Cow-boy

Les conquistadors espagnols qui gouvernent le Mexique au XVIe siècle recrutent des vachers autochtones habitués à surveiller le bétail à cheval pour s'occuper des troupeaux dans de grands espaces de pâturage ouverts.

Cow-boy

Les conquistadors espagnols qui gouvernent le Mexique au XVIe siècle recrutent des vachers autochtones habitués à surveiller le bétail à cheval pour s'occuper des troupeaux dans de grands espaces de pâturage ouverts. Ces vaqueros portent des vêtements de cuir épais, des chapeaux à larges bords, de grandes bottes avec éperons et des chaperajos, guêtres protectrices avec de la fourrure à l'extérieur. Ils manient aussi la reata, le lasso. De cette tradition vont naître des vachers itinérants, les cowpunchers ou cowhands, qui, dans les années 1830, mènent dans tout le Sud-Ouest des États-Unis des troupeaux typiques de bétail à longues cornes, les Texas longhorns, vers les pâturages et les marchés. Dans les années 1880, ils s'installent dans des ranchs dans l'Ouest canadien. Ce terme général de cow-boy inclut une quantité de personnes qui ont toutes en commun de s'occuper du bétail, des simples propriétaires de troupeaux aux riches châtelains britanniques, des REMITTANCE MEN aux agents de la Police à cheval du Nord-Ouest.

Le cow-boy devient vite un mythe populaire grâce à des spectacles où l'on met en vedette ses capacités de cavalier et de manipulateur de lasso. Cela commence par les spectacles du style Wild West, suivis par des RODÉOS et des stampedes, avant la consécration cinématographique des westerns hollywoodiens. On compte parmi les cow-boys légendaires du Canada Guy Weadick, créateur du STAMPEDE DE CALGARY, John WARE, ancien esclave noir qui fonde un ranch dans le Sud de l'Alberta, et les vedettes de rodéo Pete Knight et Herman LINDER.

Voir aussi RANCH, HISTOIRE DU.