Kew Dock Yip

Kew Dock Yip (葉求鐸), leader communautaire, avocat, conseiller scolaire et acteur (né le 23 août 1906 à Vancouver, en Colombie-Britannique; décédé le 2 juillet 2001 à Toronto, en Ontario). Kew Dock Yip a été le premier avocat de descendance chinoise au Canada. (Voir Sino-Canadiens.) Son collègue avocat Irving Himel et lui ont joué un rôle central dans l’abrogation de la Loi de l’immigration chinoise de 1923.

Kew Dock Yip (葉求鐸), leader communautaire, avocat, conseiller scolaire et acteur (né le 23 août 1906 à Vancouver, en Colombie-Britannique; décédé le 2 juillet 2001 à Toronto, en Ontario). Kew Dock Yip a été le premier avocat de descendance chinoise au Canada. (Voir Sino-Canadiens.) Son collègue avocat Irving Himel et lui ont joué un rôle central dans l’abrogation de la Loi de l’immigration chinoise de 1923.
Kew Dock Yip, 1945

Jeunesse

Kew Dock Yip, connu dans la communauté sous le nom de Dock Yip, est né à Vancouver en 1906. Son père, Yip Sang, est trésorier pour le Chemin de fer du Canadien Pacifique et marchand réputé. Il est également le patriarche du quartier chinois de Vancouver, et est reconnu pour son leadership communautaire et son travail philanthropique dans les domaines de la santé et de l’éducation. Il a quatre épouses et 23 enfants.

Kew Dock Yip fait ses études dans de nombreuses universités. (Voir Universités au Canada.) En 1928, il s’inscrit à l’Université Columbia. Cependant, après un semestre, il effectue un transfert à l’Université du Michigan. Il y obtient son diplôme en pharmacologie en 1931. Il désire pratiquer en pharmacie en Colombie-Britannique. Toutefois, il n’est pas autorisé à pratiquer cette profession parce que les « Orientaux » n’ont pas le droit de vote. (Voir Ségrégation raciale des Canadiens d’origine asiatique.) Au lieu, il continue ses études à l’Université de la Colombie-Britannique et obtient un baccalauréat en arts en 1941. Cela fait alors huit ans qu’il travaille comme secrétaire au consulat chinois de Vancouver. À ce moment-là, il tourne son attention vers une carrière en droit. Dock Yip et sa future épouse, Victoria Chow, déménagent à Toronto, où il n’y a pas de restrictions faisant entrave à ses ambitions de poursuivre une carrière d’avocat. Le couple se marie en 1942 et ouvre un restaurant avec des partenaires d’affaires. Le restaurant fournit du travail et de la nourriture à Dock Yip et sa femme. Il permet également à Dock Yip de poursuivre des études en droit.

Yip à Toronto en 1945

Il fait trois demandes avant d’être enfin admis à la Osgoode Hall Law School. Il obtient son baccalauréat en droit en 1945. Il est le premier Canadien d’ascendance chinoise (voir Sino-Canadiens) à être admis au barreau du Canada. Il ouvre son cabinet d’avocat sur la rue Elizabeth, et ensuite dans le quartier des rues Bay et Dundas, où se trouve le premier quartier chinois de Toronto.

Yip à son bureau d'avocat au quartier chinois de Toronto

Réforme de l’immigration

Durant la Deuxième Guerre mondiale, le Canada interdit d’abord aux Chinois de s’enrôler dans le service militaire. (Voir aussi Histoire des Forces armées au Canada.) Cependant, en 1942, Dock Yip réussit à s’enrôler comme réserviste de l’armée avec les Queen’s Own Rifles of Canada. (Voir Armée canadienne.) Pendant son entraînement, il partage une tente avec Irving Himel, et ils deviennent de proches amis. Tous deux font face à de la discrimination : Dock Yip en tant que Chinois et Irving Himel en tant que Juif. (Voir Sino-Canadiens ; Juifs canadiens.) Ils finissent par s’engager tous deux à lutter contre les injustices en tant que collègues avocats. Ceci les unit dans l’objectif d’abroger la Loi de l’immigration chinoise, connue également sous le nom de Loi d’exclusion des Chinois. À partir de 1923, il a été interdit à pratiquement tous les Chinois d’entrer au Canada. Dock Yip n’était qu’un adolescent lorsque cette loi d’exclusion a été adoptée.

En 1923, j’ai assisté à de grands rassemblements chinois contre la Loi de l’exclusion. Joseph Hope, le frère aîné de Ying Hope, un homme d’affaires, a essayé de s’y opposer, mais il ne pouvait rien faire. Mon frère étudiait la médecine à l’Université Queen’s. Il est allé à Ottawa pour protester. Il ne pouvait rien y faire non plus. Il était dans la tribune de la Chambre des communes et les a simplement regardés adopter la loi. Je suis allé à une réunion où Joseph Hope a fait un discours après l’adoption de la Loi. Nous avons appelé cette journée, le 1er juillet 1923, la journée de l’humiliation. J’ai écouté Joseph Hope. Peut-être cela m’a-t-il aidé à contribuer au changement de la Loi lorsque j’ai terminé mon droit.
— Dock Yip


En 1946, Dock Yip et Irving Himel collaborent avec des défenseurs des droits des libertés civiles et des droits de l’homme de partout à travers le pays. En novembre, le Committee for the Repeal of the Chinese Immigration Act (un comité pour abroger la loi sur l’immigration chinoise) est créé sous leur direction. Soixante-neuf membres chinois et non chinois d’organisations syndicales, politiques et religieuses se joignent à eux. Tous ensembles, ils font pression avec succès et réussissent à faire abroger la loi d’exclusion en 1947.

Dock Yip avec Irving Himel à l'Université York en 1991

La défense de Dock Yip pour sa communauté se poursuit. Il fait pression sur le gouvernement jusqu’en 1966 pour abaisser les entraves à l’entrée des immigrants chinois et pour faciliter les réunifications des familles. (Voir Immigration au Canada ; Politique d’immigration au Canada.)

Vie au-delà du droit

Dock Yip parle couramment le chinois (taishanais, cantonais et mandarin). Il sert ses clients dans son bureau du quartier chinois pendant 47 ans. À ses débuts, plusieurs viennent le voir parce qu’initialement, il est le seul avocat parlant la langue chinoise à Toronto.

Je ne suis pas un homme paresseux. J’ai été occupé toute ma vie, travail travail travail. Si je cesse de travailler, je meurs. Je vous avertis. Ne vous arrêtez jamais. Trouvez-vous un autre travail au lieu de prendre votre retraite. — Dock Yip

Dans les années 1970, Dock Yip remplit deux mandats en tant que conseiller scolaire au conseil scolaire de Toronto. En 1985, à l’âge de 79 ans, il devient acteur. Il obtient des rôles dans les films Year of the Dragon (1987), Fearless Tiger (1991) et dans la série télévisée Diamonds (1987). En 1988, il joue dans un vidéoclip rock de Cindy Lauper. Il prend sa retraite du droit en 1992.

Distinctions et prix

Dock Yip, ainsi que certains de ses frères, sont membres de la Chinese Students Soccer Team qui a marqué l’histoire en 1933 en gagnant la Mainland Cup, le championnat de clubs de soccer en Colombie-Britannique. On croit que cette équipe aurait été la seule équipe composée de joueurs chinois à l’extérieur de la Chine. Les joueurs compétitionnaient à une époque où les Chinois faisaient face à un racisme grave au Canada. En Colombie-Britannique, il y avait plus de 100 politiques et lois anti-chinoises. (Voir Ségrégation raciale des Canadiens d’origine asiatique.) En 2011, les membres de l’équipe, dont plusieurs ont connu des succès remarquables, incluant le milieu de terrain Dock Yip, ont été intronisés au BC Sports Hall of Fame.

Champions du Mainland Cup en 1933

Dock Yip a reçu de nombreux prix de plusieurs organismes sino-canadiens. L’Université Ryerson l’a reconnu comme étant l’étudiant le plus âgé de son programme de formation continue. Bien qu’il était déjà connu pour son vaste savoir et ses divers intérêts, il s’y est inscrit en anglais shakespearien en 1994, à l’âge de 87 ans.

Les collègues avocats de Dock Yip le respectent hautement en tant que modèle et personne d’intégrité. En 1998, il a reçu la médaille du Barreau de la part du Barreau du Haut-Canada pour ses exceptionnels services à la profession juridique.

Il est décédé à Toronto le 2 juillet 2001, à l’âge de 94 ans. Il a laissé dans le deuil sa femme, ses trois fils et cinq petits-enfants.