Site Archéologique des Monticules linéaires

 Les monticules linéaires consistent en deux crêtes de terre distinctes, avec des tumuli (monticules funéraires en terre de forme arrondie) circulaires à chaque extrémité, qui renferment des chambres funéraires souterraines.

Vue aérienne (1970) d'un monticule linéaire situé dans la partie non cultivée du Lieu historique national des Monticules-Linéaires. Aussi visible (coin inférieur droit) est une portion d'un second monticule qui forme un angle droite avec l'autre et s'étend dans le champ cultivé (avec la permission de E. Leigh Syms).
Représentations artistiques de contenants miniatures de poterie cérémonielle de la culture Devils Lake-Sourisford.
Pendentifs-masques en coquillage (leurs deux faces) du Manitoba et des environs, montrant les images décoratives (avec la permission de E. Leigh Syms).
Items appartenant à la culture Devils Lake-Sourisford : A-D) perles de columelle; E-F) perles de coquillage en forme de beigne; G-H) perles en os d'oiseau; I) pendentif en coquillage; J) coquillages marins percés; K-M) pipes tubulaires; N-O) manches de couteau en andouiller; Q-R) les deux faces d'une tablette de catlinite incisée; S) motif de bison incisé sur un coquillage (avec la permission de E. Leigh Syms).

Site Archéologique des Monticules linéaires

Le site des Monticules linéaires, qui comprend le Lieu historique national du Canada des Monticules-Linéaires, est situé sur la plaine surplombant la rivière SOURIS dans le sud-ouest du Manitoba. Le site consiste en deux longs monticules de terre linéaires avec des monticules arrondis à chaque extrémité et un autre petit monticule arrondi tout près. Le site a été identifié comme le meilleur exemple qui subsiste encore du Complexe funéraire Devils Lake-Sourisford avec des monticules linéaires. Il compte la plus grande concentration de monticules funéraires datant de la période préeuropéenne (avant la traite des fourrures) au Canada.

Les monticules linéaires consistent en deux crêtes de terre distinctes, avec des tumuli (monticules funéraires en terre de forme arrondie) circulaires à chaque extrémité, qui renferment des chambres funéraires souterraines. Ces constructions de terres étaient érigées en tant que mausolées honorant les défunts. Les crêtes mesuraient 198 et 299 m de longueur, respectivement, et toutes deux faisaient 6 m de largeur et 0,45 m de profondeur. Les monticules arrondis mesuraient entre 0,9 et 1,5 m de haut et entre 10,5 et 15 m de diamètre. Les monticules étaient formés en coupant l'herbe aux alentours et en transportant de grandes quantités de terre, ce qui demandait beaucoup de travail.

Le Complexe funéraire Devils Lake-Sourisford est représenté par plusieurs sites situés en bordure nord et est des plaines du Nord-Est et dans la région voisine de Parklands. Bien que la plupart des sites se concentrent le long de la rivière Souris, il y en a également dans d'autres régions du Manitoba et plus particulièrement le long de la vallée Pembina du centre-sud du Manitoba, ainsi que dans le Dakota de l'Est. Les sites sont généralement situés dans des endroits élevés, comme les plaines rases surplombant les vallées des rivières ou des promontoires tels les drumlins créés lors d'un épisode de glaciation. Les drumlins sont de longues collines ovales formées de till (sédiments déposés directement par le glacier) et pointant dans la direction du mouvement du glacier. Les monticules linéaires sont généralement plus spectaculaires en apparence, mais les monticules arrondis sont beaucoup plus nombreux. Certains monticules furent construits en une seule fois, alors que d'autres ont été construits cumulativement sur des années.

En tant qu'exemple de la culture qui correspond au Complexe funéraire Devils Lake-Sourisford, le site des Monticules linéaires comprend des structures construites par un groupe d'autochtones qui étaient impliqués dans des réseaux de traite couvrant tout le continent. Ils ont laissé des perles de dentalium (coquilles de mollusque tubulaires) provenant de la Côte Ouest, des tablettes gravées et des pipes tubulaires faites de catlinite (pierre à pipe rouge) du Minnesota du Sud, des outils de silex de la rivière Knife du Dakota du Nord, et des objets fabriqués près de l'ouest des Grands Lacs, à partir de cuivre exploité sur place. Il y avait aussi des pendentifs-masques en coquillage décorés, des pendentifs et des perles faits de conques marines ou de coquille de buccins provenant de ce qu'on connaît maintenant comme la région de la côte du Golfe du sud-est des États-Unis.

Les pendentifs-masques sont de larges pendentifs façonnés comme des visages et fabriqués à partir de la partie extérieure des spires de buccins (escargots) marins géants. Ce sont des objets spirituellement importants, attachés au cou et portés sur la gorge ou la poitrine. Ils ont des traits de visage tels des trous d'yeux creusés, une crête de nez et une bouche. Les pendentifs-masques ont parfois un motif en forme de « fourche » incisé autour des yeux, symbolisant les contours noirs que l'on retrouve autour des yeux du faucon pèlerin. Ces motifs ont été identifiés par des aînés autochtones du Sud-Est américain comme étant des représentations d'OISEAUX-TONNERRE, des divinités sacrées qui sont des messagers portant des prières au Créateur et qui font venir la pluie. D'autres icônes spirituelles incluent des tortues et des salamandres, trouvées sur de petits bols cérémoniaux, et des tortues et des bisons incisés sur les tablettes de pierre. Puisque ces gens étaient des chasseurs de BISON, ils laissaient parfois certaines parties animales en signe de respect pour les bisons et leurs esprits.

L'âge du site des Monticules linéaires n'a pas été établi, mais selon quelques dates obtenues sur d'autres sites Devils Lake-Sourisford, on croit qu'il se situe entre 800 et 1400 ap. J.C. Quelques chercheurs ont récemment proposé que ce complexe funéraire fait partie du Complexe de villages des plaines du Nord-Est, situé le long des parties centrales des rivières Red, James et Sheyenne du Dakota du Nord et daté entre environ 1200 et 1600 ap. J.C., parce que certains des vases décorés sont semblables à des tessons recueillis sur les sites de ces villages. Néanmoins, d'autres archéologues des plaines ont rejeté cette association, croyant que ces vases mortuaires sont suffisamment différents pour être classifiés comme un type d'objets en céramique distinct.

Voir aussi ARCHÉOLOGIE et PRÉHISTOIRE.


En savoir plus