12e Régiment blindé du Canada

Le 12e Régiment blindé du Canada (12e RBC) est le plus jeune des trois régiments réguliers de l’Armée canadienne. Fondé en 1871 en tant que bataillon d’ infanterie de milice, il devient un régiment blindé en 1936. En 1968, le régiment de la Force régulière est formé et prend le nom de 12e Régiment blindé du Canada. Le régiment, ou certains de ses escadrons, participe à des opérations de paix et aux missions en Afghanistan. Depuis 1968, le 12e RBC opère depuis la base des Forces canadiennes Valcartier, au Québec. Il fait partie du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada, 2e Division.

Le 12e Régiment blindé du Canada (12e RBC) est le plus jeune des trois régiments réguliers de l’Armée canadienne. Fondé en 1871 en tant que bataillon d’ infanterie de milice, il devient un régiment blindé en 1936. En 1968, le régiment de la Force régulière est formé et prend le nom de 12e Régiment blindé du Canada. Le régiment, ou certains de ses escadrons, participe à des opérations de paix et aux missions en Afghanistan. Depuis 1968, le 12e RBC opère depuis la base des Forces canadiennes Valcartier, au Québec. Il fait partie du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada, 2e Division.



Débuts

La Loi de Milice de 1868 autorise le regroupement de quatre compagnies d’infanterie indépendantes de la milice du Québec, ce qui mène à la formation du Three Rivers Provisional Battalion of Infantry (Bataillon d’infanterie provisoire de Trois-Rivières) en mars 1871. Lorsque deux autres compagnies s’y joignent en juin 1880, le bataillon perd son statut provisoire et est renommé le 86th Three Rivers Battalion of Infantry (86e Bataillon d’infanterie de Trois-Rivières). Vingt ans plus tard, l’unité change encore de nom et devient le 86th Three Rivers Regiment (86e Régiment de Trois-Rivières).

Première Guerre mondiale

Le Three Rivers Regiment, quoique non mobilisé pendant la Première Guerre mondiale, intègre le 178e Bataillon (Canadien-Français) du Corps expéditionnaire canadien (CEC). En Grande-Bretagne, le 178e Bataillon est intégré au 10e Bataillon de réserve pour venir en renfort au Corps canadien sur le front de l’Ouest.

Le saviez-vous?

En 1998, le ministère de la Défense nationale décide que le 12e RBC prendra le relais du 259e Bataillon du Corps expéditionnaire canadien en Sibérie.


Entre-deux-guerres

En 1920, le numéro 86 est retiré du nom de l’unité, qui devient tout simplement Three Rivers Regiment (Régiment de Trois-Rivières). En 1936, il devient l’un des six régiments de chars créés par l’Armée canadienne. Toutefois, aucun de ces nouveaux régiments ne possède de chars ou d’autres véhicules motorisés. Les voitures personnelles sont alors souvent utilisées pour simuler des véhicules blindés pendant les formations.

Deuxième Guerre mondiale

Le Three Rivers Regiment (Tank) est mobilisé le 1er septembre 1939, dès l’éclosion de la Deuxième Guerre mondiale. En novembre 1940, il est assigné à la 1re Brigade blindée canadienne. Pendant sa formation à la base militaire Borden, en Ontario, le régiment est renommé et devient le 12th Army Tank Battalion (The Three Rivers Regiment (Tank)) [Bataillon de chars de l’armée (Régiment de Trois-Rivières (chars))]. Il se rend en Angleterre en juin 1941, où il reçoit ses premiers chars d’assaut.

Après deux ans d’entraînement, le régiment reçoit des chars Sherman. Il débarque en Sicile en milieu d’avant-midi le 10 juillet 1943, dans le cadre de la force d’attaque menée par la 1re Division canadienne pour l’opération Husky. Le régiment se bat sur l’île pendant trois semaines. (Voir Le Canada et la campagne d’Italie.)

Le régiment met le pied en Italie continentale le 12 septembre et y mène son premier combat en octobre, alors que les Alliés font la guerre vers le nord de l’Italie. L’une des batailles les plus mémorables du régiment se déroule à Ortona du 20 au 27 décembre 1943, dans les ruines de la cité médiévale. Début mars 1945, le régiment est transféré dans le nord-ouest de l’Europe, où il prend part aux dernières batailles de la guerre.

Après-guerre

Le régiment est démobilisé en novembre 1945. Dès l’année suivante, il devient une unité de milice active. Il est ainsi converti à l’artillerie et rebaptisé 46th Anti-Tank Regiment (46e Régiment antichar). En juillet 1947, l’unité redevient un régiment blindé, mais porte cette fois-ci le nom de 24th Armoured Regiment (Three Rivers Regiment) (24e Régiment blindé (Régiment de Trois-Rivières)), le numéro 12 ayant déjà été attribué à un autre régiment. En 1949, l’unité adopte son premier nom en français et, en 1968, devient le 12e Régiment blindé du Canada (Milice) lorsqu’un régiment de la Force régulière est créé pour honorer l’histoire et les traditions du Three Rivers Regiment.

Force régulière

La création du régiment de la Force régulière vise à intégrer une unité blindée francophone dans les Forces armées canadiennes. Depuis ce temps, le 12e RBC a participé à des opérations nationales, à des missions de maintien de la paix et aux opérations en Afghanistan.

Au Canada, le régiment intervient pour assurer la sécurité pendant la crise d’octobre en 1970, les Jeux olympiques de 1976 à Montréal et la crise d’Oka en 1990 (aussi connue sous le nom de résistance de Kanesatake). Il offre aussi son aide à la suite de plusieurs catastrophes naturelles, comme des inondations et la crise du verglas de 1998.

En plus de fournir un escadron pour maintenir la paix à Chypre en 1973, le régiment participe à trois missions de six mois entre 1977 et 1991, pendant lesquelles il gère des postes d’observation. De 1984 à 1989, le 12e RBC est l’unité blindée du Canadian Air/Sea Transportable Brigade Group (CAST), qui a pour mission de renforcer les défenses norvégiennes en cas d’attaque. (La sécurité de la Norvège était capitale pour l’OTAN, compte tenu de sa proximité avec l’Union soviétique.) Un groupement tactique et plusieurs escadrons de reconnaissance du 12e RBC sont en mission dans les Balkans entre 1992 et 1996. Entre 2004 et 2011, le 12e RBC fournit cinq escadrons de reconnaissance et un escadron de chars pendant la guerre en Afghanistan.

Le saviez-vous?

Le 13 avril 2009, lorsque leur véhicule blindé percute un engin explosif en Afghanistan, quatre soldats sont blessés et la soldate Karine Blais, âgée de 21 ans et déployée depuis à peine deux semaines, perd la vie. La jeune femme est alors la deuxième Canadienne à mourir au combat.


Histoire récente

En 2019, le 12e RBC mène le groupement tactique de la présence avancée renforcée de l’OTAN en Lettonie. Le 12 juin 2021, Postes Canada met en circulation un timbre et une enveloppe commémorative pour souligner le 150e anniversaire du régiment. Aujourd’hui, le 12e RBC est le seul régiment blindé à posséder une Force régulière et une Force de réserve.

12e RBC

Honneurs de bataille

Guerre de 1812 (Distinction honorifique non blasonnable) : DÉFENSE DU CANADA – 1812-1815 – DEFENCE OF CANADA

Première Guerre mondiale : AMIENS; SIBÉRIE, 1918-1919

Deuxième Guerre mondiale : DÉBARQUEMENT EN SICILE; Grammichele; Piazza Armerina; Valguarnera; Agira; ADRANO; Vallée de Troina; SICILE, 1943; Termoli; Le Ravin; Ortona; CASSINO II; Ligne Gustav; VALLÉE DE LA LIRI; Ligne Hitler; LIGNE TRASIMÈNE; AREZZO; AVANCE VERS FLORENCE; Monte La Pieve; Monte Spaduro; ITALIE, 1943-1945; Apeldoorn; NORD-OUEST DE L’EUROPE, 1945

Asie du Sud-Ouest : AFGHANISTAN

Remarque : Les honneurs de bataille en majuscules sont ceux décernés pour une participation à de grandes opérations et campagnes. Les honneurs en gras sont blasonnables sur le drapeau régimentaire, connu sous le nom de guidon pour les unités blindées.

Insigne et traditions du régiment

Insigne : Dans une couronne de feuilles d’érable, un bouclier ovale avec la mention « 12e » au centre est entouré d’une bande où est inscrit ADSUM en haut et REGIMENT BLINDE en bas. On aperçoit un castor sur une bûche au bas de la couronne, et le tout est coiffé de la Couronne.

Devise : Adsum (mot latin signifiant « présent »).

Célébration du régiment : Anniversaire du régiment le 6 mai 1968.