Canadiens philippins (Philippino-canadiens)

L’immigration en provenance des Philippines est récente; elle remonte aux années 1970. Selon le recensement de 2016, 837 130 personnes ont déclaré avoir des origines philippines. Les Canadiens philippins constituent ainsi le groupe d’immigrants de l’Asie du Sud-Est le plus important. Les Philippines occupent également le premier rang des pays de naissance des personnes qui ont immigré au Canada de 2006 à 2016. Les Canadiens philippins sont très engagés dans la vie culturelle, sociale et politique du Canada. Dans le domaine des arts et de la culture, on connaît la chanteuse Joey Albert, le bédéiste J. Torres et le metteur en scène C. E. Gatchalian. En politique, Conrad Santos a été le premier Canadien d’origine philippine élu à une assemblée législative au Canada; c’était en 1981 au Manitoba. En 1988, le Dr Rey D. Pagtakhan est devenu le premier à siéger à la Chambre des communes et Tobias Enverga, le premier sénateur, nommé en 2012.

Conrad Santos
Premier Canadien d'origine philippine élu à une assemblée législative.
Mable Elmore


Présentation

Les Philippines forment un archipel de 7 083 îles dans l’océan Pacifique occidental. En 2015, la population s’élevait à près de 101 millions de personnes réparties sur un territoire de 300 000 km2. Plus de 80 % sont catholiques. Les Philippins font partie du groupe indo-malais, lequel s'étend de l'extrême sud de l'Asie jusqu'à la Polynésie, dans le Pacifique Sud. Colonie espagnole de 1564 à 1898, les Philippines sont alors cédées aux États-Unis à la suite de la guerre hispano-américaine. Les Américains instaurent un gouvernement civil et la nouvelle Constitution de 1935 fait du pays le « Commonwealth des Philippines ». Pendant la Deuxième Guerre mondiale, en décembre 1941, le Japon envahit les Philippines et l’occupe jusqu’en juillet 1945, date à laquelle les Américains libèrent le pays. Ce dernier obtient son indépendance le 4 juillet 1946. Toutefois, les Philippins célèbrent leur accession à l'indépendance le 12 juin pour commémorer la première proclamation d’indépendance à l'endroit de l'Espagne en 1898.

Histoire migratoire

Les Philippins sont enregistrés comme un groupe distinct dans les statistiques relatives à l'immigration au Canada depuis 1965, année au cours de laquelle 1 467 Philippins arrivent au pays. Ils représentent alors près du double des immigrants admis au cours des deux décennies précédentes. Les besoins importants du Canada en matière de main-d'oeuvre, que souligne la politique d’immigration fédérale, permettent à de nombreux Philippins, qualifiés et bien formés (grâce à un programme d'enseignement public de masse), d'immigrer au Canada. La trop forte démographie, ainsi que les difficultés économiques et politiques qu’affrontent les Philippines (en particulier à la suite de la promulgation de la loi martiale en 1972) provoquent une émigration massive à partir des années 1970. En 1995, plus de 220 000 Philippins venus chercher de meilleures perspectives économiques pour leur famille arrivent au Canada avec le statut d'immigrants reçus. Les femmes constituent la majorité de ces immigrants; elles sont catholiques, âgées de 20 à 34 ans, plutôt instruites et parlent couramment l'anglais. En 1992, les Philippines se classaient au deuxième rang des 10 principaux pays sources d'immigrants au Canada.

En 1972, un sondage national mené auprès des Canadiens d'origine philippine révèle qu'environ 85 % de ces immigrés sont titulaires d'au moins un baccalauréat. Leur objectif professionnel est de travailler dans les secteurs de la santé, de l'industrie manufacturière, de la vente, de l'enseignement et des services. Ceux qui immigrent par la suite sont souvent des parents ou des mineurs à charge venus dans le cadre du programme de réunion des familles.

Les besoins du Canada en matière d'immigration ont évolué. C’est ainsi que le Canada a instauré le Programme des aides familiaux résidants (voir Travail domestique au Canada) permettant à plus de 30 000 Philippins d'immigrer au Canada de 1982 à 1991. Depuis 1992, les Philippins se classent généralement premiers dans la catégorie des immigrants indépendants, groupe choisi en fonction des compétences et de la capacité à contribuer rapidement à la société et à l'économie canadiennes. L’ENM de 2011 confirme cette tendance. Les Philippines sont au premier rang des pays de naissance des personnes qui ont immigré au Canada de 2006 à 2011, ainsi que de 2011 à 2016. De 2011 à 2016, 15,6 % de tous les nouveaux immigrants reçus au Canada étaient originaires des Philippines. Les femmes d’origine philippine sont aussi plus nombreuses que les hommes. Elles représentent 56 % des Canadiens philippins.

Enfin, en 2014, les Philippines sont devenues la principale source d’immigrants au Canada. En effet, ce dernier a accueilli plus de 40 000 résidents permanents provenant de ce pays.

Répartition géographique

Toujours selon le recensement de 2016 (réponses uniques et multiples), le Canada compte 837 130 personnes d'origine philippine. Un peu moins de la moitié des Canadiens philippins sont établis en Ontario (337 760), principalement dans les zones urbaines. Plus de 81 % d’entre eux habitent le Grand Toronto (246 340). Bon nombre de Philippins résident à Vancouver (133 925), Winnipeg (77 305), Calgary (75 020), Edmonton (64 275) et Montréal (35 680).

Vie sociale, culturelle et religieuse

Le tagalog, qu’on appelle aussi filipino (ou pilipino), est la langue nationale des Philippines. Au Canada, 431 380 personnes indiquent en 2016 le tagalog comme langue maternelle (première langue apprise). Grâce à leur maîtrise de l'anglais et à leur niveau d'éducation relativement élevé, les Canadiens philippins ont tendance à s'intégrer à la communauté urbaine et, plutôt que de former des enclaves ethniques, ils s’engagent activement dans la vie communautaire.

On recense plus de 1 000 associations philippines au Canada. Elles sont organisées selon les origines provinciales ou régionales, les affiliations universitaires ou les intérêts communs. Ces associations participent aux festivals et aux célébrations communautaires. Les communautés philippines bénéficient d'un réseau dynamique de médias ethniques : journaux, périodiques, stations de télévision et de radio. Bon nombre des familles d’origine philippine, qui sont très liées, adhèrent encore aux valeurs asiatiques du respect des aînés, de la valorisation de l'éducation, de l'autonomie et de la préservation de l'honneur de la famille.

L'Église catholique est au centre d'une bonne partie des interactions sociales des Canadiens philippins. Les fêtes religieuses sont célébrées dans le cadre de rites traditionnels marqués par des chants et des danses du pays, des spécialités culinaires et des décorations.

Relations entre le Canada et les Philippines

Le Canada et les Philippines ont tissé des liens étroits et amicaux. Le Canada possède une ambassade à Manille et collabore avec les Philippines au sein de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) à titre de partenaire du dialogue. Aux Philippines, le Canada favorise le développement démocratique, la bonne gouvernance, la primauté du droit, la paix et la promotion et la protection des droits de la personne. Depuis 2014, les Philippines sont l’un des 25 pays ciblés concernant les efforts de développement international du gouvernement canadien. Son objectif est d’y « soutenir la croissance économique durable en améliorant le climat d’investissement et en élargissant les possibilités économiques pour les démunis, hommes et femmes ».

Les relations commerciales entre les deux pays sont importantes. En 2014, la valeur des exportations de marchandises canadiennes vers les Philippines a été de 569,7 millions de dollars, alors que celle des importations de marchandises provenant des Philippines s’est élevée à près de 1,24 milliard de dollars.


Lecture supplémentaire

  • Glenda Tibe Bonifacio, Pinay on the Prairies. Filipino Women and Transnational Identities (2013).

    Roland Sintos Coloma et al., dir., Filipinos in Canada. Disturbing Invisibility (2012).

    Eleanor R. Laquian, A Study of Filipino Immigration to Canada, 1962-1972 (1973).

Liens externes