John Rowand

John Rowand, agent principal de la Compagnie de la Baie d’Hudson, commerçant de fourrures (né vers 1787 à Montréal ; décédé le 30 mai 1854 à Fort Pitt). John Rowand a été commerçant de fourrures pour la Companie du Nord-Ouest (CNO) et la Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH). En 1826, il est nommé au poste d’agent principal de la CBH à Fort Edmonton.

Enfance et carrière

John Rowand naît à Montréal, où son père, le Dr John Rowand, travaille comme aide-chirurgien à l’hôpital Hôtel-Dieu de Montréal. À 16 ans, John Rowand devient apprenti commis pour la société McTavish, Frobisher and Co, des partenaires de la Compagnie du Nord-Ouest (CNO).

En 1803, peu après son entrée à la CNO, John Rowand est muté à Fort Augustus (plus tard déplacé et renommé Fort Edmonton) après la fusion de la CNO et de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Vers 1810, il se casse la jambe au cours d’une excursion de chasse au bison. Il est sauvé par Louise Umfreville, qui le remet sur pied grâce à ses bons soins. Louise est la fille d’un commerçant de fourrures anglais et d’une femme crie. Peu après, le couple se marie à la façon du pays.

Agent principal de la Compagnie de la Baie d’Hudson.

En 1820, John Rowand devient partenaire de la CNO. À la suite de la fusion en 1821 de la CNO à sa rivale, la Compagnie de la Baie d’Hudson, John Rowand obtient le poste de chef de poste pour la CBH, dans le cadre duquel il gère le commerce des aliments et des fourrures à Fort Edmonton (voir aussi Routes de la traite des fourrures). En 1823, la CBH nomme John Rowand à la direction du district de la Saskatchewan, dont le quartier général se trouve à Fort Edmonton.

En 1826, John Rowand est promu et devient agent principal, une poste qu’il occupe jusqu’à sa mort, soit pendant près de 30 ans.

Le gouverneur de la CBH George Simpson considère John Rowand comme l’« un des hommes les plus affairés et énergiques dans le service [...], chaleureux et extrêmement amical. »

Surnommé « Chemise de fer » ou « Grosse montagne » par les Premières Nations en raison de son sens de la justice, de sa bravoure et de son sens aigu des affaires, il devient au cours de sa vie le colon le plus puissant des Prairies.

En 1854, alors qu’il se rend à Montréal pour un congé autorisé, John Rowand meurt subitement en intervenant dans une bagarre entre voyageurs.

Vie personnelle et familiale

John Rowand et sa femme, Louise, ont trois garçons et quatre filles. Le benjamin meurt pendant ses études à la Colonie de la rivière Rouge en 1835. Ses autres fils, John Jr. et Alexander, deviennent respectivement officier de la CBH et médecin. La fille de John Rowand, Nancy, se marie au chef de poste John Edward Harriott

.

La femme de John Rowand, Louise, décède en 1849, suivie de Nancy un an plus tard.

Après sa mort, sa fille Sophia épouse John H. McTavish, agent principal de la CBH, tandis que sa fille Margaret se marie au chef métis et politicien manitobain James McKay.