Additifs alimentaires

Les consommateurs considèrent généralement que l'expression « additif alimentaire » désigne presque toutes les substances, surtout celles de nature chimique, qui sont ajoutées aux aliments lors de la production, de la fabrication, de l'emballage ou de l'entreposage.

Additifs alimentaires

Les consommateurs considèrent généralement que l'expression « additif alimentaire » désigne presque toutes les substances, surtout celles de nature chimique, qui sont ajoutées aux aliments lors de la production, de la fabrication, de l'emballage ou de l'entreposage. En fait, le Règlement sur les aliments et drogues du Canada définit un « additif alimentaire » comme étant toute substance, y compris les sources de radiation, dont l'emploi est tel ou peut vraisemblablement être tel que cette substance ou ses sous-produits sont intégrés à un aliment ou en modifient les caractéristiques. Cette définition exclut les éléments tels que le sel, le sucre ou l'amidon utilisés comme ingrédients alimentaires ou vendus couramment en tant que produits alimentaires. D'autres substances ne font pas partie des additifs, car elles tombent dans des catégories distinctes au sens de la réglementation canadienne sur les aliments et les drogues, et sont ainsi assujetties à d'autres modes de contrôle. Ces ingrédients comprennent les vitamines, les minéraux nutritifs, les acides aminés, les épices, les assaisonnements et les préparations aromatisantes ainsi que les produits chimiques agricoles, les produits pour l'emballage et les drogues à usage vétérinaire.

Les additifs alimentaires sont décrits dans une série de tableaux qui inclut toutes les substances permises, les aliments auxquels ils peuvent être intégrés, ainsi que la quantité acceptée. Si l'additif ne figure pas dans un des tableaux, il ne peut pas être utilisé dans un produit alimentaire offert au Canada. Environ 390 substances sont classées dans 15 catégories, selon la fonction de l'additif. Les fonctions des additifs dans la fabrication des aliments varient beaucoup. Pour chaque fonction, plusieurs additifs différents sont permis afin que les fabricants puissent choisir celui qui convient aux propriétés spécifiques de l'aliment, aux divers procédés de fabrication et à la disponibilité des additifs sur le marché.

Fonction

La fonction des additifs et leur mode d'action précis sont complexes. Cependant, pour les fonctions reconnues, les additifs agissent selon le titre du tableau sous lequel ils sont inscrits. Par exemple, certains produits alimentaires comme le sel et les préparations en poudre ont tendance à absorber l'humidité de l'air, ce qui les rend susceptibles de s'agglomérer et de se transformer en mottes. Des agents antiagglomérants empêchent le produit alimentaire de se compacter, lui permettant ainsi de conserver ses propriétés physiques originales. De même, des agents raffermissants protègent la texture d'une variété d'aliments transformés, comme les fruits et les légumes, qui autrement perdraient leur fermeté en raison du traitement thermique durant la transformation.

L'utilisation d'agents pour conditionner les pâtes rend la farine plus maniable, confère une meilleure élasticité à la pâte et réduit le temps nécessaire pour mélanger les ingrédients, ce qui permet d'avoir des produits de boulangerie ayant plus de volume et une meilleure texture. Les colorants alimentaires sont ajoutés aux aliments afin de leur donner une apparence attirante et appétissante. Les additifs alimentaires autorisés comme émulsifs, agents gélatinisants, stabilisants ou épaississants changent la texture et donnent aux aliments la consistance désirée. Ces additifs peuvent aussi être utilisés pour maintenir les particules alimentaires en suspension, empêchant ainsi la formation de dépôts au fond du contenant (lait au chocolat) ou la modification de la consistance (desserts congelés).

Comme la technologie alimentaire est en évolution constante et que de nouveaux produits sont continuellement mis au point, la demande de nouveaux additifs est constante. Au Canada, pour qu'une nouvelle substance soit inscrite sur la liste des additifs approuvés, on doit soumettre les renseignements requis selon une procédure établie par le Règlement sur les aliments et drogues. Ces renseignements doivent comprendre, entre autres, une description de l'additif, la méthode de fabrication, ses propriétés chimiques et physiques, sa composition et ses caractéristiques. Ils doivent aussi inclure les données permettant de conclure que l'additif aura les effets escomptés et des rapports détaillés sur les essais effectués pour assurer l'innocuité de l'additif lorsqu'il est utilisé dans les conditions recommandées. Si aucune question n'est soulevée pendant l'évaluation de cette information, l'additif peut être ajouté à la liste positive d'additifs autorisés.

Substances à usage restreint

Les additifs peuvent être retirés de la liste approuvée si des indices révèlent qu'ils présentent un risque pour les consommateurs. Par exemple, le trichlorure d'azote (un agent de blanchiment utilisé dans la farine), le chlorure de cobalt (un stabilisateur de mousse utilisé dans la fabrication de la bière), le benzyl violet (un colorant alimentaire) et le bromate de potassium (un agent de traitement des farines) ont tous été rayés de la liste au Canada.

Les additifs alimentaires ont toujours été et continuent d'être des sujets de controverse. Bien qu'il soit possible de produire et de fabriquer des aliments sans utiliser ces substances, un grand nombre d'aliments ne pourraient être disponibles sur le marché sans qu'on y ait recours. Par exemple, certains produits transformés prêts à servir ou les produits nécessitant des procédés de conservation requièrent l'utilisation d'additifs alimentaires si aucune autre technique ne permet d'obtenir le même effet.


Liens externes