Naviguer "Transport"

Afficher 1-20 de 76 résultats
Éditorial

À la toute fin de la Côte ouest

Lorsque la C.-B. accepte de se joindre à la Confédération canadienne, le Canada convient de construire, dans dix ans, un chemin de fer transcontinental qui relierait la côte du Pacifique à l'Est du pays. Les délais menaçant de faire dérailler le projet, les citoyens de la province s'indignent et Amor de Cosmos, de Victoria, alors membre du parlement fédéral, présente à la Chambre des communes une résolution proposant la sécession de la Colombie-Britannique de l'union.

Article

Accidents de la route au Canada

Plusieurs tragédies se sont déroulées sur les routes et les autoroutes canadiennes, la plus mortelle étant un accident d’autobus ayant tué 44 personnes au Québec en 1997. Malgré le fait que les désastres faisant la une rapportent un nombre élevé de décès, le nombre de morts et de blessures liées aux accidents de la route est constamment à la baisse. Ce phénomène s’explique par l’amélioration de l’ingénierie des véhicules ainsi que par la sensibilisation aux pratiques de conduite sécuritaires.

Article

Algoma Central Railway

En 1899, Francis Hector Clergue s'approprie l'usage exclusif du chemin de fer Algoma Central Railway (ACR) par pour alimenter en matières premières son empire industriel de Sault Ste. Marie.

Article

Architecture des Aéroports

En 1937, la création du ministère des Transports et l'inauguration des Lignes Aériennes Trans-Canada (maintenant Air Canada) provoquent une vague de constructions. L'aéroport de Dorval, à proximité de Montréal (1940-1941) représente le nouveau genre d'aéroports de l'époque.

Article

British Columbia Railway

La British Columbia Railway est constituée en tant que Pacific Great Eastern Railway en 1912 pour construire une ligne ferroviaire de Vancouver Nord à Prince George, où elle devait être raccordée au Grand Trunk Pacific Railway.

Article

Canadian Government Railways

Canadian Government Railways est le nom porté par l'ensemble des chemins de fer appartenant à l'État fédéral des années 1880 jusqu'en 1918, lorsque leur administration fusionne avec celle du CANADIAN NORTHERN RAILWAY, nationalisé depuis peu.

Article

Canal de Lachine

Le canal de Lachine traverse une part de l’île de Montréal, du Vieux-Port jusqu’au sud de l’arrondissement de Lachine, où il se jette dans le lac Saint-Louis.

Article

Chemin de fer contemporain

Dans les quatre décennies qui suivent la Deuxième Guerre mondiale, les deux plus grandes compagnies de chemin de fer du Canada deviennent d'importants conglomérats comptant parmi les plus grandes sociétés commerciales du pays.

Article

Chemin de fer du Canadien Pacifique

La compagnie de chemin de fer du Canadien Pacifique (CP) a été constituée en personne morale en 1881. Sa vocation, à l’origine, est de construire un chemin de fer transcontinental, comme promis à la Colombie-Britannique  lors de son entrée dans la Confédération (voir Histoire du chemin de fer au Canada ). Le chemin de fer, achevé en 1885, relie l’est du Canada à la Colombie-Britannique, en plus de jouer un rôle important dans le développement de la nation. Bâti dans des conditions dangereuses par des milliers de travailleurs, dont 15 000 travailleurs temporaires chinois , le chemin de fer facilite la communication et le transport à travers tout le pays. Au cours de sa longue histoire, le CP diversifie ses activités. En effet, il ouvre des hôtels , lance des compagnies maritimes et aériennes, et développe des entreprises minières et de télécommunication (voir Industrie du transport maritime ; Industrie du transport aérien). En 2001, le CP se divise en cinq compagnies distinctes et indépendantes, et la compagnie de chemin de fer du Canadien Pacifique redevient, comme elle l’était à l’origine, une compagnie ferroviaire. Le CP comme on le connaît aujourd’hui possède 22 500 km de voies ferrées au Canada et aux États-Unis. Il s’agit d’une société cotée en bourse. Ses titres se négocient à la Bourse de Toronto et à celle de New York sous le symbole CP. En 2020, le CP a déclaré un revenu total de 7,71 milliards de dollars.

Cet article est l’article complet sur le chemin de fer du Canadien Pacifique. Si vous souhaitez lire un résumé en langage simple, veuillez consulter : Chemin de fer du Canadien Pacifique (résumé en langage simple) .

Article

Chemin de fer Intercolonial

Le chemin de fer Intercolonial est une ligne ferroviaire qui a été exploitée de 1872 à 1918 entre la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick, le Québec et l’Ontario. Il s’agit à l’époque de la première infrastructure nationale jamais construite au Canada. Les premiers plans de construction remontent aux années 1830, mais il faut attendre les conférences de la Confédération de 1864, à Charlottetown et à Québec, pour que le projet décolle, puisque la construction de l’Intercolonial est une condition de l’entrée des colonies maritimes dans l’union de l’Amérique du Nord britannique. Les travaux commencent peu de temps après que le Canada devient un pays, en 1867, et la plus grande partie des lignes sont achevées au milieu des années 1870.

Article

Col Rogers

Au cours de l'été de 1885, on construit à grands frais le chemin de fer qui traverse le col. On érige plus de 6,4 km de paravalanches (31) pour protéger les trains, les voies ferrées et les travailleurs contre les AVALANCHES (la région reçoit jusqu'à 15 m de neige pendant l'hiver).

Article

CTrain

Le CTrain est un système de transport léger sur rail à Calgary, en Alberta. Il est géré par Calgary Transit, un service de transport en commun appartenant à la Ville de Calgary et exploité par l’intermédiaire de son service de transport.

Le système entre en service en 1981, desservant à l’origine le corridor de transport en commun du centre-ville et la ligne du sud de la ville. Le CTrain est élargi vers le nord-est de Calgary en 1985, puis vers l’Université de Calgary au nord-ouest en 1987; enfin, on repousse les limites du service jusqu’à l’ouest de la ville en 2012. La plupart des trajets et des stations sont au niveau de la chaussée. Calgary Transit exploite le CTrain en conjonction avec un vaste réseau d’autobus. Grâce à l’équivalence des achats d’électricité d’origine éolienne, le système est entièrement alimenté à l’énergie éolienne depuis 2001. Ses deux lignes distinctes comprennent 45 stations, 118,1 km de voies ferrées et une fréquentation quotidienne moyenne de 312 300 usagers (2018).