Minutes du patrimoine

La série Minutes du patrimoine est un projet commémoratif canadien bilingue composé de courts métrages de 60 secondes chacun qui dressent le portrait d’une personnalité canadienne d’importance ou racontent un événement significatif de l’histoire canadienne. Cette collection de minifilms est produite par Historica Canada, l’organisme sans but lucratif également responsable de la publication de la présente encyclopédie. Présentées pour la première fois en 1991, ces capsules diffusées à la télévision, au cinéma et dans Internet sont devenues partie intégrante de la culture canadienne. La série comprend aujourd’hui 90 épisodes.



Sur le plateau de « Kenojuak Ashevak », la nouvelle Minute du patrimoine de Historica Canada
Pearl Achneepineskum
Pearl Achneepineskum fait une apparition en tant qu'elle-même dans la nouvelle Minute du patrimoine de Historica Canada
Naskumituwin (Traité)
Sur le plateau de « Naskumituwin (Traité) », la nouvelle Minute du patrimoine de Historica Canada
Minute du patrimoine « Terry Fox »
Sur le plateau de "Terry Fox", la Minute du patrimoine de Historica Canada
Minute du patrimoine « Viola Desmond »
L'actrice Kandyse McClure dans le rôle de Viola Desmond dans la Minute du patrimoine de Historica Canada
Sur le plateau lors du tournage de la Minute du patrimoine de Historica Canada consacrée à sir George-Étienne Cartier
Sur le plateau lors du tournage de la Minute du patrimoine de Historica Canada, consacrée à sir John A. MacDonald. 2013.
Sur le plateau lors du tournage de la Minute du patrimoine de Historica Canada consacrée à sir John A. Macdonald. 2013.

Création et historique

La première génération des Minutes du patrimoine est créée à l’initiative du philanthrope Charles Bronfman. En 1986, la Fondation CRB – l’un des groupes fondateurs ayant précédé la création d’Historica Canada – commande une enquête nationale dont les résultats montrent que moins de la moitié des répondants connaissent le nom du premier premier ministre du pays et que près d’un quart d’entre eux ne sont pas en mesure de citer une page de l’histoire du Canada ou une réalisation canadienne dont ils sont fiers. Découragé par l’ignorance dont fait preuve la population à propos de sa propre histoire, Charles Bronfman s’applique à créer une série de messages d’intérêt public à saveur historique. À l’instar des capsules publicitaires, les minifilms de la série sont conçus pour capter l’attention; toutefois, s’ils empruntent à la publicité leur durée, ils se présentent plutôt sous la forme d’un récit dramatique. C’est le célèbre producteur et animateur Patrick Watson qui assure la direction artistique, l’écriture du scénario et la narration d’un grand nombre des courts métrages de la première série produite par Robert-Guy Scully et réalisée par Richard Ciupka pour le compte de la Fondation CRB.

Durant les premières étapes du projet, la Fondation CRB définit les critères suivants devant être respectés dans le traitement des sujets des Minutes du patrimoine :

  1. Susciter la curiosité du public envers des éléments du patrimoine canadien;
  2. Produire dans les limites des ressources disponibles;
  3. Faire preuve d’honnêteté tout en conservant la licence de la « création dramatique »;
  4. Témoigner des valeurs sociales et culturelles canadiennes, à savoir la tolérance, l’équité, le courage, la ténacité, la débrouillardise et l’inventivité, et leur rendre hommage;
  5. Lever le voile sur les origines de la nation;
  6. Surprendre, provoquer la réflexion, approfondir les sujets, soulever des questions.

Le projet des Minutes du patrimoine commence à prendre forme en 1988 avec l’élaboration de trois épisodes pilotes : « Le chemin de la bravoure », « Le chemin de fer clandestin » et « Jacques Plante ». Des groupes de discussions anglophones et francophones sont mis en place, respectivement à Toronto et à Montréal, afin d’évaluer la réaction de la population à leur égard, et d’estimer le niveau d’intérêt pour l’histoire canadienne et la fierté d’être Canadien.

Les 13 premières Minutes du patrimoine sont diffusées sur CBC en anglais et sur Radio-Canada en français le 31 mars 1991. Ces vignettes prennent la forme de jeux-questionnaires télévisés visant à éduquer la population canadienne sur son histoire en lui offrant des courts métrages dramatiques conçus dans un style divertissant. La présentation de la version anglophone est assurée par l’animateur vedette de CBC, Wayne Rostad.

Les courts métrages sont produits en anglais et en français, et diffusés en cinq cycles entre 1991 et 2000. La Fondation CRB établit un partenariat avec l’Office national du film du Canada pour la production de plusieurs Minutes du patrimoine, notamment « Wilder Penfield », « L’institutrice rurale », « Le gardien de la paix » et « Inukshuk ». Certaines des capsules de la série, notamment « L’Arrow d’Avro », « Grey Owl » et « Lucille Teasdale », sont créées à partir de miniséries télévisées et de films.

En 1999, la Fondation CRB met sur pied la Fondation Historica du Canada, qui, pendant la période où elle en est propriétaire, rebaptise les films Minutes Historica. En 2005, la Fondation Historica établit un partenariat avec Patrick Watson pour produire huit courts métrages de la série des Minutes du patrimoine sur des thèmes militaires : « La crête de Vimy », « Osborn de Hong Kong », « Mona Parsons », « Tommy Prince », « La plage de Juno », « Andrew Mynarski », « De retour de la guerre » et « Dextraze au Congo ».

La Fondation Historica fusionne avec l’Institut du Dominion en 2009 pour devenir l’Institut Historica-Dominion, apportant à la nouvelle entité certains projets, notamment les Minutes du patrimoine. Depuis ses débuts, la série a reçu des fonds de plusieurs sources, dont Postes Canada, la Power Corporation du Canada et le gouvernement fédéral. Elle est toutefois produite en toute indépendance, sans aucune participation des bailleurs de fonds en ce qui concerne l’écriture du scénario, la réalisation ou la production.

Visibilité

Au cours des dix premières années, les Minutes du patrimoine passent régulièrement sur les grandes chaînes de télévision canadiennes. Étant donné leur nature pédagogique et culturelle, les réseaux ne sont pas payés pour les diffuser. Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) les classe d’ailleurs, dès l’origine, comme une série dramatique en cours contenant 150 % de crédits pour les diffuseurs, ce qui leur permet de satisfaire aux exigences en matière de contenu canadien.

Dès 1992, et pendant plusieurs années, les Minutes du patrimoine sont aussi projetées sur les écrans des Cineplex Odeon partout au pays. À la fin des années 1990, Universal Studios Home Video Canada inclut également des capsules de la collection dans plusieurs de ses sorties vidéo. En complément de la série principale, Historica crée des séries thématiques comme Minutes militaires, Screen LegendsRadio Minutes et Empreintes, ainsi qu’une série de bandes dessinées, True North Comics. En outre, Just a Minute, publié en 1994, et les volumes suivants, Just Another Minute, sorti en 1997, et Just a Minute More, paru en 1999, rassemblent des chroniques de Marsha Boulton parues en anglais dans la presse écrite – au départ dans le cadre d’un contrat avec la Fondation CRB – à propos de l’histoire canadienne.

Depuis 2013, il est possible de visionner les Minutes du patrimoine dans tous les trains de VIA Rail circulant dans le corridor Québec-Windsor.

Culture populaire

Les Minutes du patrimoine se sont forgé une place dans la culture populaire canadienne au point d’être parodiées dans des émissions de télévision canadiennes comme This Hour Has 22 Minutes, Royal Canadian Air Farce, Rock et Belles Oreilles et The Rick Mercer Report. La chaîne Comedy Network diffuse également des parodies de la série sous le titre de Sacrilege Moments, et on peut voir en ligne de nombreuses imitations et mystifications publiées par des internautes.

Le minifilm de la série des Minutes du patrimoine réalisé par Steve Danyluk sur l’explosion de Halifax est sélectionné lors des prix Gémeaux en 1992 dans la catégorie « Meilleure direction photo ».

Un certain nombre d’acteurs canadiens célèbres sont à l’affiche des Minutes du patrimoine, notamment Dan Aykroyd, Roy Dupuis, Colm Feore, Graham Greene, Allan Hawco, Jared Keeso, Jean L’Italien et Kate Nelligan. Jackie Burroughs, Molly Parker, George Stroumboulopoulos, Alanis Obomsawin, Lloyd Robertson et Peter Gzowski font partie des narrateurs les plus éminents de la série.

En 2012, l’Institut Historica-Dominion, devenu depuis Historica Canada, demande à Ipsos Reid de sonder un échantillon de 3900 Canadiennes et Canadiens afin de déterminer les Minutes du patrimoine les plus célèbres. Les résultats de cette enquête montrent que les cinq sujets les plus appréciés du public sont « Jackie Robinson » et « L’explosion d’Halifax » à égalité à la première place, « Jennie Trout » en troisième position, puis « Winnie » et « Laura Secord » aux quatrième et cinquième rangs.

Critiques

S’il est vrai que les Minutes du patrimoine ont remporté un très grand succès, elles ont également fait l’objet de certaines critiques. Le court métrage consacré au militant métis du 19e siècle Louis Riel le montre, au début du film, regardant directement la caméra, tandis que le récit est assuré par une voix hors champ. Toutefois, l’histoire se termine par la pendaison de Louis Riel, et des voix s’élèvent pour dénoncer cette capsule comme étant trop violente pour être diffusée auprès d’un jeune public. Certains critiques n’apprécient pas que la série mette l’accent sur les héros militaires canadiens et sur leurs hauts faits, faisant valoir qu’une attention plus importante devrait être accordée à des réalisations canadiennes pacifiques.

Le minifilm consacré aux Casques bleus canadiens participant à une mission de maintien de la paix à Chypre, produit en 1991, n’est pas du goût de l’ambassadeur de Turquie au Canada, qui estime qu’il donne une mauvaise image des citoyens turcs. Les producteurs rétorquent que cette capsule ne fait que s’intéresser au rôle du Canada dans une opération de maintien de la paix et qu’il n’y a là aucune intention de dénigrer la Turquie. Toutefois, ce court métrage est finalement retiré de la circulation en raison des costumes historiques inexactes – fait qu’on découvre lors de la postproduction – et du fait des plaintes de l’ambassadeur de Turquie à Ottawa, comme quoi il ne montre pas son pays de manière juste. Bien que les producteurs affirment que ce fait n’est pas un facteur du retrait du film, celui-ci ne sera pas intégré dans la collection que la Fondation Historica recevra plus tard en héritage.

Les Minutes du patrimoine sont également parfois considérées avec suspicion au Québec, où certains observateurs – en particulier dans les milieux souverainistes – les décrivent comme de la propagande fédéraliste. En 2000, le producteur Robert-Guy Scully devient la cible d’un prétendu conflit d’intérêts, du fait qu’il travaille sur la version francophone de la série tout en animant une émission sur la chaîne d’information de Radio-Canada, des minifilms de la série étant diffusés pendant les pauses publicitaires de cette émission. Cet épisode survient alors que le scandale des commandites prend de l’ampleur, certains critiques soulignant, dans ce contexte, que plusieurs capsules ont été financées par le gouvernement fédéral. De leur côté, les producteurs des films soulignent le caractère indépendant du processus de production, mettant en avant le fait que le bailleur de fonds ne joue aucun rôle, ni sur le plan du scénario ni sur aucun autre plan, dans la réalisation des différents courts métrages.

Minutes du patrimoine, deuxième génération

En 2012, l’Institut Historica-Dominion (renommé Historica Canada en septembre 2013) lance une nouvelle série de Minutes du patrimoine. Les deux premiers courts métrages de la nouvelle série, produits par Fifth Town Films, portent sur la guerre de 1812 : « Richard Pierpoint », sorti en octobre 2012, s’intéresse à ce loyaliste noir et met en avant le rôle important qu’il a joué, tandis que « Les Hauteurs de Queenston », sorti en juin 2013, relate les efforts des guerriers de la rivière Grand à la bataille de Queenston Heights. Ces deux films sont financés par le Fonds de commémoration de la guerre de 1812 du gouvernement du Canada et, à l’image des capsules de la première série, il est possible de les visionner en ligne.

En janvier 2013, Patrimoine canadien annonce qu’un financement sera accordé à la production de deux autres Minutes du patrimoine par Historica Canada consacrées à deux Pères de la Confédération, sir John A. Macdonald et sir George-Étienne Cartier, à l’occasion de leur 200anniversaire de naissance. Produits par Collider Films, ces deux courts métrages sortent en janvier 2014.

Également en 2014, Historica Canada obtient un financement de Patrimoine canadien pour produire sept nouvelles Minutes du patrimoine, en moyenne deux chaque année jusqu’en 2017, le 150e anniversaire de la Confédération.

« Les Falcons de Winnipeg », un court métrage sorti en novembre 2014, raconte l’histoire d’une équipe de Canadiens d’origine islandaise ayant servi durant la Première Guerre mondiale avant de remporter la première médaille d’or d’un tournoi olympique de hockey sur glace. « Les infirmières canadiennes », sorti en mai 2015, fait le récit d’un raid aérien sur l’Hôpital stationnaire canadien noo 3, en France en mai 1918. Une Minute du patrimoine sur Terry Fox sort en septembre 2015 à l’occasion des commémorations du 35e anniversaire du Marathon de l’espoir.

En février 2016, lors du Mois de l’histoire des Noirs, Historica Canada présente une nouvelle Minute du patrimoine sur Viola Desmond, une militante de race noire qui a joué un rôle de pionnière, et qui refuse en 1946 de quitter son siège dans la section Réservée au Blancs du Roseland Theatre, à New Glasgow, en Nouvelle-Écosse. Elle est arrêtée pour ses actions, mais est finalement acquittée par le lieutenant-gouverneur et le gouvernement de la Nouvelle-Écosse en 2010. En décembre 2016, il est annoncé que Viola Desmond sera la première Canadienne noire à figurer au recto d’un billet de banque canadien (voir aussi Les femmes sur les billets de banque canadiens).

Le 21 juin 2016, lors de la Journée nationale des Autochtones, Historica Canada présente deux nouvelles Minutes du patrimoine. « Naskumituwin (traité) » décrit le processus de conclusion des traités en Ontario, soulignant plus particulièrement le Traité no 9. L’autre raconte l’histoire de Chanie Wenjack, un garçon de 12 ans d’Ogoki Post, en Ontario, qui meurt en tentant de s’enfuir d’un pensionnat.

Le 20 octobre 2016, Historica Canada présente une nouvelle Minute du patrimoine sur la célèbre artiste inuite Kenojuak Ashevak. Connue pour ses impressions graphiques, y compris Le Hibou enchanté (qui figure sur un timbre-poste canadien dans les années 1970), Kenojuak Ashevak est l’un des membres fondateurs des Studios Kinngait à la West Baffin Eskimo Cooperative, une organisation qui continue de promouvoir l’art inuit de renommée internationale.

Le 8 mars 2017, à l’occasion de la Journée internationale des femmes, Historica Canada présente une nouvelle Minute du patrimoine sur la célèbre équipe féminine de basketball, les Grads d’Edmonton, que James Naismith a décrit comme « l’équipe la plus remarquable qui soit jamais entrée sur le terrain ». Elle détient toujours le nombre record de victoires dans tous les sports, soit 520 victoires et seulement 20 défaites. Les pionnières du sport féminin, les Grads d’Edmonton contribuent à populariser la participation des femmes au sport partout au Canada. Elles représentent le pays aux compétitions internationales européennes à l’époque où les femmes n’ont pas le droit de participer aux Jeux olympiques.

Présentée à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin 2017, la Minute du patrimoine « Les réfugiés de la mer » raconte la fuite d’une famille du Vietnam, le périple qui la mène dans un camp de réfugiés en Malaisie et, enfin, son arrivée dans sa nouvelle demeure, à Montréal.La première Minute du patrimoine animée est présentée le 25 octobre 2017. Elle explore la riche histoire des immigrants du marché Kensington, à Toronto, en faisant appel à l’animation pour transformer un seul magasin en cinq enclaves culturelles bien distinctes. Elle remporte un prix au Festival international du film de Toronto et est nommée pour un Prix du patrimoine du Toronto.

Une Minute du patrimoine portant sur l’écrivaine canadienne Lucy Maud Montgomery est présentée le 8 mars 2018 à l’occasion de la Journée internationale des femmes. La voix hors champ de cette Minute du patrimoine, dont le contenu est tiré entièrement des journaux personnels de Lucy Maud Montgomery, raconte sa lutte contre la dépression, le rejet et le sexisme avant de devenir célèbre dans le monde entier grâce à son œuvre Anne, la maison aux pignons verts.

La première Minute du patrimoine LGBTQ2, au sujet de l’activiste pionnier pour les droits des homosexuels Jim Egan, est présentée le 13 juin 2018. Dès la fin des années 1940, une époque où il est dangereux pour un homme homosexuel de s’exprimer, Jim Egan remet en question dans les journaux la culture d’homophobie endémique qui existe au Canada. Vers la fin des années 1980, il réclame auprès du gouvernement fédéral les prestations de conjoint pour son partenaire, Jack Nesbit. Dans l’affaire Jim Egan, la Cour suprême du Canada juge que l’orientation sexuelle est protégée sous la Charte canadienne des droits et libertés. Cela représente une victoire historique pour la communauté LGBTQ.

Liste complète des sujets des Minutes du patrimoine

Cliquez ici pour regarder toutes les Minutes du patrimoine.

Le gardien de la paix Sir Sanford Fleming Emily Carr
Les vikings L'institutrice rurale de l'Île-du-Prince-Édouard Pauline Vanier
John Cabot Les maisons de tourbe Marion Orr
Jacques Cartier
Les sages-femmes Maurice “Rocket” Richard
Jean Nicollet Basket-ball Jackie Robinson
Le sirop Sam Steele John Humphrey
Le gouverneur Frontenac Collège Frontière
L'Arrow d'Avro
Laura Secord
Marconi Stratford
Richard Pierpoint Le chemin de la bravoure Paul-Émile Borduas
Les Hauteurs de Queenston Winnie Le Réseau
Hart et Papineau John McCrae Maurice Ruddick
Étienne Parent Nellie McClung Jacques Plante
Baldwin et LaFontaine L'explosion d'Halifax Lucille Teasdale
Le gouvernement responsable Les infirmières canadiennes
Marshall McLuhan
Les orphelins d'Irlande Les Falcons de Winnipeg
Les drapeaux
Le chemin de fer clandestin Joseph-Armand Bombardier Expo ’67
Joseph Casavant Emily Murphy Nat Taylor
Sir John A. Macdonald Grey Owl La plage de Juno
Sir George-Étienne Cartier J.S. Woodsworth Mona Parsons
L'équipe de Paris Maple Leaf Gardens Osborn de Hong Kong
Le grand feu du Saguenay Superman Tommy Prince
Jennie Trout
L'hôpital de Myrnam De retour de la guerre
Sitting Bull La Bolduc Dextraze au Congo
Les Voltigeurs de Québec Inukshuk Andrew Mynarski
Nitro Wilder Penfield La crête de Vimy
Joseph Tyrrell Agnes Macphail La pompe
Louis Riel Le Bluenose Terry Fox
Viola Desmond
Chanie Wenjack Naskumituwin (traité)
Kenojuak Ashevak
Les Grads d'Edmonton Les réfugiés de la mer

Twitter // Minutes du Patrimoine