Forêt

Parmi les 34 espèces de conifères de la forêt canadienne, on compte 9 espèces de PINS, 5 d'ÉPINETTES, 4 de GENÉVRIERS, 3 de PRUCHES, 3 de MÉLÈZES, 4 de SAPINS, 1 de THUYA (CÈDRE), 2 d'IFS et 1 de CYPRÈS. Le conifère se définit comme un arbre à bois tendre et à feuilles persistantes.

\u00c9rabli\u00e8re
Le complexe écosyst\u00e8me forestier entretient de nombreuses formes de vie. Le bocage fait partie de la région des for\u00eats mélangées et contient aussi bien des décidus (dont l'érable, \u00e0 gauche) que des conifériens (au centre, avec l'ourson) (illustration de Claire Tremblay).

Forêt

  ÉCOSYSTÈME qui se caractérise par une étendue dense d'arbres. Il inclut non seulement les ARBRES mais également les arbustes, plantes grimpantes, herbacées, MOUSSES, micro-organismes, INSECTES et animaux supérieurs qui interagissent entre eux et avec leur environnement. Ce système écologique complexe constitue un ensemble dont l'équilibre est fragile. Les phénomènes naturels ou l'initiative humaine peuvent provoquer des modifications considérables et parfois même désastreuses.

Principaux types de forêts

 Il existe dans le monde trois principaux types de forêts selon les zones climatiques : la forêt des régions équatoriales et tropicales, la forêt des zones tempérées et la forêt des régions froides. La plus grande partie de la forêt canadienne se trouve dans les régions boréales qui comprennent également l'Alaska, la Sibérie, la Finlande, la Suède et la Norvège. La FORÊT BORÉALE se compose surtout de conifères. Au Canada, la forêt de la zone tempérée couvre les régions au climat plus clément, le long de la côte du Pacifique et dans le Sud-Ouest de l'Ontario. En Colombie-Britannique, le climat maritime doux et tempéré favorise la prédominance du CONIFÈRE. Dans le Sud de l'Ontario, aux étés chauds et humides, on trouve une forêt de feuillus. Entre cette forêt de feuillus et la forêt boréale se trouve la forêt mixte où conifères et feuillus existent en nombre à peu près égal.

Parmi les 34 espèces de conifères de la forêt canadienne, on compte 9 espèces de PINS, 5 d'ÉPINETTES, 4 de GENÉVRIERS, 3 de PRUCHES, 3 de MÉLÈZES, 4 de SAPINS, 1 de THUYA (CÈDRE), 2 d'IFS et 1 de CYPRÈS. Le conifère se définit comme un arbre à bois tendre et à feuilles persistantes. Arrivé à maturité, il possède généralement un tronc droit et de courtes branches formant une cime effilée. À l'exception du mélèze, tous les conifères gardent leurs aiguilles pendant au moins deux ans; ils ne perdent pas toutes leurs aiguilles d'un coup.

Il existe au Canada plus de 100 espèces de feuillus : 10 espèces d'ÉRABLES, 10 de CHÊNES, 6 de BOULEAUX, 5 de PEUPLIERS, 5 de caryers (qui font partie de la famille des JUGLANDACÉES), 4 de FRÊNES, 3 d'ORMES et 32 autres genres. Les feuillus, désignés comme des arbres à bois dur et à feuilles caduques, sont de formes variées, mais présentent souvent une houppe (couronne) arrondie ayant des branches aussi longues, sinon plus, que leur tronc fuselé. À l'exception de l'arbousier, tous les feuillus canadiens perdent leurs feuilles annuellement.

Historique de la forêt

Les arbres font leur apparition de nombreux siècles avant que ne viennent les graminées et l'ère des dinosaures. Selon les paléobotanistes, la vie végétale est née dans les fonds marins il y a plus de 3 milliards d'années. Les plantes apparaissent à la surface de la terre vers la fin de la période silurienne et le début de la période dévonienne (il y a de 426 à 392 millions d'années). Les premières plantes terrestres, qui ont moins de 1 m de hauteur, sont des cryptogames issues des zones humides. Au cours de la période dévonienne (il y a de 410 à 353 millions d'années), naissent les premières forêts. Celles-ci sont densément peuplées de LYCOPODES aux troncs minces et aux branches affaissées. Les premiers fossiles de graines de gymnospermes (les plus anciennes PHANÉROGAMES) datent de la fin du dévonien, il y a de 375 à 353 millions d'années. Les gymnospermes, dont les conifères modernes sont des exemples, produisent des graines qui ne sont pas entourées d'un ovaire.

À la fin du dévonien, de grandes crues inondent le continent nord-américain. Des fleuves déversent des sédiments dans la mer, formant de vastes marécages d'où sortiront les gigantesques forêts de la période carbonifère (il y a de 353 à 300 millions d'années). Des ancêtres arbustifs de certaines de nos espèces contemporaines et réduites de PRÊLE côtoient la FOUGÈRE, la fougère à graines et les lycopodes, qui dominent, pouvant atteindre 30 m de hauteur. À la fin de la période carbonifère, ces forêts, semblables à des jungles, dépérissent en raison d'importants changements climatiques et sont ensevelies pour devenir le CHARBON, qui alimente une grande partie de l'industrie moderne. Durant le carbonifère, les gymnospermes prédominent en haute altitude. Par la suite, des gymnospermes comme les conifères primitifs et les cycas à la forme de palmiers prolifèrent, alors que la fougère et la prêle diminuent en nombre.

Au cours de l'ère triasique (il y a de 250 à 205,7 millions d'années), des plantes commencent à produire des fleurs et des graines contenues dans un ovaire ou dans un fruit. Ce sont les angiospermes (voirPHANÉROGAMES). De nombreux arbres à fleurs (SAULE, peuplier, érable, magnolia, etc.) et plantes herbacées à fleurs font leur apparition. Vers la fin du crétacé (il y a 65 millions d'années), les angiospermes dominent la flore. Parallèlement, la vie animale se développe rapidement : insectes, oiseaux et mammifères tirent leur subsistance de la forêt tout en contribuant à son renouvellement et à son expansion.

Il y a environ 55 millions d'années, durant l'ère moderne du cénozoïque, commence une longue période de refroidissement. À mesure que le froid s'intensifie, la forêt, qui s'étend bien au-delà du CERCLE ARCTIQUE, est repoussée vers le Sud. Ainsi, il y a un peu moins de deux millions d'années, presque tout le territoire actuel du Canada se trouve petit à petit recouvert par quatre couches successives de glace, parfois de 3 km d'épaisseur. De grands glaciers s'avancent également jusque dans le Nord-Est des États-Unis (voirGLACIATION). Les glaciers détruisent la forêt, mais leur lente progression ne peut empêcher celle-ci de subsister dans les régions chaudes situées plus au Sud.

Après le retrait des derniers glaciers (il y a environ 10 000 ans), la forêt recommence à s'étendre. Les premières espèces à progresser vers le nord sont l'ALGUE et le CHAMPIGNON, suivis des plantes plus complexes, comme la mousse, le LICHEN et le lycopode qui ont pu survivre dans les contrées froides et humides évacuées depuis peu par la glace. Ensuite, viennent les vaillantes gymnospermes : épinette, sapin, pin et mélèze. Enfin, apparaissent les feuillus : chênes, frênes, érables et autres. Cette distribution progressive de la végétation constitue le portrait de la forêt canadienne actuelle.

Voir aussiBIOGÉOGRAPHIE.


Lecture supplémentaire

  • Ken Farr, The Forests of Canada (2003)

Liens externes