Salome Bey

Salome Bey, chanteuse, actrice, auteure-compositrice (née en 1939 à Newark, au New Jersey; décédée le 8 août 2020, à Toronto, en Ontario). Salome Bey était chanteuse de jazz, de blues et de R & B, et lauréate de nombreux prix. Connue comme « Canada’s First Lady of the Blues » (la première dame du blues du Canada), elle a souvent performé avec ses filles Jacintha Tuku et Saidah Baba Talibah, qui l’accompagnaient sous le nom de The Relatives lors de ses performances. Salome Bey a écrit et a joué dans la pièce Indigo, une histoire de blues qui a remporté un Dora Award. Elle a aussi fait partie de la liste des chanteurs canadiens qui ont produit le simple Tears Are Not Enough à des fins caritatives. Salome Bey a reçu le Toronto Arts Award, ainsi que le prix Martin Luther King Jr du Black Theatre Workshop de Montréal pour l’ensemble de son œuvre. Elle a été nommée membre honoraire de l’Ordre du Canada



Début de carrière

De 1957 à 1966, Salome Bey chante à travers les États-Unis avec son frère Andy et sa sœur Geraldine sous le nom de Andy and the Bey Sisters. Elle se produit pour la première fois à Toronto en 1961, et s’y installe en 1964, chantant du jazz, du blues et des « spirituals » dans les boîtes de nuit, ainsi qu’à la radio et à la télévision. Elle est artiste vedette au Grandstand de la Canadian National Exhibition en 1969, et connaît un succès particulier dans les comédies musicales, généralement dans des rôles appelés « Mère de la Terre. » Elle est vue pour la première fois au Global Village dans les revues de Robert Swerdlow Blues S.A. (1969) et Justine (1970). Elle joue également dans la revue Spring Thaw.

Faits saillants de sa carrière

En 1972, Simone Bey reçoit un prix Obie pour sa performance dans la production de Justine à Broadway, en 1971-1972 (la production est rebaptisée Love Me, Love My Children). Les premiers rôles s’ensuivent dans Dude de Galt MacDermot (New York, 1972), dans Don't Bother Me, I Can't Cope (Toronto, 1973 ; Washington, 1974) et dans Your Arms Too Short to Box with God (New York, 1975-1977), qui remporte un prix Grammy pour le meilleur album de la distribution.

Salome Bey écrit la pièce Indigo, dans laquelle elle tient également la vedette, une pièce sur le blues qui remporte un Dora Award et qui est vue au cabaret Basin Street de Toronto en 1978-1980, et ensuite télédiffusée par la CBC/Radio-Canada en 1984. Sa revue Shimmytimes (sur Ethel Waters) est produite au Basin Street en 1983. Une production semblable, Madame Gertrude (sur Ma Rainey, jouée par Jackie Richardson) suit à ce même endroit en 1985. Cette même année, Salome Bey apporte sa contribution et chante sur le simple Tears Are Not Enough, une chanson créée à des fins caritatives, en compagnie de Anne Murray, Gordon Lightfoot, Bryan Adams et Neil Young.

La comédie musicale pour enfants de Salome Bey, Rainboworld, est présentée au Young People’s Theatre en 1988 et met en vedette de jeunes chanteurs et chanteuses canadiens noirs, comme Deborah Cox et Divine Brown. Salome Bey joue également d’autres rôles, que ce soit dans des œuvres dramatiques ou des comédies musicales, par exemple dans Thunder Perfect Mind (Toronto Free Theatre, 1985), dans Mother Goose (Royal Alexandra Theatre, 1985) et dans Coming Through Slaughter (Silver Dollar Tavern, 1989).

Salome Bey continue à donner des concerts (dont plusieurs concerts bénéfices) dans les boîtes de nuit, à la radio et à la télévision. Elle se produit fréquemment avec ses filles Jacintha Tuku et Saidah Baba Talibah qui, avec d’autres musiciens, l’accompagnent sous le nom de « The Relatives ». Elle chante lors des célébrations de la fête du Canada à la Ontario Place, sur la colline parlementaire à Ottawa, et à l’Expo 86. Elle est reconnue pour son émouvante interprétation de Mon pays, une chanson qu’elle chante pour la première fois en 1970 dans la revue Spring Thaw.

Les enregistrements de Salome Bey incluent les disques vinyle Salome Bey (1970), Songs from Dude (1972), et Jazz Canada Europe '79, ce dernier disque ayant été enregistré pendant une tournée des festivals de jazz de Bracknell, Montreux et Northsea financée par RCI. Elle apparaît également sur des disques du pianiste de jazz Horace Silver (The United States of Mind, Phase 2 : Total Response, 1970-1971 et The United States of Mind, Phase 3 : All, 1972) et avec le Montreal Jubilation Gospel Choir. En 1991, Salome Bey reçoit un Toronto Arts Award dans la catégorie arts de la scène.

En 1995, Salome Bey et The Relatives lancent l’album Christmas Blues sur l’étiquette de disques Rainbowhirl Music Inc (RBM). Salome Bey tient la vedette dans l’émission spéciale de Noël de 1995 de la CBC, Salome Bey’s Christmas Soul. En 1996, elle reçoit le prix Martin Luther King Jr. du Black Theatre Workshop de Montréal pour l’ensemble de son œuvre. Pour célébrer le mois de l’histoire des Noirs au Canada, ainsi que les contributions de Canadiens d’origine africaine au jazz, au blues et au R&B, Salome Bey se produit en spectacle au Scadding Court Community Centre de Toronto, le 22 février 2002. Elle est nommée membre honoraire de l’Ordre du Canada en 2005, et est honorée lors d’une revue du mois de l’histoire des Noirs au Toronto Centre for the Arts, le 20 février 2008, revue dans laquelle jouent Joe Sealy et Saidah Baba Talibah.

Voir aussi Les femmes noires dans les arts.

Prix

  • Performance remarquable dans une revue ou une comédie musicale (Indigo), Dora Awards (1981)
  • Toronto Arts Award (1991)
  • Prix Martin Luther King Jr. pour l’ensemble de son œuvre, Black Theatre Workshop de Montréal (1996)
  • Membre honoraire, Ordre du Canada (2005)
  • Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II (2012)