Canucks de Vancouver

Les Canucks de Vancouver sont une franchise de la Ligue nationale de hockey basée à Vancouver en Colombie-Britannique. À compter de 1945, l’équipe évolue dans la Pacific Coast Hockey League, puis la Western Hockey League, avant d’intégrer la LNH en 1970. Bien que les Canucks aient atteint la finale de la Coupe Stanley à trois reprises, en 1982, 1994 et 2011, ils n’ont jamais été en mesure de la remporter.



Début du hockey professionnel à Vancouver

Les Millionaires de Vancouver, l’une des trois équipes d’origine de la Pacific Coast Hockey Association (PCHA), sont la première équipe de hockey professionnel à Vancouver. La PCHA est fondée en 1911‑1912 par Lester et Frank Patrick,qui, pour dynamiser le hockey, en modifient certaines règles. Parmi ces changements, on compte notamment l’ajout des lignes bleues, des changements de lignes, de la passe vers l’avant et de la possibilité pour un gardien de se coucher pour effectuer un arrêt. Ils réussissent également à attirer dans cette nouvelle ligue certains des plus grands joueurs de hockey de l’époque, dont Fred « Cyclone » TaylorÉdouard « Newsy » Lalonde et Albert Kerr, démontrant ainsi qu’elle est en mesure de faire concurrence aux ligues bien établies de l’Est.

De 1914 à 1921, la Coupe Stanley est attribuée au gagnant d’une série de cinq matchs disputée entre les champions de l’Association nationale de hockey (ANH) et de la PCHA. Les Millionaires tentent à cinq reprises de remporter la Coupe Stanley, mais n’y parviennent qu’une seule fois; en 1914‑1915, sous la conduite du légendaire Fred « Cyclone » Taylor, ils remportent la Coupe Stanley chez eux en défaisant en trois matchs les Sénateurs d’Ottawa. À l'époque, Frank Patrick occupe simultanément les postes de président de la ligue, de directeur général de l'équipe, d'entraîneur‑chef et de défenseur vedette. Sept joueurs faisant partie de la formation des Millionnaires couronnée lors de cette saison mémorable ont depuis été intronisés au Temple de la renommée du hockey.

Les Millionnaires changent de nom en 1922‑1923 pour devenir les Maroons. Après la dissolution de la PCHA en 1924, les Maroons jouent deux années supplémentaires, en Western Canada Hockey League lors de la saison 1924‑1925 et en Western Hockey League lors de la saison suivante.

Membres des Millionaires de Vancouver intronisés au Temple de la renommée du hockey

Nom

Poste

Année d’intronisation

Tommy « Nibs » Phillips

Ailier droit ou gauche

1945

Frederick « Cyclone » Taylor

Centre ou maraudeur

1947

Frank Nighbor

Centre

1947

Édouard « Newsy » Lalonde

Centre ou maraudeur

1950

Silas Seth « Si » Griffis

Maraudeur ou défenseur

1950

Duncan « Mickey » Mackay

Centre ou maraudeur

1952

Hughie « Old Eagle Eyes » Lehman

Gardien de but

1958

Frank Patrick

Bâtisseur

1958

John James « Jack » Adams

Centre

1959

Didier Pitre

Ailier droit

1962

Rusty Crawford

Ailier gauche

1962

Russell « Barney » Stanley

Ailier droit

1962

Gordon Roberts

Ailier gauche

1971

Les Canucks de Vancouver (1945‑1970)

L’arrivée, en 1945, des Canucks et de la Pacific Coast Hockey League à Vancouver marque les débuts du hockey professionnel mineur dans la région. Les Canucks remportent deux championnats avant que la ligue soit renommée Western Hockey League (WHL) en 1952‑1953. L’équipe met la main sur quatre titres supplémentaires à la WHL, notamment deux championnats consécutifs lors de ses deux dernières années dans la ligue, en 1968‑1969 et en 1969‑1970. Cinq joueurs des Canucks de la période WHL seront ultérieurement intronisés au Temple de la renommée du hockey. Le propriétaire de la franchise, Fred Hume, est également intronisé dans la catégorie des bâtisseurs.

Ligue nationale de hockey (1970‑1981)

En 1967, la LNH ajoute six nouvelles franchises, doublant ainsi le nombre d’équipes dans la ligue. Vancouver propose sa candidature pour devenir l’une des nouvelles équipes, mais est rejetée par la LNH. Ce rejet peut être imputé non seulement à la qualité insuffisante de la proposition, mais également à la résistance de Toronto et Montréal, qui ne souhaitent pas partager les recettes des diffusions télévisées avec une troisième équipe canadienne. En 1968, Vancouver effectue une nouvelle tentative, en offrant de racheter les Seals d’Oakland en difficulté et de déménager la franchise à Vancouver. Cependant, la LNH, souhaitant éviter aux Seals, une nouvelle franchise de la ligue, la situation embarrassante que constituerait un déménagement si rapide, fournit l’aide nécessaire pour maintenir l’équipe à Oakland, tout en promettant à Vancouver de lui attribuer une franchise lors de la prochaine expansion.

Pour six millions de dollars, les Canucks de Vancouver intègrent la LNH le 22 mai 1970 en tant que franchise d’expansion. Ils jouent leur premier match à domicile le 9 octobre 1970 au Pacific Coliseum, construit en 1968, et terminent, sous la houlette de l’entraîneur Hal Laycoe et du directeur général Bud Poile, la saison régulière en sixième place de la Division de l’Est qui compte sept équipes.

En 1974, Medicor Corporation of Minneapolis vend l’équipe à un groupe d’hommes d’affaires de Vancouver chapeauté par Frank Griffiths. Les Canucks connaissent une saison remarquable en 1974‑1975, la première qui soit gagnante, marquant 86 points et empochant leur premier titre de champion de la Division Smythe. Toutefois, cette embellie ne dure pas et l’équipe retrouve un niveau de jeu moyen peu après. De 1976 à 1981, elle atteint quatre fois les séries éliminatoires pour être, à chaque fois, battue en ronde préliminaire.

Séries de la Coupe Stanley de 1982

En 1982, les Canucks réussissent, à la surprise générale, à se qualifier pour les séries éliminatoires après avoir terminé la saison régulière avec seulement 77 points. Ils battent les Flames de Calgary 3‑0 lors de la demi‑finale de division, et affrontent les Kings de Los Angeles en deuxième ronde pour la finale de division. Les Kings viennent tout juste de vaincre les redoutables Oilers d’Edmonton, causant ainsi l’une des plus grandes surprises de l’histoire de la LNH. Cependant, ce sont les Canucks qui l’emportent facilement contre les Kings, terminant la série avec un score de 4‑1. À l’occasion de la ronde suivante, les Canucks se retrouvent face aux Blackhawks de Chicago qui ont eu raison des North Stars du Minnesota en première ronde. L’élimination surprise des Oilers et des North Stars permet donc aux Canucks de se hisser en tête de leur conférence sans jouer contre les deux équipes les plus fortes. Il ne leur faut que cinq matchs pour vaincre facilement les Blackhawks. Cette performance leur garantit une place en finale de la Coupe Stanley contre les Islanders de New York, la première équipe dominante qu’ils affrontent lors de ces séries éliminatoires. Ce sont en effet les Islanders de New York qui ont marqué le plus grand nombre de points en saison régulière de la LNH, ne perdant, en outre, que quatre matchs lors de la totalité de leurs rencontres des séries éliminatoires. Lors de cette finale de Coupe Stanley, les Canucks de Vancouver sont clairement surclassés, perdant quatre matchs consécutifs face aux Islanders de New York.

Déclin et reconstruction (1982‑1993)

Après ce parcours improbable aux séries éliminatoires de 1982, les Canucks ne tardent pas à connaître un déclin. Ils atteignent les séries éliminatoires lors des deux saisons suivantes, mais sont battus, les deux fois, dès la première ronde par les Flames de Calgary. Au cours des six saisons suivantes, l’équipe ne se qualifie pour les séries éliminatoires qu’à deux reprises pour être, à chaque fois, éliminée rapidement, en 1986 par les Oilers d’Edmonton et en 1989 par les Flames de Calgary, deux équipes qui sont alors à l’apogée de leur réussite.

Sous l’autorité de leur nouveau directeur général, Pat Quinn, les Canucks lancent un programme de reconstruction en 1988. Le recrutement de Pavel Bure en 1989 constitue le moment culminant de ce processus. Pavel Bure démarre sa carrière avec les Canucks en 1991‑1992, remportant, cette année‑là, le trophée Calder de la meilleure recrue de la LNH, pour devenir immédiatement l’un des marqueurs les plus dynamiques et les plus puissants de l’histoire de la franchise. Le « Russian Rocket », comme on le surnomme, réussit à atteindre la marque de 60 buts lors de deux campagnes successives, alors qu’il n’accomplit que ses deuxième et troisième saisons dans la ligue.

Les résultats de ce programme de restructuration se manifestent clairement lors de la saison 1991‑1992 qui voit l’équipe remporter sa division pour la première fois depuis 1974‑1975 et terminer avec la quatrième fiche de toutes les équipes de la ligue. Les Canucks connaissent la meilleure saison de leur histoire l’année suivante en amassant 101 points en 84 parties. Toutefois, ces deux saisons se terminent toutes deux sur un échec puisque, par deux fois, ils échouent lors des séries éliminatoires de finale de division.

Séries de la Coupe Stanley de 1994

En 1993‑1994, sous l’impulsion de Pavel Bure et de leur capitaine Trevor Linden, les Canucks terminent la saison régulière avec 85 points, un total suffisant pour leur permettre d’occuper la septième place de leur association et ainsi se rendre aux séries éliminatoires. En première ronde de ces séries, ils rencontrent les Flames de Calgary et perdent trois matchs de suite pour se retrouver menés 3‑1. Ils réussissent toutefois à revenir dans la série, puis à l’emporter, gagnant chacun des trois derniers matchs en prolongation. Lors des deux rondes suivantes contre Dallas et Toronto, ils ne rencontrent pas de grandes difficultés pour se qualifier, gagnant, les deux fois, leur série 4‑1. Ces victoires leur permettent de rencontrer en finale de la Coupe Stanley les Rangers de New York conduits par Brian Leetch et Mark Messier. À l’image de leur série contre Calgary, ils se retrouvent alors rapidement menés 3‑1 dans la série. Ils réussissent, encore une fois, à revenir à égalité; cependant, cette fois, ils ne parviennent pas à complètement renverser la vapeur et à remporter cette série et la Coupe Stanley, échouant lors du dernier match sur la marque de 3‑2.

Une franchise affaiblie (1995‑1999)

Lors de la saison 1994‑1995, écourtée en raison du lock‑out, les Canucks atteignent la deuxième ronde des séries éliminatoires, mais sont ensuite éliminés par les Blackhawks de Chicago. De 1996‑1997 à 1999‑2000, l’équipe bat de l’aile, ne réussissant pas à se qualifier pour les séries éliminatoires. En outre, durant cette période, les spectateurs sont de moins en moins nombreux. Simultanément, la relation entre l’équipe et Pavel Bure devient plus tendue. Le joueur russe vedette n’a pas du tout apprécié la façon dont il a été traité par la direction de la franchise, particulièrement à l’occasion de négociations contractuelles serrées dont il a gardé quelque amertume. À l’issue de la saison 1997‑1998, il informe l’équipe qu’il ne jouera plus pour elle, bien qu’il soit toujours sous contrat. Les Canucks l’échangent finalement aux Panthers de la Floride le 17 janvier 1999. Trevor Linden est également échangé en compagnie d’autres joueurs à la fin des années 1990, affaiblissant encore plus une franchise déjà en difficulté.

La roue tourne (2000‑2010)

L’acquisition de deux joueurs essentiels va changer le sort des Canucks de Vancouver. En 1999, la franchise est parmi les premières équipes à faire son choix de recrues à la séance d’échange de la LNH, ce qui lui permet de sélectionner le suédois Daniel Sedin au deuxième tour du repêchage et son frère jumeau Henrik au tour suivant. Après avoir joué dans l’ombre de leur compatriote Markus Naslund, meilleur marqueur de l’équipe chaque année entre 1999 et 2006, les jumeaux s’affirment comme les vraies vedettes de l’équipe lors de la saison 2005‑2006. Depuis 2006‑2007, les frères Sedin terminent systématiquement chaque saison premier et deuxième marqueurs de l’équipe. À l’issue de la saison 2009‑2010, Henrik met la main sur le trophée Art-Ross ainsi que sur le trophée Hart, récompensant respectivement le meilleur marqueur et le joueur le plus utile de la LNH. La saison suivante, Daniel remporte à son tour le trophée Art‑Ross. Daniel et Henrik sont les seuls frères de toute l’histoire de la ligue à avoir tous deux remporté cette distinction.

Les Canucks effectuent une seconde transaction marquante en 2006, en repêchant le gardien de but Roberto Luongo. Ce dernier s’affirme comme l’un des meilleurs gardiens de la ligue et offre à son équipe la stabilité qui lui manquait jusque‑là. C’est également lui qui garde les filets lorsque l’équipe olympique de hockey remporte une médaille d’or aux Jeux de 2010 à Vancouver.

Séries de la Coupe Stanley de 2011

En 2010‑2011, les Canucks fêtent leur 40e saison en LNH et connaissent leur meilleure année depuis plus d’une décennie. Ils établissent un record de la franchise de 117 points en saison régulière, remportant le trophée des Présidents pour la première fois dans l’histoire de l’équipe. Lors de la première ronde des séries éliminatoires, ils font face aux champions en titre, les Blackhawks de Chicago. Après avoir rapidement acquis un avantage de 3‑0 dans la série, les Canucks subissent le camouflet d’être battus lors des deux matchs suivants sur la marque cumulée humiliante de 12‑2. Ils retrouvent alors quelque sang‑froid, perdant le sixième match en prolongation avant de mettre fin à la série avec une victoire, acquise encore en prolongation, lors du septième match. En deuxième ronde, ils affrontent les Predators de Nashville qu’ils battent sans grande difficulté en six matchs. Fort de cette victoire, il ne leur faut que cinq matchs pour éliminer les Sharks de San Jose en finale de conférence et se tailler, pour la première fois depuis 1994, une place en finale de la Coupe Stanley. En finale, ils remportent les deux premiers matchs de la série à Vancouver, avant d’être écrasés, lors des deux suivants à Boston, avec des scores de 8‑1 et 4‑0. Ils répliquent avec une victoire (1‑0) au cinquième match, ce qui leur permet de prendre l’avance. Ils s’essoufflent toutefois au sixième match et sont finalement éliminés par les Bruins lors de la septième et dernière rencontre, disputée à domicile, avec un score de 4‑0.

Après cette finale perdue, certains partisans se rendent dans les rues pour protester, incendiant plusieurs voitures de police, en renversant d’autres, cassant des vitres et causant plusieurs millions de dollars en dégâts matériels. Des manifestations violentes du même type s’étaient également produites en 1994, lorsque les Canucks avaient perdu contre les Rangers de New York.

Depuis 2012

Lors de la saison suivante, en 2011‑2012, les Canucks remportent à nouveau le trophée des Présidents, mais sont battus dès la première ronde des séries éliminatoires. Ils atteignent à nouveau la première ronde des séries éliminatoires en 2012‑2013, se montrant toutefois incapables de reproduire cette performance lors de la saison suivante. Les jumeaux Sedin restent les chefs de file incontestés du club sur le plan offensif; toutefois, les Canucks éprouvent des difficultés à trouver d’autres joueurs susceptibles de former avec eux une équipe complète dans toutes ses lignes.

Une controverse sur les gardiens de but se déroule à Vancouver à l’occasion des séries éliminatoires de 2012, Cory Schneider, le gardien remplaçant, ayant été préféré à Roberto Luongo, le gardien titulaire au départ, lors de la première ronde contre Los Angeles. Roberto Luongo fait alors l’objet de rumeurs d’échange pendant près de deux ans avant d’être finalement échangé en 2014 aux Panthers de la Floride. Cory Schneider avait, lui, été échangé aux Devils du New Jersey en 2013. Pour combler ce vide devant le filet, les Canucks recrutent le gardien vétéran Ryan Miller en juillet 2014 pour former un tandem de gardiens de but avec le jeune débutant Eddie Lack.

L’année suivante, les Canucks, sous la tutelle du nouvel entraîneur en chef Willie Desjardins, se rendent aux séries éliminatoires, mais sont défaits dès la première ronde par les ambitieux Flames de Calgary. Une fois la saison terminée, Lack est échangé aux Hurricanes de la Caroline, au grand dam des partisans du club. L’équipe de Vancouver rate les séries en 2015-2016. Après une désastreuse saison 2016-2017, au cours de laquelle les Canucks ne comptent que 182 buts (la fiche la plus basse jamais enregistrée par la franchise), Willie Desjardins est remplacé dans son mandat d’entraîneur par Travis Green.

En 2016-2017, Bo Horvat est le meilleur compteur de l’équipe avec 52 points; il s’agit de la première depuis 2005-2006 qu’un des frères Sedin n’est pas en tête du classement des meilleurs compteurs. En 2017-2018, l’attaquant-recrue Brock Boeser (23e au classement en 2015) mène l’équipe avec 29 buts et 55 points, malgré le fait qu’il n’a joué que 62 matchs. Cette saison-là, Jacob Markstrom prend le relais du gardien Ryan Miller, qui quitte l’équipe pour devenir agent libre. Ces changements ne se traduisent pas en victoires pour les Canucks, qui ratent les séries pour une troisième année consécutive.

Ces déceptions, malgré tout, donnent aux Canucks la chance de se rebâtir à la séance de sélection de la LNH. L’équipe accueille ainsi deux joueurs prometteurs à la défense, Olli Juolevi (cinquième au classement en 2016) et Quinn Hughes (septième en 2018), ainsi que l’attaquant Elias Pettersson (cinquième en 2017).

Après la saison 2017-2018, les frères Sedin prennent leur retraite du hockey professionnel après avoir passé les 17 années de leur carrière à Vancouver. Ils détiennent les records de la franchise pour ce qui est du nombre de buts, de passes décisives et de points.

En 2017, le magazine Forbes estime la valeur du club à 730 millions de $ US. Les Canucks appartiennent à Sports and Entertainment, une société dirigée par Francesco Aquilini. L’équipe joue au Rogers Arena (appelé General Motors Place de 1995 à 2010) qui peut accueillir 18 860 spectateurs lors d’une partie de hockey.

Membres des Canucks de Vancouver intronisés au Temple de la renommée du hockey

Nom

Poste

Année d’intronisation 

Fred J. Hume

Propriétaire

1962

John William « Johnny » Bower

Gardien de but

1976

Andrew James « Andy » Bathgate

Ailier droit

1978

Lorne John « Gump » Worsley

Gardien de but

1980

Allan Herbert Stanley

Défenseur

1981

John Calverley « Jake » Milford

Directeur général

1984

Anthony James « Tony » Esposito

Gardien de but

1988

Norman R. « Bud » Poile

Directeur général

1990

Frank A. Griffiths

Propriétaire

1993

Roger Neilson

Entraîneur‑chef

2002

Cam Neely

Ailier droit

2005

Mark Messier

Centre

2007

Igor Larionov

Centre

2008

Pavel Bure

Ailier droit

2012

Mats Sundin

Centre

2012

Pat Quinn

Défenseur, Entraîneur

2016 (intronisé dans la catégorie des bâtisseurs)

Finales de la coupe Stanley

Finale 2011 de la coupe Stanley

Canucks de Vancouver contre Bruins de Boston

Match 1 : Vancouver 1, Boston 0

Match 2 : Vancouver 3, Boston 2 (après prolongation)

Match 3 : Boston 8, Vancouver 1

Match 4 : Boston 4, Vancouver 0

Match 5 : Vancouver 1, Boston 0

Match 6 : Boston 5, Vancouver 2

Match 7 : Boston 4, Vancouver 0

Boston remporte la série 4‑3 et la Coupe Stanley.

Finale 1994 de la coupe Stanley

Canucks de Vancouver contre Rangers de New York

Match 1 : Vancouver 3, New York 2 (après prolongation)

Match 2 : New York 3, Vancouver 1

Match 3 : New York 5, Vancouver 1

Match 4 : New York 4, Vancouver 2

Match 5 : Vancouver 6, New York 3

Match 6 : Vancouver 4, New York 1

Match 7 : New York 3, Vancouver 2

Les Rangers de New York remportent la série 4‑3 et la Coupe Stanley.

Finale 1982 de la coupe Stanley

Canucks de Vancouver contre Islanders de New York 

Match 1 : New York 6, Vancouver 5 (après prolongation)

Match 2 : New York 6, Vancouver 4

Match 3 : New York 3, Vancouver 0

Match 4 : New York 3, Vancouver 1

Les Islanders de New York remportent la série 4‑0 et la coupe Stanley.


En savoir plus // Canucks de Vancouver

En savoir plus