Chronologie

L’histoire des Noirs

L’histoire des Noirs porte sur des récits, des expériences et des réalisations de personnes d’origine africaines. Tel que l’indique ce portail, l’histoire des Noirs au Canada remonte à l’histoire ancienne de l’Afrique. Tous ces gens qui ont un patrimoine africain en commun, ont créé l’histoire des Noirs au Canada. La population afro-canadienne est formée d’individus en provenance de toute une panoplie d’endroits autour du globe : les États-Unis, l’Amérique du Sud, les Antilles, l’Europe, l’Afrique et le Canada.

janvier 01, 1608

Mathieu da Costa

L’histoire des Noirs 

Premier Noir au Canada

La première personne noire recensée à mettre pied au Canada fut Mathieu da Costa, un homme libre, embauché en tant qu'interprète pour Samuel de Champlain lors de son voyage de 1605.

août 20, 1619

Le navire négrier britannique Brookes

L’histoire des Noirs 

Les premiers Noirs arrivent à Jamestown, en Amérique du Nord britannique

Le premier navire d’esclaves africains à se rendre en Amérique du Nord britannique amerrit à Jamestown en 1619.

janvier 01, 1628

L’histoire des Noirs 

Garçon esclave, le premier résident noir en Nouvelle-France

Le premier esclave africain à habiter au Canada fut un garçon de six ans, dont Sir David Kirke était propriétaire. L’enfant fut vendu à plusieurs reprises, pour finalement être acheté par le Père Paul Le Jeune. Il fut baptisé dans la religion catholique, du nom d’Olivier Le Jeune.

mars 01, 1685

L’histoire des Noirs 

Le Code Noir

En 1685, le Code Noir de Louis XIV permettait l’esclavage à des fins économiques seulement et établissait des principes directeurs qui gouvernaient strictement le traitement des esclaves et le droit de propriété de leurs propriétaires. Le Code Noir se limitait officiellement aux Antilles et bien qu’il ne fut jamais entériné en Nouvelle-France, il servit de droit coutumier.

mai 01, 1689

L’histoire des Noirs 

Louis XIV approuve de façon limitée l’esclavage en Nouvelle-France

Le roi Louis XIV de France accorda une permission limitée aux colons de la Nouvelle-France de garder des Noirs et des Pawnee comme esclaves. Se plaignant de la pénurie de domestiques et d’ouvriers disponibles, les pionniers avaient fait appel à la Couronne pour obtenir la permission de devenir propriétaires d’esclaves.

janvier 01, 1701

Antoine Laumet, dit de Lamothe Cadillac arrivant à Détroit en 1701 avec ses hommes.

L’histoire des Noirs 

On met des esclaves au travail au Fort Pontchartrain de Cadillac

En 1701, l'ambitieux pionnier et commerçant de fourrures Antoine de Lamothe Cadillac établit le Fort Pontchartrain sur les berges de la rivière Detroit. Des esclaves noirs furent parmi ses premiers habitants.

janvier 01, 1709

L’histoire des Noirs 

Louis XIV autorise l'esclavage de façon formelle en Nouvelle-France

Le roi Louis XIV autorise formellement l'esclavage en 1709 lorsqu'il accorda la permission à ses sujets canadiens de se porter acquéreurs d'esclaves selon le « droit de propriété ». Il y eut moins de propriétaires d'esclaves en Nouvelle-France que dans les colonies anglaises avoisinantes, mais peu de pionniers français remirent ouvertement en question cette pratique de longue date.

juin 21, 1734

Incendiary, Marie-Joseph Angelique

L’histoire des Noirs 

Angélique est torturée et pendue

Marie Joseph Angélique fut soupçonnée d'avoir mis le feu à la maison de son propriétaire; environ 50 maisons furent détruites. On en fit un exemple pour tous les Noirs en la torturant, puis en la soumettant à la pendaison.

janvier 01, 1760

L’histoire des Noirs 

Clauses pour la préservation du droit de propriété d'esclaves dans les « Articles of Capitulation »

Lorsque les Britanniques conquirent la Nouvelle-France en 1760, les « Articles of Capitulation » stipulèrent que les Noirs et les Pawnee demeureraient esclaves.

novembre 07, 1775

L’histoire des Noirs 

La déclaration de Lord Dunsmore

Face à une inévitable rébellion armée, Lord Dunsmore, gouverneur de la Virginie, déclara un état de loi martiale dans sa colonie et décréta que « chaque personne pouvant servir dans l'armée » y compris « les domestiques à long terme, les nègres, ou autres » doivent se présenter pour le service militaire. Plus de 300 Noirs joignirent « l'Ethiopian Regiment ».

janvier 01, 1776

L’histoire des Noirs 

Des « Noirs libres » arrivent en Nouvelle-Écosse

Le Canada développa une réputation en tant que refuge sécuritaire pour les Noirs durant la Révolution américaine de 1775 à 1783. Les Britanniques promirent la liberté et des droits égaux aux esclaves et aux Noirs libres en échange de leur service militaire. Les premiers Loyalistes noirs qui arrivèrent en Nouvelle-Écosse furent des membres de la « Company of Negroes » évacués de Boston avec des troupes britanniques.

mai 10, 1776

L’histoire des Noirs 

Corps militaire de Noirs établi 

De nombreux Noirs participèrent à la Révolution américaine en tant que lamaneurs (pilotage des navires), bûcherons, main-d'œuvre, claironnistes et musiciens. Un corps militaire composé de Noirs libres, les « Black Pioneers », fut établi par le général Henry Clinton.

juin 30, 1777

Guy Carleton, 1er baron Dorchester

L’histoire des Noirs 

La Philipsburg Proclamation de Clinton 

Sir Henry Clinton encouragea les esclaves noirs à déserter leurs maîtres rebelles, leur promettant la liberté et le refuge. Le commandant en chef Sir Guy Carleton garantissait la libération de tous les esclaves qui demandaient formellement la protection des Britanniques. On estime que 100 000 Noirs se rangèrent du côté des Britanniques au cours de la Révolution américaine.

juillet 01, 1782

L’histoire des Noirs 

Sylvia, une esclave, défend le colonel Creighton

Lorsque Lunenburg, en Nouvelle-Écosse, fut envahie par des soldats américains, Sylvia, la domestique du colonel John Creighton, se porta à sa défense. Elle fit des allers et retours entre la maison de Creighton et le fort où il livrait bataille avec ses soldats, lui apportant des cartouches cachées dans son tablier. Elle protégea aussi le fils du colonel ainsi que leurs objets de valeur. Après la bataille, Creighton fut publiquement reconnu et récompensé pour l'héroïsme de sa domestique.

janvier 01, 1784

L’histoire des Noirs 

David George

Le prédicateur baptiste David George était un Loyaliste noir de la Virginie. Il s'établit à Shelburne en 1784 et se mit à la prédication dans la ville avoisinante de Birchtown. Ses sermons hauts en émotions attirèrent à la fois les chrétiens blancs et noirs. À partir de fonds provenant uniquement de la communauté noire, George fonda plusieurs églises baptistes noires et partit un mouvement d'autosuffisance qui existe encore de nos jours.

juillet 26, 1784

L’histoire des Noirs 

La première émeute raciale au Canada secoue Birchtown

Les « Black Pioneers » furent parmi les premiers pionniers à s'établir à Shelburne, en Nouvelle-Écosse, suite à la Révolution américaine; ils contribuèrent à l'édification de ce nouveau peuplement. En périphérie ils établirent « Birchtown », leur propre communauté. Lorsque des centaines de soldats de compagnies dissoutes furent obligés de travailler pour des salaires concurrentiels par rapport à leurs voisins noirs, les hostilités subséquentes dégénérèrent en émeute.

mai 12, 1785

L’histoire des Noirs 

Les « ébats noirs » sont interdits

Les officiels de la Nouvelle-Écosse ordonna l'impression immédiate de 50 circulaires interdisant les soirées dansantes noires et les 'ébats' noirs dans la ville de Shelburne. »

juillet 13, 1787

L’histoire des Noirs 

l'Ordonnance du Nord-Ouest est entérinée

En 1787, les États-Unis promulguèrent l'Ordonnance du Nord-Ouest, le premier projet de loi antiesclavagiste en Amérique du Nord; celui-ci s'appliquait à son territoire du nord-ouest où l'autorité gouvernementale n'était pas clairement définie. Cette région était simultanément un territoire américain « libre » tout en faisant partie d'une province britannique « esclave ».

janvier 01, 1790

L’histoire des Noirs 

Statut impérial

Le Statut impérial de 1790 permettait effectivement aux pionniers d'emmener des esclaves avec eux au Haut-Canada. Selon ce Statut, les esclaves n'avaient droit qu'à être nourris et vêtus. Tout enfant né de parents esclaves devenait libre à l'âge de 25 ans, et quiconque libérait un esclave devait s'assurer que cette personne allait pouvoir subvenir à ses besoins.

juillet 01, 1791

L’histoire des Noirs 

Le cas d'un esclave est entendu devant les tribunaux en Nouvelle-Écosse

La liberté pour les Noirs était une chose fuyante; les engagements que prirent les Britanniques à leur égard à la fin de la guerre d'Indépendance comptaient pour très peu. Mary Postell, une esclave, traduit son « propriétaire », Jesse Gray, en justice à deux reprises. Il fut trouvé non coupable bien qu'il l'eut vendue, elle et son enfant.

janvier 15, 1792

L’histoire des Noirs 

L'exode des Loyalistes noirs

Les Loyalistes noirs éprouvaient beaucoup de difficultés à subvenir à leurs besoins à cause de la discrimination. Cette conclusion s'imposa : ils ne seraient jamais réellement libres et égaux en Nouvelle-Écosse. Lorsque dans les années 1790, on leur offrit la possibilité de quitter la colonie, environ 1 200 Noirs quittèrent Halifax pour s'établir en Sierra Leone.

mars 21, 1793

Upper Canada Land Petitions (1763-1865)

L’histoire des Noirs 

Le cas Chloe Cooley

Les Canadiens du Haut-Canada furent estomaqués lorsque Chloë Cooley, une jeune esclave de Queenstown fut battue, ligotée et transportée à l'autre côté de la rivière Niagara, vers l'État de New York. La loi britannique ne permettant pas de poursuivre ce cas, le propriétaire fut quand même amené devant le Conseil exécutif du Haut-Canada le 21 mars 1793. Cet incident convainquit le lieutenant-gouverneur Simcoe du besoin d'abolir l'esclavage.

juin 19, 1793

Lieutenant-gouverneur John Graves Simcoe

L’histoire des Noirs 

Le projet de loi de Simcoe contre la traite des esclaves

Lorsque Simcoe quitta l'Angleterre pour assumer son poste en tant que premier lieutenant-gouverneur du Haut-Canada, il se jura de ne jamais appuyer de lois discriminatoires. Le 19 juin 1793, White, le procurer général, introduisit le projet de loi antiesclavagiste et celui-ci fut promulgué, même s'il ne s'agissait pas de l'abolition de l'esclavage mais plutôt d'une interdiction graduelle.

janvier 01, 1794

L’histoire des Noirs 

Les Loyalistes noirs déposent une requête pour un peuplement entièrement composé de Noirs au Haut-Canada

En 1794, dix-neuf Noirs libres dans la région de Niagara déposèrent une requête auprès du gouverneur Simcoe : ils demandaient, en échange de leur service militaire durant la guerre entre la Grande-Bretagne et l'Amérique, un lotissement où ils pourraient établir un peuplement composé uniquement de Noirs. La pétition fut rejetée. En 1819, le gouvernement établit Oro Settlement près de Barrie.

juillet 22, 1796

Les Marrons de la Nouvelle-Écosse

L’histoire des Noirs 

Les Maroons débarquent à Halifax

Le 22 juillet 1796, un groupe de 600 combattants de la liberté débarquèrent à Halifax. Ces immigrants étaient les Maroons provenant de la communauté jamaïcaine d'esclaves évadés qui avaient protégé leur liberté pendant plus d'un siècle, repoussant de nombreuses tentatives pour en faire des esclaves à nouveau.

janvier 01, 1799

L’histoire des Noirs 

Papineau présente, au nom des citoyens, une pétition visant à abolir l'esclavage au Bas-Canada

En 1799, Joseph Papineau (père de Louis-Joseph Papineau) présenta une pétition de la part des citoyens demandant au gouvernement d'abolir l'esclavage, ce qui donna lieu à une série de mesures antiesclavagistes. Bien que ces projets de loi furent défaits, la société cheminait tout de même vers l'abolition de l'esclavage au Bas-Canada.

février 10, 1806

L’histoire des Noirs 

La famille Russell vend des esclaves 

L’on comprend facilement que les esclaves n’étaient pas toujours obéissants. Dans sa correspondance personnelle, Elizabeth Russell se plaignait du comportement de Peggy et de son fils Jupiter. Au mois de février 1806, elle mit une petite annonce dans les journaux du Haut-Canada : elle vendait Peggy 150 $ et Jupiter 200 $.

janvier 01, 1807

L’histoire des Noirs 

Esclave du Haut-Canada rejette la liberté

Des Noirs évadés furent utilisés pour aider à la défense de Detroit. Ils servirent dans une unité militaire de Noirs. En 1807, John Askin, un propriétaire d’esclaves du Haut-Canada envoya George, un jeune Noir de 15 ans, à Detroit pour y faire des courses. Des hommes militaires noirs lui offrirent une arme et la liberté. George songea à rester à Detroit, mais il retourna à son maître au Haut-Canada.

janvier 01, 1812

Richard Pierpoint

L’histoire des Noirs 

Les « Coloured Troops » et la Guerre de 1812

Des milliers de volontaires noirs combattirent au nom des Britanniques durant la Guerre de 1812. De nombreux Noirs du Haut-Canada, craignant la conquête américaine (et le retour à l’esclavage) combattirent valeureusement dans les régiments d’hommes de couleur et dans les régiments établis. La promesse de la liberté et de lotissements faite par les Britanniques servit à réunir de nombreux esclaves évadés sous le drapeau britannique.

juillet 21, 1812

L’histoire des Noirs 

Une compagnie de « Coloured Troops » mise en service

À l’été de 1812, Richard Pierpoint, un Loyaliste noir pétitionna le gouvernement du Haut-Canada pour qu’il recrute une compagnie de troupes composée de Noirs pour aider à protéger la frontière du Niagara. Un débat s’ensuivit et le gouvernement acquiesça à sa requête. Une compagnie de Noirs fut établie sous le commandement d’un officier blanc, le capitaine Robert Runchey Sr.

septembre 01, 1813

L’histoire des Noirs 

Des réfugiés noirs partent en mer

Le vice-amiral britannique Alexander Cochrane offrit le transport à quiconque voulait quitter les Etats-Unis; cette offre se répandit à l’étendue de la population noire. Quatre mille anciens esclaves abandonnèrent les États-Unis à la faveur des Britanniques et furent transportés aux colonies britanniques. Environ 2 000 réfugiés partirent en mer vers la Nouvelle-Écosse à partir du mois de septembre 1813 jusqu’au mois d’août 1816.

janvier 01, 1815

Le chemin de fer clandestin

L’histoire des Noirs 

Le « chemin de fer » clandestin

La réputation du Canada en tant que refuge sécuritaire pour les Noirs s’accrut grandement durant et après la Guerre de 1812. Entre 1815 et 1865, des dizaines de milliers d’Afro-Américains se réfugièrent au Haut-Canada et au Bas-Canada en empruntant le légendaire « chemin de fer » clandestin.

janvier 01, 1819

John Beverley Robinson

L’histoire des Noirs 

La déclaration de John Beverley Robinson

D’après le travail antérieur de Simcoe, le procureur général John Beverley Robinson déclara ouvertement en 1819, que le fait d’habiter au Canada faisait des Noirs des êtres libres. De plus, il engagea publiquement les « Cours canadiennes », affirmant que celles-ci confirmeraient cette liberté. Plusieurs personnes, au pays et à l’étranger, prirent connaissance de cette déclaration.

septembre 24, 1819

L’histoire des Noirs 

Le plan du lieutenant-gouverneur pour un peuplement de Noirs

En 1815, le lieutenant-gouverneur Peregrine Maitland du Haut-Canada offrit des lotissements aux vétérans noirs dans le Township d’Oro. En 1819, dans une lettre adressée à un officiel britannique, il exprima l’intention d’établir un équilibre entre « les politiques » et « l’humanisme », même contre l’opposition américaine.

janvier 01, 1821

Annonce relative à la fuite d’un esclave

L’histoire des Noirs 

Dernières réclamations d’esclaves affichées 

Si, jusqu’en 1834, l’esclavage demeura légal dans toutes les colonies de l’Amérique du Nord britannique, dès le début des années 1820, l’union des démarches législatives et judiciaires remis sévèrement en question les institutions. La dernière publicité privée réclamant des esclaves parut à Halifax en 1820 et au Québec en 1821.

janvier 01, 1829

L’histoire des Noirs 

Wilberforce Settlement

À la fin du 18e siècle, il y avait plus de 40 communautés noires dans le Haut-Canada. Toutefois, la vie était plutôt incertaine dans ces nouveaux établissements. L’une des premières communautés noires importantes fut celle de Wilberforce, fondée par les Noirs de Cincinnati. Elle fut mal gérée, connut des difficultés financières et, six ans plus tard, s’est dissoute.

octobre 28, 1830

Josiah Henson

L’histoire des Noirs 

Josiah Henson s’évade au Canada

Josiah Henson, celui que plusieurs croient avoir été la source d’inspiration du livre Uncle Tom’s Cabin de Harriet Beecher Stowe, se rendit au Canada avec sa famille après avoir fui le Kentucky. Un meneur naturel, Josiah Henson aida les autres esclaves évadés à s’adapter à la vie du Haut-Canada. Il joignit les rangs du mouvement antiesclavagiste et parla publiquement de son expérience.

août 28, 1833

L’histoire des Noirs 

Le Parlement britannique abolit l’esclavage

Le 28 août 1833, l’esclavage fut aboli à l’étendue des colonies britanniques lors du décret de la Loi impériale, en vigueur le 1er août 1834. Bien que cette loi libéra environ 800 000 esclaves, il n’en restait qu’à peine 50 à cette époque-là, en Amérique du Nord britannique.

septembre 01, 1837

L’histoire des Noirs 

Le sauvetage de Solomon Moseby

Solomon Moseby, accusé d’avoir volé un cheval à son propriétaire au Kentucky, s’enfuit au Canada. À l’été 1837, il fut arrêté à Newark/Niagara. Des centaines de Noirs sympathisant à sa cause encerclèrent la prison pendant trois semaines pour exiger son transfert. Lorsqu’on y accéda, début septembre, une émeute s’ensuivit. Moseby s’évada, mais deux de ses partisans furent tués.

décembre 11, 1837

L’histoire des Noirs 

« Corps of Negroes »

Au début du 19e siècle, peu d’unités de miliciens dans le Haut-Canada comptaient des Noirs. Lorsque la Rébellion MacKenzie éclata, le gouvernement accueillit les hommes noirs au sein des forces provinciales. Le 11 décembre 1837, une proclamation de la milice autorisa les capitaines Thomas Runchey et James Sears d’établir un « Corps of Negroes ». Quatre jours plus tard, environ une cinquantaine de Noirs firent partie de ce Corps de miliciens.

mars 06, 1838

L’histoire des Noirs 

On félicite publiquement les Noirs du Haut-Canada

Au début du printemps de 1838, le lieutenant-gouverneur Sir Francis Bond Head prit la parole à la législature pour féliciter publiquement les Noirs du Haut-Canada pour leur loyauté et leur service lors des rébellions récentes.

janvier 01, 1844

L’histoire des Noirs 

Le forum antiesclavagiste

Dans le Toronto Globe, le rédacteur en chef George Brown, l’un des principaux abolitionnistes du Canada, commentait régulièrement les conditions de vie désavantageuses des Noirs en Amérique du Nord. À partir de sa création en 1844, le Globe offrait un forum public aux forces antiesclavagistes en s’en prenant à Henry Clay, au Fugitive Slave Act, aux écoles séparées et à d’autres questions.

mars 08, 1849

L’histoire des Noirs 

Larwill échoue dans sa tentative de bloquer l’établissement d’Elgin Settlement

Les préjugés ne disparaissent pas facilement. Dans une pétition de 1849, Edwin Larwill, un ségrégationniste enflammé, exprima sa très forte animosité à l’égard des Noirs en s’opposant à l’établissement d’Elgin Settlement. Il échoua, mais sa forte personnalité et son habileté à s’attirer des appuis contribuèrent à la discrimination notoire de la communauté de Chatham à l’égard des Noirs entre 1840 et 1850.

août 18, 1849

L’histoire des Noirs 

Le débat King-Larwill

Certaines personnes appuyaient le point de vue ségrégationniste d’Edwin Larwill, s’opposant même à la proposition du révérend William King voulant établir le peuplement d’Elgin Settlement. Larwill mit King au défi d’un débat sur sa proposition. Larwill sous-estima son auditoire et perdit des appuis à cause de ces idées extrêmes. Ce débat marqua le point tournant dans l’histoire des relations raciales au Canada.

septembre 18, 1850

L’histoire des Noirs 

Le Fugitive Slave Act

Le Fugitive Slave Act entériné par le Congrès américain le 18 septembre 1850 porta un coup fort à la cause des abolitionnistes américains. Cette loi accorda le droit aux propriétaires d’esclaves et à leurs représentants de pourchasser et d’arrêter les évadés n’importe où au pays. Des chasseurs de prime kidnappaient souvent des Noirs libres et les vendaient en tant qu’esclaves dans les états du Sud.

janvier 01, 1851

L’histoire des Noirs 

Première édition de Voice of the Fugitive de Henry Bibb Voice of the Fugitive

Henry Bibb était un esclave insubordonné qui s’enfuit de Détroit vers les 1840; il devint alors orateur et organisa des groupes d’abolitionnistes. Une décennie plus tard, établi à Windsor, il fonde le Voice of the Fugitive, offrant des renseignements au sujet du « chemin de fer » clandestin et des projets de colonisation.

février 01, 1851

L’histoire des Noirs 

Les Canadiens réagissent au Fugitive Slave Act

L’adoption du Fugitive Slave Act aux États-Unis eut pour effet la formation d’une société antiesclavagiste beaucoup plus étendue et durable au Canada. Les Canadiens débattirent publiquement de « la question de l’esclavage »; le Toronto Globe de George Brown rabroua son opposition journalistique l’accusant d’être trop indulgente envers l’esclavage; certains individus s’opposèrent à l’appui que le Canada offrait au mouvement antiesclavagiste américain.

février 26, 1851

L’histoire des Noirs 

Établissement du Mouvement antiesclavagiste au Canada

Le nombre de sympathisants abolitionnistes crut au Canada dans les années 1850-1860. Au fur et à mesure que les réfugiés noirs firent leur entrée au Canada, des sympathisants établirent des organisations et des comités de sorte à influencer l’opinion publique et aider les évadés en quête de liberté qui se rendaient vers le nord. Le 26 février 1851, le Mouvement antiesclavagiste au Canada fut établi afin « d’aider à éliminer l’esclavage partout dans le monde ».

avril 03, 1851

L’histoire des Noirs 

Frederick Douglass en visite à Toronto

Lorsque Frederick Douglass visita Toronto et adressa la parole à un vaste auditoire antiesclavagiste le 3 avril 1851, il était le plus réputé Afro-Américain du mouvement abolitionniste. À Toronto, une foule en délire d’environ 1 200 personnes remplirent la grande salle de bal du St. Lawrence afin d’écouter Douglass exposer de façon détaillée tous les méfaits de l’esclavage américain, et ce, sur plus de deux heures.

septembre 10, 1851

L’histoire des Noirs 

North American Convention of Colored Freemen

À cause de son importante communauté noire et de sa société antiesclavagiste, Toronto fut choisie en tant que site de la North American Convention of Colored Freemen, en 1851. Des centaines de Noirs de partout au Canada, du nord des États-Unis et de l’Angleterre y assistèrent; les orateurs comprenaient H.C. Bibb, Josiah Henson et J.T. Fisher.

juin 17, 1852

Le chemin de fer clandestin

L’histoire des Noirs 

Des navires à vapeur amènent des évadés en quête de liberté au Canada

Au milieu du siècle, des navires à vapeur des Grands Lacs transportaient régulièrement des Noirs au Canada. Des agents du « chemin de fer » clandestin utilisaient des chalands, des voiliers et des bateaux à vapeur pour déposer leur précieux « cargo » sur les berges canadiennes. Cette migration continue amena un éditorialiste du Toronto Colonist à se plaindre comme suit, le 17 juin 1852 : « chaque navire arrivant des États-Unis semble transporter des esclaves évadés ».

mars 24, 1853

L’histoire des Noirs 

Mary Ann et Isaac Shadd fondent le Provincial Freeman

Mary Ann Shadd était une Noire instruite qui avait fondé une école pour les Noirs à Wilmington, au Delaware. Avec son frère Isaac, elle s’enfuit à Windsor après l’adoption du Fugitive Slave Act. Les Shadd fondèrent le Provincial Freeman, un journal abolitionniste. Mary Ann Shadd fut la première Afro-Américaine éditrice d’un journal en Amérique du Nord.

novembre 16, 1857

William Hall

L’histoire des Noirs 

William Neilson Hall mérite la Croix de Victoria

William Hall fit son service militaire à bord de la frégate Shannon à Calcutta durant la Rébellion indienne de 1857. Contre vents et marées, Hall réussit à faire une brèche dans le temple Najeef, permettant ainsi aux troupes britanniques de vaincre les membres de la mutinerie. On lui décerna la Croix de Victoria; il fut le premier membre des forces navales canadiennes, le premier Noir et le premier Néo-Écossais à mériter cette médaille prestigieuse.

avril 26, 1858

L’histoire des Noirs 

Les premiers Noirs de la Californie arrivent en C.-B. 

James Douglas, gouverneur de la Colombie-Britannique, avait invité les Noirs de la Californie à venir s’établir en Colombie-Britannique. Le premier navire de Californiens noirs amarra à Victoria le 26 avril 1858. Vers la fin de l’été, plus de 800 pionniers noirs s’y étaient rendus. Bien que les lois gouvernementales laissaient croire que l’égalité prévalait en C.-B., la vérité était toute autre : les habitudes et le manque d’application des lois firent en sorte que l’acceptation dégénéra en ségrégation.

mai 08, 1858

L’histoire des Noirs 

John Brown arrive au Canada 

Le 29 avril 1858, John Brown, un abolitionniste américain convaincu, arriva au Canada. Il planifiait de renverser le gouvernement américain et tout le système d’esclavage en formant un groupe d’hommes pour livrer une guérilla ou guerre de partisans dans le Sud américain. Il choisit Chatham, dans le Canada West de l’époque, comme base opérationnelle. Une fois qu’il eut dévoilé son plan radical, il perdit l’appui des Noirs de Chatham.

octobre 16, 1859

L’histoire des Noirs 

Le raid de John Brown 

En dépit de son extrémisme, John Brown réussit quand même à retenir un certain appui à Chatham, y compris celui de la famille Shadd. Le 16 octobre 1859, Brown et plusieurs de ses partisans saisirent le United States Armory and Arsenal à Harpers Ferry. La moitié de ses hommes furent tués et Brown fut grièvement blessé. En fin de compte, un seul Noir de Chatham participa au raid fatidique.

décembre 02, 1859

L’histoire des Noirs 

John Brown est pendu

Le raid à Harpers Ferry marqua profondément les Canadiens. Dans les jours et les semaines qui s’ensuivirent, plusieurs journaux remarquèrent les efforts de John Brown, et quelques-uns allèrent jusqu’à le proclamer un héros. Les cloches d’église carillonnèrent à Toronto après la pendaison de Brown le 2 décembre 1859 et plusieurs églises tinrent des services commémoratifs.

février 16, 1861

L’histoire des Noirs 

Le cas « Anderson » est présenté devant une cour britannique

« John Anderson », un réfugié noir, fut arrêté pour avoir tué Seneca Diggs qui avait essayé de l’empêcher de fuir. Il fut traduit en justice par la Cour du Banc de la Reine et on ordonna qu’il soit extradé. Les Britanniques abolitionnistes présentèrent le cas devant la Cour de la Reine en Angleterre. On déclara un non-lieu à cause d’un point de détail : le mandat d’arrêt ne faisait pas état d’un meurtre.

janvier 01, 1865

L’histoire des Noirs 

Publication d’une entrevue avec la première fille noire du Haut-Canada

L’Américain Benjamin Drew, abolitionniste et écrivain, mena une recherche au Canada au cours des années 1850 sur l’expérience des réfugiés noirs et interviewa plusieurs anciens esclaves. En 1865, il publia une entrevue avec une dame âgée du nom de Sophia Pooley; elle soutenait avoir été une des esclaves de Joseph Brant et la « première fille noire du Haut-Canada ».

avril 15, 1865

L’histoire des Noirs 

Les habitants de Toronto pleurent la mort de Lincoln

Lorsque le Président américain Abraham Lincoln fut assassiné le 15 avril 1865, les Canadiens marquèrent publiquement sa mort tragique. À Toronto, les commerces fermèrent leurs portes, des foules assistèrent à des services commémoratifs et des Noirs furent en deuil pendant deux mois. La mort de Lincoln suscita beaucoup de réponse émotive par rapport au mouvement antiesclavagiste.

janvier 01, 1866

Mifflin Gibbs

L’histoire des Noirs 

Le premier politicien noir au Canada

Peu de temps après son arrivée à Victoria en 1858, Mifflin Gibbs s’établit en affaires. En 1861, on le remercia publiquement pour avoir instauré une milice noire, et il décida de se présenter aux élections municipales. La première fois, en 1862, il fut défait, mais en 1866, il fut élu conseiller municipal de la Ville de Victoria, devenant ainsi le premier politicien noir au Canada.

janvier 17, 1871

L’histoire des Noirs 

Nécrologie d’un distingué vétéran de guerre noir

Le 17 janvier 1871, à Cornwall, en Ontario, on annonça la mort de John Baker : il avait 105 ans. La vie de Baker avait plusieurs caractéristiques uniques : il était probablement le dernier survivant des esclaves du Haut-Canada; il avait vu l’évolution de sa terre d’adoption qui, au début, s’appelait le Haut-Canada, devenir le Canada West, puis le Dominion du Canada.

novembre 21, 1892

L’histoire des Noirs 

Le premier médecin noir du Canada est nommé aide de camp

En 1861, Anderson Abbot devint le premier médecin noir au Canada. Il fut l’un des huit chirurgiens noirs à servir dans la Union Army au cours de la Guerre civile américaine. On souligna son excellence en le nommant aide de camp auprès du Département des commandants de New York; il s’agit du plus prestigieux honneur accordé à un Noir à cette époque-là en Amérique du Nord.

janvier 01, 1911

Frank Oliver

L’histoire des Noirs 

La politique d’immigration d’Oliver

Frank Oliver, de l’Alberta, voulait que l’immigration soit plus strictement contrôlée. Il devint ministre de l’Intérieur du gouvernement libéral en 1905. Oliver était férocement britannique et ses politiques privilégiaient la nationalité plutôt que l’emploi. Dès 1911, il put affirmer que sa politique d’immigration était plus « restrictive, exclusive et sélective » que celle de son prédécesseur.

février 01, 1911

L’histoire des Noirs 

Campagne anti-Noirs

Dès 1909, des centaines de Noirs de l’Oklahoma s’étaient établis dans les Prairies canadiennes où ils furent confrontés à la même méfiance et à la même discrimination qui avaient permis à l’esclavage d’exister auparavant. En février 1911, quelques journaux de Winnipeg avancèrent même que le gouvernement du Dominion légiférerait de sorte à exclure les « immigrants noirs ».

mars 10, 1913

Harriet Tubman

L’histoire des Noirs 

Harriet Tubman meurt

Harriet Tubman, une abolitionniste convaincue et une héroïne du « chemin de fer » clandestin, mourut à New York en 1913. En tant que « chef de train » du « chemin de fer » clandestin, elle fit 19 voyages secrets dans le Sud des États-Unis et servit de guide à plus de 300 esclaves qu’elle emmena vers la liberté au Canada.

janvier 01, 1914

L’histoire des Noirs 

Les Afro-Canadiens au front intérieur durant la Première Guerre mondiale

Entre 1914 et 1918, les Afro-Canadiens au front intérieur participèrent activement à l’effort de guerre. Des associations de Noirs – seules ou en collaboration avec des groupes de Blancs – participèrent à des levées de fonds, travaillèrent dans des usines et furent bénévoles dans des hôpitaux ou comme manœuvres.

juillet 05, 1916

L’histoire des Noirs 

Un bataillon entièrement composé de Noirs durant la Première Guerre mondiale

Lorsque le révérend C.W, Washington, d’Edmonton, offrit de former un bataillon uniquement composé de Noirs, les hauts-gradés militaires autorisèrent la création du 2e Bataillon de construction. Ce bataillon servit en France avec le Corps forestier canadien.

juillet 26, 1934

L’histoire des Noirs 

Naissance d'Austin Clarke

Romancier, nouvelliste et journaliste Austin Clarke est né à St. James, Barbade. Son livre The Polished Hoe (2002) reçoit le prestigieux Prix Giller pour une œuvre de fiction (2002), le 16e Prix Trillium, le Commonwealth Writers Best Book Award - Canada et Caraïbes (2003) et le Commonwealth Writers Award pour le meilleur livre.

janvier 01, 1939

L’histoire des Noirs 

Les Noirs sont acceptés dans les Forces canadiennes durant la Deuxième Guerre mondiale

Au début, les Forces militaires canadiennes rejetèrent les volontaires noirs, mais au fur et à mesure que se poursuivit la guerre, de nombreux Noirs furent acceptés dans les corps réguliers de soldats et d’officiers. Bien qu’il exista encore de la ségrégation dans les Forces canadiennes jusqu’à la fin de la guerre, des centaines d’Afro-Canadiens servirent avec les Blancs au Canada et en Europe.

janvier 01, 1939

L’histoire des Noirs 

Conditions sur le front intérieur durant la Deuxième Guerre mondiale

Les Noirs sur le front intérieur assumèrent les responsabilités des hommes et des femmes faisant leur service militaire outremer; ils travaillaient avec les Blancs à différents emplois à l’étendue du pays. Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, des centaines d’ouvriers noirs joignirent, pour la première fois, les rangs des syndicats. Le Black Brotherhood of Sleeping Car Porters (syndicat des porteurs des voitures-lits), composé uniquement de Noirs, fut l’un des grands succès des années de la Deuxième Guerre mondiale.

mars 14, 1944

L’histoire des Noirs 

L’Ontario entérine un projet de loi contre la discrimination raciale 

L’Ontario fut la première province à réagir au changement social lorsqu’elle entérina le Racial Discrimination Act (Loi contre la discrimination raciale) en 1944. Cette loi repère interdisait effectivement la publication et l’affichage de tout symbole, signe ou message qui était discriminatoire, que ce soit au niveau ethnique, racial ou religieux. Ce projet de loi fut suivi d’autres lois générales.

septembre 02, 1954

L’histoire des Noirs 

Le Toronto Telegram couvre l’histoire de Dresden

La discrimination contre les Noirs persista dans les années 1950 en dépit des lois l’interdisant. En 1954, deux Noirs visitèrent la région rurale de Dresden, en Ontario. On refusa de les servir dans deux restaurants. Le Toronto Telegram envoya des Noirs pour une expérience « test »; on refusa le service à ces personnes. Lorsque le Telegram publia un reportage sur cet incident, il confirma ce que de nombreux Noirs soupçonnaient déjà, à savoir que les lois canadiennes écrites étaient inefficaces.

janvier 18, 1958

Willie O'Ree

L’histoire des Noirs 

janvier 19, 1962

L’histoire des Noirs 

Ellen Fairclough défait la politique discriminatoire

Au cours de son mandat en tant que ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, Ellen Fairclough supervisa les améliorations au service d’immigration du Canada, mais sa réalisation la plus importante fut la réforme radicale de la politique d’immigration du « Canada blanc ». Des règlements déposés en 1962 contribuèrent à éliminer la discrimination raciale de la politique d’immigration du Canada.

septembre 25, 1963

L’histoire des Noirs 

Premier Noir élu à un parlement canadien

Leonard Braithwaite fut le premier Afro-Canadien à siéger à une législature provinciale lorsqu’il fut élu en Ontario en 1963 en tant que député libéral pour la circonscription d’Etobicoke.

janvier 01, 1964

L’histoire des Noirs 

Démolition d’Africville

L’attention que les médias portèrent à Africville et à sa ressemblance à un « ghetto du genre américain » enhardit la Commission de planification de la ville de Halifax qui en fit l’expropriation. Les résidents s’y opposèrent, citant en exemple le riche héritage d’Africville en dépit du fait que cette communauté n’avait aucun des services de base : eau, égouts et routes en bon état. Entre 1964 et 1970, on réinstalla les gens et la communauté fut rasée.

août 11, 1965

L’histoire des Noirs 

Le KKK est actif à Amherstburg

En 1965, la tension raciale était palpable à Amherstburg, en Ontario. On brûla une croix et cela donna le ton : la Black Baptist Church fut profanée et on écrivit « Amherstburg, Home of the KKK » (Amherstburg, foyer du KKK) avec de la peinture aérosol sur l’affiche à l’entrée de la ville. Des incidents raciaux, sur une période de cinq jours, risquaient d’augmenter, mais une enquête menée par la Commission ontarienne des droits de la personne sauva la situation. On ne procéda à aucune arrestation.

juillet 28, 1967

L’histoire des Noirs 

Le festival Caribana de Toronto est établi

Environ les deux-tiers de la population antillaise canadienne habite dans la région métropolitaine de Toronto. Le 28 juillet 1967, dix résidents de Toronto dont le patrimoine est antillais fondèrent le festival culturel Caribana afin de témoigner de la richesse de leur patrimoine culturel. Le festival Caribana fait toujours la promotion de la fierté culturelle, du respect mutuel et de l’unité sociale.

septembre 18, 1967

L’histoire des Noirs 

David Downey remporte le championnat poids moyen

En 1967, David Downey remporta son premier championnat poids moyen, championnat qu’il retint jusqu’en août 1970. La carrière de boxe de Downey coïncidait avec l’une des périodes les plus dynamiques de l’histoire de Halifax; durant cette période, la population noire de cette ville émergea en tant que force sociale et politique.

octobre 01, 1967

L’histoire des Noirs 

« Système de points » en immigration 

Avant 1967, le système d’immigration reposait largement sur le jugement des officiers en immigration pour déterminer qui aurait droit d’entrer au Canada. Tom Kent, sous-ministre de l’Immigration, établit un système de points répartis en neuf catégories pour décider de l’éligibilité des requérants. Des groupes ethniques à l’étendue du pays appuyèrent ce nouveau processus de sélection.

janvier 01, 1971

L’histoire des Noirs 

Un sprinter afro-canadien, Harry Jerome, reçoit l’Ordre du Canada

En 1971, le sprinter Harry Jerome reçut l’Ordre du Canada pour son « excellence dans tous les domaines de la vie canadienne ». Jerome représenta fièrement le Canada au cours de trois Jeux Olympiques, remportant une médaille de bronze à Tokyo en 1964.

janvier 01, 1971

Défilé Caribana

L’histoire des Noirs 

L’immigration antillaise

Dans la foulée de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés de 1962 et les réformes de 1967 près de 64 000 Antillais s’établissent au Canada. Les Canadiens d'origine antillaise font partie de l'un des plus importants groupes non européens du Canada. Dans le recensement de 2006, 578 695 Canadiens ont déclaré être originaires des Antilles et une écrasante majorité d'entre eux déclarent être arrivés au Canada au cours des 30 dernières années.

octobre 01, 1971

L’histoire des Noirs 

Trudeau présente la politique multiculturelle du Canada

La politique multiculturelle du Canada prit de l’ampleur en partie en réaction à la Commission royale d'enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, qui endossait un « Canada biculturel », reconnaissant à peine les « autres groupes ethniques ». En 1971, ce dilemme fut résolu, du moins en partie, par le Premier ministre Trudeau qui affirma que le Canada était « un paysmulticulturel ayant deux langues officielles ».

janvier 01, 1975

L’histoire des Noirs 

Wilson Head fonde l’Alliance urbaine sur les relations interraciales

Lorsqu’il immigra des États-Unis au Canada en 1959, l’artisan de la réforme Wilson Head, un Noir, avait dans ses bagages l’expérience de toute une vie d’activisme en droits de la personne. Parmi ses nombreuses réalisations, il faut noter le fait qu’il créa l’Alliance urbaine sur les relations interraciales en 1975, une organisation qui mène encore de nos jours une lutte contre toute discrimination à l’égard des communautés ethno-raciales.

janvier 01, 1984

L’histoire des Noirs 

Un partisan néo-écossais des droits de la personne reçoit l’Ordre du Canada

Au fil des années 1940 et 1950, le Dr William Percy Oliver et son épouse Pearleen Borden Oliver aidèrent à unifier la communauté noire. Le docteur Oliver, fondateur de la Nova Scotia Association for the Advancement of Coloured People (NSAACP), reçut l’Ordre du Canada en 1984. Pearleen Oliver reçut un doctorat honorifique de Saint-Mary’s University en 1990.

janvier 01, 1991

L’histoire des Noirs 

Une émeute raciale dans une école secondaire de la Nouvelle-Écosse déclenche des réformes éducatives

En 1991, une bagarre entre un étudiant noir et un étudiant blanc à l’école secondaire Cole Harbour District escalada jusqu’à ce qu’une cinquantaine de jeunes, noirs et blancs, y participe. Cet événement mobilisa les militants noirs de la province pour lutter contre les opportunités inégales en éducation. Le ministère de l’Éducation de la Nouvelle-Écosse établit un fonds en 1995 pour améliorer l’éducation et appuyer les initiatives anti-racistes.

mai 04, 1992

L’histoire des Noirs 

La « Rébellion » de la rue Yonge

Une manifestation de jour sur la rue Yonge de Toronto contre l’acquittement des policiers dans le cas Rodney King à Los Angeles dégénéra en une émeute une fois la nuit tombée. Faisant fi du contexte historique, les médias ont décrié la « violence de style américain » des jeunes hommes noirs. Toutefois, l’émeute incita les Canadiens à ce pencher sur les causes fondamentales de la frustration des Noirs.

janvier 01, 1994

L’histoire des Noirs 

Publication de Selling Illusions de Bissoondath

La politique du multiculturalisme officiel au Canada fut sévèrement critiquée par de nombreux auteurs que soutenaient que cette politique avait créé une société divisée et fragmentée de « hyphenated Canadians » ou de Canadiens-ceci ou Canadiens-cela. La condamnation la plus virulente sortit de la plume de Neil Bissoondath, un romancier canadien et immigrant de Trinité qui refusait le fardeau dit « burden of hyphenation » qui ferait de lui un Canadien-ressortissant des Indes orientales-trinidadien.

août 06, 1995

L’histoire des Noirs 

Donovan Bailey devient « l’être humain le plus rapide au monde »

Donovan Bailey, d’Oakville en Ontario, prit le titre « d’être humain le plus rapide au monde » lorsqu’il remporta le sprint de 100 mètres au Championnat mondial d’athlétisme à Goteberg, en Suède. Dans cette même course, Bruny Surin, de Montréal, remporta l’argent. Bailey poursuivit sa carrière et remporta l’or aux Jeux Olympiques de 1996 à Atlanta; il établit un nouveau record mondial et olympique de 9,84 secondes.

janvier 19, 1998

L’histoire des Noirs 

Rogers Writers' Trust Fiction Prize Inauguration

Austin Clarke remporte le prix du meilleur roman, décerné par la Rogers Writers' Trust, pour son roman The Origins of Waves.

mai 08, 2003

L’histoire des Noirs 

Clarke Remporte le prix Commonwealth Writers' Prize

Austin Clarke remporte le prix Commonwealth Writers' Prize du meilleur livre pour son roman The Polished Hoe.

août 04, 2005

L’histoire des Noirs 

On annonce le choix de la première Gouverneure générale noire

Le 4 août 2005, le Premier ministre Paul Martinannonça la nomination de Michaëlle Jean, née à Haïti, au poste de gouverneure-générale du Canada. Sa double citoyenneté (française et canadienne) ainsi que des allégations de liens avec les séparatistes suscitèrent une polémique. Avant son assermentation, madame Jean renonça à sa citoyenneté française et réfuta tout lien avec le mouvement séparatiste.

septembre 27, 2005

L’histoire des Noirs 

Assermentation de Michaëlle Jean, Gouverneure générale 

Michaëlle Jean fut assermentée en tant que première Gouverneure générale noire du Canada. Elle mit l’accent sur la liberté comme étant au cœur même de l’identité canadienne et a intimé qu’il était temps « d’éliminer le spectre » des deux solitudes, française et anglaise, qui avaient depuis si longtemps caractérisé l’histoire de ce pays.

juin 26, 2016

L’histoire des Noirs 

Décès d’Austin Clarke

Le romancier, nouvelliste et journaliste Austin Clarke décède à Toronto à l’âge de 81 ans. Ayant grandi à la Barbade, Austin Clarke s’installe au Canada en 1955 pour poursuivre des études à l’Université de Toronto. Bien que sa carrière sorte du cadre de la littérature et l’emmène à occuper des postes tels que ceux d’attaché culturel de la Barbade à Washington (1973) et de directeur général de la Caribbean Broadcasting Corporation (1975), il est surtout connu pour sa fiction, dont le roman The Polished Hoe (2002), lauréat du prix Giller. Critique social engagé et défenseur des droits civiques surnommé le « grand-père de la littérature canadienne noire » par Lawrence Hill, Austin Clarke compte parmi les premiers écrivains noirs au Canada à jouir d’une reconnaissance internationale et à remporter de grands prix littéraires.

novembre 15, 2017

Viola Desmond

L’histoire des Noirs 

Intronisations au Walk of Fame du Canada en 2017

Les personnes intronisées au Walk of Fame du Canada en 2017 sont Donovan Bailey, Stompin' Tom Connors, Viola Desmond, Anna Paquin, Ted Rogers et David Suzuki.