Catherine Schubert

Catherine Schubert (née le 23 avril 1835 à Rathfriland, County Down, Irlande; morte le 18 juillet 1918 à Armstrong, Colombie-Britannique). Catherine Schubert est la première femme européenne à s’être rendue par voie terrestre de Fort Garry (aujourd’hui Winnipeg, Manitoba) jusqu’à Kamloops, en Colombie-Britannique, un voyage effectué avec le groupe des « Overlanders ».

Catherine Schubert (née le 23 avril 1835 à Rathfriland, County Down, Irlande; morte le 18 juillet 1918 à Armstrong, Colombie-Britannique). Catherine Schubert est la première femme européenne à s’être rendue par voie terrestre de Fort Garry (aujourd’hui Winnipeg, Manitoba) jusqu’à Kamloops, en Colombie-Britannique, un voyage effectué avec le groupe des « Overlanders ».



Catherine O’Hare Schubert est la première femme européenne à s’être rendu par voie terrestre de Fort Garry (aujourd’hui Winnipeg, Manitoba) à Kamloops, en Colombie-Britannique.
(avec la permission du Royal BC Museum, BC Archives /
A-03081/virtualmuseum.ca)


Jeunesse et émigration en Amérique du Nord

Catherine O’Hare naît à County Down, Irlande, en 1835. Son père, James O’Hare, est tisserand de lin et trouve difficilement du travail à cause de l’industrialisation de la production textile. La situation de la famille est aggravée par la grande famine d’Irlande et une épidémie de typhus dans les années 1840. Âgée de 16 ans, Catherine, la plus jeune des neuf enfants de la famille O’Hare, s’inscrit à un cours de science domestique que le gouvernement britannique offre aux jeunes Irlandaises intéressées à émigrer en Amérique du Nord pour devenir domestiques. Après avoir traversé l’océan Atlantique en troisième classe, elle travaille comme bonne pour un ménage fortuné à Springfield, Massachusetts, où elle apprend à lire durant ses temps libres.

Mariage

En 1855, Catherine épouse Augustus Schubert (1826–1908), un menuisier qui a immigré aux États-Unis en provenance de Dresde, en Saxe (aujourd’hui en Allemagne). Le couple déménage à St. Paul, la capitale du nouveau territoire du Minnesota, où Augustus travaille comme menuisier et Catherine tient un commerce d’épicerie et boulangerie. La région connaît de l’agitation, et un négociant de fourrure en visite au magasin, Norman Kittson, suggère à la famille d’émigrer dans la Colonie de la rivière Rouge , dans la Terre de Rupert , un territoire qui appartient alors à la Compagnie de la Baie d’Hudson .

Fort Garry et les « Overlanders »

Les Schubert se rendent à Fort Garry (aujourd’hui Winnipeg ) en décembre 1860 avec leurs enfants Augustus « Gus » (né en 1856), Mary Jane (née en 1858) et James « Jimmy » (né en 1860). La famille s’installe à St. Boniface , où elle tient une petite ferme et un magasin général. En 1861, la maison et la ferme des Schubert sont détruites par une inondation. En mai 1862, un groupe de 150 mineurs venus du Canada, des États-Unis, du Royaume-Uni et d’Australie arrive à Fort Garry à bord d’un vapeur à aubes, avec le projet de rejoindre l’Ouest par voie terrestre, ayant entendu parler de la ruée vers l’or du Cariboo en Colombie-Britannique .

Au début du 20e siècle, Mark Sweeten Wade, officier médical pour le Chemin de fer du Canadien Pacifique et historien, a réalisé des entrevues avec les « Overlanders  » survivants. Selon lui, Augustus Schubert était déterminé à se joindre au groupe et à voyager jusqu’à Cariboo dans l’espoir de faire fortune. De plus, « Mme Schubert était tout aussi déterminée à ce qu’il ne parte pas seul, et à ce que la famille entière partage les périls du voyage, la conséquence étant que la règle selon laquelle aucune femme ne serait incluse dans l’expédition serait suspendue à son bénéfice. » Catherine ne révèle pas qu’elle attend son quatrième enfant, tenant pour acquis que le groupe arrivera à destination avant la naissance du bébé.



Voyage par voie terrestre jusqu’en Colombie-Britannique

Catherine Schubert voyage vers l’Ouest à dos de cheval avec Gus et Mary Jane dans des paniers de part et d’autre de sa selle, tandis qu’Augustus transporte Jimmy. Les Overlanders bravent le mauvais temps, les moustiques et une inondation de la rivière Saskatchewan . Plus tard, Gus se souviendra des « grincements et grognements sans fin des chariots de Red River » qui transportent leurs affaires, le long des 1 600 km que la famille parcourt vers l’Ouest, traversant les Prairies jusqu’à Fort Edmonton . Les Overlanders y achètent de nouveaux chevaux et de la nourriture, et engagent un guide métis , André Cardinal, pour le trajet du col Yellowhead , dans les Rocheuses , jusqu’à Tête Jaune Cache sur le fleuve Fraser . Les sentiers de montagne sont étroits, et plusieurs chevaux se tuent en chutant. Les Schubert traversent des rivières glacées et cheminent péniblement dans d’étroits cols montagneux avec leurs enfants attachés sur le dos.

Selon un autre Overlander, Alexander Fortune, « Une grande sympathie se manifestait envers la mère brave et dévouée de ces trois enfants. Sa présence dans la compagnie contribua à cultiver un traitement aimable et plus humain d’homme à homme. » La présence de Catherine et de ses enfants rassure aussi les communautés de Premières Nations rencontrées le long du chemin à l’effet qu’il ne s’agit pas d’une expédition guerrière et qu’ils voyagent avec des intentions pacifiques.



Arrivée à Kamloops

Le 2 septembre 1862, les Schubert quittent Tête Jaune Cache avec 36 autres Overlanders . Leur intention est de descendre la rivière Thomson en canot jusqu’à Kamloops . (Les autres membres de l’expédition ont plutôt choisi de descendre le fleuve Fraser ). Le voyage sur la rivière Thomson prend six semaines, pendant lesquelles les Schubert et les autres membres du groupe font face à des conditions dangereuses sur la rivière. Après avoir perdu un canot contenant leur nourriture et d’autres approvisionnements, ils sont forcés de chercher des plantes comestibles dans les forêts environnantes.

Le 14 octobre 1862, Catherine commence à accoucher non loin de Fort Kamloops. Des femmes de la Première Nation de Shuswap assistent à la naissance. Un Overlander, M. DeWitt, relate dans son journal : « La pauvre femme a été confinée ici et a présenté à son mari une belle petite fille, à la grande surprise de beaucoup dans le groupe. » Les Schubert songent à nommer leur nouvelle née Kamloops, mais choisissent plutôt Rose, en l’honneur des cynorrhodons (faux fruits de rosiers sauvages) qui les ont sauvés de la famine pendant les dernières semaines de leur voyage.

Le chef de l’expédition, Thomas McMicking, fait l’éloge de Catherine dans son journal : « En réalisant ce voyage, Mme Schubert a accompli une tâche où bien peu de femmes auraient pu l’égaler ; et avec en outre les soins de trois jeunes enfants, une tâche que bien peu d’hommes auraient eu le courage d’entreprendre. » À Fort Kamloops, les Schubert travaillent pour la Compagnie de la Baie d’Hudson pendant l’hiver 1862-1863, Augustus comme menuisier et Catherine comme cuisinière.

Vie ultérieure

Les Schubert deviennent les parents de deux autres enfants, Charles (né en 1870) et Catherine Honora « Nora » (née en 1872). Catherine tient un hôtel et un restaurant à Lillooet tandis qu’Augustus consacre ses étés à prospecter de l’or à Quesnel , avec peu de succès. Catherine enseigne aussi aux enfants de la région dans sa maison et offre des services de sage-femme . En 1881, Augustus abandonne la recherche de l’or et la famille achète une ferme dans la vallée d’Okanagan . Les Schubert construisent une école dans leur propriété et convainquent le gouvernement de Colombie-Britannique d’envoyer un professeur dans la vallée d’Okanagan en 1885. Après qu’Augustus s’est tué en tombant d’une échelle en 1908, Catherine vend la ferme et déménage à Armstrong , en Colombie-Britannique . Elle meurt en 1918.

Postérité

Le 1er juillet 1926, un mémorial est dévoilé à Armstrong où on peut lire ces mots : « En l’honneur de Catherine Schubert qui fut, avec son mari et trois jeunes enfants, membre de la dangereuse expédition des Overlands de 1862 dans les Rocheuses canadiennes de Fort Garry à Kamloops . Une pionnière brave et remarquable. » Depuis 2003, une statue à l’effigie d’Augustus et Catherine Schubert avec un de leurs enfants se trouve à Kamloops. Une rue de Kamloops, Schubert Drive, a été nommée en l’honneur de la famille. 


//