Rufus Wainwright

Ses tentatives de percer sur la scène musicale new-yorkaise s'avèrant infructueuses, il se tourne alors vers Montréal et ses scènes musicales plus accueillantes. Il se produit chaque semaine au Café Sarajevo et s'attire un petit public d'amateurs fidèles.
Ses tentatives de percer sur la scène musicale new-yorkaise s'avèrant infructueuses, il se tourne alors vers Montréal et ses scènes musicales plus accueillantes. Il se produit chaque semaine au Café Sarajevo et s'attire un petit public d'amateurs fidèles.


Wainwright, Rufus

Rufus Wainwright

Rufus Wainwright (McGarrigle-Wainwright). Chanteur, auteur-compositeur, pianiste, guitariste, compositeur (Rhinebeck, N.Y., 22 juillet 1973). Fils du musicien folk américain Loudon Wainwright III et de la chanteuse canadienne Kate McGarrigle, Rufus Wainwright est né aux États-Unis. Ses parents se séparent alors qu'il n'a que trois ans et sa mère décide d'aller s'installer à Montréal avec Rufus et sa sœur Martha Wainwright. Enfant, Rufus Wainwright joue du piano et se produit souvent sur scène en compagnie de sa mère et de sa tante Anna qui forment le duo de musique folk, les sœurs McGarrigle. À 14 ans, Rufus Wainwright chante une chanson de sa composition, "I'm a-Runnin" dans le film Les aventuriers du timbre perdu, ce qui lui vaut d'être finaliste à un prix Génie dans la catégorie Meilleure chanson originale (1989) et d'être lauréat d'un prix Juno dans la catégorie Meilleure vedette masculine la plus prometteuse de l'année (1990). Après avoir abandonné ses études de musique à l'Université McGill et à l'Université Concordia, Rufus Wainwright décide de poursuivre une carrière de musicien professionnel.

Ses tentatives de percer sur la scène musicale new-yorkaise s'avèrant infructueuses, il se tourne alors vers Montréal et ses scènes musicales plus accueillantes. Il se produit chaque semaine au Café Sarajevo et s'attire un petit public d'amateurs fidèles. Avec l'aide du producteur Pierre Marchand, il enregistre plusieurs bandes de démonstration. Son père remet ces bandes à Van Dyke Parks qui les transmet à son tour au directeur de DreamWorks, Lenny Waronker qui lui fait immédiatement signer un contrat sur son étiquette. Rufus Wainwright part dès lors s'installer à Los Angeles et commence à préparer son premier album.

Enregistrements et Prix

Son premier album éponyme est très bien accueilli par la critique et lui permet de remporter un prix Juno dans la catégorie Album de musique alternative (1999), honneur qu'il remportera une fois de plus en 2002 pour son deuxième album, Poses (2002). Le quatrième album de Rufus Wainwright, Want Two (2004), précédé de Want One (2003), est finaliste aux prix Juno dans la catégorie Meilleur album de musique alternative de l'année en 2005. Le premier single de son cinquième album qu'il produit lui-même, Release the Stars (2008), intitulé "Going to a Town", marque l'entrée de l'artiste dans l'arène de la chanson engagée; il lui vaut de plus, d'être accusé d'antiaméricanisme. L'album dans lequel performent sa mère et sa sœur ainsi que Richard et Teddy Thompson est finaliste aux prix Juno dans la catégorie Meilleur album de musique alternative de l'année en 2008. Rufus Wainwright est, quant à lui, finaliste dans la catégorie Meilleur auteur-compositeur de l'année. Son album Rufus Does Judy at Carnegie Hall (2007), enregistrement en direct d'un concert rendant hommage au concert donné par Judy Garland au Carnegie Hall en 1961 est finaliste des Grammy Awards dans la catégorie Meilleur album de chansons pop traditionnelles.

Projets spéciaux

Matthew Neenan, chorégraphe du Pennsylvania Ballet, demande à Rufus Wainwright d'écrire six chansons pour 11:11 dont la première a lieu en février 2005. En avril 2006, Rufus Wainwirght met en musique deux poèmes, l'un de Walt Whitman et l'autre d'Emily Dickinson, pour accompagner la première de la production du chorégraphe Stephen Petronio, BLOOM, au Joyce Theatre de New York. Son premier opéra, Prima Donna, dont la première a lieu au Festival international de Manchester en juillet 2009, reçoit un accueil mitigé. Rufus Wainwright répond aux critiques en expliquant qu'il a peut-être réussi à échapper au dragon, mais qu'il ne l'a pas tué. En 2011, Prima Donna remporte le Prix Dora Mavor Moore pour le meilleur spectacle musical ou opéra de l'année. Wainwright a par ailleurs travaillé avec le metteur en scène Robert Wilson sur une adaptation musicale des Sonnets de Shakespeare dont la première a eu lieu au German Theatre Berliner Ensemble en avril 2009.

Caractéristiques stylistiques

La musique de Rufus Wainwright est marquée par diverses influences, notamment Franz Schubert, Édith Piaf, Judy Garland, Leonard Cohen et Giuseppe Verdi. Elle est d'ailleurs qualifiée de pop baroque ou encore de popopéra. Richard Goldstein du magazine Village Voice compare les mélodies de Wainwright à celle des lieds et écrit : « [Il] parle sans honte aucune de sujets tabous depuis l'époque des chansons sentimentales et mélancoliques : la nostalgie inguérissable, le désir futile, le dévouement aveugle... » Alors que dans ses premiers albums, seuls les voix et le piano sont à l'honneur, ses derniers albums incorporent des arrangements rock et orchestraux.

Discographie Choisi

Rufus Wainwright. 1998. DreamWorks Records DRMSD-50039

Poses. 2002. DreamWorks Records 0044-50237-2

Want One. 2003. DreamWorks Records B000089612

Want Two. 2004. Geffen Records B0003716-00

Release the Stars. 2007. Geffen Records B0008767-02

Rufus Does Judy at Carnegie Hall. 2007. Geffen Records B0010318-02

Milwaukee at Last!!! 2009. Decca B001323802

All Days Are Nights: Songs for Lulu. 2010. Decca B0038JH3AU


Lecture supplémentaire

  • Siblin, Eric. "Crooner wears crown well: Rufus Wainwright, the progeny of folk-music nobility, is at ease with his status as reigning king of pop and keeps his ego in check with tongue in cheek," The Gazette (Montreal), 23 May 1998

    Goldstein, Richard. "A Torch Song Named Desire," Village Voice (New York), 24 Aug 1999

    T'Cha Dunlevy. "At home with Rufus: A superstar in waiting touches base in Montreal," The Gazette (Montreal), 9 Feb 2002

    Adams, Tim. "Crystal clear," The Observer (London), 20 Feb 2005

    Ryzik, Melena. "The Superfabulous World of Rufus Wainwright," New York Times, 4 Jun 2007

    Zuel, Bernard. "Rufus Wainwright," Sydney Morning Herald, 25 Jan 2008

    Smith, Tim. "Rufus Wainwright's debut opera, 'Prima Donna,' opens to mixed reviews," Baltimore Sun, 13 Jul 2009

    Lake, Kirk. There Will Be Rainbows: The Biography of Rufus Wainwright (London 2009)

    T'Cha Dunlevy. "From Pop to Opera," Ottawa Citizen, 6 Aug 2009

    "Rufus Wainwright plans 5 shows at Royal Opera," CBC Online, 23 Nov 2010

Liens externes

//