Young, Neil

Neil (Percival) Young. Auteur-compositeur-interprète, guitariste, pianiste, harmoniciste (Toronto, 12 novembre 1945). D. Mus. h.c. (Lakehead) 1992.

Young, Neil

Neil (Percival) Young. Auteur-compositeur-interprète, guitariste, pianiste, harmoniciste (Toronto, 12 novembre 1945). D. Mus. h.c. (Lakehead) 1992. Fils du journaliste Scott Young de Toronto, Neil Young se fixe à Winnipeg vers le milieu de son adolescence et se produit d'abord au Manitoba et dans le Nord de l'Ontario (1962-1964), en particulier à Fort William (Thunder Bay), avec une succession de groupes rock, dont The Squires. Il travaille ensuite avec les Mynah Birds dans des cafés de Yorkville (Toronto) et, plus tard, à Detroit avant de déménager à Los Angeles où il forme, avec Stephen Stills, Richie Furay et les canadiens Bruce Palmer (basse) et Dewey Martin (batterie; né Walter Milton Dewayne Midkiff, Chesterville, Ont., 30 sept. 1940 -- Van Nuys, Cal., 1er févr. 2009), le célèbre groupe rock Buffalo Springfield, dont il est membre de1966 à 1968. Young travaille occasionnellement avec David Crosby, Steven Stills et Graham Nash du « supergroupe » Crosby Stills Nash and Young (1969-1974, 1988) et, durant quelque temps de nouveau en 1976 avec Stills. Cependant, à partir de 1968, il se concentre sur une carrière en solo qui devient l'une des plus fécondes et durables du monde rock. Sa musique est aussi personnelle et dynamique au début des années 2000 que dans les années 1970. Les albums hommages qui lui sont consacrés par une variété d'artistes - y compris des artistes de country et de rock alternatif - tels que The Bridge - A Tribute to Neil Young (Caroline CAROL-1374, lancé en 1989) témoignent de l'estime que lui portent les musiciens plus jeunes.

Représentations

Même si Young est accompagné le plus souvent par le groupe rock Crazy Horse, il ne se restreint pas, sur disque comme en concert, à un seul genre pop. Par exemple, lors de tournées annuelles dans des centres sportifs, des stades et des grandes salles du Canada et des États-Unis durant les années 1980, Young se produit seul en 1983 (s'accompagnant à la guitare et à l'harmonica ou au piano), avec un groupe country (les International Harvesters) en 1984 et en 1985, avec le Crazy Horse en 1986 et en 1987, et avec un ensemble de rhythm and blues (Blue Notes) en 1988. Cependant, sa façon de chanter demeure la même, empreinte de tension et de puissance, mais aussi d'une douceur désarmante, avec cette voix décrite par Katherine Gilday comme « déplaisante et inoubliable » (Globe and Mail, Toronto, 3 octobre 1978). Sur Trans, un 33 tours de 1982 dans le genre « électro-pop », il utilise un synthétiseur de voix. Avec des groupes, et en particulier avec Crazy Horse, son jeu à la guitare électrique est violent, désordonné et déformé, mais d'une surprenante efficacité par la franchise de ses attaques. Vers les années 2000, Young continue à faire des tournées en Amérique du Nord et en Europe, tour à tour avec Crazy Horse, le groupe Pearl Jam, Booker T. et les MG, et il fait des concerts en solo.

De plus, en 2012 était lancé l'album Psychedelic Pill, sensemble de deux disques avec Crazy Horse, leur première collection de musique originale produite ensemble depuis bientôt une décennie

Enregistrements

Les chansons de Neil Young se distinguent par leur imagerie poétique, leurs références au paysage, et un activisme social influencé par des questions d'actualité aux États-Unis. Parmi ses nombreuses chansons, citons « Expecting to Fly », « Broken Arrow », « Mr. Soul » et « I Am a Child » enregistrées par Buffalo Springfield; « Country Girl », « Helpless », « Ohio » et « American Dream » (1988) pour Crosby Stills Nash and Young; « Southern Man », « Round and Round », « Everyone Knows This is Nowhere », « Only Love Can Break Your Heart », « Tell Me Why », « Cinnamon Girl », « Old Man », « Heart of Gold », « Rockin' in the Free World » et « This Note's for You ». Au début des années 1970, « Only Love Can Break Your Heart », « Heart of Gold » et « Old Man » sont des succès commerciaux; la deuxième s'est vendue à un million d'exemplaires en 1972. La version de Young de « Four Strong Winds » est populaire en 1979. La même année, sa chanson « Lotta Love », enregistrée par Nicolette Larson, connaît un vif succès. En 1985, la pièce country « Get Back to the Country » ne connaît qu'un succès modeste au Canada et aux États-Unis. Sa chanson « Helpless » est de nouveau popularisée en 2005 par k.d. lang .

Les chansons de Young sont rassemblées dans l'anthologie Complete Music (3 vol., Warner, 1974, 1975, 1984). De ses albums des années 1969-1979, seuls Journey Through the Past (bande sonore d'un film autobiographique), Tonight's the Night et Zuma se sont vendus à moins de 500 000 exemplaires aux États-Unis. Les ventes de Rust Never Sleeps, sur le marché en même temps qu'un documentaire du même titre, dépassent le million. Un troisième film, Neil Young in Concert, est lancé en 1983, puis paraissent des vidéos concerts comprenant des interprétations de musiques provenant de Freedom, Ragged Glory et d'albums plus récents.

Sa carrière connaît une nouvelle vitalité dans les années 1990, où il effectue de nombreux enregistrements, allant de Mirror Ball (1995), en collaboration avec Pearl Jam, au récit politisé Greendale (2003). Greendale inspire un certain nombre de projets complémentaires, dont un film réalisé en 2003 par Young et un roman illustré en 2010 intitulé Neil Young's Greendale (Joshua Dysart, auteur; Cliff Chiang, illustrateur; Dave Stewart, coloriste). Mirror Ball et Harvest Moon (1992), album qui porte à la réflexion, se classent tous deux en quatrième position au palmarès des albums canadiens. Young remporte son premier prix Juno pour Harvest Moon en 1994. En 1995, il obtient un Juno dans la catégorie meilleur chanteur et, en 2001, le prix du meilleur artiste masculin pour Silver and Gold. Il retrouve Crosby, Stills et Nash pour une tournée de concerts en 2000, et on peut l'entendre sur l'album de groupe Looking Forward. Un album hommage à Young, Borrowed Tunes, met en vedette des artistes canadiens tels que Jann Arden, Randy Bachman et Blue Rodeo.

Autres activités

La chanson « Philadelphia » de Young est en nomination pour un oscar en 1994. Derrière la caméra, Young dirige plusieurs films sous le pseudonyme Bernard Shakey. À titre de producteur de disques, il utilise le pseudonyme Phil Perspective. L'album Living With War, lancé en 2006, est une critique virulente du président américain George W. Bush et de la guerre en Iraq.

Distinctions

En 1982, Young est intronisé au Juno Awards Hall of Fame. En 1994, il reçoit le Prix du gouverneur général pour les arts de la scène; il est intronisé au Rock and Roll Hall of Fame en 1995 et au Prairie Music Hall of Fame en 2002. Il fait l'objet de plusieurs ouvrages, notamment Neil Young: Zero to Sixty de Johnny Rogan et Shakey de Jimmy McDonough. Le film documentaire Neil Young: Heart of Gold est réalisé en 2006 par Jonathan Demme. En 1999, pour avoir cofondé la série de concerts Farm Aid et la Bridge School (cette dernière avec sa femme, Pegi Young), le couple reçoit une distinction du réseau MTV. Young est nommé officier de l'Ordre du Canada en 2009.

Discographie (sélection)

Neil Young : 1968; Rep 6317.

Everyone Knows This Is Nowhere : 1969; Rep 6349.

After the Gold Rush : 1970; Rep 6383.

Harvest : 1971; Rep 2032.

Journey through the Past : 1972; 2-Rep 2XS-6480.

Time Fades Away : 1973; Rep 2151.

On the Beach : 1974; Rep 2180.

Tonight's the Night : 1975; Rep 2221.

Zuma : 1975; Rep 2242.

American Stars and Bars : 1974-1977; Rep 2261.

Decade : 1966-1976 : 1976; 3-Rep 2557 (anthologie).

Comes a Time : 1978; Rep MSK-2266.

Rust Never Sleeps : 1978; Warner HS-2295.

Live Rust : 1979; 2-Rep CRS-2296.

Hawks & Doves : 1980; Rep XHS-2297.

Re-ac-tor : 1981; Rep XHS-2304.

Trans : 1982; Geffen XGHS-2018.

Everybody's Rockin' : 1983; Geffen XGHS-4013.

Old Ways : 1985; Geffen XGHS-24068.

Landing on Water : 1986; Geffen XGHS-24109.

Life : 1987; Geffen XGHS-24154.

This Note's For You : 1988; Rep 92-57191.

Freedom : 1989; Rep 92-58994.

Ragged Glory : 1990; Rep CD-26315.

Prairie Wind : 2005; Rep CDW 49494.

Fork in the Road : 2009; Rep 2-518040.

Collaborations musicales

Buffalo Springfield : 1966; Atco SD-33-200.

Buffalo Springfield Again : 1967; Atco SD-33-226.

Last Time Around : 1968; Atco SD-33-256.

Retrospective : 1971; Atco SD-33-283 (anthologie).

Crosby Stills Nash and Young, Déjà vu : 1969; Atlantic SD-7200.

Four-Way Street : 1970; 2-Atlantic SD2-902.

So Far : 1974; Atlantic 18100 (anthologie).

American Dream : 1988; Atlantic 78-18881.

Stills-Young Band, Long May You Run : 1976; Rep MS-2253-P.

Bibliographie

Elliot BLINDER, « Neil Young: in conversation », Rolling Stone (30 avril 1970).

Carole DUFIECHOU, Neil Young (New York, 1978).

Scott YOUNG, « Long may you run: Neil and me : a father's memories of his famous son », Toronto Life (déc. 1980).

-, Neil and Me (Toronto, 1984).

John EINARSON, « Re-birth of the blues », Music Express, XII (juill. 1988).

Douglas FETHERLING, « That's my sound, man », Someday Soon (Kingston, Ont., 1991).

Rolling Stone, Neil Young, The Rolling Stone Files (New York, 1994).

David DOWNING, A Dreamer of Pictures: Neil Young, the Man and His Music (New York, 1994).

Johnny ROGAN, Neil Young: Zero to Sixty (London, 2000).

Jimmy MCDONOUGH, Shakey: Neil Young's Biography (Toronto, 2003).

« A special tribute to Neil Young on his 60th birthday », Ottawa Citizen (12 nov. 2005).

John EINARSON, « Long may he run », Winnipeg Free Press (13 nov. 2005).

William ECHARD, Neil Young and the Poetics of Energy (Bloomington, Ind 2005).


Music of
Young, Neil