Naviguer "Militaire"

Afficher 1-20 de 322 résultats
Article

Les Sino-Canadiens de la Force 136

La Force 136 est une division du service britannique Special Operations Executive (SOE; Direction des opérations spéciales) pendant la Deuxième Guerre mondiale. Ses missions secrètes, basées dans l’Asie du Sud-Est occupée par les Japonais, visent à soutenir et à entraîner les mouvements de résistance locaux pour saboter les voies de ravitaillement et l’équipement des Japonais. Bien que la Force 136 recrute principalement des Asiatiques du Sud-Est, elle mobilise également environ 150 Sino-Canadiens, desquels on s’attend à ce qu’ils se fondent dans la population locale et parlent la langue commune. Plus tôt au cours de la guerre, plusieurs de ces hommes avaient offert leurs services au Canada, mais avaient été refusés dans l’armée ou encore enrôlés, puis mis de côté. La Force 136 devient ainsi une occasion pour les Sino-Canadiens de prouver leur courage, leurs habiletés et, surtout, leur loyauté envers le Canada.

Éditorial

le 13e mission d'Andrew Mynarski

La nuit du 12 juin 1944, quelques jours après le jour J, le Lancaster et son équipage décollèrent en direction de la gare ferroviaire de Cambrai : il s'agissait de leur 13e mission et ils devaient essayer de désorganiser les artères de ravitaillement des Allemands.

Article

Participation des Premières Nations et des Métis à la guerre de 1812

Les Premières Nations et les Métis ont joué un rôle important au Canada au cours de la guerre de 1812. Le conflit a obligé divers peuples autochtones à passer outre leurs vieux différends et à s’unifier contre un ennemi commun. Cette guerre a également mis à rude épreuve d’anciennes alliances, telles que celles qui étaient en vigueur au sein de la Confédération iroquoise (haudenosaunee) dont certaines branches étaient alliées aux forces américaines. La plupart des Premières Nations se sont alliées à la Grande-Bretagne durant la guerre. Elles perçoivent alors les Britanniques comme les colons les moins nuisibles et les plus enclins à préserver leurs territoires et leur commerce traditionnels.

Article

Guerre de 1812

La guerre de 1812, qui a duré jusqu’en 1814, fait référence au conflit militaire qui a opposé les États-Unis à la Grande-Bretagne. Comme colonie britannique, le Canada a été entraîné dans la guerre de 1812 et envahi à maintes reprises par les Américains. La guerre a été menée dans le Haut-Canada, le Bas-Canada, dans la région des Grands Lacs et le long de la côte de l’Atlantique, ainsi qu’aux États-Unis. Le traité de Gand (1814), qui a mis fin à la guerre, consacre essentiellement le statu quo. Cependant, la guerre a su marquer le Canada. D’une part, elle a contribué à la montée du sentiment national, notamment parce que ce sont principalement les soldats civils qui ont repoussé l’envahisseur. D’autre part, elle a nui à la relation d’alliance entre les Canadiens et les Britanniques, et les Premières Nations, puisque ces dernières ont perdu non seulement de nombreux guerriers (dont le grand Tecumseh), mais également tout espoir d’arrêter la conquête américaine vers l’ouest. En outre, leur contribution a rapidement été oubliée par leurs alliés (voir Participation des Premières Nations et des Métis à la guerre de 1812).

Article

Amherst, Jeffery, 1er baron Amherst

Jeffery Amherst, 1er baron Amherst, officier de l’armée britannique (né le 29 janvier 1717 près de Sevenoaks, en Angleterre; mort le 3 août 1797 près de Sevenoaks). Jeffery Amherst était le commandant en chef des forces britanniques en Amérique du Nord pendant la guerre de Sept Ans, durant laquelle le Canada est passé de la France à l’Angleterre. Plusieurs rues et villes d’Amérique du Nord, dont Amherst, en Nouvelle-Écosse, et Amherstburg, en Ontario, ont été baptisées en son honneur. Toutefois, l’héritage de Jeffery Amherst ne fait pas l’unanimité, en raison de sa politique à l’égard des peuples autochtones. On lui reproche notamment d’avoir proposé, en 1763, de contaminer délibérément les peuples autochtones avec la variole pendant la guerre de Pontiac. En 2019, la rue Amherst, à Montréal, a été rebaptisée rue Atateken; Atateken signifie « frères et sœurs » en Kanien'kéha, la langue des Mohawks.

Article

2e Bataillon de construction

Le 2e Bataillon de construction du Corps expéditionnaire canadien (CEC), également connu sous le nom de « Bataillon noir », est autorisé le 5 juillet 1916 au cours de la Première Guerre mondiale. Il s’agit d’une unité distincte non combattante, le premier et l’unique bataillon composé exclusivement de Noirs de l’histoire militaire canadienne.

Article

Abercromby, James

James Abercromby, officier de l'armée (Banffshire, Écosse, 1706 -- Glassaugh, Écosse, 23 avril 1781). Soldat de carrière, il arrive en Amérique du Nord en 1756 et est nommé commandant en chef des forces britanniques.

Article

Irvine, Acheson Gosford

Acheson Gosford Irvine, soldat, agent de police et directeur de pénitencier (Québec, 7 déc. 1837 -- id., 9 janv. 1916). En tant que troisième commissaire de la Police à cheval du Nord-Ouest, la réputation d'Irvine est ruinée pendant la Rébellion Du Nord-Ouest.