Anne Murray

Morna Anne Murray, C.C., membre de l’O.N.‑É, chanteuse (née le 20 juin 1945 à Springhill en Nouvelle‑Écosse). Anne Murray est l’une des chanteuses canadiennes ayant remporté le plus de succès dans sa carrière et l’une des artistes se produisant sur scène les plus emblématiques du Canada. Elle est devenue célèbre, au Canada et à l’étranger, dans les années 1970 et 1980 avec des chansons à succès comme Snowbird, A Love Song, Danny’s Song et You Needed Me. Chanteuse parfaitement à l’aise dans le mélange des genres musicaux, sa voix d’alto et son image de fille sans prétention lui valent une immense popularité. Ses chansons la propulseront huit fois à la première place du palmarès « Adult Contemporary » et 25 fois dans les 10 plus grands succès du classement « Hot Country Songs », 8 d’entre elles intégrant le palmarès des 100 meilleurs morceaux du magazine Billboard. Nommée « meilleure artiste sur disque des années 1970 » par l’Association de l’industrie canadienne de l’enregistrement (devenue Music Canada), elle a vendu plus de 55 millions d’albums dans le monde entier. Sélectionnée sans discontinuer, à l’exception d’une année, pour les prix Juno de 1971 à 1995, elle est repartie 23 fois, plus que tout autre artiste, avec la précieuse récompense sous le bras. Elle a également remporté quatre Grammy Awards, neuf Big Country Awards, deux prix de l’Association de la musique country canadienne et trois American Music Awards. Compagnon de l’Ordre du Canada et membre de l’Ordre de la Nouvelle‑Écosse, elle a été intronisée au Panthéon de la musique canadienne, au Temple de la renommée de l’Association de la musique country canadienne et au Temple de la renommée de l’Association canadienne des radiodiffuseurs, et a décroché une étoile dans l’Allée des célébrités canadiennes.



Anne Murray
Photo de James O'Mara et Ryan (avec la permission d'EMI Music Canada).

Formation et début de carrière

Anne Murray est élevée dans la ville minière de Springhill, en Nouvelle‑Écosse, où l’on extrait du charbon. Elle étudie le piano dès l’âge de 11 ans, et, à 15 ans, elle entame deux années de cours de chant classique auprès de Karen Mills à Tatamagouche en Nouvelle‑Écosse. Elle chante également dans le cadre d’un trio de filles, The Freshettes. Elle commence à chanter des solos à l’âge de 15 ans et interprète l’Ave Maria lors de la cérémonie de remise des diplômes de son école secondaire. Musicalement, elle est influencée par Bing Crosby, Rosemary Clooney, Doris Day, Connie Francis et Patti Page (des influences qui se manifestent clairement dans ses disques) ainsi que par la musique folklorique, les Mills Brothers, Dusty Springfield, les Beatles et Bobby Darin.

En 1962, Anne Murray suit une année préparatoire au collège Mount Saint Vincent (devenu l’Université Mount Saint Vincent) à Halifax où elle suit des cours de chant avec Charlie Underwood et participe à une production de théâtre musical. Elle s’inscrit ensuite au programme du baccalauréat en éducation physique à l’Université du Nouveau‑Brunswick dont elle sort diplômée en 1966. Son premier engagement professionnel en tant que chanteuse a lieu à Fredericton en 1964. À l’université, elle chante dans une revue et sur un enregistrement étudiant. Après avoir subi une amygdalectomie en 1965, elle réalise qu’elle est en mesure d’ouvrir complètement le larynx et que sa voix s’est considérablement améliorée.

Début de carrière professionnelle

En 1965, Anne Murray auditionne, sans succès, pour une place dans l’émission télévisée de la CBC Singalong Jubilee. En 1966, elle se produit dans des émissions radiodiffusées à Halifax pour la CBC ainsi que dans des clubs des provinces de l’Atlantique. Elle passe ensuite une année à enseigner l’éducation physique dans une école secondaire de Summerside, à l’Île‑du‑Prince‑Édouard. Un an plus tard, le coproducteur de Singalong Jubilee, Bill Langstroth, la rappelle pour l’inviter à se joindre au chœur de l’émission. Elle s’y produit tout l’été et participe à un enregistrement de la bande‑son du spectacle en compagnie du reste de l’équipe artistique. Elle rencontre également le producteur Brian Ahern, qui lui conseille d’embrasser une carrière de chanteuse en solo.

De 1967 à 1968, Anne Murray est également au générique de la version haligonienne de l’émission nationale télévisée de musique populaire de la CBC, qui offre dans chaque région des contenus spécifiques. Elle quitte son poste d’enseignante et se retrouve bientôt sous le feu des projecteurs dans le cadre d’émissions nationales qui lui permettent de décrocher rapidement un statut d’artiste « chérie du public », grâce notamment, jusqu’en 1970, à ses prestations en solo dans le spectacle où elle a fait ses débuts, le Singalong Jubilee. Dans ses premières années de chanteuse, elle se produit pieds nus en s’accompagnant à la guitare.

Encouragée par Brian Ahern qui va également la produire, Anne Murray fait ses débuts sur disque en solo, en 1968, avec l’album folk What About Me, enregistré pour l’étiquette canadienne Arc Records. Le simple What About Me remporte au Canada un grand succès, le premier d’une longue série. En 1968, elle se produit également dans l’émission Comedy Special de Wayne and Shuster, ce qui lui permet d’élargir plus encore son public au pays.

Snowbird

Capitol Records publie, en 1969, le deuxième album solo d’Anne Murray, This Way Is My Way, et, en 1970, son premier simple à grand succès, Snowbird, de Gene MacLellan. La version enregistrée qu’elle donne de Snowbird incarne à la perfection le son à la croisée de différents styles musicaux qui deviendra sa marque de fabrique : en partie country, en partie pop et en partie « adulte contemporain » (AC). Ce morceau remporte un immense succès, atteignant la première place du palmarès Billboard dans la catégorie « AC » et permettant à son interprète de devenir la première canadienne à décrocher un disque d’or aux États‑Unis. Pour l’année 1970 seulement, il se vend plus d’un million d’exemplaires de Snowbird et le titre vaut à la chanteuse néo‑écossaise deux sélections aux Grammy Awards.

Carrière de chanteuse, 1970‑1972

Ses débuts à la télévision nationale américaine le 4 octobre 1970 dans The Glen Campbell Goodtime Hour, une émission dont elle sera ensuite régulièrement l’invitée, permettent à Anne Murray d’accroître encore considérablement sa notoriété. En octobre 1970, la télévision de la CBC diffuse la première d’une série d’émissions spéciales qui lui est consacrée. Sa réputation de chanteuse country s’affermit encore après des prestations dans Nashville North (The Ian Tyson Show) et dans The Johnny Cash Show.

En dépit de sa célébrité naissante aux États‑Unis, Anne Murray décide de continuer à privilégier le Canada dans sa carrière. En 1971, elle déménage de la Nouvelle‑Écosse à Toronto, refusant de s’installer définitivement aux États‑Unis en dépit de prestations fréquentes dans ce pays où elle fait, par exemple, la première partie des concerts de Glen Campbell et chante à Las Vegas et à Los Angeles.

En 1971, elle effectue sa première tournée dans l’Ouest canadien (à guichets fermés) ainsi que ses débuts au Massey Hall à Toronto avec quatre spectacles en deux jours. Cependant, la fréquence de ses apparitions à la télévision et le nombre de ses concerts amènent certains à estimer que la vedette est « surexposée » et que cette absence de planification ciblée nuit à sa carrière. En effet, au début des années 1970, Snowbird est suivi par une série de simples qui se vendent assez mal et elle a, alors, absolument besoin d’un morceau à succès. En 1972, elle effectue une tournée en Europe et en Amérique du Nord.

Carrière de chanteuse, 1973‑1975

Anne Murray s’évertue à faire évoluer son image, en s’ancrant plus solidement dans l’univers de la musique pop. En 1973, Danny’s Song lui permet enfin d’inscrire à son répertoire la chanson à grand succès dont elle a tant besoin. Outre deux sélections aux Grammy Awards, ce morceau lui vaut de trôner deux semaines en tête du palmarès du magazine Billboard dans la catégorie AC. Cette année‑là, elle fait également la première partie des concerts de Glen Campbell en Europe. Puis, en 1974, elle décroche un Grammy Award dans la catégorie Meilleure interprète féminine country avec A Love Song. Cet album lui permet d’atteindre la cinquième place du classement Billboard dans la catégorie country et la première dans la catégorie AC. Cette année‑là, le morceau Send A Little Love My Way, qu’elle chante pour le film Oklahoma Crude, est finaliste pour un Golden Globe. Elle est faite officier de l’Ordre du Canada en 1975.

Temps libre avec la famille

En 1975, Anne Murray officialise une relation de longue date, en épousant le producteur de télévision travaillant pour la CBC Bill Langstroth. En mai 1976, elle prend du recul par rapport à son activité musicale pour se reposer un peu après le rythme effréné qu’elle a connu les années précédentes. Durant cette période, elle donne naissance à deux enfants : William en 1976 et Dawn en 1979. Après son retour à la scène, elle évoque souvent les difficultés qu’elle rencontre, aussi bien sur le plan émotionnel que sur le plan pratique, pour partir en tournée tout en élevant des enfants.

Carrière de chanteuse, 1977‑1992

En 1977, Anne Murray chante Ô Canada lors du premier match de base‑ball des Blue Jays de Toronto et recommence, cette même année, à enregistrer avec un album pour enfants, There’s A Hippo In My Tub, qui remporte un prix Juno. Son véritable retour au disque a toutefois lieu en 1978 avec Let’s Keep It That Way qui lui vaut trois sélections aux Grammy Awards. Son enregistrement de Walk Right Back marque le début d’une série de sorties à succès qui vont occuper les premières places des palmarès jusqu’en 1986. Elle parachève son retour avec un Grammy Award en 1978 dans la catégorie Meilleure interprète féminine pop avec You Needed Me, un morceau qui va lui valoir un immense succès international auprès du grand public.

Anne Murray ouvre la voie à d’autres artistes canadiennes dont les carrières, à l’image de la sienne, s’inscriront à la croisée des styles country et pop, comme k.d. lang et Shania Twain. En effet, sa musique, parfois inclassable, lui permet d’être présente sans problème dans les palmarès portant sur divers styles musicaux, qu’il s’agisse d’AC ou de country. Cependant, cet attrait pour une certaine forme de polyvalence artistique met de nombreux spécialistes de l’industrie du disque dans l’embarras : ces derniers n’ont de cesse de vouloir la « caser » dans une catégorie déterminée pour mieux commercialiser ses disques.

Tout au long des années 1970, Anne Murray est fréquemment invitée dans des émissions télévisées de variétés, aussi bien au Canada qu’aux États‑Unis. Elle continue à aller de succès en succès, décrochant une étoile sur la Hollywood Walk of Fame et un Grammy Award, en 1980, dans la catégorie Meilleure interprète féminine country pour Could I Have This Dance.

À la recherche d’une certaine stabilité pour ses enfants, Anne Murray accepte des engagements à long terme à Las Vegas afin de minimiser la fatigue des voyages, qu’elle fait alterner, durant cette période, avec des concerts dans des lieux comme le Carnegie Hall, où elle se produit en septembre 1979. En 1981, elle donne des concerts aux Pays‑Bas et en Angleterre. En 1983, elle remporte son quatrième et dernier Grammy dans la catégorie Meilleure interprète féminine country pour A Little Good News.

En 1984, elle est promue au grade de compagnon de l’Ordre du Canada. Au milieu des années 1980, elle se retrouve à nouveau aux prises avec un emploi du temps démentiel. Durant cette période, elle donne plus de 100 concerts annuels, animant ses propres émissions télévisées spéciales sur la CBC et la CBS, avec, pour cette dernière, un concert à l’Albert Hall de Londres. Son émission spéciale de Noël sur la CBC attire plus de 4,5 millions de téléspectateurs en 1988.

Le secteur de la musique hésite encore, à cette époque, sur la façon de classer le style et les choix musicaux d’Anne Murray, alors qu’elle tente de dépoussiérer son image classique de fille sans prétention et sans aspérités pour incarner une artiste plus moderne, plus dynamique et plus cool. Dans son album de 1986, Something To Talk About, elle s’essaye, par exemple, à l’electro‑pop. Ironiquement, c’est sur les classements country qu’il va obtenir ses meilleurs résultats. Cependant, à compter de la fin des années 1980, en dépit d’une solide base d’admirateurs, la popularité de la chanteuse décline inexorablement. En 1986, Now and Forever (You and Me) constitue son dernier grand succès. En 1987, elle entreprend sa première tournée canadienne d’un océan à l’autre. En 1992, elle cesse de faire partie des artistes enregistrant chez Capitol Records.

Dernière partie de carrière, 1993‑2008

Anne Murray est intronisée au Panthéon de la musique canadienne en 1993. Après quelques enregistrements au succès mitigé, elle fait un dernier retour au disque avec l’album de 1996 Anne Murray. Dans ce disque, louangé par la critique, comprenant un duo avec Bryan Adams, la chanteuse s’éloigne des ballades teintées de country pour adopter un style mélangeant la pop contemporaine et le R&B. Ce projet marque les débuts de sa collaboration avec son nouveau gestionnaire, l’influent Bruce Allen, après le décès de celui qui occupait ce rôle de longue date, Leonard Rambeau. En 1996, elle anime également la cérémonie des prix Juno.

L’année suivante, on peut notamment la voir sur la CBC dans l’émission spéciale du Nouvel An 1997, Royal Canadian Air Farce. Elle enregistre aussi, cette année‑là, son premier album en direct qui sera suivi par What a Wonderful World en 1999 et par I’ll Be Seeing You (All of Me aux États‑Unis) en 2004.

Alors que sa carrière sur scène tend à se ralentir, Anne Murray reçoit un certain nombre de reconnaissances majeures. En 1998, elle est l’une des premières vedettes à se voir décerner une place dans l’Allée des célébrités canadiennes à Toronto. En 2001, elle reçoit un prix spécial pour l’œuvre de toute une vie de l’Association de la musique de la Côte est (AMCE). En 2002, elle est nommée dans l’Ordre de la Nouvelle‑Écosse et intronisée au Temple de la renommée de l’Association de la musique country canadienne. En 2005, la télévision de la CBC diffuse Anne Murray: The Music of My Life.

Connue pour être une golfeuse passionnée, Anne Murray est nommée, en 2007, meilleure golfeuse parmi les célébrités. Cette même année, elle effectue un retour au disque de courte durée pour la sortie d’un dernier album entièrement féminin, Duets: Friends & Legends, sur lequel elle chante notamment en duo avec k.d. lang, Céline Dion et Nelly Furtado, qui obtient deux sélections au prix Juno et est certifiée double‑platine au Canada.

Anne Murray effectue sa dernière tournée de concerts au début de 2008 et donne sa dernière représentation publique à Toronto en mai 2008. Cette même année, on peut également la voir comme « mentore » dans l’émission télévisée Canadian Idol. En 2009, elle publie ses mémoires sous le titre de All of Me et, en 2010, elle est porte‑drapeau pour les Jeux olympiques d’hiver à Vancouver. À ce jour, elle vit toujours retirée de l’industrie de la musique.

Activités caritatives

Anne Murray chante, en 1985, sur le disque sorti en soutien aux efforts de lutte contre la famine Tears Are Not Enough, puis, en 2005, lors du concert de bienfaisance pour les victimes du tsunami Canada for Asia. Elle organise un tournoi de golf annuel au profit de Colon Cancer Canada (devenu Colorectal Cancer Canada), un organisme qui lutte contre le cancer du côlon, la maladie qui a coûté la vie à son premier gestionnaire, Leonard Rambeau. Elle soutient l’économie de sa ville natale, Springhill, en Nouvelle‑Écosse, par le biais du musée Anne Murray Centre et d’autres projets locaux.
Elle a également été présidente honoraire d’Aide à l’enfance – Canada.

Pièces à propos d’Anne Murray

La carrière d’Anne Murray a fait l’objet de deux spectacles vivants : Snowbird: A Tribute to Anne Murray, un hommage présenté sur scène en 2014‑2015, et la pièce de 1984, I Love You, Anne Murray, qui raconte la véritable histoire du harcèlement dont a été victime la chanteuse de la part d’un admirateur obsessionnel.

Distinctions

Anne Murray a été sélectionnée sans discontinuer, à l’exception d’une année, pour les prix Juno de 1971 à 1995, et est repartie 23 fois, plus que tout autre artiste, avec la précieuse récompense sous le bras; elle l’a notamment remportée dans la catégorie « Meilleure chanteuse country » de 1974 à 1976 et de 1980 à 1985, soit un total de huit victoires. Elle a, par ailleurs, décroché deux fois la récompense dans chacune des catégories « Meilleur album de l’année » et « Meilleur simple de l’année ».

Compagnon de l’Ordre du Canada et membre de l’Ordre de la Nouvelle‑Écosse, elle a été intronisée au Panthéon de la musique canadienne, au Temple de la renommée de l’Association de la musique country canadienne et au Temple de la renommée de l’Association canadienne des radiodiffuseurs, et a décroché une étoile dans l’Allée des célébrités canadiennes. Elle a également été reconnue, aux États‑Unis, par le Country Music Hall of Fame, le Hollywood Walk of Fame et le US Songwriters Hall of Fame. En 2001, elle a reçu un prix spécial pour l’œuvre de toute une vie de l’Association de la musique de la Côte est. En 2006, elle a reçu le Prix du patrimoine du Panthéon des auteurs‑compositeurs canadiens, en reconnaissance de sa contribution à l’industrie canadienne de la chanson et à son soutien aux auteurs‑compositeurs canadiens. En 2007, Postes Canada a honoré Anne Murray en publiant un jeu de quatre timbres rendant également hommage à Gordon Lightfoot, Paul Anka et Joni Mitchell.

Importance

Icône de la scène musicale canadienne, Anne Murray a été la première Canadienne à s’imposer comme une force commerciale au sein des palmarès musicaux américains dans les catégories pop et country. À l’instar de Joni Mitchell, elle a ouvert la voie à une nouvelle génération d’artistes féminines qui allaient devenir des vedettes du disque. Plusieurs d’entre elles ont d’ailleurs cité son nom parmi ceux des chanteuses les ayant influencées, notamment kd lang, Jann Arden, Shania Twain et Sarah McLachlan.

Artiste excellant dans le mélange des styles musicaux, Anne Murray a vu 28 de ses chansons intégrer le palmarès des 100 meilleurs morceaux du magazine Billboard. Ses titres l’ont également propulsée 8 fois à la première place du palmarès AC et 25 fois dans les 10 plus grands succès du classement Hot Country Songs. Nommée « Meilleure artiste sur disque des années 1970 » par l’Association de l’industrie canadienne de l’enregistrement (devenue Music Canada), elle a vendu plus de 55 millions d’albums dans le monde entier. Rien qu’aux États‑Unis, 25 de ses albums se sont vendus à plus de 500 000 exemplaires chacun. En décembre 2007, 27 de ses enregistrements avaient atteint une certification or ou platine au Canada.

En dépit d’un succès commercial évident, Anne Murray a souvent été critiquée, non seulement pour ses choix trop prudents en matière de chansons et de style musical, mais également pour son manque de personnalité et sa prévisibilité. Elle a également été l’une des premières artistes à être fortement aidée par le règlement sur le contenu canadien introduit en 1971. En dépit de ces bémols, sa voix chaude d’alto, son image de fille saine et sa polyvalence stylistique en ont fait, au cours des décennies 1970 et 1980, l’une des reines de la radio dans les genres « musique de variété grand public » et « chanson country ».

Anne Murray a promu un certain nombre d’auteurs‑compositeurs canadiens en enregistrant leurs œuvres, notamment Bryan Adams avec What Would It Take, Paul Anka avec Everything’s Been Changed, Jann Arden avec Missing You, David Foster avec Now and Forever (You and Me), Gordon Lightfoot avec Cotton Jenny, Allister MacGillivray avec Song for the Mira, Gene MacLellan avec Snowbird et Put Your Hand in the Hand, Rita MacNeil avec Flying on Your Own, Joni Mitchell avec Both Sides Now et Amy Sky avec Let There Be Love.

Distinctions

Prix Juno

  • Meilleure chanteuse (1971)
  • Meilleure chanteuse (1972)
  • Meilleure chanteuse (1973)
  • Meilleur album de musique pop (Danny’s Song) (1974)
  • Meilleure chanteuse country (1974)
  • Meilleure chanteuse (1975)
  • Meilleure chanteuse country (1975)
  • Meilleure chanteuse country (1976)
  • Meilleure chanteuse (1979)
  • Meilleur album pour enfants (There’s a Hippo in My Tub) (1979)
  • Meilleur simple (I Just Fall in Love Again) (1980)
  • Meilleure chanteuse (1980)
  • Meilleure chanteuse country (1980)
  • Meilleur album (New Kind of Feeling) (1980)
  • Meilleur simple (Could I Have This Dance) (1981)
  • Meilleure chanteuse (1981)
  • Meilleure chanteuse country (1981)
  • Meilleur album (Greatest Hits) (1981)
  • Meilleure chanteuse (1982)
  • Meilleure chanteuse country (1982)
  • Meilleure chanteuse country (1983)
  • Meilleure chanteuse country (1984)
  • Meilleure chanteuse country (1985)
  • Membre, Panthéon de la musique canadienne (1993)
  • Prix de l’Association de la musique country canadienne (ACMC)
  • Simple de l’année (A Little Good News) (1984)
  • Simple de l’année [Now and Forever (You and Me)] (1986)

Big Country Awards du magazine RPM

  • Meilleure chanteuse country (1979)
  • Meilleure artiste canadienne (1979)
  • Meilleur album country (I’ll Always Love You) (1980)
  • Meilleure chanteuse country (1985)
  • Meilleur simple country (Nobody Loves Me Like You Do avec Dave Loggins) (1985)
  • Meilleure chanteuse (1986)
  • Meilleure artiste canadienne (1987)
  • Meilleur simple country [Now and Forever (You and Me)] (1987)
  • Meilleure chanteuse country (1988)

Prix de la musique de la Côte est

  • Meilleure vidéo (If I Ever Fall in Love Again avec Kenny Rogers) (1990)
  • Prix pour l’œuvre de toute une vie (2001)

Prix Grammy

  • Meilleure chanteuse country (Love Song) (1974)
  • Meilleure chanteuse pop (You Needed Me) (1978)
  • Meilleure chanteuse country (Could I Have This Dance) (1980)
  • Meilleure chanteuse country (A Little Good News) (1983)

Prix de la Country Music Association

  • Meilleur simple (A Little Good News) (1984)
  • Meilleur album (A Little Good News) (1984)
  • Meilleur duo vocal (avec Dave Loggins) (1985)

American Music Awards

  • Meilleur simple, musique country (1982)
  • Meilleur artiste country femme (1985)
  • Meilleure vidéo d’un simple country (A Little Good News) (1985)

Autres

  • Meilleure artiste de variété, prix ACTRA (1973)
  • Meilleure chanteuse country, Country Music Association of Great Britain Awards (1974)
  • Officier, Ordre du Canada (1975)
  • Membre, Allée des célébrités du Country Music Hall of Fame (1974)
  • Meilleure chanson (You Needed Me), Academy of Country Music Awards (1978)
  • Étoile, Allée des célébrités d’Hollywood (1980)
  • Meilleure artiste sur disque de la décennie, Association de l’industrie canadienne de l’enregistrement (1980)
  • Membre, Ordre du Canada (1984)
  • Meilleure performance, Variétés télévisées, Prix ACTRA (1986)
  • Meilleure performance dans une émission de variétés, Prix Gemini (1993)
  • Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène (1995)
  • Membre, Temple de la renommée de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (1997)
  • Étoile, Allées des célébrités canadiennes (1998)
  • Membre, Temple de la renommée de l’Association de la musique country canadienne (2002)
  • Membre, Ordre de la Nouvelle‑Écosse (2002)
  • Médaille du jubilé d’or de la reine Elisabeth II (2002)
  • Stars on the Boardwalk, Atlantic City (2002)
  • Ambassadrice honoraire du tourisme canadien (2002)
  • Prix du patrimoine, Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens (2006)
  • Howie Richmond Hitmaker Award, US Songwriters Hall of Fame (2008)
  • Prix honoraire du leadership (Fondation canadienne des femmes) (2010)
  • Médaille du jubilé de diamant de la reine Elisabeth II (2012)

Diplômes honorifiques

Discographie

What About Me (1968). Arc AS‑782

This Way Is My Way (1969). Cap ST‑6330

Honey, Wheat & Laughter (1970). Cap ST‑6350

Snowbird (1970). Cap 579 (chansons combinées de ST‑6330 et ST‑6350 pour une sortie aux États‑Unis)

Straight, Clean and Simple (1971). Cap ST‑6359

Talk It Over in the Morning (1971). Cap ST‑6366

Anne Murray/Glen Campbell (1971). Cap SW‑869

Annie (1972). Cap ST‑6376

Danny’s Song (1973). Cap ST‑6393

Love Song (1974). Cap ST‑6409

Country (1974). Cap ST‑6425 (compilation)

Highly Prized Possession (1974). Cap ST‑6428

Together (1975). Cap ST‑6425

Keeping in Touch (1976). Cap ST‑11559

There’s a Hippo in My Tub (1977). Cap ST‑6454

Let’s Keep It That Way (1978). Cap ST‑11743

New Kind of Feeling (1979). Cap SW‑11849

I’ll Always Love You (1979). Cap SOO‑12012

A Country Collection (1980). Cap ST‑12039 (compilation)

Somebody’s Waiting (1980). Cap SOO‑12064

Greatest Hits (1980). Cap SOO‑12110 (compilation)

Where Do You Go When You Dream (1981). Cap SOO‑12144

Christmas Wishes (1981). Cap SB‑16232

The Hottest Night of the Year (1982). Cap ST‑12225

A Little Good News (1983). Cap ST‑12301

Heart Over Mind (1984). Cap SJ‑12363

Something to Talk About (1986). Cap SJ‑12466

Harmony (1987). Cap ST‑12562

Country Hits (1987). Cap CDP7‑46487 (compilation)

Songs of the Heart (1987). Cap CDP7‑46488 (compilation)

As I Am (1988). Cap C1‑48764

Anne Murray Christmas (1988). Cap C1‑90886

Greatest Hits Volume II (1989). Cap C2‑92072 (compilation)

You Will (1990). Cap C‑94102 (CD et cassette)

Yes I Do (1991). Cap C‑96310 (CD et cassette)

Croonin’ (1993)

Anne Murray (1996)

An Intimate Evening with Anne Murray…Live (1997)

What A Wonderful World (1999)

What A Wonderful Christmas (2001)

Country Croonin’ (2002)

I’ll Be Seeing You (2004)

Duets: Friends & Legends (2007)


Music of
Anne Murray