Overlanders de 1862

Les Overlanders de 1862 sont un groupe de colons, partis du fort Garry, la future Winnipeg, au Manitoba, vers les terres intérieures de la Colombie‑Britannique, dans la foulée de la ruée vers l’or de Cariboo. Ce groupe a à sa tête Thomas McMicking, du canton de Stamford, dans le comté de Welland, au Canada‑Ouest (l’Ontario d’aujourd’hui).

Les Overlanders de 1862 sont un groupe de colons, partis du fort Garry, la future Winnipeg, au Manitoba, vers les terres intérieures de la Colombie‑Britannique, dans la foulée de la ruée vers l’or de Cariboo. Ce groupe a à sa tête Thomas McMicking, du canton de Stamford, dans le comté de Welland, au Canada‑Ouest (l’Ontario d’aujourd’hui).


« Crossing Swamps »
Près de Headquarters, Nord de la Saskatchewan. Aquarelle de William Hind, 1859.

En 1862, des groupes d’hommes du Canada‑Ouest, du Canada‑Est, des États‑Unis, du Royaume‑Uni et de l’Australie se rendent, par bateau et par le chemin de fer américain, en direction de fort Garry, aujourd’hui Winnipeg. Attirés par les nouvelles de riches découvertes d’or dans la chaîne Cariboo (voir Ruée vers l’or de Cariboo), ils prévoient de se rendre jusqu’en Colombie-Britannique, par voie terrestre. Au fort Garry, ils fusionnent en un seul groupe d’environ 150 personnes et choisissent Thomas McMicking comme chef. Auguste et Catherine Schubert, accompagnés de leurs trois enfants, font partie de ce groupe.

Le saviez‑vous?
Catherine O’Hare Schubert était la seule femme overlander. Au moment où le groupe quitte fort Garry, en juin 1862, elle avait déjà parcouru une longue distance. Née en Irlande en 1835, elle avait immigré en Amérique du Nord à l’adolescence. Alors qu’elle travaillait comme femme de chambre, dans le Massachusetts, Catherine a épousé un immigrant allemand, Augustus Schubert, en 1855. Le couple s’est finalement installé à Saint‑Boniface, avant de perdre sa maison lors d’une inondation, en 1861. Lorsque les Overlanders sont arrivés à fort Garry, les Schubert ont décidé de se joindre à eux. Catherine était enceinte pendant le voyage et a donné naissance à son quatrième enfant à Kamloops, en Colombie‑Britannique.

Catherine O’Hare Schubert

Catherine O’Hare Schubert est la première femme européenne à s’être rendu par voie terrestre de Fort Garry (aujourd’hui Winnipeg, Manitoba) à Kamloops, en Colombie-Britannique.
(avec la permission du Royal BC Museum, BC Archives /
A-03081 /virtualmuseum.ca )

Le groupe part de Fort Garry au début de juin 1862, voyageant avec des charrettes de la rivière Rouge et quelques chevaux. Il atteint le fort Edmonton, le 21 juillet 1862, et troque ses charrettes contre des chevaux de bât. Certains membres du groupe décident de rester sur place. Les autres embauchent André Cardinal, un guide métis, en vue du difficile voyage, par le col de Yellowhead dans les montagnes Rocheuses, jusqu’à Tête Jaune Cache sur le Fraser. Les Overlanders doivent traverser des rivières glacées et se faufiler difficilement le long d’étroits cols de montagne. Lorsqu’ils atteignirent Tête Jaune Cache, ils sont proches de mourir de faim. Ils sont sauvés par une bande de Secwepemc (voir Salish du continent) qui leur fournit des provisions.

« Crossing the Pembina River, 1862 »

« Crossing the Pembina River, 1862 », croquis par William George Richardson Hind, août 1862. 

(courtesy Bibliothèque et Archives Canada, Acc. No. 1963-97-1.85R)

Le groupe se sépare le 1er septembre 1862. Quelques‑uns, dont la famille Schubert, décident de descendre la rivière Thomson, en direction de Kamloops. Thomas McMicking et le reste du groupe descendent le fleuve Fraser jusqu’au fort George, aujourd’hui Prince George. Tous les membres de la caravane d’origine survivront, à l’exception de six d’entre eux. Certains se rendent jusqu’aux champs aurifères de Cariboo, pour constater, arrivés sur place, que les gisements d’or sont pratiquement épuisés. Bon nombre d’entre eux, dont Thomas McMicking et son frère Robert, mèneront, par la suite, une brillante carrière en Colombie‑Britannique.

Le saviez‑vous?
L’artiste William George Richardson Hind a également voyagé avec les Overlanders. Il a rendu compte de l’expérience du groupe, traversant à gué des ruisseaux, chassant le buffle et passant le temps au camp, au cours de son périple. Ultérieurement, il a produit une série de peintures sur le voyage lui‑même et sur la vie dans l’Ouest, notamment sur celle des mineurs de Cariboo.

« Tales Over the Camp Fire, 1862 »

« Tales Over the Camp Fire, 1862 », croquis par William George Richardson Hind, juillet 1862. 

(avec la permission de Bibliothèque et Archives Canada, Acc. No. 1963-97-1.40R)