Marnie McBean

Marnie Elizabeth McBean, O.C., rameuse, mentore, conférencière en motivation et chef de mission olympique (née le 28 janvier 1968 à Vancouver, en Colombie-Britannique). Quadruples médaillées olympiques, Marnie McBean et sa partenaire d’aviron Kathleen Heddle sont les seules athlètes canadiennes à avoir remporté trois médailles d’or aux Jeux olympiques d’été. Marnie McBean a également remporté huit médailles lors des championnats du monde. Elle est membre du Temple de la renommée olympique du Canada et du Panthéon des sports canadiens, en plus d’avoir reçu la médaille Thomas Keller, le plus prestigieux prix d’aviron. Elle est officière de l’Ordre du Canada et a été chef de mission du Canada aux Jeux olympiques d’été de 2020 à Tokyo.

Marnie Elizabeth McBean, O.C., rameuse, mentore, conférencière en motivation et chef de mission olympique (née le 28 janvier 1968 à Vancouver, en Colombie-Britannique). Quadruples médaillées olympiques, Marnie McBean et sa partenaire d’aviron Kathleen Heddle sont les seules athlètes canadiennes à avoir remporté trois médailles d’or aux Jeux olympiques d’été. Marnie McBean a également remporté huit médailles lors des championnats du monde. Elle est membre du Temple de la renommée olympique du Canada et du Panthéon des sports canadiens, en plus d’avoir reçu la médaille Thomas Keller, le plus prestigieux prix d’aviron. Elle est officière de l’Ordre du Canada et a été chef de mission du Canada aux Jeux olympiques d’été de 2020 à Tokyo.


Premières années

Marnie McBean remporte son premier trophée à 8 ans en jouant aux échecs. De nature compétitive, elle pratique presque tous les sports à l’école secondaire. Alors qu’elle fréquente l’Etobicoke Collegiate Institute à Toronto, Marnie McBean s’adonne au basket-ball, au soccer, au volley-ball, à la course de fond et à l’athlétisme. « Mais même si je pouvais faire partie de toutes les équipes de l’école, » raconte-t-elle, « je n’excellais dans aucun de ces sports. »

Après l’école secondaire, Marnie McBean fréquente l’Université Western Ontario (maintenant l’Université Western) à London, en Ontario, où elle se joint à l’équipe d’aviron de l’école et décroche, en 1997, un diplôme en kinésiologie.

Début de carrière en aviron : 1986-1990

Marnie McBean se souvient qu’à 16 ans, elle a regardé les cérémonies de clôture des Jeux olympiques d’été de 1984 et s’est dit, comme elle l’explique plus tard, qu’elle « voulait aller à une fête comme celle-là ! »

La carrière d’aviron de Marnie McBean commence après avoir vu ce sport dans le film Oxford Blues. Une publicité télévisée pour les barres chocolatées Coffee Crisp l’amène également à se poser de nombreuses questions sur l’aviron. « J’ai demandé à ma mère : “Comment apprend-on à ramer ?”. Elle n’en avait aucune idée – elle ne pouvait que me suggérer un endroit où chercher des informations. Mon parcours olympique a commencé parce que j’ai cherché le club d’aviron Argonaut dans l’annuaire téléphonique ! »

En 1986, Marnie McBean s’inscrit au programme d’apprentissage de l’aviron de l’Argonaut Rowing Club de Toronto. (Voir aussi Argonauts de Toronto.) On lui demande rapidement si elle veut devenir une membre récréative ou compétitive du club. « Je ne pouvais pas imaginer la première option et je me suis épanouie dans la seconde », a-t-elle déclaré.

Lorsqu’une amie du club d’aviron lui demande si elle va essayer de faire partie de l’équipe nationale junior, Marnie McBean est sans réponse; en effet, elle ne savait pas ce que c’est. Son amie lui apprend qu’elle a besoin d’un score sur ergomètre pour être candidate. (L’ergomètre, communément appelé erg, est une machine à ramer qui mesure les performances d’une personne, notamment la vitesse, la puissance, la distance et la fréquence des coups.) Marnie McBean trouve donc un endroit pour passer le test et enregistre des résultats qui correspondent à ceux de l’équipe nationale féminine senior. Elle intègre l’équipe, mais sa technique non raffinée laisse beaucoup à désirer. À la fin de l’année, l’entraîneur lui dit : « Je n’ai jamais vu quelqu’un aller aussi vite et être aussi mauvais, » a déclaré Marnie McBean.

Marnie McBean commence à ramer en 1986, l’année même où elle fait ses débuts dans l’équipe nationale junior. Avec Julie Jespersen Platt, elle remporte une médaille de bronze en couple sans barreur lors des championnats du monde d’aviron junior à Račice, en République tchèque. Elle fait les essais pour l’équipe nationale en 1988, mais n’est pas retenue. L’entraîneur de l’équipe, Al Morrow, lui dit en effet que « l’équipe nationale n’est pas l’endroit pour apprendre à ramer, c’est l’endroit pour apprendre à gagner ».

Marine McBean rejoint l’équipe nationale canadienne en 1989. Elle est jumelée à Kathleen Heddle, avec qui elle connaît le plus de succès. Lors des Championnats du monde de 1989 et de 1990, Marine McBean et ses coéquipières du quatre sans barreur féminin terminent en quatrième place.

Faits saillants en aviron : 1991-2000

En 1991, Marine McBean et Kathleen Heddle remportent des médailles d’or à l’épreuve à deux sans barreur et à huit aux Championnats du monde de Vienne, en Autriche. Le duo remporte ensuite l’or aux mêmes épreuves aux Jeux olympiques d’été de 1992 à Barcelone. Le Canada décroche quatre médailles d’or en aviron à Barcelone, plus qu’à n’importe quels autres Jeux olympiques.

Aux Championnats du monde de 1993 à Račice, en République tchèque, Marnie McBean décide de participer à une épreuve armée en couple à un seul rameur et remporte une médaille d’argent. (Dans les épreuves armées en couple, le rameur utilise deux rames ; dans les épreuves de pointe, il n’en utilise qu’une).

L’année suivante, Marnie McBean revient à l’aviron en équipe avec Kathleen Heddle et remporte une médaille d’argent en couple aux Championnats du monde de 1994. Aux Championnats du monde de 1995, le duo décroche de nouveau l’or en couple, ainsi que l’argent en couple. Marnie McBean et Kathleen Heddle remportent ensuite une autre médaille d’or en deux de couple et une médaille de bronze en quatre de couple aux Jeux olympiques d’été de 1996 à Atlanta. Marnie McBean et Kathleen Heddle sont d’ailleurs choisis comme porte-drapeaux du Canada pour les cérémonies de clôture.

Marnie McBean s’éloigne de l’aviron en 1997. Lorsqu’elle revient aux Championnats du monde l’année suivante, elle fait partie des équipes qui remportent l’argent dans le quatre sans barreur et le bronze dans le huit. Elle prend sa retraite de l’aviron en 2000 en raison d’une blessure persistante au dos.

Vie personnelle

Marnie McBean annonce publiquement son homosexualité en 2014. Elle épouse sa partenaire des quatre dernières années, Deanah Shelly, en avril de la même année. Elles ont une fille nommée Isabel.

Après sa carrière d’athlète, Marnie McBean devient conférencière professionnelle et mentore pour les athlètes olympiques. Elle travaille avec des athlètes en tant que spécialiste de la préparation et du mentorat des athlètes olympiques jusqu’en 2014. Elle est également chef de mission de l’équipe olympique canadienne aux Jeux olympiques d’été de 2020 à Tokyo.

Honneurs

Marnie McBean figure dans le Livre Guinness des records de 2000 en tant que première femme à avoir obtenu une médaille d’or ou d’argent de la Fédération mondiale d’aviron dans toutes les épreuves de pointe (deux, quatre et huit) et dans toutes les épreuves de couple (simple, double, quad). Elle ne rate le podium d’un Championnat du monde ou des Jeux olympiques qu’une seule fois, remportant huit médailles aux premiers et quatre aux seconds. Marnie McBean et sa partenaire d’aviron, Kathleen Heddle, sont les seules athlètes canadiennes à avoir remporté trois médailles d’or aux Jeux olympiques d’été.

Marnie McBean a été intronisée au Temple de la renommée olympique du Canada en 1994 et au Panthéon des sports canadiens en 1997. En 2002, la Fédération mondiale d’aviron lui décerne le prestigieux prix Thomas Keller en reconnaissance de sa carrière internationale exceptionnelle. Elle a reçu un doctorat honorifique de l’Université Western en 2003 et de l’Université de Calgary en 2021. En 1995, elle reçoit la médaille du service méritoire du gouverneur général et est faite officière de l’Ordre du Canada en 2013.