Kanyen’kehà:ka (Mohawk)

Les Kanyen’kehà:ka ou Kanien’kehá:ka (« peuple des silex »), mieux connus sous le nom de Mohawks par les non-Kanyen’kehà:ka, sont un peuple autochtone d’Amérique du Nord. Parmi les membres de la Confédération Haudenosaunee, aussi connue sous l’appellation de « Confédération iroquoise » et de « Confédération des Six-Nations », ils sont situés le plus à l’est. Au début du 17e siècle, ils vivent sur les rives de la rivière Mohawk dans ce qui est aujourd’hui le nord de l’État de New York. Ils s’engagent activement dans le commerce des fourrures et les conflits coloniaux des deux siècles qui suivent. Plusieurs d’entre eux se réinstallent près du fleuve Saint-Laurent avant 1700. Après la Révolution américaine, le reste déménage au Canada pour vivre dans des territoires contrôlés par leur alliée, la Grande-Bretagne. Ici, les Mohawks prospèrent et acquièrent une réputation de militantisme en ce qui a trait au maintien de leur langue et de leur culture, et à la défense de leurs droits.
Les Kanyen’kehà:ka ou Kanien’kehá:ka (« peuple des silex »), mieux connus sous le nom de Mohawks par les non-Kanyen’kehà:ka, sont un peuple autochtone d’Amérique du Nord. Parmi les membres de la Confédération Haudenosaunee, aussi connue sous l’appellation de « Confédération iroquoise » et de « Confédération des Six-Nations », ils sont situés le plus à l’est. Au début du 17e siècle, ils vivent sur les rives de la rivière Mohawk dans ce qui est aujourd’hui le nord de l’État de New York. Ils s’engagent activement dans le commerce des fourrures et les conflits coloniaux des deux siècles qui suivent. Plusieurs d’entre eux se réinstallent près du fleuve Saint-Laurent avant 1700. Après la Révolution américaine, le reste déménage au Canada pour vivre dans des territoires contrôlés par leur alliée, la Grande-Bretagne. Ici, les Mohawks prospèrent et acquièrent une réputation de militantisme en ce qui a trait au maintien de leur langue et de leur culture, et à la défense de leurs droits.


Les chefs des Six Nations expliquant leurs ceintures wampum, 1871

Les Kanyen’kehà:ka militent pour la défense de leurs terres et de leurs droits contre l’empiétement. Ils poursuivent activement la revendication des terres qui leur ont été enlevées illégalement. Dans les années 1950, les résidents de Kahnawake s’opposent à la confiscation de leurs terres pour la construction de la voie maritime du Saint-Laurent.

Les questions de frontière sont depuis longtemps une source de conflit à Akwesasne. Les Kanyen’kehà:ka de Kanesatake et Kahnawake en viennent même aux armes avec la police de Québec et l’armée canadienne à la suite de contestations portant sur le territoire à Oka, près de Montréal, à l’été 1990. (Voir aussi Crise d’Oka.)

À Akwesasne, un profond fossé se creuse entre ceux qui se disent en faveur de l’ouverture de casinos et ceux qui s’y opposent, ce qui mène, au plus fort du conflit, à des affrontements violents aux conséquences tragiques. Les Mohawks de la réserve des Six Nations occupent des terres à Caledonia, en Ontario, soutenant que celles-ci leur ont été extorquées illégalement. (Voir aussi Droits des Autochtones au Canada.)

Personnalités connues

Beaucoup de Kanyen’kehà:ka connaissent la gloire bien au-delà des frontières de leurs communautés. Quelques exemples :

L’écrivaine Pauline Johnson est surtout connue pour sa poésie et ses prestations sur scène au tournant du 20e siècle. Jay Silverheels figure dans plusieurs films hollywoodiens et immortalise le personnage de Tonto dans la série télévisée Lone Ranger.

Kahn-Tineta Horn s’illustre comme mannequin et ardente défenseure des droits des Kanyen’kehà:ka. Sa fille, Waneek Horn-Miller, suit ses traces dans la défense des droits autochtones, en plus d’être cocapitaine de l’équipe olympique canadienne de water-polo en 2000. Survivante d’une attaque à la baïonnette par un soldat lors de la crise d’Oka (lorsqu’elle n’avait que 14 ans), Waneek Horn-Miller poursuit aujourd’hui ses activités de défense des droits.

Roberta Jamieson occupe le poste d’ombudsman du gouvernement de l’Ontario de 1989 à 1999. Dans sa jeunesse, Robbie Robertson passe ses étés dans la famille de sa mère sur la réserve des Six Nations. Il deviendra un célèbre rockeur avec son groupe The Band.

Enjeux contemporains

En 1981, une loi adoptée par le Conseil des Mohawks de Kahnawake interdit à tout membre de la bande ayant épousé une personne non autochtone de vivre sur son territoire. En 2014, sept personnes intentent une poursuite contre le Conseil, contestant cette loi. S’ajoutent à ces sept personnes neuf autres plaignants en 2015. En avril 2018, la Cour supérieure du Québec déclare la loi inconstitutionnelle.


Guide pédagogique perspectives autochtones

Collection des peuples autochtones

Liens externes


//