Blues

Musique folk-pop afro-américaine possédant sa propre tradition vocale et instrumentale. C'est aussi une forme de chanson. Style musical d'origine et de caractère folkloriques, le blues s'est toutefois révélé plus populaire avec l'avènement de l'enregistrement commercial.

Blues

Musique folk-pop afro-américaine possédant sa propre tradition vocale et instrumentale. C'est aussi une forme de chanson. Style musical d'origine et de caractère folkloriques, le blues s'est toutefois révélé plus populaire avec l'avènement de l'enregistrement commercial. Les « Race records », comme on appelait les 78 tours enregistrés dans les années 1920 et 1930 par les chanteurs blues, ont été parmi les premiers disques pop. Les éléments de base du blues demeurent les mêmes : la structure harmonique basée sur la tonique, la sous-dominante, la septième de dominante et de nouveau la tonique, typiquement en cycles de 12 mesures; la prépondérance des « blue notes » (tierces et septièmes mineures); et le contenu très émotionnel de la musique, avant tout comme une expression personnelle des doléances et des frustrations des Noirs américains, passant du désespoir à l'humour.

Styles d'interprétation du blues

Les styles d'interprétation du blues ont connu des changements importants avec la migration de segments de la population noire à l'intérieur des É.-U. Ainsi sont apparus trois styles distincts, encore tous exploités : le premier, dit country ou du « Delta » (Mississippi-Louisiane) fait appel en général à un seul chanteur (p. ex., Robert Johnson) s'accompagnant à la guitare classique; c'est ce type de blues qui a vu le jour au tournant du 20e siècle, bien qu'on n'ait commencé à l'enregistrer s genre distinct qu'au milieu des années 1920. Le blues « classique », surtout interprété par des chanteuses (p. ex., Bessie Smith) accompagnées par des musiciens de jazz, est né vers 1910, tandis que les enregistrements ont commencé en 1920. Après la Deuxième Guerre mondiale, le blues urbain ou « électrique » (p. ex., Muddy Waters) voit le jour; il consiste habituellement en un petit ensemble utilisant des instruments amplifiés ainsi que l'harmonica (la harpe du blues), les percussions et parfois le piano. Une variante populaire du blues électrique est fréquemment associée au blues de Chicago. La forme refrain à douze mesures, fréquente dans la musique blues, est aussi utilisée dans le jazz, le « jump blues », le rhythm and blues, le rock'n roll, certains sous-genres de la musique rock (y compris le rock dur et le heavy métal) et fréquemment dans la musique country. De plus, la technique d'interprétation « appel et réponse » a grandement influencé les musiques soul, funk et rap (toutes essentiellement d'origine afro-américaine) ainsi que certaines formes de musique rock.

Le blues au Canada

Chez les artistes canadiens, le blues n'a pas joui d'une vaste popularité avant le début des années 1960; pourtant, le premier contact canadien avec ce genre musical se serait produit plusieurs décennies auparavant, grâce à la radio et aux artistes blues américains en tournée. La plupart des grands musiciens blues des États-Unis se sont produits au Canada. Vers la fin des années 1930, Robert Johnson et Johnny Shines ont joué à Elder Moten Hour, une émission de radio gospel diffusée depuis Windsor, en Ontario. D'autres musiciens de blues country (du Delta) se sont produits dans des cafés-bars ou à des festivals folk dans les années 1960 à 1970, tandis que les musiciens de blues urbain (habituellement de Chicago ou Detroit) jouaient dans des boîtes de nuit et à des festivals de jazz (p. ex., au Festival international de jazz de Montréal dans les années 1980).

Festivals de blues, sociétés, prix
Au Canada, parmi les festivals qui se sont consacrés uniquement au blues ou aux genres associés, mentionnons le Soul 'n' Blues Festival (établi en 1986 à Harbourfront, à Toronto); le Waterfront Blues (Toronto, 2005); et d'autres festivals tenus en Colombie-Britannique (Burnaby, Hornby Island, Maple Ridge, Nanaimo, Pender Harbour, Rock Creek, Salmon Arm); en Alberta (Calgary, Edmonton); au Manitoba (Beausejour); en Ontario (Barrie, Kingston, Kitchener, London, Orangeville, Oshawa, Ottawa, Port Credit, Sarnia, Thorold, Thunder Bay, Toronto, Windsor); au Québec (Carleton, Dollard-des-Ormeaux, Donnacona, Lachute, Mont-Tremblant, Montréal, Québec); au Nouveau-Brunswick (Fredericton); et en Nouvelle-Écosse (Halifax, Lunenburg, Truro). À une certaine époque, les sociétés de blues prospèrent, plus particulièrement la Toronto Blues Society, établie en 1985 et honorée à titre de société de blues de l'année 1986 au W.C. Handy Awards, qui s'est tenu à Memphis. En 1997, la société met sur pied le Maple Blues Awards, le seul programme national de récompense dans le domaine de la musique blues. Des catégories blues sont en outre présentées aux prix Juno (à compter de 1994); aux Canadian Aboriginal Music Awards (prix de la musique autochtone canadienne à compter de 1999); aux Western Canadian Music Awards (à compter de 2004); et aux East Coast Music Awards.

Le blues à la radio canadienne
Plusieurs des plus éminents représentants de cette musique se sont produits à The Blues, une émission historique de 90 minutes du réseau anglais de la SRC, diffusée pour la première fois le 28 décembre 1966 à Festival. En 1987, la radio anglaise de la SRC présente l'émission nationale de longue affiche Saturday Night Blues diffusée depuis Edmonton et animée par Holger Petersen (de Stony Plain Records) et, en 1991 et en 2006, on fait paraître des compilations de l'émission. Outre la SRC, la radiodiffusion du blues au Canada se limite essentiellement à des émissions d'intérêt particulier, diffusées depuis différentes stations collégiales et communautaires.

Interprètes de blues

Canadiens de race noire interprètes de blues
On retrouve peu de Noirs parmi les interprètes blues demeurant au Canada, outre les musiciens d'origine américaine suivants : Lonnie Johnson (interprète, guitariste; Nouvelle-Orléans, 1989 - Toronto, 1970), qui passe les cinq dernières années de sa vie à Toronto après une carrière sur disque des plus remarquables dans les années 1920, sous son propre nom et avec Louis Armstrong, Duke Ellington, Eddie Lang, Victoria Spivey et d'autres); Clarence « Big » Miller et George « Wild Child » Butler (Windsor, Ont.). Leurs jeunes compatriotes, les artistes de blues Dimitri Cornell (aussi appelé Cornell Paschal) et Kenny Neal, demeurent l'un et l'autre par intermittence à Toronto durant les années 1980, tout comme deux de leurs contemporains : le guitariste Tony Springer (Wild T and the Spirit) et Buzz Upshaw. Mel Brown (Jackson, Mississippi, 7 oct. 1939 - Kitchener, 20 mars 2009) & the Homewreckers ont vécu à Kitchener (Ont.); les chanteurs Jackie Richardson (né en Pennsylvanie) et Shakura S'Aida, à Toronto; Harrison Kennedy, à Hamilton (Ont.) et Dawn Tyler Watson, à Montréal. Certains interprètes folk de race noire (dont Al Cromwell, Faith Nolan et Jackie Washington) ainsi que des chanteurs gospel (p. ex., The Sojourners) et de pop et de jazz (Eleanor Collins, Phyllis Marshall, Molly Johnson, de même que Salome Bey, Jodie Drake et Almeta Speaks, toutes trois d'origine américaine) ont intégré le blues à leur répertoire.

Interprètes de blues 1960-1980
La montée en popularité du blues chez les interprètes canadiens au début des années 1960 - presque tous des Blancs - coïncide avec l'apparition de groupes britanniques tels que les Rolling Stones, les Animals, les Yardbirds, Cream et Led Zeppelin, qui auront un succès considérable avec leurs enregistrements directement inspirés par des prestations classiques de blues américain. Les groupes canadiens suivent d'abord l'exemple des groupes britanniques; c'est ainsi que les Ugly Ducklings prendront comme modèle les Rolling Stones. Cependant, les ensembles formés plus tard s'inspireront davantage de musiciens nouveau genre s'exprimant habituellement dans le style blues urbain.

La plupart des musiciens de blues canadiens n'ont connu la popularité qu'à l'intérieur d'une ville, d'une province ou d'une région. Quelques-uns cependant, notamment Downchild Blues Band, Paul James, King Biscuit Boy, Dutch Mason, Matt Minglewood et Powder Blues, se sont bâti une réputation nationale grâce à des tournées ou des enregistrements. D'autres ont fait une place importante au blues dans leur musique ou leur répertoire : The Band, David Clayton-Thomas, Crowbar, David Essig, Amos Garrett, Ronnie Hawkins, Jeff Healey, Colin James, Offenbach, Ken Whiteley et David Wilcox.

Parmi les autres groupes, chanteurs, chansonniers et instrumentistes canadiens qui se sont adonnés au blues et au blues-rock à différents moments entre la fin des années 1960 et les années 1980, mentionnons Stephen Barry, Dan Bigras, Gerry Boulet, Robert Charlebois, Bob Harrison, Jimmy James, Plume Latraverse, Sylvain Lelièvre, Jorn Reissner, Bob Walsh et Jim Zeller (Montréal); Carl Tremblay (Québec); les Blue Angels, Drew Nelson, Heaven's Radio et les Saints and Sinners (Ottawa); Tony D (DiTeodora) et les Phantoms (Ottawa, puis Toronto); Cameo Blues Band, Rita Chiarelli, Morgan Davis, Jack DeKeyzer, Luke (Gibson) and the Apostles, Larry Goodhand, le Hock (Rick Walsh), Kendall-Wall Blues Band, McKenna-Mendelson Mainline, Michael Pickett, Gene Taylor et Whiskey Howl (Toronto); Guitar Mikey and the Real Thing et Jude Johnson (Hamilton, Ont.); The Nationals (Cambridge, Ont.); Black Cat Bone (Guelph, Ont.); Big Dave McLean (Muddy Tones), Brent Sam Parkin (Houndog, The Stingers) et Gérald Laroche (Winnipeg); Jack Semple (Regina); Johnny V and the Houserockers, John Rutherford et Ray Lemelin (Calgary); Hot Cottage, Dean Cottrill, Lester Quitzau, Lionel Rault, Rusty Reed and the Southside Shuffle et Three Times the Blues (Edmonton); le Black Snake Blues Band, Harpdog Brown and the Bloodhounds, Jim Byrnes, David GoGo and the Persuaders, David Raven, Hans Staymer et les Wailin' Demons (Vancouver); Uncle Wiggley's Hot Shoes Blues Band (Victoria, C.-B.). Long John Baldry, une figure de proue dans la renaissance du blues en Grande-Bretagne dans les années 1960, a été actif dans différentes villes dès son arrivée au Canada au milieu des années 1970.

Interprètes de blues 1990-2000
Parmi les principaux musiciens de blues actifs au Canada dans les années 1990 et 2000, mentionnons Back Alley John, Ray Bonneville, Carter Chaplin, Rita Chiarelli, Carlos del Junco, Fathead, Trevor Finlay, Sue Foley, J. W. Jones, Steve Kozak's WestCoast Blues Revue, Teddy Leonard, Garrett Mason, the Johnny Max Band, Dave McLean, Mendelson Joe, Paul Pigat, Victor Polyik, Paul Reddick, Terminal Station, the Twisters, Dawn Tyler Watson, Suzie Vinnick et VP and the Hammerheads.

Plusieurs chanteurs-guitaristes et ensembles canadiens ont aussi adopté le style country ou blues acoustique, dont David Essig, Ken Hamm (Thunder Bay, Ont., puis Cedar, C.-B.); le Jackson Delta Trio (Peterborough, Ont.); Rick Fines, Paul James, Colin Linden, Harry Manx, Big Dave McLean, le duo Denis Parker-Roger Howse (Saint-Jean, T.-N.); David Rea, Chris Whiteley, Ken Whiteley et David Wilcox.

Interprètes féminines de blues

La pianiste Jane Vasey (Downchild); les guitaristes Judy Brown, Sue Foley et Ellen McIlwaine; la chanteuse et batteuse Maureen Brown; la multi-instrumentiste Treasa Levasseur; et la compositrice-interprète Georgette Fry ont rompu avec la vieille tradition voulant que les femmes s'en tiennent uniquement à chanter le blues. Nombre de ces musiciennes ont fait une apparition à la Women's Blues Revue, une série de concerts lancée par la Toronto Blues Society vers 1986 et sur l'enregistrement (rétrospective) Women's Blues Revue Live (2006). Bon nombre de musiciennes de blues ont par ailleurs été récompensées aux Maple Blues Awards. En 2000, Sue Foley a été la première femme à recevoir un Juno dans la catégorie blues.

Interprètes autochtones de blues

Le blues a été un mode d'expression éloquent pour les groupes marginalisés ou non intégrés, faisant résonner ses échos jusque dans les collectivités autochtones du Canada. Le « Rez Blues » (Reservation Blues, le « blues des réserves »), un sous-genre combinant des thèmes autochtones avec du blues urbain et du R&B, a réussi à s'implanter solidement dans le sud de l'Ontario, où les émissions de radio américaines mettant le blues en vedette ont gagné en popularité dans les années 1950 et 1960. Parmi les plus remarquables musiciens de blues autochtones qui ont émergé dans les années 1990 et 2000, mentionnons Jani Lauzon, the Pappy Johns Band, Murray Porter, the Ronnie Douglas Blues Band , The Soul Kings, Slidin' Clyde Roulette Band, Jared Sowan, Texas Meltdown et Wolfpack. Certaines émissions ont présenté des prestations, entre autres Real Rez Bluez, lancée par Elaine Bomberry en 1993 et adaptée en 2004 pour le Réseau de télévision des peuples autochtones, et le documentaire radio The Aboriginal Music Experience (2002).

Chanson blues au Canada

La chanson blues a été populaire chez les compositeurs de jazz canadiens, par exemple Swinging Shepherd Blues (Moe Koffman), Blues for Chuck (Oliver Jones ), Blues for Big Scotia (Oscar Peterson) et Blues for Duke (Vic Vogel). Certains pianistes de jazz se sont fait une réputation comme interprètes de cette forme de musique, entre autres, Wray Downes et Mike Taylor et Kenny « Blues Boss » Wayne.

Chansons blues canadiennes populaires
Parmi les chansons populaires blues composées par des musiciens canadiens, mentionnons deux chansons du répertoire de Downchild - I Got Everything I Need (Almost) de Don Walsh et Shotgun Blues de Don et Rick Walsh - qui ont été enregistrées par les Blues Brothers (« Jake and Elwood Blues », « Elwood » étant le comédien Dan Ackroyd de Toronto) pour faire partie du microsillon Briefcase Full of Blues qui s'est vendu à un million d'exemplaires.

Publications et étiquettes de disque

Parmi les publications canadiennes consacrées au blues figurent Blues Magazine (Toronto 1975-1979); Newsletter de la Toronto Blues Society (introduite en 1985); Blues Local (Marieville, QC, 1989-1990); et Blues & Roots Montreal (lancée en 1991). Des chroniques sur le blues ont en outre été publiées dans Coda. WestCoast Blues Review (Victoria, C.-B.), introduite en 1993, a été remplacée vers 1999 par Real Blues. Au nombre des étiquettes de disque dans le registre du blues canadien se retrouvent Disques Bros et Justin Time (Montréal), Electro-Fi et NorthernBlues Music (Toronto), Fat Tone (Vancouver) et Stony Plain (Edmonton).

Discographie sélectionnée

Long John Baldry. Baldry's Out. 1979. Cap ST-6459

-Rock With the Best. 1982. Cap ST-6490

-It Still Ain't Easy. 1991. Stony Plain SPCD-1163

Stephen Barry. Live. 1979. Fix It in the Mix FM-101

-Blues Under a Full Moon. 1990. Justin Time JTR-8419 (CD)

Blues Brothers. Briefcase Full of Blues. 1978. Atlantic KSD-19217

Ray Bonneville. Gust of Wind. 1999. Stony Plain SPCD 1256

Mel Brown & the Homewreckers. Neck Bones & Caviar. 1999. Electro-Fi Records 3363

Jim Byrnes. I Turned My Nights into Day. 1987. Stony Plain SPL-1107

Morgan Davis. Morgan Davis. 1989. Stony Plain SPCD-1148

Jackson Delta Trio. Acoustic Blues. 1989. JC-0012384 (CD et cass)

Ronnie Douglas Blues Band. Big Brother. 2001.

Sue Foley. Love Comin' Down. 2000. Shanachie SH 8036

-Where the Action Is. 2002. Shanachie SH 8038

-Change. 2004. Justin Time JTR 8508-2

Georgette Fry. Let Me Drive. 2002. Spare Ribs Records

The Jeff Healey Band. See the Light. 1988. Arista AL 8553

Colin James. Sudden Stop. 1990. Virgin VL43107

Paul James. Paul James Band. Other People's Music OPMPJ-1

-Rockin' the Blues. 1989. Stony Plain SPCD-1135

-Acoustic Blues. 1990. Stony Plain SPCD-1155

Lonnie Johnson. Stompin' at the Penny with Jim McHarg's Metro Stompers. 1965. Col ELS-310

Harrison Kennedy. High Country. 2007

Colin Linden. Colin Linden Live!!!! 1980. Ready LR-011

Phantoms. Pleasure Puppets. (1990). Spy CD-1006

Roxanne Potvin. Careless Loving. 2003

-The Way it Feels. 2006. Alert Music 6152810416

Saturday Night Blues. 1991. CBC Variety VRCD-1014/Stony Plain SPCD-1172

Saturday Night Blues: 20 years of blues and boogie. 2006. CBC Records TRCD 3019-2

Shakura S'Aida. Blueprint. 2007

Skin Tight Blues: First Peoples Blues Compilation. 2002. Sweet Grass Records SGBcd 2002

Slidin' Clyde Roulette Band. Let's Take A Ride. 2007. SCR2007

Jared Sowan. Eclectically Yours. 2006. Sunshine Records SSCD-4523

Hans Staymer. Hans Staymer Band. 1975. RCA KPL1-0087

Time Bomb. Sue Foley - Deborah Coleman - Roxanne Potvin. 2007. Ruf 1129

VP and the Hammerheads. Hypnotized. 2004. Fat Tone Records

Kenny Wayne. Can't Stop Now. 2008. Electro-Fi EF3407

Whiskey Howl. Whiskey Howl. 1972. Warner WSC-9012

Wolfpack. Every Li'l Thing. 2003.

Women's Blues Revue Live. 2006. Toronto Blues Society TBSCD003

Bibliographie

Gérald CÔTÉ, Les 101 Blues du Québec (Montréal 1992)

Derek ANDREWS, « Real Rez Bluez II », The Toronto Blues Society Newsletter, vol 10, no 2, fév. 1994

Larry LEBLANC, « Domestic blues gains renewed interest », Billboard, vol. 107, no 21, 27 mai 1995

Barbara ISHERWOOD, « Can. blues? » site Web de la Toronto Blues Society

David DICAIRE, Blues Singers: Biographies of 50 Legendary Artists of the Early 20th Century (Jefferson, Caroline du nord 1999)

Ruth SCHWEITZER, « Rez Bluez », Maple Blues, vol. 20, no 1, jan. 2004

Celia M. CAIN, « Red, black and blues: Race, nation and recognition for the blues », Canadian Journal for Traditional Music, vol. 33, 2006

Karen BLISS, « Paul James », Canadian Musician, vol. 29, no 3, mai-juin 2007


Lecture supplémentaire

  • Côté, Gérald. Les 101 Blues du Québec (Montreal 1992)

    Andrews, Derek. "Real Rez Bluez II," The Toronto Blues Society Newsletter, vol 10, no 2, Feb 1994

    Leblanc, Larry. "Domestic blues gains renewed interest," Billboard, vol 107, no 21, 27 May 1995

    Isherwood, Barbara. "Can. blues?" Toronto Blues Society website

    Dicaire, David. Blues Singers: Biographies of 50 Legendary Artists of the Early 20th Century (Jefferson, North Carolina 1999)

    Schweitzer, Ruth. "Rez Bluez," Maple Blues, vol 20, no 1, Jan 2004

    Cain, Celia M. "Red, black and blues: Race, nation and recognition for the bluez," Canadian Journal for Traditional Music, vol 33, 2006

    Bliss, Karen. "Paul James," Canadian Musician, vol 29, no 3, May-Jun 2007