Équipe Canada 1972

Le 12 juillet 1972, dans le cadre d’une conférence de presse à Toronto, Harry Sinden, l’entraîneur et directeur général d’Équipe Canada, dévoile la formation de 35 joueurs pour le tournoi de 1972 contre l’URSS. Le tableau initial inclut plusieurs joueurs vedettes de la LNH, bien que quelques-uns (comme Dave Keon) brillent par leur absence. Des changements sont apportés car certains joueurs, comme Bobby Hull, font partie de l’Association mondiale de hockey (AMH) et sont par conséquent exclus de l’équipe. Une autre star canadienne, Bobby Orr, est mis sur la touche en raison de problèmes chroniques au genou.



But vainqueur en 1972
À Moscou, Paul Henderson marque le but décisif qui permet au Canada de remporter le tournoi. (photo de Denis Brodeur)

L’annonce de la formation

Harry Sinden annonce la formation initiale de 35 joueurs durant une conférence de presse tenue à l’hôtel Sutton Place de Toronto. Bien que l’entente originale entre Hockey Canada et les officiels soviétiques stipule que chaque équipe doit produire une liste de 30 joueurs en date du 15 juillet, les officiels canadiens font pression avec succès pour un tableau de 35 joueurs.

Formation originale d’Équipe Canada

(*joueurs ultérieurement remplacés)


Joueur

Équipe

Position

Tony Esposito

Blackhawks de Chicago

Gardien de but

Ken Dryden

Canadiens de Montréal

Gardien de but

Gerry Cheevers*

Bruins de Boston

Gardien de but

Bobby Orr

Bruins de Boston

Défenseur

Don Awrey

Bruins de Boston

Défenseur

Brad Park

Rangers de New York

Défenseur

Rod Seiling

Rangers de New York

Défenseur

J.C. Tremblay*

Canadiens de Montréal

Défenseur

Jacques Laperriere*

Canadiens de Montréal

Défenseur

Serge Savard

Canadiens de Montréal

Défenseur

Jocelyn Guevremont

Canucks de Vancouver

Défenseur

Gary Bergman

Red Wings de Détroit

Défenseur

Pat Stapleton

Blackhawks de Chicago

Défenseur

Bill White

Blackhawks de Chicago

Défenseur

Phil Esposito

Bruins de Boston

Centre

Derek Sanderson*

Bruins de Boston

Centre

Gilbert Perreault

Sabres de Buffalo

Centre

Marcel Dionne

Red Wings de Détroit

Centre

Red Berenson

Red Wings de Détroit

Centre

Jean Ratelle

Rangers de New York

Centre

Bobby Clarke

Flyers de Philadelphie

Centre

Bobby Hull*

Jets de Winnipeg (AMH)

Ailier gauche

Dennis Hull

Blackhawks de Chicago

Ailier gauche

Peter Mahovlich

Canadiens de Montréal

Ailier gauche

Franck Mahovlich

Canadiens de Montréal

Ailier gauche

Wayne Cashman

Bruins de Boston

Ailier gauche

Jean-Paul Parise

North Stars du Minnesota

Ailier gauche

Paul Henderson

Maple Leafs de Toronto

Ailier gauche

Vic Hadfield

Rangers de New York

Ailier gauche

Richard Martin

Sabres de Buffalo

Ailier gauche

Rod Gilbert

Rangers de New York

Ailier droit

Yvan Cournoyer

Canadiens de Montréal

Ailier droit

Ron Ellis

Maple Leafs de Toronto

Ailier droit

Mickey Redmond

Red Wings de Détroit

Ailier droit

Bill Goldsworthy

North Stars du Minnesota

Ailier droit


L’annonce de Harry Sinden déclenche une controverse : où sont les joueurs vedettes comme Dave Keon, Ken Hodge, John Bucyk et Jacques Lemaire ? « Notre critère principal de sélection est la nécessité d’atteindre un équilibre. Toutes les grandes équipes du passé ont un point en commun : l’équilibre. Nous avons dressé une liste des meilleurs marqueurs pour nous rendre compte que nous n’avions pas vraiment une équipe. », explique Harry Sinden. Donc la formation comprend plusieurs joueurs brillants, de bons joueurs capables de faire des replis défensifs et quelques défenseurs agressifs.

Dave Keon, qui avait exprimé aux organisateurs d’Équipe Canada son désir de se joindre à l’alignement, avoue : « Je suis déçu de ne pas être invité. » Harry Sinden dévoile que quatre joueurs ont décliné l’offre pour « des raisons plus que légitimes ». Bobby Hull fait partie de la formation originale de Sinden, mais la plus grande controverse ce jour-là – controverse qui persiste durant tout l’été – est qu’on lui refuse le droit de jouer.

Bobby Hull et l’AMH

Quand les règles du tournoi sont établies en avril, la LNH maintient que tout joueur qui y prend part doit être sous contrat avant le début du camp d’entraînement le 13 août. Cette clause est surtout pour des raisons d’assurance. À ce moment, personne dans la LNH ne voit l’AMH comme une menace sérieuse. Puis, le 27 juin 1972, Bobby Hull se joint aux Jets de Winnipeg, une équipe de la nouvelle ligue.

Alan Eagleson écrit qu’Équipe Canada compte quand même ajouter Hull à sa formation. Il s’attend à une réaction si positive des fans que la LNH ne s’opposera pas à cet ajout. Mais comme Bobby Hull aurait préalablement divulgué l’information à des journalistes, la LNH resserre les rangs. « L’une des conditions d’origine est que les joueurs doivent être sous contrat avec la LNH, et nous devons nous y conformer », dit le président de la ligue Clarence Campbell. « Si nous faisons une exception, nous devrons en faire d’autres. »

Bobby Hull est mécontent et les fans, furieux. Le 14 juillet, le premier ministre canadien Pierre Trudeau écrit à Clarence Campbell, au président de Hockey Canada Charles Hay et au président de l’association des joueurs de la LNH Red Berenson, les exhortant à prendre les mesures nécessaires pour que Hull puisse jouer. Malgré ces efforts, Bobby Hull et trois autres joueurs de la LNH qui ont éventuellement signé avec l’AMH – Gerry Cheevers, J.C. Tremblay et Derek Sanderson – sont remplacés. (Jacques Laperriere décline l’invitation en raison de la grossesse de sa femme.) Dennis Hull songe à refuser l’offre en soutien à son frère, mais Bobby le convainc de prendre part au tournoi.

Formation finale d’Équipe Canada


Joueur

Équipe

Position

Tony Esposito

Blackhawks de Chicago

Gardien de but

Ken Dryden

Canadiens de Montréal

Gardien de but

Eddie Johnston

Bruins de Boston

Gardien de but

Bobby Orr

Bruins de Boston

Défenseur

Don Awrey

Bruins de Boston

Défenseur

Brad Park

Rangers de New York

Défenseur

Rod Seiling

Rangers de New York

Défenseur

Brian Glennie

Maple Leafs de Toronto

Défenseur

Serge Savard

Canadiens de Montréal

Défenseur

Jocelyn Guevremont

Canucks de Vancouver

Défenseur

Gary Bergman

Red Wings de Détroit

Défenseur

Pat Stapleton

Blackhawks de Chicago

Défenseur

Bill White

Blackhawks de Chicago

Défenseur

Dale Tallon

Canucks de Vancouver

Défenseur

Guy Lapointe

Canadiens de Montréal

Défenseur

Phil Esposito

Bruins de Boston

Centre

Stan Mikita

Blackhawks de Chicago

Centre

Gilbert Perreault

Sabres de Buffalo

Centre

Marcel Dionne

Red Wings de Détroit

Centre

Red Berenson

Red Wings de Détroit

Centre

Jean Ratelle

Rangers de New York

Centre

Bobby Clarke

Flyers de Philadelphie

Centre

Dennis Hull

Blackhawks de Chicago

Ailier gauche

Peter Mahovlich

Canadiens de Montréal

Ailier gauche

Franck Mahovlich

Canadiens de Montréal

Ailier gauche

Wayne Cashman

Bruins de Boston

Ailier gauche

Jean-Paul Parise

North Stars du Minnesota

Ailier gauche

Paul Henderson

Maple Leafs de Toronto

Ailier gauche

Vic Hadfield

Rangers de New York

Ailier gauche

Richard Martin

Sabres de Buffalo

Ailier gauche

Rod Gilbert

Rangers de New York

Ailier droit

Yvan Cournoyer

Canadiens de Montréal

Ailier droit

Ron Ellis

Maple Leafs de Toronto

Ailier droit

Mickey Redmond

Red Wings de Détroit

Ailier droit

Bill Goldsworthy

North Stars du Minnesota

Ailier droit

En plus de ces joueurs, les nouvelles recrues de la LNH Billy Harris (Islanders de New York), John Van Boxmeer (Canadiens de Montréal) et Michel « Bunny » Larocque (Canadiens de Montréal) prennent part au camp d’entraînement pour équilibrer les mêlées et les matchs intraéquipes.

Opération au genou de Bobby Orr

En mai 1972, il est évident que Bobby Orr ne pourra pas jouer. Il remporte le trophée Conn Smythe comme joueur le plus utile à son équipe durant les séries éliminatoires menant à la victoire de Boston qui remporte la coupe Stanley, mais son opération au genou durant l’été est fort probable. Le 6 juin, à Boston, il subit une opération de trois heures au genou gauche, suite à laquelle le docteur Carter Rowe recommande aucun patinage intensif avant septembre. Dans une conférence de presse tenue le 12 juin, la veille de son congé de l’hôpital, Bobby Orr exprime sa déception de ne pas affronter les Russes.

Quand on annonce la formation d’Équipe Canada le 12 juillet, le nom de Bobby Orr y apparaît. Il espère être rétabli pour les quatre derniers matchs qui se tiennent à Moscou. Le 23 août, Bobby Orr arrive en retard au camp d’entraînement d’Équipe Canada. Suite à la pratique, il dit aux journalistes : « Si mon genou ne me cause aucun souci, comme aujourd’hui, je serai prêt pour les matchs en Russie. Et peut-être avant. » Il ajoute que la direction des Bruins de Boston ne s’y opposera sûrement pas, bien que son président Weston Adams Jr. exprime des doutes quant à sa participation.

Bien que Bobby Orr pratique avec l’équipe et l’accompagne en Russie, il ne prend part à aucun match. Harry Sinden écrit qu’il a songé à inclure Orr à l’alignement du huitième match et à le faire jouer en avantage numérique, « mais les arbitres ne nous accordent aucun avantage numérique. Nous en avons peut-être un par match. Je ne vais pas lui faire porter l’habit pour une minute d’action. »

Tournoi de hockey Canada-URSS de 1972
De gauche à droite : Bobby Clarke, Alexander Ragulin, Yevgeny Poladjev, Vladislav Tretiak et un arbitre pendant le deuxième match du tournoi Canada-URSS le 4 septembre 1972 au Maple Leaf Gardens, à Toronto, en Ontario, au Canada (le Canada a battu l’Union soviétique avec un score de 4 à 1). (avec la permission du Temple de la renommée du hockey).