Action catholique

 Fidèles aux enseignements du Vatican et suivant l'exemple de l'église en France, des éléments de l'Église catholique du Québec établissent des groupes d'action catholique pour associer des laïcs de profession et d'âge divers au travail social de l'église, surtout dans les régions urbaines.

Groulx, Lionel
Lionel Groulx n'a eu cesse de poser la question inquiétante de la survie du fran\u00e7ais et du catholicisme dans un environnement urbain, industriel et anglo-saxon (avec la permission des Biblioth\u00e8que et Archives Canada/C-16657).

Action catholique

Fidèles aux enseignements du Vatican et suivant l'exemple de l'église en France, des éléments de l'Église catholique du Québec établissent des groupes d'action catholique pour associer des laïcs de profession et d'âge divers au travail social de l'église, surtout dans les régions urbaines. L'Association catholique de la jeunesse canadienne-française est fondée en 1903-1904 par les pères Lionel GROULX et Émile Chartier. D'autres groupes sont formés d'agriculteurs et de travailleurs, et le mouvement des jeunes comprend la Jeunesse ouvrière catholique (JOC), la Jeunesse étudiante catholique et la Jeunesse rurale catholique, fondées dans les années 1930 à la suite de l'encyclique papale Urbi Arcano (1922) et de la formation subséquente de groupes de JOC en Belgique. Il est difficile de mesurer l'influence de ces associations que le clergé conservateur accusait d'être trop activistes. Au Québec, elles ont cependant servi de pépinière de leaders, parmi lesquels on peut citer Jeanne SAUVÉ, Simone Monet-Chartrand, Pierre Elliott TRUDEAU, Claude RYAN, Fernand Dumond et plusieurs syndicalistes. Ces mouvements ont décliné dans les années 60 mais plusieurs demeurent actifs.

Voir aussi CATHOLICISME; DOCTRINE SOCIALE.