Kelly, Leonard

Leonard Patrick « Red » Kelly, CM, joueur de hockey, entraîneur et député parlementaire (né le 9 juillet 1927 à Simcoe, en Ontario ; décédé le 2 mai 2019 à Toronto). Red Kelly a joué dans la Ligue nationale de hockey (LNH) pendant 20 saisons, au cours desquelles il a remporté la coupe Stanley à 8 reprises. Il a été joueur étoile de l’équipe junior du StMichael’s College (qui a remporté la coupe Memorial) avant de devenir l’un des meilleurs défenseurs de la LNH avec les Red Wings de Détroit. Au sein de la franchise, il a remporté la coupe Stanley à 4 reprises, ainsi que le tout premier trophée Norris. En 1960, il a été échangé aux Maple Leafs de Toronto, où il a joué comme centre et a grandement contribué à la victoire de 4 autres coupes Stanley. Patineur hors pair et fin stratège, Red Kelly a fait 281 buts et 542 passes décisives en carrière en saison régulière, ainsi que 33buts et 59 passes décisives en séries éliminatoires. Il a remporté le trophée Lady Byng à quatre reprises, a mené une prolifique carrière d’entraîneur et a siégé comme député libéral pendant 2 mandats tout en étant joueur. Il est membre du Temple de la renommée du hockey, du Temple de la renommée des sports de l’Ontario et de l’Ordre du Canada.



red-kelly

Carte à collectionner de Red Kelly au sein des Maple Leafs de Toronto. Ces cartes se trouvent au dos des boîtes de céréales Chex aux É.-U. et au Canada de 1963 à 1965.

(avec la permission de Wikimedia Commons)

Enfance et carrière au hockey junior

Les ancêtres de Red Kelly, originellement les O’Kelly, immigrent en Ontario depuis l’Irlande dans les années1850 (voir aussi Canadiens Irlandais). Red Kelly grandit sur la ferme de tabac familiale près de Simcoe, en Ontario. Dès le plus jeune âge, il passe le plus clair de son temps à jouer au hockey sur les patinoires extérieures. À 16 ans, il quitte le berceau pour étudier au St. Michael’s College School à Toronto, un établissement scolaire qui se démarque pour sa puissante équipe de hockey junior et que son père a également fréquenté. À St. Michael’s, Red Kelly ne se découvre un talent pour le hockey que sur le tard, remportant d’abord un titre de boxeur dans la catégorie mi-moyen. En effet, il est coupé de l’équipe de hockey à trois reprises avant d’intégrer la troisième ligne midget. Là, il fait ses preuves comme patineur et défenseur, et joue un rôle clé dans la victoire de son équipe au tournoi de la coupe Memorial, en 1947.

Carrière au sein des Red Wings de Détroit: 1947 à 1960

Au repêchage des ligues majeures, Red Kelly est boudé par les Maple Leafs de Toronto, qui parrainent pourtant l’équipe de St. Michael’s et ont la priorité sur ses joueurs. Le jeune hockeyeur se joint donc aux Red Wings de Détroit, où il est cinquième défenseur pendant la saison1947-1948 avant devenir un joueur régulier lorsque son coéquipier Doug McCaig se casse la jambe pendant les vacances de Noël. Red Kelly se taille rapidement une réputation de meneur de jeu exceptionnel et termine sa saison de recrue avec 6buts, 14passes décisives et 13minutes de punition. Il se classe également au troisième rang des votes pour la coupe Calder, remise à la recrue de l’année. (King Clancy décrit Red Kelly comme «le meilleur défenseur débutant que la ligue ait jamais connu».)

Au cours des deux premières saisons de Red Kelly avec les Red Wings, l’équipe perd contre Toronto en finale de la coupe Stanley avant de la gagner en 1950. La «Big Red Machine» remporte à nouveau la coupe Stanley en 1952, en 1954 et en 1955, menés par des joueurs de talent comme Red Kelly, Gordie Howe, Ted Lindsay et Terry Sawchuk. En 1951, en 1953 et en 1954, Red Kelly reçoit le trophée Lady Byng du joueur le plus courtois de la LNH. Il remporte également le premier trophée Norris du meilleur défenseur de la ligue en 1954.

red-kelly

Carte à collectionner de marque Topps datant de 1954 et autographiée par Red Kelly.

(avec la permission de Wikimedia Commons)


Red Kelly fait partie de l’équipe des étoiles pendant 8 de ses 13 saisons avec Détroit ; malgré cela, il ne signe jamais de contrats de plus d’un an avec la franchise. Sa relation tendue avec le club prend finalement fin en février 1960, lorsqu’on lui annonce qu’il a été échangé aux Rangers de New York. Plutôt que de rejoindre sa nouvelle équipe, Red Kelly décide de prendre sa retraite. «Dès le lendemain, j’ai commencé à travailler pour une entreprise d’outils, raconte-t-il en 2003. Mais le hockey, c’était toute ma vie. J’adorais le hockey depuis que j’étais haut comme trois pommes.» Les Maple Leafs parviennent éventuellement à convaincre Red Kelly de jouer avec eux et, quelques jours plus tard, l’échange est officialisé.

Carrière au sein des Maple Leafs de Toronto: 1960 à 1967

L’ingénieux entraîneur des Maple Leafs, Punch Imlach, convertit Red Kelly en centre et l’utilise comme couvreur contre les meilleurs centres de la ligue, tels que Gordie Howe des Red Wings, Stan Mikita des Blackhawks de Chicago et Jean Béliveau des Canadiens de Montréal. À la fin de sa première saison avec Toronto, Red Kelly remporte son quatrième trophée Lady Byng ainsi que le trophée J.D. Bickell du joueur le plus utile des Maple Leafs. Cette année-là, Toronto perd contre Montréal en finale de la coupe Stanley, mais la remporte en 1962, en 1963, en 1964 et en 1967 (voir aussi Maple Leafs de Toronto: la dernière coupe Stanley de 1967).

Red Kelly prend sa retraite après la victoire de la coupe Stanley de 1967, refusant un contrat de quatre ans avec les Maple Leafs. Il termine sa carrière dans la LNH avec 281buts et 542passes décisives, pour un total de 823 points en 1 316 matchs de saison régulière. Il compte également 33 buts et fait 59 passes décisives en 164 matchs des séries éliminatoires. En 1969, il est intronisé au Temple de la renommée du hockey, l’organisation ayant spécialement levé la période d’attente standard de trois ans.

red-kelly-et-dave-keon

Red Kelly (à gauche) et Dave Keon jouant pour les Maple Leafs de Toronto dans les années 1960.

(avec la permission de Richard Bartlaga, flickr)


Carrière à titre d’entraîneur: 1967 à 1976

Red Kelly poursuit sa carrière au hockey en tant qu’entraîneur. Il est le premier entraîneur-chef de l’expansion des Kings de Los Angeles, les menant aux séries éliminatoires au cours de ses deux saisons avec le club. Il devient ensuite le deuxième entraîneur-chef des Penguins de Pittsburgh (1970-1973), avant d’accepter une offre de Harold Ballard, alors incarcéré, et de devenir entraîneur-chef des Maple Leafs de Toronto. Red Kelly entraîne les Maple Leafs — menés par Daryl Sittler, Norm Ullman, Paul Henderson et Lanny McDonald — à quatre quarts de finale consécutifs.

La saison la plus notoire de Red Kelly avec les Maple Leafs (pour de bonnes ou de mauvaises raisons) remonte à 1975-1976. Lors de la deuxième ronde des séries éliminatoires de la coupe Stanley de 1976, alors que les Maple Leafs accusent un retard de 0-2 contre les Flyers de Philadelphie, Red Kelly place cinq pyramides de plastique sous le banc des joueurs pour optimiser leur énergie positive pendant le match. (Sa femme avait lu des articles sur les bienfaits présumés des pyramides et avait utilisé cette technique pour aider leur fille à surmonter une série de maux de tête. Red Kelly avoue à l’époque qu’il « était prêt à tout essayer »). Il accroche également une grande pyramide en plastique au centre des vestiaires de l’équipe et demande aux joueurs de se tenir debout sous elle ou de placer leurs bâtons près d’elle. Le capitaine d’équipe Daryl Sittler, un des premiers à utiliser la pyramide, marque cinq buts au match suivant, égalant le record des séries éliminatoires du plus grand nombre de buts en un seul match établi par Maurice Richard en 1944. Les Maple Leafs égalisent les séries 2 à 2 et forcent éventuellement la tenue d’un septième match décisif, qu’ils perdent toutefois avec un score finale de 3 à 7. Le « pouvoir des pyramides », quant à lui, devient une partie intégrante de l’histoire des Maple Leafs.

Carrière politique: 1962 à 1965

Alors qu’il joue pour les Maple Leafs de Toronto, Red Kelly devient également député du Parti libéral le temps de deux mandats, de 1962 à 1965. Dans une entrevue accordée en 1989 à la Revue parlementaire canadienne, Red Kelly se souvient de la façon dont Lester Pearson l’a approché au sujet de sa candidature. « J’ai dit à M.Pearson que je ne pensais pas qu’il était possible de combiner les deux. Il était d’accord ! [...] Mais Lester Pearson avait une grande capacité à rassembler les gens et plus nous parlions, plus je l’aimais et l’admirais. J’ai décidé de faire tout ce que je pouvais pour l’aider à devenir premier ministre. »

Le hockeyeur est élu dans la circonscription de York-Ouest, à Toronto, lors d’une élection partielle en 1962. Il gagne à nouveau en 1963, lorsque le Parti libéral de Pearson bat John Diefenbaker et les conservateurs. Lors de cette élection, l’adversaire conservateur de Red Kelly est Alan Eagleson, premier agent des joueurs de hockey et futur président de l’Association des joueurs de la LNH. Les allers-retours à Ottawa qu’il multiplie pour remplir son mandat parlementaire sont aussi exténuants que ce à quoi il s’attendait. Pendant les séries éliminatoires de la coupe Stanley en 1964, il doit faire geler son genou avant un match et est tellement épuisé par la suite qu’il s’évanouit sous la douche. « C’était une expérience extraordinaire, dit-il en 1989. J’ai apprécié ces années. Mais c’était dur de faire les deux. Je me sentais un peu comme si j’avais un pied dans la tombe. »

Patrimoine

Red Kelly se retrouve en tête des meilleursmarqueurs chez les défenseurs pendant cinq saisons consécutives, de 1949 à 1954, l’année où il remporte le premier trophée Norris du meilleur défenseur. Nombreux sont ceux qui croient que c’est son talent exceptionnel qui a inspiré la création de ce prix. Son coéquipier des Red Wings, Ted Lindsay, a déclaré que Red Kelly « est le précurseur du défenseur offensif. Lui et Doug Harvey. » De son côté, Jean Béliveau a dit un jour que c’est d’avoir mis Red Kelly au centre qui a permis aux Maple Leafs de gagner la coupe Stanley aussi souvent dans les années1960.

En 1997, Red Kelly est nommé au 23e rang du palmarès des 100 meilleurs joueurs de tous les temps de Hockey News, tout juste derrière Patrick Roy et devant des joueurs de talent comme Ken Dryden, Paul Coffey, Henri Richard et Jaromir Jagr.

Vie personnelle

Suivant sa retraite comme entraîneur en 1976, Red Kelly exploite avec succès une entreprise d’entretien d’aéronefs. Il rencontre sa future épouse, la patineuse artistique Andra McLaughlin, alors qu’il accompagne son bon ami Gordie Howe à un rendez-vous galant avec la patineuse artistique Barbara Ann Scott. L’union entre Red Kelly et Andra McLaughlin perdure de juillet 1959 jusqu’à la mort du hockeyeur, en 2019.

Honneurs

En 1969, Red Kelly est intronisé au Temple de la renommée du hockey, l’organisation ayant spécialement levé la période d’attente standard de trois ans. Il est également fait membre de l’Ordre du Canada en 2001. Le 3 octobre 2014, Postes Canada émet une collection de timbres honorant six défenseurs légendaires à l’époque des six équipes originales de la LNH (1942-1947), soit Red Kelly, Tim Horton, Pierre Pilote, Bobby Orr, Doug Harvey et Harry Howell.

Le 15 octobre 2016, dans le cadre du centenaire des Maple Leafs de Toronto, l’équipe fait retirer le maillot numéro4 (également porté par le joueur intronisé Hap Day de 1924 à 1937). Le 1er février 2019, les Red Wings de Détroit suivent le pas et retirent eux aussi leur maillot4 en l’honneur de Red Kelly. En 2017, les statues de Kelly, Frank Mahovlich, Charlie Conacher et Wendel Clark sont ajoutées à la « rangée des légendes » des Maple Leafs devant le Centre Air Canada de Toronto (maintenant l’aréna Banque Scotia).

À la mort de Red Kelly en 2019, le commissaire de la LNH Gary Bettman déclare, en parlant de la carrière du joueur, qu’elle a été « riche en rebondissements, marquante et probablement inimitable. Red était un polymathe du hockey, capable, semble-t-il, de tout faire. »

Prix

Trophée commémoratif Lady Byng, Ligue nationale de hockey (1951,195 3, 1954, 1961)

Trophée commémoratif James Norris, Ligue nationale de hockey(1954)

Trophée J.D. Bickell, Maple Leafs de Toronto (1961)

Intronisé, Temple de la renommée du hockey (1969)

Membre, Ordre du Canada (2001)

Intronisé, Temple de la renommée des sports de l’Ontario (2001)

Médaille du jubilé d’or de la reine ElizabethII (2002)

Intronisé, Ordre de St. Michael, St. Michael’s College School (2004)

Médaille du jubilé de diamant de la reine ElizabethII (2012)


    En savoir plus