Exportations

Les exportations sont l'ensemble des biens et des services qu'un pays vend à d'autres pays. Au cours de l'année 96, les ventes du Canada à l'étranger ont totalisé 330 milliards de dollars, répartis comme suit : 268 milliards de marchandises (81,2 p. 100), 39 milliards de services (11,8 p.

Exportations

Les exportations sont l'ensemble des biens et des services qu'un pays vend à d'autres pays. Au cours de l'année 96, les ventes du Canada à l'étranger ont totalisé 330 milliards de dollars, répartis comme suit : 268 milliards de marchandises (81,2 p. 100), 39 milliards de services (11,8 p. 100) et près de 18 milliards de revenu de placement (5,4 p. 100).

Marchandises

Au cours des décennies, les États-Unis sont devenus un destinataire de plus en plus important pour les exportations de marchandises canadiennes. La part des exportations vers ce pays, qui était de 36 p. 100 en 1928, est passée à 82 p. 100 en l996, les hausses ayant été plus marquées pendant les années 90 en raison de l'Accord de libre-échange nord-américain, entré en vigueur le 1er janvier 1989. Le Japon est devenu le deuxième marché en importance, même s'il représente seulement 4 p. 100 des expéditions canadiennes, ce qui le place loin derrière les États-Unis. L'ensemble des pays de l'Union européenne, le Royaume-Uni y compris, ne compte que pour 5,7 p. 100 des exportations.

Le reste des exportations, soit 9,2 p. 100, se fait vers tous les autres pays du monde. Cela comprend les expéditions de céréales (surtout de blé) vers la Chine et le Brésil; les envois de bois et de produits chimiques vers la Corée et Taïwan; différents produits agricoles, ainsi que du matériel de communication et autres équipements vers divers pays du Sud-Est asiatique, de l'Amérique latine et du Moyen-Orient.

Un groupe de marchandises domine les exportations canadiennes, celui des automobiles et des pièces d'automobile. En 1996, ce groupe, dont 98 p. 100 sont destinés aux États-Unis, représentait 62 milliards de dollars, soit 23 p. 100 de toutes les exportations de marchandises. Un autre groupe compte lui aussi pour 23 p. 100 des exportations. Il est constitué de trois sous-groupes : matériel agricole et industriel (5 p. 100); matériel de transport et d'aéronautique (4,6 p. 100); autres équipements et machines, y compris du matériel de communication et de bureau (13,5 p. 100).

Outre ces groupes, une grande partie du reste des exportations du Canada repose sur les abondantes ressources naturelles du pays. En 1996, celles-ci comprenaient, par ordre d'importance, les produits forestiers, comme le papier journal, le bois d'oeuvre et la pulpe de bois (12,5 p. 100), les produits énergétiques, comme le pétrole, le gaz, le charbon et l'électricité (9,5 p. 100), les métaux bruts et transformés et les minéraux (8,9 p. 100), les produits alimentaires, comme les céréales, les viandes rouges et le poisson (8,4 p. 100), les engrais et les produits chimiques (5,2 p. 100) et divers biens et matériaux industriels (4 p. 100).

Au cours de la dernière décennie, la valeur des exportations de marchandises a augmenté à un taux moyen annuel composé de 8,3 p. 100. De ce pourcentage, 2,4 p. 100 environ reflète simplement la hausse des prix alors que le reste, soit 5,9 p. 100, représente la croissance du volume réel ou de la quantité des expéditions. Le groupe qui a connu la croissance la plus rapide en volume ou en dollars constants de 1986 est celui du matériel de bureau, dont les ventes ont été multipliées par 13. Les exportations de gaz naturel ont aussi connu une croissance assez rapide (coefficient atteignant jusqu'à 3,8), de même que celles des engrais, des produits chimiques et d'autres biens manufacturés (chaque groupe voyant son volume de ventes multiplié par 2,25).

Services

Les recettes du Canada tirées des ventes de services aux non-résidants sont réparties en trois groupes principaux : recettes touristiques provenant des étrangers venant au Canada en voyage d'affaires ou d'agrément (31 p. 100), recettes découlant de l'utilisation de réseaux de transport exploités par des entreprises canadiennes, pour les exportations et les expéditions de biens et de services étrangers vers le Canada ou à l'étranger (31 p. 100), et les recettes tirées des services commerciaux, qui sont soit des services techniques ou des services de consultation vendus à l'étranger, soit des commissions, des assurances, des communications et autres (36 p. 100). Ce dernier groupe est celui dont la croissance a été la plus forte pendant les trois dernières décennies.

Le reste des recettes, soit 2 p. 100, consiste en revenus tirés des gouvernements étrangers au titre de leurs frais de représentation diplomatique au Canada et provient aussi d'autres sources diverses. La proportion de recettes totales provenant des États-Unis est inférieure (seulement 54 p. 100) à celle des marchandises.

Revenus de placement

Les revenus de placement consistent en revenus tirés de l'exportation de services relatifs aux capitaux, c'est-à-dire les revenus provenant des prêts et des placements canadiens à l'étranger, y compris la valeur des gains générés par les investissements directs dans d'autres pays et qui y sont réinvestis. Comme les placements en capital-actions à l'étranger augmentent, les dividendes représentent maintenant la plus grande composante (41,8 p. 100) des revenus de placement. Les gains réinvestis par les sociétés canadiennes à l'étranger ont augmenté de près de 12 p. 100 et les revenus d'intérêt forment le reste des revenus de placement.

Voir aussi BALANCE DES PAIEMENTS; LIBRE-ÉCHANGE; IMPORTATION; COMMERCE INTERNATIONAL.