Automobile

Peu d'inventions ont eu autant de répercussions sur le monde que l'automobile. La première voiture, construite au Canada par Henry Seth Taylor en 1867, est accueillie comme une innovation, tout comme le seront les véhicules monocylindriques importés des États-Unis en 1898.


Illustration de la Ware Steam Carriage

Le père Georges-Antoine Belcourt de Rustico, à l'Î.-P.-É., a importé la Ware Steam Carriage du New Jersey en décembre 1866. Pour souligner le 150e anniversaire de cet événement en 2016, l'Assemblée législative de l'Î.-P.-É. a reconnu la voiture comme la première automobile au Canada. 

(Avec la permission de Rudy Croken et Wilfred Moase)

Automobile

Peu d'inventions ont eu autant de répercussions sur le monde que l'automobile. La première voiture, construite au Canada par Henry Seth Taylor en 1867, est accueillie comme une innovation, tout comme le seront les véhicules monocylindriques importés des États-Unis en 1898. C'est la création de Ford Motor Co. Ltd. of Canada, en 1904, qui lance l'industrie de l'automobile canadienne. Dès 1913, le pays compte environ 50 000 véhicules motorisés et, en 1985, près de 15 millions.

Deuxième pays en termes de rapport automobiles/habitants, le Canada est souvent considéré comme dépendant de l'automobile. Aujourd'hui, on utilise l'automobile dans 78 p. 100 des trajets entre la maison et le travail, 86 p. 100 de tous les voyages d'étape et 88 p. 100 de toutes les utilisations combinées. Les véhicules canadiens parcourent près de 15 milliards de kilomètres par année, sur près d'un million de kilomètres d'autoroutes, de routes et de rues.

Le nombre de véhicules dans chaque province est généralement proportionnel à sa population, l'Ontario comptant le plus d'automobiles (plus de 5 millions en 1985) et l'Île-du-Prince-Édouard le moins (76 000).

Les premières automobiles sont utilisées par leurs riches propriétaires pour la course et le divertissement. Bien que motorisés, ces véhicules ne sont en vérité que des « voitures sans cheval », guère plus que de légers bogheis dotés d'une force motrice. Ils sont coûteux, peu fiables et même dangereux. Les premières automobiles sont fabriquées à la main et parfois sur commande. Ransom Olds conçoit le principe des pièces interchangeables, qui permettent la production par chaîne de montage. Les coûts ainsi réduits, l'automobile devient accessible à de nombreux clients jusque là découragés par des prix excessifs.

La production augmente de pair avec les ventes. Désormais, le centre mondial de l'automobile, Detroit, au Michigan, et la ville voisine de Windsor, en Ontario, prospèrent. Grâce à l'automobile, on voyage davantage et plus facilement, et les voyageurs de commerce couvrent plus de territoire. Elle permet, en outre, d'habiter plus loin de son lieu de travail, ce qui entraîne des répercussions majeures sur l'aménagement urbain (voir Design d'environnement). Il faut construire davantage de rues, de routes et d'autoroutes. L'automobile donne lieu à une prolifération de stations-service, de garages, de compagnies d'assurances et de nombreux autres genres de services.

Aujourd'hui, l'automobile représente, de concert avec ses fournisseurs, son infrastructure et ses industries dérivées, une composante importante de l'économie, notamment l'industrie de la construction. Le transport consomme près de la moitié de tout le pétrole utilisé au Canada et l'automobile à elle seule, près de la moitié de cette quantité, soit autant que tous les autres moyens de transport réunis.

L'impact énorme de l'automobile a ses contrecoups. Les terrains occupés par les chemins, les routes et les autoroutes auraient pu être alloués à l'agriculture et à la construction d'habitations ou de parcs. L'inquiétude suscitée par cette perte au profit de l'automobile incite les groupes environnementaux à exercer des pressions qui sont responsables, notamment, de l'annulation des projets de construction de l'autoroute Spadina, à Toronto, et des projets d'expansion des autoroutes dans les parcs nationaux de l'Ouest.

Chaque année, les automobiles canadiennes produisent des millions de tonnes de gaz carbonique, d'oxyde de carbone, de particules diverses et d'autres gaz nocifs, qui sont en partie responsables du smog, véritable plaie dans beaucoup de régions (voir Pollution de l'air; Pollution). Les normes antipollution pour les automobiles sont moins rigoureuses au Canada qu'aux États-Unis. Un grand nombre de véhicules vendus au Canada ne satisfont pas aux exigences minimales de l'Environmental Protection Agency des États-Unis.

Les blessures subies par les Canadiens sont de loin beaucoup plus attribuables à l'automobile qu'à tout autre moyen de transport. Les jeunes en sont souvent les victimes : en 1985, par exemple, 52 p. 100 des personnes tuées dans des accidents d'automobile avaient entre 15 et 34 ans. Avant 1980, les statistiques concernant les accidents incluaient tous les accidents d'automobile rapportés. Depuis 1980, les statistiques compilées par les gouvernements provinciaux ne tiennent compte que des accidents avec décès ou blessures. En 1985, le Territoire du Yukon a enregistré le plus faible nombre d'accidents mortels par nombre de véhicules/km, et l'Île-du-Prince-Édouard, le nombre le plus élevé.

Au cours des dernières années, toutes les provinces ont adopté des lois qui rendent obligatoire le port de la ceinture de sécurité. Les experts en matière de sécurité estiment que le port de la ceinture a réduit les décès et la gravité des blessures. Depuis qu'on a intensifié les campagnes sur les bienfaits de la ceinture, les automobilistes l'utilisent de plus en plus.

Aujourd'hui, la plupart des automobiles au Canada fonctionnent à l'essence; un nombre restreint roulent au diesel. Certains véhicules (surtout les taxis et les flottes de véhicules commerciaux) fonctionnent au propane, au gaz naturel liquéfié et au moyen d'autres produits pétroliers. L'alcool peut servir de carburant, mais il est généralement plus coûteux que l'essence. Selon les promoteurs, les véhicules à propulsion électrique ont un avenir prometteur. Toutefois, ils sont très peu utilisés jusqu'à maintenant en raison de leur coût, du poids de leur batterie et de leur rayon d'action réduit.

Voir aussi Clubs automobiles.


Liens externes