Dale Hawerchuk

Dale Martin Hawerchuk, joueur et entraîneur de hockey (né le 4 avril 1963, à Toronto, en Ontario; décédé le 18 août 2020). Dale Hawerchuk était dans les années 1980 le joueur emblématique de la franchise des Jets de Winnipeg. Joueur particulièrement doué, occupant la position de centre, il a été choisi au repêchage d’entrée de la LNH 1981, en première position globale, après avoir remporté deux Coupes Memorial consécutives. En 1982, il a remporté le trophée commémoratif Calder, récompensant la recrue de l’année de la LNH, établissant un record pour le plus grand nombre de points marqués par un joueur lors de sa première saison et devenant le plus jeune joueur de l’histoire de la LNH à accumuler 100 points. Souvent éclipsé par Wayne Gretzky et Mario Lemieux, il a joué 16 saisons en LNH et a été sélectionné cinq fois dans l’équipe des étoiles. Il occupe respectivement la 20e et la 21e places, aux classements du nombre de points marqués et d’aides données en LNH. Il a été intronisé au Temple de la renommée du hockey, au Manitoba Hockey Hall of Fame et au Manitoba Sports Hall of Fame.

Dale Martin Hawerchuk, joueur et entraîneur de hockey (né le 4 avril 1963, à Toronto, en Ontario; décédé le 18 août 2020). Dale Hawerchuk était dans les années 1980 le joueur emblématique de la franchise des Jets de Winnipeg. Joueur particulièrement doué, occupant la position de centre, il a été choisi au repêchage d’entrée de la LNH 1981, en première position globale, après avoir remporté deux Coupes Memorial consécutives. En 1982, il a remporté le trophée commémoratif Calder, récompensant la recrue de l’année de la LNH, établissant un record pour le plus grand nombre de points marqués par un joueur lors de sa première saison et devenant le plus jeune joueur de l’histoire de la LNH à accumuler 100 points. Souvent éclipsé par Wayne Gretzky et Mario Lemieux, il a joué 16 saisons en LNH et a été sélectionné cinq fois dans l’équipe des étoiles. Il occupe respectivement la 20e et la 21e places, aux classements du nombre de points marqués et d’aides données en LNH. Il a été intronisé au Temple de la renommée du hockey, au Manitoba Hockey Hall of Fame et au Manitoba Sports Hall of Fame.


Jeunesse et hockey junior

Dale Hawerchuk est le fils d’Eleanor (née Mitchell) et d’Orest « Ed » Hawerchuk, originaire d’une famille ukraino‑canadienne qui exploite une ferme à l’extérieur de Wynyard, en Saskatchewan. La famille vit quelque temps à Toronto, dans le quartier de Rexdale, avant de rapidement partir plus à l’est pour s’installer à Oshawa, en Ontario, où Ed travaille dans une usine General Motors. La tradition familiale raconte que Dale était déjà sur des patins à l’âge de deux ans et qu’il jouait au hockey organisé à quatre ans.

Lors d’un tournoi au Québec, alors qu’il joue dans la catégorie peewee, le jeune Dale marque tous les buts qui permettent à son équipe de remporter la victoire avec le score de 8 à 1, battant ainsi un record détenu jusque là par Guy Lafleur. Adolescent, il joue au hockey junior B pour les Légionnaires d’Oshawa, avant de se joindre aux Royals de Cornwall de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. (Voir aussi Hockey junior majeur canadien.) À 16 ans, il mène les Royals à la victoire au championnat de la Coupe du Président, en marquant 20 buts et offrant 25 aides, en seulement 18 matchs éliminatoires. Cette saison‑là, il remporte le trophée Michel‑Bergeron, en tant que meilleure recrue de la ligue, et le trophée Guy‑Lafleur, comme joueur le plus utile des séries éliminatoires. Il décroche aussi le trophée George‑Parsons, récompensant le joueur ayant fait preuve du meilleur esprit sportif du tournoi de la Coupe Memorial, qui voit également la victoire de son équipe.

La saison suivante, il maintient ce rythme effréné, terminant en tête des classements de la ligue aux chapitres du nombre de buts et du nombre d’aides, à respectivement 81 et 102. Il reçoit le trophée Jean‑Béliveau remis aux joueurs ayant marqué le plus grand nombre de points au cours de la saison (voir Jean Béliveau), et le trophée commémoratif Michel‑Brière du joueur le plus utile. Les Royals sont à nouveau champions de la ligue et vainqueurs de la Coupe Memorial; leur joueur vedette remportant le trophée commémoratif Stafford‑Smythe, en tant que joueur le plus utile du tournoi.

Jets de Winnipeg

En 1981, Dale Hawerchuk est considéré comme le meilleur joueur junior au Canada et comme le meilleur espoir au repêchage d’entrée de la LNH. Les Jets de Winnipeg, la pire équipe de la ligue la saison précédente, avec une fiche de 9‑57‑14, le choisissent en première position globale. Il est présenté aux partisans de Winnipeg lors d’une cérémonie pour le 10e anniversaire du club, organisée le 13 août 1981 à la fameuse intersection des rues Portage et Main, au centre‑ville. La sensation de 18 ans fait son apparition en sortant d’une voiture blindée, pour signer son contrat devant quelque 2 000 partisans.

Sur la glace, Dale Hawerchuk fait preuve d’une incroyable capacité à anticiper le déroulement d’un jeu, ce qui lui vaut de nombreuses occasions de marquer. Mesurant seulement 5 pi 11 po, pour 185 livres (1,80 m pour 83,9 kg), il s’appuie sur la ruse plutôt que sur son physique pour échapper à ses adversaires. Présentant un style de patinage peu élégant, il est surnommé « Ducky ». Meneur de jeu doté d’un sens de la rondelle peu commun, il possède également une grande précision de tir. Dès son premier mois en LNH, on le compare à Wayne Gretzky, le « Great One », une autre vedette du hockey, comme lui Canadien d’origine ukrainienne, à l’ombre duquel il passera toute sa carrière.

Dale Hawerchuk fait sensation lors de sa première saison. Il accumule 45 buts et 58 aides, pour un total de 103 points, établissant un record à ce chapitre pour une recrue. Cet exploit fait également de lui le plus jeune joueur de l’histoire de la LNH à franchir la barre des 100 points, un record qui tiendra jusqu’à ce que Sidney Crosby le batte en 2006. En 1982, Dale Hawerchuk remporte, loin devant ses concurrents, le trophée commémoratif Calder, récompensant la meilleure recrue de l’année en LNH.

En tant que buteur, Dale Hawerchuk fait preuve d’une très grande régularité. Lors de ses sept premières saisons à Winnipeg, il accumule plus de 100 points à six reprises, la seule exception étant les 91 points de sa deuxième saison en LNH. Résistant et peu enclin aux blessures, il ne manquera qu’un seul match lors de ces sept saisons. En 1984‑1985, il marque 53 buts et délivre 77 aides, pour un total de 130 points, un sommet en carrière. Cette saison‑là, il est capitaine de l’équipe, un titre qu’il conservera jusqu’en 1990.

Au cours des neuf saisons de Dale Hawerchuk avec l’équipe, les Jets ne réussissent jamais à aller très loin dans les séries éliminatoires; en effet, ils jouent dans la même division que la superpuissance de l’époque, les Oilers d’Edmonton et leur grande vedette Wayne Gretzky. Leur meilleure occasion se présente à l’occasion des séries éliminatoires de 1985. Cette année‑là, les Jets comptent dans leurs rangs six joueurs ayant marqué au moins 30 buts; terminent la saison au deuxième rang de la division derrière Edmonton, avec 96 points et une fiche de 43‑27‑10; et s’apprêtent à jouer le premier tour des séries éliminatoires contre Calgary à la suite d’une série de 13 matchs sans défaite. Après que les Jets ont remporté les deux premiers matchs d’une série en cinq matchs, lors du troisième match, Dale Hawerchuk file au milieu de la patinoire lorsqu’il doit faire face à un double échec vicieux du défenseur des Flames, Jamie Macoun, qui lui vaut plusieurs côtes cassées. Les Jets se qualifient pour le deuxième tour sans lui, pour être ensuite balayés en quatre matchs par les Oilers.

Timide et plutôt secret, Dale Hawerchuk vit dans une ferme, à l’extérieur de Winnipeg (et, plus tard, dans une ferme près d’Orangeville, en Ontario). Il fuit régulièrement les projecteurs des médias, choisissant de ne pas assister à certains événements ou de ne pas signer d’autographes. Dans une ville, comme Winnipeg, où le potentiel commercial est limité et où les athlètes de son calibre sont rares, certains lui reprochent son attitude. Après que Winnipeg a congédié le directeur général John Ferguson, celui‑là même qui l’avait repêché et représentait pour lui une sorte de père de substitution, il est clair que la présence du joueur vedette à Winnipeg touche à sa fin.

Carrière ultérieure en LNH

Le 16 juin 1990, Dale Hawerchuk est échangé aux Sabres de Buffalo contre Scott Arniel, Phil Housley et Jeff Parker. Ces équipes échangent également des choix de première ronde lors du repêchage d’entrée suivant. Dale Hawerchuk passe cinq saisons couronnées de succès avec Buffalo, inscrivant au cours de cette période son nom en tête du classement des points marqués en séries éliminatoires, avec 9 buts et 25 aides en 30 matchs.

En 1995, il signe un contrat, en tant que joueur autonome, avec les Blues de St. Louis. Cependant, après un échange de mi‑saison qui voit l’arrivée de Wayne Gretzky dans la ville, Dale Hawerchuk est échangé aux Flyers de Philadelphie contre Craig MacTavish.

Dale Hawerchuk prend sa retraite en 1997, à l’issue de sa 16e saison dans la LNH. Ses statistiques en carrière sont impressionnantes : 518 buts et 891 aides, ainsi que 99 points (30 buts et 69 aides) en 97 matchs éliminatoires. En 16 saisons, son équipe ne rate les séries éliminatoires qu’une seule fois. Il est sélectionné cinq fois dans l’équipe des étoiles de la LNH et fait quatre fois partie de la liste des joueurs retenus pour l’attribution du trophée commémoratif Hart, récompensant le joueur le plus utile de la ligue, perdant trois fois contre Wayne Gretzky et une fois contre Mario Lemieux. Il est également retenu, à trois reprises, dans la liste des joueurs concourant pour le trophée commémoratif Lady‑Byng remis, chaque année, au joueur de la LNH considéré comme ayant fait preuve du meilleur esprit sportif.

Hockey international

Les Jets étant souvent éliminés tôt des séries éliminatoires, Dale Hawerchuk devient un pilier de l’équipe nationale du Canada lors des Championnats du monde qui se disputent chaque année au printemps, remportant des médailles de bronze, en 1982 et en 1986, et une médaille d’argent en 1989. Il fait également partie des équipes canadiennes ayant remporté la Coupe Canada (devenue la Coupe du monde de hockey), en 1987 et en 1991. Dans le dernier match décisif du tournoi de 1987 contre l’Union soviétique, il remporte une mise en jeu cruciale dans la zone canadienne, lançant un jeu qui voit Wayne Gretzky délivrer une aide à Mario Lemieux qui marque le but permettant au Canada de remporter la série, alors qu’il ne reste que 1 minute et 26 secondes à jouer dans la période réglementaire. Ce but est certainement l’un des plus célèbres de l’histoire du hockey.

Carrière d’entraîneur

En 2010, Dale Hawerchuk devient entraîneur‑chef et directeur des opérations du hockey pour les Colts de Barrie qui jouent en Ligue de hockey de l’Ontario. (Voir Hockey junior canadien.)

#HawerchukStrong

Dale Hawerchuk s’apprête à entamer sa 10e saison derrière le banc des Colts de Barrie, lorsqu’il annonce qu’il interrompt sa carrière d’entraîneur, afin d’être traité pour un cancer de l’estomac. Ses amis et sa famille lancent alors, sur Twitter, une campagne de sensibilisation et de financement autour du mot‑clic #HawerchukStrong. En avril 2020, il termine une chimiothérapie dans un hôpital de Barrie, avant qu’une récidive de son cancer ne soit diagnostiquée quelque mois plus tard, en juillet. Il décède le 18 août 2020 à l’âge de 57 ans.

Le commissaire de la LNH, Gary Bettman, a fait l’éloge de Dale Hawerchuk en ces termes : « […] étoile apparue sans crier gare, il a duré et conquis le cœur de deux villes passionnées de hockey » à Winnipeg et à Buffalo. Le directeur du hockey de Winnipeg, Craig Heisinger, se souvient de lui comme d’une « supervedette peu exigeante ».

Distinctions

À la surprise de beaucoup, Dale Hawerchuk n’est pas sélectionné pour le Temple de la renommée du hockey, lors de sa première année d’admissibilité, en 2000. Il est toutefois intronisé l’année suivante, dans une classe qui comprend aussi Jari Kurri, Mike Gartner et Viacheslav Fetisov. Il est également intronisé au Manitoba Hockey Hall of Fame, en 2009; au Buffalo Sabres Hall of Fame, en 2011; au Manitoba Sports Hall of Fame, en 2013; et au Winnipeg Jets’ Hall of Fame, en 2017. Il est aussi fait membre du Ring of Honor des Coyotes de Phoenix, qui ont pris ce nom après le déménagement de la franchise d’origine, les Jets de Winnipeg, à Phoenix, et ce, même s’il n’a lui‑même jamais joué de match pour Phoenix.