Kazuo Nakamura, artiste peintre (né le 13 octobre 1926 à Vancouver, en Colombie-Britannique; décédé le 9 avril 2002 à Toronto, en Ontario). Membre fondateur du Groupe des onze et membre de l’Académie royale des arts du Canada, Kazuo Nakamura a créé des tableaux abstraits qui se distinguent des œuvres d’autres artistes canadiens de sa génération, en partie grâce à leur simplicité formelle et leur rigueur.

Jeunesse et début de carrière

Kazuo Nakamura fait partie des Canadiens d’origine japonaise internés pendant la Deuxième Guerre mondiale (Tashme, C.-B., 1942-1944). Après ses études à la Central Technical School de Toronto (1948-1951), il se joint au Groupe des onze. Dans les années 1950 et 1960, ses peintures se classent dans quatre catégories distinctes : des structures cubiques sombres, vaguement surréalistes, dans un environnement austère qui évoque les Prairies; des paysages voilés peints par petites touches délicates; des motifs abstraits blanc cassé peints sur des configurations sobres et linéaires composées de ficelles fixées sur la toile, et des abstractions linéaires situées dans un espace indéterminé. Toutes présentent une structure et une coloration (le plus souvent monochrome) plus simples que celles des œuvres du Groupe des onze.

Style et thèmes

Influencé par l’intérêt que porte Jock Macdonaldau peintre et photographe hongrois László Moholy-Nagy, qui a enseigné à l’école d’art du Bauhaus, en Allemagne, pendant les années 1920 et 1930, de même que par ses propres lectures dans les revues scientifiques, Kazuo Nakamura s’intéresse souvent à la science, au temps et à l’espace. Il se dit à la recherche d’un « ordre fondamental et universel omniprésent dans l’art et la nature », comme en témoignent ses tableaux des années 1950 dans leur exploration d’une « structure interne ». Plus tard, dans les années 1970 et 1980, il accorde une place de plus en plus importante aux peintures à grillages basées sur les structures de nombres, qui font appel au triangle de Pascal (un ensemble de relations entre nombres, liées aux triangles, qu’étudiaient au 17e siècle le philosophe et mathématicien français Blaise Pascal). Selon Kazuo Nakamura, ces œuvres laborieusement réalisées sont une quête d’un ordre suprême dans le chaos apparent de l’univers.