Men Without Hats

Formé au sein du milieu punk de Montréal en 1977, le groupe Men Without Hats devient le pionnier de la musique électro-pop au Canada, après l’adoption d’un son new-wave faisant grand usage du clavier et de synthétiseurs de batterie.

Men Without Hats

Formé au sein du milieu punk de Montréal en 1977, le groupe Men Without Hats devient le pionnier de la musique électro-pop au Canada, après l’adoption d’un son new-wave faisant grand usage du clavier et de synthétiseurs de batterie. Des mélodies simples mais entraînantes, des paroles socialement et politiquement idéalistes et la voix distincte de baryton d’Ivan Doroschuk, le chef et principal compositeur, caractérisent ce groupe. Men Without Hats jouit d’une gloire phénoménale dans le monde entier durant les années 1980 avec les succès Safety Dance et Pop Goes the World.

Débuts

Le groupe, qui tire son nom du fait qu’Ivan Doroschuk et ses deux frères et compagnons de groupe, Colin et Stefan, ne portent jamais de chapeaux durant les hivers rigoureux de Montréal, connaît de nombreuses mutations avant de sortir le 45 tours grande plage Folk of the ’80s (1980), qui comprend 4 chansons. Remarqué par Stiff Records en Grande-Bretagne et aux États-Unis, cet album leur permet finalement de décrocher un contrat avec Statik Records, dans le monde, et, aux États-Unis, avec MCA. Au moment où Man Without Hats enregistre son premier album, Rhythm of Youth (1982), le groupe se compose d’Ivan (chant), Stefan (guitare, basse), Colin (claviers, électronique), et Allan McCarthy (percussions, électronique).

Succès international

Le deuxième succès de l’album Rhythm of Youth, « Safety Dance », constitue un hymne à la liberté d’expression. Il s’inspire des confrontations d’Ivan avec des expulseurs quand il danse le pogo dans des discothèques de Montréal réfractaires au punk. Cet hymne se hisse au 10e rang dans 20 pays. De fait, Rhythm of Youth se vend à plus de deux millions d’exemplaires dans le monde. Le groupe gagne trois prix Félix en 1983, ceux du 45 tours le plus vendu, du groupe de l’année et de l’album rock de l’année, et un autre en 1984, soit celui de l’artiste s’étant le plus illustré hors Québec. Men Without Hats reçoit également des nominations aux Juno en 1984 pour le groupe le plus prometteur et le single de l’année (Safety Dance), ainsi qu’une nomination aux Grammy Awards pour un nouvel artiste.

Si la critique reste élogieuse pour Men Without Hats, le groupe n’arrive jamais à renouveler le succès commercial de son premier album. La chanson Where Do the Boys Go?, tirée de Folk of the ’80s (Part III)(1984) se classe au 40e rang au Canada en 1984. En 1985, Men Without Hats lance l’album multilingue Freeways remixé et, en 1987, Lenny Pinkas (batterie) s’intègre au groupe, qui choisit de passer à la bannière de Mercury Records. Le groupe jouit de nouveau d’une notoriété internationale avec Pop Goes the World, extrait de l’album du même nom, qui atteint le statut de platine au Canada. Il remporte un Félix en 1988 avec Pop Goes the World (1987) : celui de l’album rock anglais de l’année. En 1989, la chanson atteint la deuxième position au Canada et connaît tout un succès en se hissant au 20e rang du Billboard Hot 100. De plus, le groupe obtient une nomination pour un prix Juno pour le single de l’année.

Années 1990

Men Without Hats, remporte un disque d’or au Canada pour son album suivant, The Adventures of Women and Men Without Hate in the 21st Century (1989). L’album compte le succès « Hey Men », qui se classe parmi les 10 chansons les plus populaires, et « In the 21st Century », qui arrive parmi les 40 les plus populaires. Entre-temps, le groupe reprend un style rock à base de guitare et, en 1990, Ivan Doroschuk introduit une formation qui comprend ses deux frères, Stefan et Colin, Marc Langevin et les membres des groupes de rock québécois Voivod, les Doughboys et Idées noires. L’album qui en résulte, Sideways (1991), a un son radicalement différent de celui des disques antérieurs du groupe et ne sort pas aux États-Unis. Le groupe se sépare officiellement peu après.

En 1995, Allan McCarthy s’éteint en raison de complications liées au SIDA. Une compilation des plus grands succès du groupe, Men Without Hats: Collection, sort en 1996, sans la contribution d’Ivan Doroschuk. En 1997, celui-ci lance The Spell,un album de musique de danse, qui remporte peu de succès, et son frère Stefan lance l’album solo Ride of Glory.

Relance dans les années 2000

En 2003, Stefan et Ivan reforment le groupe et sortent l’album No Hats Beyond This Point. Stefan et Colin demeurent tous les deux actifs sur la scène musicale montréalaise, mais Ivan déménage à Victoria, en Colombie-Britannique, pour devenir père au foyer. En 2005, Safety Dance est classée au 36e rang des plus grandes chansons canadiennes de tous les temps à l’émission de la CBC Radio One 50 Tracks: The Canadian Version. En 2008, Pop Goes the World et Safety Dance reçoivent toutes les deux les prix Classics de la SOCAN pour l’atteinte de 100 000 diffusions à la radio nationale.

En 2010, citant une résurgence de la popularité du new-wave, Ivan Doroschuk reforme le groupe avec des musiciens de studio : ils commencent à jouer dans des festivals. En 2011, ils font plusieurs spectacles avec Devo et font des tournées avec The Human League et B-52s. En 2012, le groupe sort son premier album en dix ans, Love in the Age of War, qui a marqué un retour à leur son électro-pop new-wave.

Une version de cet article est parue initialement dans l’Encyclopédie de la musique au Canada.

Music of
Men Without Hats

Lecture supplémentaire

  • “NXNE 2011: Men Without Hats – Ivan Doroschuk Without Inhibitions,” Sticky Magazine, June 21, 2011.

    “Q&A: Men Without Hats’ Ivan Doroschuk on New Album, Meeting Carly Rae Jepsen and the Return of New Wave,” Rolling Stone, June 12, 2012.

    “Men Without Hats Ride the ‘Dark Wave’” National Post, June 18, 2012.

    “Men Without Hats: Recapturing the Rhythm,” Innerviews, 2012.

Liens externes