Henri Richard

Son nom est gravé onze fois sur la Coupe Stanley, soit plus que tout autre joueur dont 5 fois de suite. Il accumule 1046 points (358 buts et 688 assistances) en 1256 matches de même que 49 buts et 80 assitances en 180 matches de séries éliminatoires.

Richard, Henri
Henri Richard portant la Coupe Stanley apr\u00e8s la victoire de Montréal contre Chicago en 1971. Il a remporté la coupe \u00e0 onze reprises, soit plus que tout autre joueur (avec la permission du Temple de la renommée des sports du Canada)

Henri Richard, joueur de hockey (Montréal, 29 févr. 1936). Frère cadet de Joseph-Henri-Maurice « Rocket » Richard, Henri évolue avec les Canadiens de Montréal de 1955 à 1975. Le surnom « Pocket Rocket » qu'il reçoit en début de carrière lui déplaît profondément, car on le compare ainsi à son frère aîné. Il taille éventuellement sa propre réputation, devenant l'un des meilleurs joueurs complets de la Ligue nationale de hockey. Plus mince que son frère aîné, Henri a vite développé son propre style de jeu, style complètement différent de celui de Maurice; il devint vite populaire grâce à sa capacité exceptionnelle de manier le bâton et de ses performances habiles à manier le jeu.

Son nom est gravé onze fois sur la Coupe Stanley, soit plus que tout autre joueur dont 5 fois de suite. Il accumule 1046 points (358 buts et 688 assistances) en 1256 matches de même que 49 buts et 80 assitances en 180 matches de séries éliminatoires. Deux de ses buts en séries éliminatoires permettent à son équipe de remporter la Coupe Stanley. Richard prend sa retraite après la saison 1974-1975 et en l'honneur de sa grande contribution au hockey, le Canadien retire son chandail, no. 16 en 1975. Henri Richard est intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1979 et au Panthéon des sports canadiens en 1991.


En savoir plus