Mabel Hubbard Bell

Mabel Gardiner Hubbard Bell, financière en aéronautique, leader communautaire, réformatrice sociale et militante pour les personnes sourdes (née le 25 novembre 1857 à Cambridge, au Massachusetts; décédée le 3 janvier 1923 à Chevy Chase, au Maryland). Mabel Bell donne son appui et participe aux travaux de son mari, l’inventeur Alexander Graham Bell. Son investissement financier dans les travaux de son époux fait d’elle la première financière de l’industrie de l’aviation en Amérique du Nord.Elle est une leader pour la communauté de Baddeck, en Nouvelle-Écosse, où elle et sa famille passent leurs étés. Elle propose également des réformes sociales et milite pour l’innovation dans le milieu de l’éducation.

Cliquez ici pour obtenir la définition des termes clés utilisés dans cet article.

Mabel Gardiner Hubbard Bell, financière en aéronautique, leader communautaire, réformatrice sociale et militante pour les personnes sourdes (née le 25 novembre 1857 à Cambridge, au Massachusetts; décédée le 3 janvier 1923 à Chevy Chase, au Maryland). Mabel Bell donne son appui et participe aux travaux de son mari, l’inventeur Alexander Graham Bell. Son investissement financier dans les travaux de son époux fait d’elle la première financière de l’industrie de l’aviation en Amérique du Nord.Elle est une leader pour la communauté de Baddeck, en Nouvelle-Écosse, où elle et sa famille passent leurs étés. Elle propose également des réformes sociales et milite pour l’innovation dans le milieu de l’éducation. Cliquez ici pour obtenir la définition des termes clés utilisés dans cet article.


Mabel Hubbard Bell, vers 1917

Mabel Hubbard Bell, financière, leader communautaire et épouse d’Alexander Graham Bell.

Jeunesse et éducation

Mabel Hubbard naît dans une famille riche de Cambridge, au Massachusetts. Sa mère, Gertrude Mercer McCurdy, est une femme bien éduquée et son père, Gardiner Greene Hubbard, est un avocat de renom. À l’âge de cinq ans, Mabel Hubbard est atteinte de la scarlatine, ce qui lui fait perdre l’ouïe et altère son sens de l’équilibre. À l’époque, la langue des signes est la méthode préférée pour éduquer les enfants sourds. Plusieurs pensent alors que, après avoir perdu l’ouïe, les enfants sourds perdent aussi leur habileté à parler.

Plutôt que d’envoyer sa fille à une école pour enfants sourds, comme on le fait couramment à l’époque, la mère de Mabel Hubbard lui enseigne à la maison et, plus tard, embauche des tuteurs spécialisés pour travailler avec elle. Ses tuteurs décident d’utiliser la méthode d’enseignement orale, qui implique d’apprendre à la jeune fille à lire sur les lèvres pour lui permettre avec le temps de développer de bonnes compétences orales. Grâce à son éducation, Mabel Hubbard est donc capable de s’intégrer à la communauté et d’aller à l’école avec des enfants entendants.

Mabel Hubbard et ses parents deviennent des militants pour la cause des enfants sourds. À l’âge de neuf ans, elle visite le comité législatif du Massachusetts pour s’exprimer sur la méthode d’enseignement orale, qui comprend l’enseignement de la lecture sur les lèvres. En plus de réussir à répondre à des questions de mathématiques, d’histoire et de géographie, l’enfant prouve par la clarté de son élocution que la méthode est efficace. Entre 1871 et 1873, elle voyage en Europe avec sa mère et fréquente une école à Vienne. (Voir aussi Culture des sourds.)

Mariage à Alexander Graham Bell

Photo de la famille Bell

Mabel Hubbard Bell, Alexander Graham Bell et leurs enfants, Elsie May Bell (extrémité gauche) et Marian Hubbard Bell.

Après son retour aux États-Unis en 1873, Mabel Hubbard visite un orthophoniste, Alexander Graham Bell, dans le but d’améliorer son articulation. L’homme se spécialise dans l’enseignement avec la méthode orale auprès des personnes sourdes. Bien que la jeune femme n’apprécie d’abord pas son professeur, elle en vient à l’admirer et, plus tard, à en tomber amoureuse.

Le couple se fiance en 1875 et le mariage est célébré le 11 juillet 1877 à Cambridge, au Massachusetts. De l’union naissent deux fils et deux filles, mais les deux garçons rendent l’âme en bas âge. La famille Bell vit à Washington, DC. Pendant leur union, Mabel Bell soutient son mari, qui travaille de longues journées en tant que chercheur et inventeur. Elle l’appuie financièrement et lui prodigue des conseils tout au long de sa carrière. Elle est également responsable des finances familiales.

Engagement communautaire

En 1885, le couple et ses deux filles organisent leurs premières vacances estivales à Terre-Neuve. Pendant leur séjour, ils se posent à Baddeck, sur l’île du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. Enchantés par l’endroit, ils décident d’acheter une maison de campagne en périphérie de Baddeck. La famille Bell y retourne ensuite tous les étés, parfois pendant jusqu’à six mois, et achète une terre de l’autre côté de la baie. Elle nomme cette nouvelle terre familiale « Beinn Bhreagh », qui signifie « belle montagne » en gaélique d’Écosse. Après un certain temps, le couple en vient à bâtir une grande maison sur la terre, puis des quais, des ateliers, des routes et un laboratoire. 

Photo de la résidence estivale de la famille Bell
Résidence estivale de Mabel et Alexander Graham Bell sur Beinn Bhreagh, près de Baddeck, en Nouvelle-Écosse.
Laboratoire d'Alexander Graham Bell
Le laboratoire d'Alexander Graham Bell près de Baddeck, en Nouvelle-Écosse.

Pendant ses étés passés à Baddeck, Mabel Hubbard Bell s’implique beaucoup auprès de la communauté. En 1891, elle met sur pied le Young Ladies Club of Baddeck (club des jeunes femmes de Baddeck), inspiré du regroupement de femmes de Washington, DC. Le club a comme vocation d’encourager l’éducation des femmes et de leur apporter du soutien. (Voir Organisations féminines.)

Mabel Bell montre de l’intérêt pour l’éducation et les méthodes d’enseignement novatrices. En 1895, elle fonde une association de parents à Baddeck, qui permet aux parents de contribuer au système d’éducation. En 1912, elle ouvre la première école Montessori au Canada, nommée le Children’s Laboratory (le laboratoire d’enfants), sur la terre familiale, Beinn Bhreagh. Mabel Bell y embauche une enseignante de la méthode Montessori provenant de New York pour enseigner à ses petits-enfants et à d’autres enfants du village. Au cours de la même année, elle ouvre aussi une école Montessori à Washington, DC. Elle devient plus tard la première présidente de l’Association Montessori de l’Amérique du Nord.

Les habitants de Baddeck apprécient grandement les contributions de Mabel Bell. La ville rend ainsi une ordonnance spéciale lui donnant le droit de vote pendant les élections municipales.

Financière en recherche aéronautique

L’intérêt que porte Mabel Hubbard Bell à la commercialisation des projets de son mari l’amène à devenir la première financière de l’industrie de l’aviation en Amérique du Nord. Pendant sa carrière d’inventeur, Alexander Graham Bell fait des expériences avec de grands cerfs-volants. Ses tests le mènent plus tard à faire de la recherche sur les vols motorisés. Il réussit ainsi à créer une structure solide et légère, adaptée au vol, en liant des cerfs-volants tétraédriques. Constatant le potentiel commercial de l’invention de son mari, Mabel Hubbard Bell l’aide à organiser et à financer une équipe de recherche en aéronautique.

Photo de Mabel et d'Alexander Graham Bell
Mabel Bell à l’intérieur d’une structure de cerf-volant tétraédrique, face à Alexander Graham Bell.
Photo de Mabel et d'Alexander Graham Bell
Mabel et Alexander Graham Bell qui s’embrassent à travers une structure de cerf-volant tétraédrique.
Cerf-volant tétraédrique
Vol d’un des cerfs-volants tétraédriques d’Alexander Graham Bell.

En 1907, Mabel Bell finance de sa poche l’Aerial Experiment Association (AEA; association d’expérimentation aérienne) avec une somme de 35 000 $ et aide son mari à réunir une équipe de chercheurs en aéronautique. La plupart de leurs expérimentations sont effectuées à Baddeck. L’AEA réussit à créer quatre prototypes d’avion et à battre des records de vol. En 1908, l’équipe fait voler son troisième prototype, June Bug, lors d’une compétition à Hammondsport, dans l’État de New York, ce qui lui vaut le Trophée américain de la Science pour avoir réussi un vol d’au moins un kilomètre. Le quatrième prototype, Silver Dart, réussit le premier vol humain au Canada.

L’AEA se dissout en 1909 après le décès d’un des membres de l’équipe et le départ d’un autre. Les membres restants décident alors de former la Canadian Aerodrome Company et continuent leurs recherches en aviation pendant un an.

En plus d’appuyer son mari dans ses recherches, Mabel Hubbard Bell réalise ses propres expériences scientifiques dans les sphères de l’agriculture et de la préservation des aliments. Elle travaille notamment sur la culture de légumes sous diverses conditions. Elle envoie le résultat de ses recherches à la Ferme expérimentale centrale (Ottawa) et au Bureau d’étude des sols (États-Unis).

Décès et héritage

Mabel Hubbard Bell décède le 3 janvier 1923 à Chevy Chase, au Maryland, cinq mois après son mari. Elle est enterrée à ses côtés à Beinn Bhreagh.

Ayant financé et appuyé les projets de son mari, elle laisse en héritage les réalisations en aéronautique d’Alexander Graham Bell. Ses accomplissements en tant que leader communautaire et réformatrice sociale ont également eu de grandes répercussions. Le Young Ladies Club of Baddeck (aujourd’hui nommé Alexander Graham Bell Club) est probablement l’organisation féminine la plus ancienne du Canada. L’association de parents de Baddeck s’est quant à elle étendue partout au pays pour devenir la Fédération canadienne foyer-école, une association parentale qui s’intéresse à l’éducation publique.

En 2015, Mabel Bell reçoit un doctorat honorifique à titre posthume de l’Université du Cap-Breton.


Mots clés : Mabel Hubbard Bell

Aéronautique

Science ou activité visant à bâtir et à faire voler des avions.

Financier ou financière

Personne qui gère ou prête de larges sommes à des entreprises ou au gouvernement.

Montessori

Méthode d’enseignement qui s’appuie sur les intérêts naturels des enfants plutôt que sur des techniques d’éducation formelles.

Prototype

Premier modèle fonctionnel d’un objet, comme un avion, à partir duquel les autres exemplaires sont conçus.

Tétraèdre

Objet ayant quatre faces planes.

Lecture supplémentaire

//