Grandes villes canadiennes ayant un nom autochtone

Pour nommer un village, les colons canadiens se tournaient vers diverses sources. Parfois, ils le nommaient selon un résident ou une célébrité. Parfois, ils lui donnaient le nom de leur ville natale. Cependant, les noms de plusieurs des grandes villes du Canada sont dérivés d’un mot autochtone.

La plupart des noms sont des descriptions de la terre ou des animaux de la région, comme Oshawa et Coquitlam. D’autres, comme Mississauga, portent le nom de la Première Nation à qui appartenait la terre sur laquelle la ville a été fondée. Dans le cas de Kelowna, le nom a commencé comme une blague entre amis salish.

Voici les dix villes les plus peuplées du Canada portant des noms d’origine autochtone.

Pour nommer un village, les colons canadiens se tournaient vers diverses sources. Parfois, ils le nommaient selon un résident ou une célébrité. Parfois, ils lui donnaient le nom de leur ville natale. Cependant, les noms de plusieurs des grandes villes du Canada sont dérivés d’un mot autochtone. La plupart des noms sont des descriptions de la terre ou des animaux de la région, comme Oshawa et Coquitlam. D’autres, comme Mississauga, portent le nom de la Première Nation à qui appartenait la terre sur laquelle la ville a été fondée. Dans le cas de Kelowna, le nom a commencé comme une blague entre amis salish. Voici les dix villes les plus peuplées du Canada portant des noms d’origine autochtone.


1. Toronto

Embody The Spirit Pow Wow

Traditionnellement, les Kanyen’kehà:ka (Mohawk) plongeaient des lances dans l’eau pour attraper les poissons, à un endroit où le lac Simcoe se rétrécit. Ces pêcheries sont appelés « tkaronto », ce qui signifie « là où les arbres sont debout dans l’eau ».

Le nom fait éventuellement référence au lac lui-même (lac de Taronto), à un sentier autochtone qui chemine du lac Ontario à la baie Georgienne (le passage de Toronto), et à un traité (l’achat de Toronto). Lorsque la communauté de York du Haut-Canada est constituée en tant que ville en 1834, elle est nommée Toronto.

2. Ottawa

Connue initialement comme Bytown, la capitale nationale du Canada change son nom pour Ottawa en 1855. Malgré le fait qu’elle soit nommée selon la Première Nation Odawa, Ottawa n’est pas situé sur leur territoire traditionnel, qui s’étend principalement le long des rives est du lac Huron et du lac Michigan. Le nom Odawa vient du mot algonquin qui signifie « échanger ».

3. Mississauga

Le canton de Toronto est nommé ainsi en 1805, des décennies avant que la ville de Toronto ne soit créée. Bien que le canton soit le premier endroit à porter ce nom, lorsque la communauté plus peuplée de York est constituée en tant que Toronto en 1834, le petit canton de Toronto ressemble à une copie. Le canton est créé sur le territoire des Mississaugas de Credit, et donc en 1968, les résidents choisissent le nom actuel, avec la permission de la Première Nation.

4. Winnipeg

Les « eaux boueuses » du lac Winnipeg font en sorte que les Cris le nomment win nipee. Les cartes anglaises et françaises alternent entre plusieurs orthographes, comme Ouynipigon et Winnipeek. Comme le nom est plus tard attribué à une rivière, l’éditeur du journal The Nor’Wester décide de mettre le nom « Town of Winnipeg, Red River Settlement » (Ville de Winnipeg, colonie de la rivière Rouge) sur le titre générique de sa première page en 1865. Le nom est adopté comme nom officiel de la ville en 1873.

5. Ville de Québec

Le nom Québec est inspiré d’un mot algonquin signifiant « là où le cours d’eau se rétrécit ». Les Français de la Nouvelle-France l’utilisent seulement pour désigner la ville de Québec. Les Britanniques sont les premiers à utiliser ce nom dans un sens plus large.

6. Saskatoon

Parc du patrimoine Wanuskewin

Le nom Saskatoon est souvent lié à l’amélanche (un fruit plus communément appelé Saskatoon), connue sous le nom de misâskwatômina pour les Cris. Mais Edward Ahenakew corrige cette notion en 1919 dans le journal Saskatoon Daily Star, en partageant l’origine différente racontée par les Cris depuis des générations.

Lors d’un voyage pour chasser le bison, les membres de la bande de Edward Ahenakew se sont arrêtés là où se trouve actuellement Saskatoon pour couper des branches de Saskatoon. Comme elles sont faciles à redresser, et sont résistantes une fois sèches, elles font d’excellents fûts de flèche. L’endroit où les branches ont été coupées se nomme manimisāskwatān en cri. Lorsqu’on raccourcit le mot pour sāskwatān, il devient Saskatoon.

7. Oshawa

En 1840, les résidents de Skae’s Corners apprennent que le gouvernement leur accorde un bureau de poste. Une réunion publique a lieu pour discuter de noms potentiels. Quelques trappeurs autochtones venant du lac Scogog sont présents et on leur demande leur opinion. Ils suggèrent le mot aaz haway, en anishinaabemowin (langue ojibwée), qui signifie « ce point de croisement du ruisseau où le canot est échangé pour le sentier ».

8. Saguenay

On croit que la rivière Saguenay, la ville de Saguenay, et les environs de cette région ont été nommés selon une phrase innu. Dérivé du mot saki-nip, il signifie « là où coule l’eau ».

9. Coquitlam

Totem du centenaire

Dans le dialecte cowichan de la langue salish, kwikwetlem signifie « petit saumon rouge ». La rivière Coquitlam autrefois grouillait de ce poisson. (Voir aussi Salish de la côte.)

10. Kelowna

Certains peuples autochtones de l’intérieur de la Colombie-Britannique construisaient des kekuli, qui sont des résidences souterraines. Lorsqu’un colon français, large et velu, appelé Augustus Gilard en construit une, les passants salish remarquent souvent que ce dernier ressemble à un kimach touche, ou un ours brun. Son nouveau surnom devient le nom de la colonie, jusqu’à ce qu’un habitant décide de choisir un autre ours, le grizzli. Kelowna (ou Kiʔláwnaʔ) est le mot en okanagan ou en nsyilxcən pour grizzli.

11. Saanich

Le district de Saanich tire son nom de la Première Nation Saanich ou W̱SÁNEĆ. Le nom signifie « élevé » en langue salish du détroit, une référence à son élévation. (Voir aussi Salish de la côte.)