Les réserves de la biosphère des Nations Unies

Une réserve de biosphère représente l’un des écosystèmes les plus importants au monde et est divisée en trois zones : une aire centrale protégée (comme un parc ou une réserve faunique), une zone tampon autour de la zone principale et une zone de transition où ont lieu des activités économiques et culturelles durables. Le Réseau mondial des réserves de biosphère comprend 686 sites dans le monde, dont 18 se trouvent au Canada. Le Réseau fait partie du Programme sur l’Homme et la biosphère de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). Les réserves de biosphère sont désignées par l’UNESCO pour protéger la biodiversité de l’écosystème, assurer un développement durable et renforcer la capacité de la communauté locale à composer avec les problèmes humains et environnementaux.

Parc national du Mont-Riding au Manitoba
Parc national du Mont-Riding au Manitoba. Photo prise le 18 août 1998.
(avec la permission de Robert Linsdell/Flickr, CC)

Réserves de biosphère au Canada

La désignation d’une réserve de biosphère ne confère aucun statut juridique selon la loi canadienne. La participation des individus et des organisations aux activités d’une réserve de biosphère se fait sur une base volontaire et les communautés locales coordonnent généralement ces activités. L’Association canadienne des réserves de la biosphère est un organisme sans but lucratif qui assure la coordination des réserves de biosphère à l’échelle nationale. On compte présentement 18 réserves de biosphère au Canada.


Nom et emplacement

Année de désignation

Description

Mont-Saint-Hilaire (Québec)

1978

La Réserve de biosphère du Mont-Saint-Hilaire est située à environ 32 km à l’est de Montréal. La région abrite quelques-unes des dernières forêts caducifoliées anciennes de la province, lesquelles recèlent de nombreuses espèces rares et en voie de disparition. La réserve englobe une riche zone agricole le long de la rivière Richelieu ainsi qu’une importante zone urbaine. 

Waterton (Alberta)

1979

La réserve de biosphère renferme le Parc national des Lacs-Waterton, des terres d’élevage et des forêts. On y a effectué de nombreux projets de recherche et d’enseignement sur les espèces sauvages et les problèmes d’élevage. Waterton est aussi un maillon clé du corridor migratoire de la faune de Yellowstone au Yukon.

Long Point (Ontario)

1986

La réserve occupe une péninsule de 32 km qui s’avance dans le lac Érié. Elle comprend une aire nationale de faune, de petites villes, des fermes, des forêts et des aires récréatives. Long Point abrite également l’une des dernières parcelles subsistantes de forêts caroliniennes du pays et constitue une escale pour de nombreuses espèces d’oiseaux migratoires.

Mont-Riding (Manitoba)

1986

La réserve de biosphère englobe le Parc national du Mont-Riding et compte près d’un million d’hectares de terres environnantes, surtout agricoles. Ses principales activités sont les ateliers de formation pour les fermiers et l’étude des changements du paysage et de l’habitat.

 

Charlevoix (Québec)

1989

Située sur les rives du fleuve Saint-Laurent, cette réserve renferme des marais littoraux, des forêts mixtes et des écosystèmes montagnards. L’économie repose sur le tourisme, l’agriculture et la foresterie.

 

Escarpement du Niagara (Ontario)

1990

La réserve s’étend sur 725 km depuis la rivière Niagara jusqu’à la pointe de la péninsule Bruce. Elle renferme des zones protégées fédérales et provinciales et des aires récréatives. Ses activités comprennent la surveillance, le tourisme et la sensibilisation.

 

Baie Clayoquot (Colombie-Britannique)

2000

Située sur la côte ouest de l’île de Vancouver, la réserve renferme des parcs nationaux et provinciaux et des aires marines. Ses forêts pluviales tempérées, ses écosystèmes aquatiques et ses montagnes abritent un certain nombre d’espèces rares et en voie de disparition.

 

Lac Redberry (Saskatchewan)

2000

La réserve est une zone agricole renfermant un refuge d’oiseaux migratoires fédéral et une zone faunique provinciale. Le lac Redberry est un lac d’eau salée dans une région caractérisée par des étendues d’eau douce.

Lac Saint-Pierre (Québec)

2000

La réserve de biosphère est située dans un élargissement du fleuve Saint-Laurent, qui est entouré par la plus grande plaine inondable d’eau douce au Québec. Elle est constituée d’un site Ramsar (c’est-à-dire un milieu humide d’importance internationale) et de zones urbaines, agricoles et industrielles.

 

Mont Arrowsmith (Colombie-Britannique)

2000

Située sur la côte est de l’île de Vancouver, la réserve est formée de forêts tempérées et d’un important habitat d’oiseaux migrateurs. Son aire centrale comprend des parcs provinciaux et des zones nationales et provinciales de gestion de la faune.

 

Southwest Nova (Nouvelle-Écosse)

2001

La réserve englobe les cinq comtés du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse. Son aire centrale de conservation est formée de deux aires naturelles contiguës : le Parc national et lieu historique national Kejimkujik  et la région sauvage Tobeatic. Les activités de la réserve comprennent la promotion de la foresterie durable, le tourisme et d’autres aménagements.

 

Arche de Frontenac (Ontario)

2002

La réserve de biosphère est située au sud-est de l’Ontario. L’arche est une dorsale de granite qui relie les monts Adirondack au Bouclier canadien. La dorsale, en traversant la région est du lac Ontario et le début du fleuve Saint-Laurent, forme les Mille-Îles. On retrouve cinq régions forestières dans la réserve de biosphère, ce qui en fait l’un des sites les plus biodiversifiés au Canada.

Baie Georgienne (Ontario)

2004

La réserve englobe l’archipel d’eau douce le plus vaste au monde. Elle contient de nombreux habitats, dont des îles, des anses, des étendues d’eau libre et des rives de soubassement rocheux. Regroupés, ces habitats abritent plus de 100 espèces menacées. De plus, l’industrie touristique de la baie Georgienne prospère.

Manicouagan-Uapishka (Québec)

2007

La réserve de biosphère s’étend du nord du fleuve Saint-Laurent jusqu’à Baie-Comeau, au Québec. La région renferme un lac circulaire formé par une météorite. Les marais salés constituent une aire de repos pour plus de 200 espèces d’oiseaux migratoires. Les secteurs d’activité économique de la région comprennent la foresterie, l’agriculture, l’industrie minière et la pêche commerciale. 

Fundy (Nouveau-Brunswick)

2007

Située au Nouveau-Brunswick, la réserve de biosphère s’étend du nord de la baie de Fundy et renferme le parc national Fundy. La région est connue pour ses forêts acadiennes mixtes, ses marées extrêmes et ses marais salés. La réserve englobe également la région du Grand Moncton.

Lac Bras d’Or (Nouvelle-Écosse)

2011

La réserve de biosphère entoure le lac Bras d’Or sur l’île du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. Il s’agit en fait d’un estuaire où l’eau douce se mélange à l’eau salée. Le bassin versant constitue le reste de la réserve de biosphère et renferme des milieux humides et des tourbières. Située sur le territoire traditionnel des Mi’kmaq, la réserve de biosphère englobe quatre des cinq réserves mi’kmaq de l’île du Cap-Breton.

Collines-Beaver (Alberta)

2016

Située à l’est d’Edmonton, la réserve de biosphère est caractérisée par ses moraines (c’est-à-dire une accumulation de sédiments déposés par les glaciers). Elle renferme également des forêts mixtes, des prairies et des milieux humides et abrite des populations de bisons, de chevreuils, d’orignaux et de wapitis. L’agriculture et l’industrie des loisirs constituent les principales activités économiques de la région.

Tsá Tué (Territoires du Nord-Ouest)

2016

La réserve de biosphère est située sur le territoire traditionnel des Sahtu Got’ine, ou peuple du Grand lac de l’Ours, et renferme le Grand lac de l’Ours. La région est caractérisée par la forêt boréale et la taïga et abrite des populations de bœufs musqués, d’orignaux et de caribous. Les seuls humains de la région habitent à Déline, une petite communauté située sur les rives du Grand lac de l’Ours. 


Liens externes