Ruée vers l’or de Cariboo

La ruée vers l’or de Cariboo, entre 1861 et 1867, est la plus célèbre de l’histoire de la Colombie-Britannique.

La ruée vers l’or de Cariboo, entre 1861 et 1867, est la plus célèbre de l’histoire de la Colombie-Britannique.


Prospection

Elle a lieu dans la région isolée et éloignée de la chaîne des montagnes Cariboo, approximativement entre 1861 et 1867. Elle commence quand les prospecteurs, attirés par la ruée vers l’or du fleuve Fraser, découvrent de l’or dans la rivière Horsefly. Quand la nouvelle qu’un abondant gisement d’or a été trouvé, non loin du substrat rocheux, à Barkerville, se propage, de nombreux chercheurs d’or sont aussi attirés vers les anciens territoires de traite des fourrures de Chilcotin et de Carrier. Pour améliorer le transport vers les champs aurifères de Cariboo, le gouverneur James Douglas ordonne la construction de la route Cariboo, sur 650 km, de Yale à Barkerville.

Barkerville

Vue de Barkerville, lors de l’entrée de la Colombie-Britannique dans la Confédération, aux environs de 1869.
(avec la permission de
Bibliothèque et Archives Canada/PA-061940.)

Contrairement à la ruée vers l’or du fleuve Fraser, qui voit un afflux massif de mineurs américains, la ruée vers l’or de Cariboo attire de nombreux Canadiens. Le groupe des Overlanders de 1862, parti du fort Garry, la future Winnipeg, au Manitoba, en direction de l’ouest, vers les terres intérieures de la Colombie-Britannique, comprend des hommes originaires du Canada-Ouest, qui deviendra l’Ontario, du Canada-Est, qui deviendra le Québec, de l’État de New York, du Royaume-Uni et d’Australie.

« Tales Over the Camp Fire, 1862 »

« Tales Over the Camp Fire, 1862 », croquis par William George Richardson Hind, juillet 1862. 

(avec la permission de Bibliothèque et Archives Canada, Acc. No. 1963-97-1.40R)

Le saviez-vous?
Auguste et Catherine Schubert, accompagnés de leurs trois enfants, faisaient partie des Overlanders de 1862. Catherine, la seule femme de ce groupe, a fait ce périlleux voyage pendant sa grossesse. Elle a donné naissance à son quatrième enfant à Kamloops, en Colombie-Britannique. Le groupe comprenait également l’artiste William George Richardson Hind.

Ruisseau Williams

Extrémité aval du ruisseau Williams, Marysville, district de Cariboo (Colombie-Britannique, 1865).
(photo de Charles Gentile, avec la permission de Bibliothèque et Archives Canada/C-088925.)

Les découvertes d’or libre les plus prometteuses sont faites au niveau des ruisseaux Williams, Lightning et Lowhee. La première, à 125 km au sud-est de Prince George, s’avère la plus riche en or et devient le centre de l’exploitation minière du district. Là, dans un canyon aux parois escarpées, formant le lit d’un ruisseau isolé, on établit trois villes, Richfield, Camerontown et Barkerville, consacrées respectivement aux approvisionnements, aux services et à l’administration. Des trois, Barkerville sera la seule à survivre à l’époque du boum minier.

Les riches gisements de Barkerville sont exploités de 1864 aux années 1930. Cette activité exige l’emploi de technologies onéreuses et complexes, y compris des lances hydrauliques géantes dirigeant des jets d’eau pour laver les collines riches en or dans des rampes de lavage, et l’établissement d’une communauté minière permanente. La production d’or placérien du Cariboo a atteint environ 50 millions de dollars.

Ville minière

Vue d’une ville minière du district de Cariboo (Colombie-Britannique, 1865).
(photo de Charles Gentile, avec la permission de Bibliothèque et Archives Canada/C-088916.)


En savoir plus // Les ruées vers l'or

Lecture supplémentaire

  • M. McNaughton, Overland to Cariboo (1898, repr 1973).