennent surtout du Portugal, du Royaume-Uni, de l’Inde, du Pakistan et des Philippines.

Économie et population active

Un site à Preston, près de la rivière Speed, est exploité comme moulin depuis 1807. Aujourd’hui la propriété de P&H Milling Group, l’installation est considérée comme le lieu d’affaires le plus ancien de la région de Waterloo.

En 1935, un cultivateur de pommes de terre du nom d’Edward Snyder installé près d’Hespeler, sur la route Beaverdale (aujourd’hui dans le nord de Cambridge), commence à vendre des croustilles de pommes de terre dans des sacs en papier dans différentes boutiques locales. Après la vente de Snyder’s Potato Chips en 1955, l’entreprise est renommée Hostess Food Products. L’usine se situe sur la rue Bishop Nord depuis 1959. Elle porte maintenant le nom de Frito-Lay Canada.

En mars 2022, Toyota Motor Manufacturing Canada compte 6 000 employés dans ses deux usines de Cambridge. Le siège social et l’usine principale de Dare Foods, entreprise fondée à Kitchener, se trouvent également à Cambridge. Plusieurs entreprises participent aussi à l’industrie aérospatiale et produisent des trains d’atterrissage pour les avions et de la technologie satellite.

Gouvernement et politique

Cambridge est gouvernée par un maire, huit conseillers municipaux et deux conseillers régionaux. L’administration de la ville assume plusieurs responsabilités, comme les routes, le service d’incendie ainsi que les parcs et les loisirs. Le gouvernement régional de Waterloo s’occupe quant à lui du transport en commun, des aqueducs, de la santé publique et des services sociaux.

Galt Arena Gardens

Vie culturelle

Preston, Galt et Hespeler ont toutes un centre-ville historique. Le quartier commercial moderne se situe entre les trois anciennes municipalités, le long de la route Hespeler.

Grâce au principe de réutilisation adaptative, l’un des moulins historiques (moulin Dickson) est aujourd’hui un restaurant et un autre accueille désormais la faculté d’architecture de l’Université de Waterloo. Parmi les autres attractions, on trouve un marché fermier fondé en 1830, la maison de 1858 d’un ouvrier (lieu historique McDougall Cottage), une caserne de 1898 transformée en musée, un théâtre bâti en 2013, le zoo African Lion Safari et le centre d’observation des papillons de Cambridge.

De son côté, le musée de l’histoire de la mode d’Hespeler présente certains éléments de sa collection de 10 000 artéfacts, provenant principalement des 19e et 20e siècles. Un campus du collège Conestoga se trouve également à la frontière de Kitchener.

L’équipe féminine de hockey des Rivulettes de Preston a remporté dix championnats ontariens et quatre championnats canadiens entre 1931 et 1940. Parcs Canada a d’ailleurs désigné cette réussite comme un événement historique national, notamment en raison du taux de victoire de 95 % de l’équipe. Le Galt Arena Gardens, ouvert en 1922, est connu comme l’aréna ayant été le plus longtemps en activité, sans interruption, dans le monde.