Les Anciens canadiens

Les Anciens canadiens (1863), un classique canadien qui allie l'attrait du roman historique au réalisme local, est l'oeuvre de Philippe Aubert de Gaspé père, alors septuagénaire, en réponse à l'appel à la préservation du passé lancé par le journal Les Soirées canadiennes.

Les Anciens canadiens (1863), un classique canadien qui allie l'attrait du roman historique au réalisme local, est l'oeuvre de Philippe Aubert de Gaspé père, alors septuagénaire, en réponse à l'appel à la préservation du passé lancé par le journal Les Soirées canadiennes. Prenant place dans le Québec rural à l'époque de la conquête, l'action relate la vie de deux jeunes gens : Jules d'Haberville, futur seigneur de Saint-Jean-Port-Joli, et Archibald Cameron of Locheill, un exilé des Highlands amoureux de Blanche, la soeur de Jules. Leur amitié, née au collège, à Québec, et développée dans la chaleureuse ambiance du manoir d'Haberville, est mise à dure épreuve lors de la guerre de 1759, car tous deux se retrouvent dans des camps opposés. Plus tard, alors que Jules épouse une Anglaise, Blanche, par souci de l'honneur, refuse de donner la main de Blanche à Archibald, qu'elle aime.

Les romans de Walter Scott se mêlent au folklore canadien-français dans les mémoires romancés d'Aubert de Gaspé; son style anecdotique mélange des faits historiques et des légendes, comme l'histoire de la Corriveau, dans un portrait nostalgique, voire héroïque, de la Nouvelle-France. La dixième édition française, définitive, a été publiée par Fides en 1975. La traduction de Charles G.D. Roberts, The Canadians of Old (1890) est supérieure à celle de Georgina Pennée (1864).


En savoir plus // Philippe Aubert de Gaspé