Santé des Autochtones au Canada

Avant la colonisation, les peuples autochtones s’appuyaient sur des systèmes de guérison riches et variés. L’introduction de nouvelles maladies contagieuses par les colons a mis beaucoup de pression sur ces systèmes traditionnels. Les Européens ont modifié également de manière importante les conditions sociales, économiques et politiques qui influencent le bien-être des communautés autochtones. Ces changements ont encore aujourd’hui des effets sur la santé des peuples autochtones du Canada. (Voir aussi Conditions sociales des peuples autochtones au Canada et Autochtones: conditions économiques.)



Femme et bébé autochtones à Iqaluit, au Nunavut (alors les Territoires du Nord-Ouest)

Santé et guérison autochtones

Les peuples autochtones du Canada utilisent des méthodes de guérison traditionnelles qui dépendent de l’environnement local et qui sont adaptées aux besoins des habitants de chaque territoire. Par exemple, les Inuits possèdent de nombreuses méthodes pour traiter les engelures et l’hypothermie. (Voir aussi Blessures dues au froid.) L’environnement naturel définit alors l’expertise médicale et les pratiques adoptées par les peuples autochtones.

L’arrivée des Européens en Amérique du Nord introduit des maladies inconnues comme la variole et la grippe, ce qui met à rude épreuve les systèmes de soin des Autochtones. (Voir aussi Épidémies au Canada.) Toutefois, leurs modes de guérison réussissent éventuellement à répondre à ces maladies. Les communautés réagissent à ces fléaux des manières qui varient au fil du temps et selon les régions.

Les pratiques de santé et de mieux-être autochtones sont forcées de fonctionner dans le cadre établi par les structures coloniales. Des modifications apportées à la Loi sur les Indiens à la fin du 19e et au début du 20esiècle criminalisent et interdisent ces pratiques de guérison. Cette nouvelle version, conjuguée à de mauvaises conditions de vie, à de la pauvreté, au racisme, à des pertes territoriales et à un accès décroissant aux aliments, a des effets désastreux sur la santé des peuples autochtones.

Tandis que les nations autochtones luttent pour affirmer leur souveraineté, de nombreux usages thérapeutiques persistent. De plus, certains organismes de soins de santé adoptent des modèles de traitement qui conjuguent les connaissances et les visions du monde occidentales et autochtones.

Déterminants sociaux de la santé

Les déterminants sociaux de la santé sont des paramètres sociaux et économiques qui caractérisent la position d’une personne dans la société et influent sur sa santé. Il peut être question, par exemple, de l’accès à de la nourriture et à un logement sécuritaire; de la qualité de l’éducation et des soins de santé; et de l’accès à d’autres services sociaux. Pour les peuples autochtones du Canada, la colonisation a créé des conditions entraînant un état de santé plus désolant que pour le reste de la population. Par exemple, leur taux d’insécurité alimentaire est plus élevé que la moyenne nationale. Cela découle directement des politiques fédérales et provinciales qui ont empêché ou limité l’accès à la nourriture et aux remèdes issus de la terre, qui ont contribué à maintenir la santé et le bien-être des Autochtones pendant de nombreuses générations. (Voir aussi Médecine traditionnelle des Premières nations au Canada.)

Dans les réserves, le taux de mortalité infantile (TMI) est de trois à sept fois plus élevé que la moyenne nationale. En dehors des réserves, les populations autochtones ont un TMI qui tend à être deux à quatre fois plus élevé que celui des populations non autochtones. Les enfants autochtones sont quatre fois plus à risque de souffrir de la faim que les enfants non autochtones et ont également 40% plus de risque de vivre sous le seuil de pauvreté. Un TMI élevé, combiné à de la malnutrition et à un accès difficile aux soins de santé, mène à une plus forte prévalence de maladies chroniques chez les enfants et les adultes autochtones.

Le diabète de typeII est probablement la maladie chronique la plus préoccupante et répandue chez les Autochtones. Il est intimement relié au traumatisme historique et à la dépossession des terres. Des études révèlent que le diabète de typeII est deux à cinq fois plus répandu chez les peuples autochtones que dans l’ensemble de la population. Compte tenu du prix élevé des aliments dans les régions isolées du nord et de la forte insécurité alimentaire qui touche les Autochtones de manière disproportionnée, ces nombres sont peu surprenants.

L’état de santé des peuples autochtones est également affecté par les mauvaises conditions de logement. Les maisons dans les réserves sont trois fois plus susceptibles d’avoir besoin de réparations importantes que les maisons des Autochtones à l’extérieur des réserves, et six fois plus que les maisons des non-Autochtones. De plus, 37% des Premières nations vivant dans des réserves et 40% des Inuits du nord vivent dans des logements surpeuplés. Des études révèlent que les personnes vivant dans des lieux surpeuplés, humides et où des moisissures sont présentes sont plus à risque de souffrir de dépression, de symptômes respiratoires et d’asthme.

Comme le montrent ces statistiques, le colonialisme historique et actuel a contribué à un accès inégal aux soins de santé. Combiné au racisme et à d’autres déterminants sociaux, il continue d’avoir des conséquences importantes et graves sur la santé des peuples autochtones.

Prestation de soins de santé occidentaux

À partir de la fin du 19esiècle, des soins de santé de base sont offerts aux peuples autochtones. Ce sont les organisations missionnaires qui en font la demande, craignant que la mauvaise santé des communautés autochtones ne se répande dans les colonies blanches.

Le premier ministère fédéral de la Santé, créé en 1919, ne s’adresse pas aux communautés autochtones. Ce n’est qu’en 1927 qu’une division est officiellement créée dans le ministère des Affaires indiennes pour s’occuper des soins de santé. Avant 1927, le gouvernement fédéral offre seulement des soins de santé limités et de base aux Autochtones.

Après la Deuxième Guerre mondiale, des préoccupations croissantes à propos de la tuberculose chez les peuples autochtones et la menace perçue de la « tuberculose indienne » pour la population mènent à une hausse du nombre de sanatoriums ségrégués et d’hôpitaux indiens partout au Canada. (Voir aussi Ségrégation raciale des peuples autochtones au Canada.)

Dans les année s1960, le gouvernement fédéral signe de nombreux accords avec les provinces pour offrir aux peuples autochtones l’accès aux soins de santé provinciaux en dehors des réserves. Il demeure toutefois responsable de les fournir dans les réserves et les régions éloignées. Au cours des dernières décennies, Ottawa a déployé certains efforts pour transférer la responsabilité de la santé aux pouvoirs locaux. Malgré cela, les soins de santé offerts aux peuples autochtones du Canada demeurent inadéquats, complexes et sous-financés. (Voir aussi Services aux Autochtones Canada.)


Collection des peuples autochtones

Guide pédagogique perspectives autochtones

Liens externes