Ranch Bar U

Le ranch Bar U, dont le nom officiel est la North West Cattle Company, est créé en 1882 dans les contreforts au sud des montagnes Rocheuses, dans un territoire qui deviendra par la suite la province de l’Alberta. Devant son surnom à la forme de sa marque de bétail, le « Bar U » figure parmi les ranchs les plus puissants qui dominent les Prairies à la fin du 19e siècle. Au début des années 1990, Parcs Canada acquiert le Bar U avec l’intention d’en faire un lieu public de commémoration de l’histoire de l’élevage du bétail au Canada. Le lieu historique national du Canada du Ranch-Bar U ouvre ses portes en juillet 1995.

Création : de 1882 au début du 20e siècle

Le nom usuel du ranch, Bar U, fait référence à la fameuse marque (un U surmonté d’un trait) qu’il appose sur son bétail. Cependant, son nom officiel demeure la North West Cattle Company. Il compte parmi les ranchs les plus importants de la région en termes de superficie et de longévité qui ont, au cours des dernières décennies du 19e siècle, dominé les contreforts et les plaines de ce qui allait devenir l’Alberta et la Saskatchewan (voir aussi Histoire du ranch). La compagnie est fondée en 1882 suite à la décision du gouvernement de fournir aux propriétaires de bétail des pâturages dans l’ouest en échange de loyers raisonnables. Par ce moyen, le premier ministre sir John A. Macdonald espère, en affirmant la souveraineté canadienne sur cette région isolée, favoriser l’essor de l’Ouest.

Le saviez-vous ? Le cowboy John Ware a été engagé afin d’aider à déplacer 3 000 têtes de bétail des États-Unis jusqu’au ranch Bar U en 1882. Lors de sa naissance aux États-Unis, Ware était un esclave, et il a obtenu sa liberté à la fin de la guerre de Sécession (1865). Après cette migration du bétail, il est demeuré au pied des montages dans le sud de l’Alberta d’aujourd’hui. Ware est devenu un héros folklorique pour sa force et ses compétences de manipulation du bétail.

Au cours de la décennie suivante, les pâturages loués par le ranch Bar U s’étendent sur plus de 600 km2 et son cheptel passe de 3 000 têtes de bétail à plus de 10 000, tant par des acquisitions que par un accroissement naturel. Le ranch fournit en viande la Police à cheval du Nord-Ouest et les réserves des Indiens du Traité n° 7 qui étaient jusque-là approvisionnées à partir des États-Unis par des sociétés commerciales basées à Fort Benton, au Montana. En outre, à partir de 1887, le bétail du Bar U est acheminé vers l’est par le chemin de fer du Canadien Pacifique jusqu’à Montréal, puis jusqu’en Grande-Bretagne. Ce commerce est grandement facilité par le fait que le principal bailleur de fonds du Bar U, sir Hugh Allan, est propriétaire d’une compagnie de transport maritime. L’exportation de bétail vivant jusqu’à Londres, Liverpool et Glasgow devient l’un des moteurs du commerce canadien, devançant même le blé jusqu’au tournant du 20e siècle.

L’époque de George Lane : de 1902 à 1925

Le ranch Bar U acquiert une notoriété de plus en plus grande sous l’égide de l’entrepreneur George Lane, propriétaire du ranch de 1902 à 1925. En 1905, George Lane obtient un bail du gouvernement pour 17 800 hectares, ce qui garantit l’intégrité territoriale du ranch pour les 45 années suivantes. Au ranch Bar U, George Lane gère un troupeau de 3 000 à 4 000 vaches reproductrices. Lorsque les veaux sont prêts à être engraissés, ils sont envoyés aux autres ranchs lui appartenant, étant donné que la majorité des terres qui longent les rivières Bow et Red Deer sont détenues par lui. Il introduit également la notion d’irrigation et commence la culture de la luzerne comme plante fourragère, améliorant ainsi le fonctionnement du ranch Bar U. George Lane profite de ses liens étroits avec la compagnie de transport maritime de Winnipeg spécialisée dans le bétail Gordon, Ironside and Fare, grâce à laquelle il peut exporter de manière rentable et régulière son bétail, d’abord vers le marché britannique, puis vers Chicago.

Le prince de Galles aide \u00e0 rassembler le bétail au ranch Bar U pendant la visite royale du 15 au 16 septembre 1919.

Pendant la décennie qui précède la Première Guerre mondiale, George Lane diversifie les opérations du ranch Bar U en constituant un cheptel reproducteur de chevaux de trait Percheron (chevaux mondialement réputés, élevés pour les travaux de ferme, tels que le labour). Il prévoit fournir des chevaux aux futures familles propriétaires, afin de tirer parti de la vague de colonisation agricole qui mettra un terme à l’époque du pâturage en liberté. L’imposante personnalité de George Lane, en tant que lobbyiste représentant l’industrie du bétail, éleveur de bovins et de chevaux respecté et cofondateur du Stampede de Calgary, contribue à renforcer la réputation du ranch Bar U. En témoignage de l’importance du ranch, le prince de Galles se rend sur les lieux durant la visite royale de 1919.

L’époque de Pat Burns : de 1927 à 1937

Le ranch Bar U, au sud de Calgary, en Alberta. Photo prise le 30 septembre 2010.

Pat Burns, un homme d’affaires influent de la nouvelle province de l’Alberta, achète le ranch Bar U en 1927. À 71 ans, il possède déjà une série de ranchs éparpillés le long des contreforts et des collines Porcupine, de Crowsnest Pass à Calgary. La propriété comprend 15 000 hectares de terres lui appartenant en propre, 23 470 hectares de terres louées et 6 500 têtes de bétail. Le ranch Bar U s’ajoute par conséquent au vaste réseau commercial de Pat Burns, comprenant des produits laitiers, des produits agricoles et des bovins à viande. Son empire est constitué d’exploitations de naissage (comme le Bar U), de ranchs de bovins à viande, d’un parc d’engraissement à Calgary et d’un abattoir.

Pat Burns est adepte des méthodes traditionnelles à faibles coûts dans ses ranchs. Au ranch Bar U, le cheptel de chevaux Percheron est abandonné et les cultures sont réduites à leur strict minimum. À la place, les troupeaux paissent dans les pâturages naturels d’hiver déneigés par le chinook. En réduisant les coûts de production, Pat Burns réussit à faire traverser à ses ranchs la crise des années 1930. Lorsque Pat Burns, surnommé affectueusement « le vieil homme » par son personnel, décède en 1937, la formidable équipe de direction qu’il a mise en place prend le relais pratiquement sans interruption. Son neveu John Burns préside le conseil d’administration de P. Burns Ranches Limited, l’organisation qui dirige le ranch jusqu’en 1950. Sous la gérance prudente du contremaître Raymond Clifford, le cheptel de race Shorthorn mis en place par George Lane est remplacé par des bovins de race Herefords et la qualité du cheptel s’améliore. Au fur et à mesure que le climat économique s’éclaircit, les opérations se modernisent. La compagnie bénéficie à la fois d’une période de hausse des prix et de la demande insatiable induite par l’économie de guerre qui prévaut de 1939 à 1945. La dernière décennie du ranch Bar U en tant que corporation se révèle l’une des plus prospères.

En 1950, la compagnie Burns Ranches vend le siège du Bar U et la plupart des pâturages à l’éleveur et commissaire-priseur J. Allen Baker. D’autres parcelles de terres sont achetées par des voisins. J. Baker, et plus tard l’éleveur Melvin Nelson, qui achète le ranch en 1984, sont tous deux conscients de l’illustre passé du Bar U et veillent à sa réputation jusqu’à son acquisition par Parcs Canada.

Ouverture du lieu historique national : 1995

Dans les années 1970, Parcs Canada commence à chercher un lieu approprié pour souligner et célébrer l’histoire de l’élevage du bétail au Canada. En 1991, le choix se porte sur le ranch Bar U, non seulement parce qu’il est le plus célèbre au Canada, mais également parce que s’y trouvent 35 immeubles historiques. Parmi eux se trouvent huit constructions en rondins datant des années 1890, une provenderie et une écurie bâtie dans les années 1920. Un centre d’accueil est construit en haut de la coulée surplombant le ranch et le lieu est officiellement ouvert en juillet 1995. Le ranch est facilement accessible par la route 22, sortie sud (également connue sous le nom de promenade Cowboy Trail). Les visiteurs et les groupes scolaires peuvent bénéficier de visites guidées. Des événements spéciaux, tels que des rodéos, des démonstrations de Quarter horse et des matchs de polo sont organisés les fins de semaine tout au long de l’été. Afin que les visiteurs s’imprègnent de l’ambiance du Bar U, le ranch accueille un petit troupeau de bovins à viande, plusieurs chevaux de labour Percheron et des cowboys qui se déplacent à cheval.

Le Bar U dans la culture populaire

La majorité des Canadiens voient l’histoire de « l’âge d’or » de l’élevage du bétail en liberté dans l’Ouest sauvage à travers le prisme des mythes et des légendes. Or, le Bar U a tout à voir avec cet « Ouest mythique » imaginé par les journalistes, les romanciers, les cinéastes et les artistes. Ebb Johnson, l’un des contremaîtres du Bar U, sert de modèle au personnage principal du roman d’Owen Wister écrit en 1902, intitulé TheVirginian, l’une des premières fictions western jamais écrites. Harry Longabaugh, mieux connu sous le nom de Sundance Kid, dresse des chevaux au ranch, avant de devenir le chef du Wild Bunch, une bande de hors-la-loi américains. Enfin, George Lane et sa femme se lient d’amitié avec Charlie Russel, « artiste cow-boy » bien connu du Montana. Celui-ci, après avoir été hébergé au ranch par George Lane pendant le Stampede de Calgary en 1912, peint George Lane Attacked by Wolves, dont s’inspire la statue à l’entrée du centre d’accueil du lieu historique. Plus tard, George Lane achète un autre tableau de Charlie Russel qu’il offre au prince de Galles pendant la visite royale au Bar U de 1919.


Lecture supplémentaire

  • Simon M. Evans, The Bar U and Canadian Ranching History (2004).

  • Simon M. Evans, Sarah Carter et Bill Yeo. Cowboys, Ranchers and the Cattle Business (2000).

Liens externes