Alan Mills

Albert Mills (Alan Mills), C.M. (né à Lachine, 7 septembre 1912 ou 1913, mort à Montréal, 14 juin 1977), est chanteur d’opéra et de folk, acteur et compositeur. Artiste influent et prolifique, Alan Mills vulgarise un grand nombre des chansons du folklore canadien pendant le festival de musique folklorique de 1950 à 1960.

Albert Mills (Alan Mills), C.M. (né à Lachine, 7 septembre 1912 ou 1913, mort à Montréal, 14 juin 1977), est chanteur d’opéra et de folk, acteur et compositeur. Artiste influent et prolifique, Alan Mills vulgarise un grand nombre des chansons du folklore canadien pendant le festival de musique folklorique de 1950 à 1960. Il participe également à plusieurs émissions de radio et de télévision, en anglais et en français, mais est surtout très connu pour sa chanson pour enfants, I Know an Old Lady Who Swallowed a Fly. Il est nommé membre de l’Ordre du Canada pour avoir fait connaître la musique folklorique traditionnelle à un plus grand auditoire.

Début de carrière

Né Albert Miller, il fréquente l’école secondaire Baron Byng, à Montréal, mais abandonne ses études à l’âge de 14 ans. À 15 ans, il commence à travailler en tant que chroniqueur judiciaire pour un journal de Montréal et le Montreal Herald avant d’accepter un poste à la Montréal Gazette, où il y restera jusqu’en 1945.

À 16 ans, il joue dans des productions théâtrales amateurs et commence, en 1934, une formation en lied avec Albert Whitehead. Il fait ses débuts comme chanteur basse et quitte son poste de chroniqueur, peu de temps après, pour partir en tournée au Canada et aux États-Unis (1935-1937) avec les London Singers, de John Goss. Il découvre, grâce à eux, la musique folklorique anglaise. Il chante de petits rôles dans La Flûte enchantée (1945) et Madame Butterfly (1947) pour l’Opera Guild of Montréal. En 1953, il incarne le dirigeant dans l’opéra folk Down in the Valley, de Weill, avec l’Opéra Minute. Comme la renaissance de la musique folklorique se précise, il décide alors de se concentrer sur celle-ci et adopte en 1947 son nom de scène, « Alan Mills ».

Carrière musicale

Pendant longtemps, Alan Mills connaît beaucoup de succès comme chanteur grâce à l’émission de radio de CBC, Folks Songs for Young Folk, qui dure de 1947 à 1959. Sa riche voix de basse est utilisée dans plusieurs séries de CBC, tel The Song History of Canada. Parfaitement bilingue, il partage la vedette avec la chanteuse folklorique Hélène Baillargeon dans Songs de Chez nous de 1952 à 1955.

En 1949, il enregistre son premier album sur l’étiquette RCA Victor, puis en enregistre de nombreux autres après. Ses albums Folkways O’ Canada: A History in Song (1956) et Songs of the Sea (1957), produits par la collectionneuse de chansons folkloriques Edith Fowke,sont classés respectivement au palmarès des 100 meilleurs albums par le New York Times. Alan Mills et Edith Fowke écrivent ensemble des recueils de chansons (Songs of the Sea), et conçoivent des émissions de radio (Ride with the Sun) portant sur la musique et les contes folkloriques.

Avec ses émissions radiodiffusées et les albums enregistrés pour le Service international de CBC, Alan Mills est également écouté à l’étranger de 1948 à 1955. Son premier concert à Ottawa (1949) est suivi de plusieurs autres à travers l’Amérique du Nord. Il part en tournée en Europe, à deux reprises. Ses interprétations avec le violoneux Jean Carignan au festival de folk de Newport en 1960 sont conservées sur un disque de Vanguard, le Newport Folk Festival, 1960 (1996). Les deux hommes se produisent de nombreuses fois ensemble au Festival de folklore Mariposa et au Winnipeg Folk Festival. De 1963 à 1967, Alan Mills organise des tournées à travers le Canada et les États-Unis avec le guitariste et amuseur pour enfants Bram Morisson (du groupe Sharon, Lois & Bram). En 1967, ils partent en tournée dans l’Arctique de l’Est.

Musicien prolifique, Alan Mills écrit les scénarios et s’occupe lui-même de l’arrangement musical de ses émissions. Sa chanson très populaire, I Know an Old Lady Who Swallowed a Fly (paroles de Rose Bonne), est enregistrée plus tard par des chanteurs de folk : Burl Ives, le trio américain Peter, Paul and Mary, Pete Seeger et des amuseurs pour enfants comme Fred Penner. L’interprétation de cette chanson par Burl Ives sert de bande originale pour un film à succès du même nom réalisé par l’Office national du film du Canada (ONF) en 1964 et mis en scène par Derek Lamb.

Particulièrement doué, Alan Mills peut offrir des interprétations authentiques de chansons de tradition et de style variés, qu’elles soient celtiques, françaises, en langue iroquoise ou huronne ou même de ses origines juives. Il collabore avec d’autres chanteurs non traditionnels pour réaliser un coffret de neuf disques (Chansons folkloriques du Canada — Collection du centenaire, 1967) et rédige en anglais le livret d’accompagnement. Souvent, il écrit lui-même les notes d’accompagnement pour ses disques.

Carrière d’acteur

Alan Mills fait plusieurs apparitions dans un grand nombre de séries radiodiffusées, y compris la série Laura Limited et The Way of the Spirit. Dans une pièce de théâtre produite à Toronto, The Best of All Possible Worlds (1952), il incarne le docteur Pangloss. Sous son vrai nom, il joue dans le film Operation Manhunt (1954), tourné à Montréal et qui raconte l’histoire d’Igor Gouzenko. Il apparaît plus tard sous le nom d’Alan Mills dans 26 épisodes d’une série télévisée de CBC, Adventures in Rainbow Country, de 1970 à 1971. Il participe à quelques productions de l’ONF, à des drames radiophoniques en anglais et en français, et tourne des publicités pour la télévision à Montréal.

Publications

En plus d’avoir publié plusieurs recueils de chansons folkloriques canadiennes, Alan Mills écrit la pièce Ti-Jean and the Devil, inspirée d’un conte canadien-français que lui a relaté Jean Carignan. La pièce est jouée pour la première fois sur les ondes de CBC le 21 juin 1961.

Héritage

Alan Mills est le principal vulgarisateur du folklore canadien et le chanteur préféré des jeunes Canadiens. Sa chanson I Know an Old Lady Who Swallowed a Fly est ajoutée à plusieurs albums et livres pour enfants. Bram Morrison déclare qu’il lui doit un bon nombre des chansons de son répertoire.

Alan Mills meurt d’un cancer en 1977. En 1978, le Festival de folklore Mariposa réalise un atelier sur la musique folklorique canadienne pour souligner le premier anniversaire de sa mort. Ses documents personnels sont déposés à Bibliothèque et Archives Canada.

Prix

Membre de l’Ordre du Canada (1974)


Lecture supplémentaire

  • Chester Duncan, “Folk Song as History,” Canadian Literature, 26 August 2013.

    Vera Johnson, “Just Call Me Al,” Canadian Folk Music Bulletin 30:2 (June 1996): 5-12.

    Bram Morrison, “Alan Mills: Apprentice to a Master, Friend to Friend,” Canadian Folk Music Bulletin 30:2 (June 1996): 14-15.

    Edith Fowke, “Alan Mills – Collaborator and Friend,” Canadian Folk Music Bulletin 30:2 (June 1996): 17.