André Major

André Major, écrivain, critique littéraire et journaliste (Montréal, 22 avr. 1942). Major est, depuis 1973, réalisateur au service des émissions culturelles du réseau MF de Radio-Canada. Deux recueils de poèmes: Le Froid se meurt et Holocauste à deux voix le font connaître, en 1961.

André Major, écrivain, critique littéraire et journaliste (Montréal, 22 avr. 1942). Major est, depuis 1973, réalisateur au service des émissions culturelles du réseau MF de Radio-Canada. Deux recueils de poèmes: Le Froid se meurt et Holocauste à deux voix le font connaître, en 1961. Le jeune poète, expulsé du coll. des Eudistes pour y avoir professé des idées de gauche, révèle dans ses premières oeuvres quelques-unes de ses préoccupations sociales et politiques. En 1963, André Major collabore à un recueil de nouvelles, avec Jacques Brault et André Brochu, et à un recueil de poésies intitulé Le Pays, avec Paul Chamberland, Ghislain Côté, Nicole Drassel et Michel Garneau. Il est, cette même année, un des fondateurs de Parti Pris, revue indépendantiste de gauche dans laquelle il publie plusieurs textes avant de rompre en 1965. Pendant cette période (1963 à 1965) l'auteur du Cabochon (1964), un roman « pour adolescents » et de La Chair de poule (1965), un recueil de nouvelles, s'applique à peindre des scènes du milieu ouvrier de l'E. de Montréal, usant d'un niveau de langue très populaire. Écrivain résolument engagé, il s'intéresse aux problèmes souvent tragiques de jeunes gens fondamentalement révoltés. Après avoir rendu hommage, en 1968, à Mgr Félix-Antoine Savard et à son oeuvre littéraire, André Major met en veilleuse son engagement politique pour explorer de nouvelles veines. En 1977, il participe à la fondation de l'Union des Écrivains Québécois. Roman en partie autobiographique, Le Vent du diable (1968) est un hymne à l'amour-passion. Après la publication de Poèmes pour durer (1969), paraît L'Épouvantail (1974), premier d'une trilogie romanesque mettant en vedette, dans un univers où l'amour, la haine et la violence se côtoient, les « survivants » de Saint-Emmanuel, petit village québécois. L'Épidémie (1975) et Les Rescapés (1976), roman qui lui mérite le prix du gouv. gén. en 1977, complètent ces Histoires de déserteurs. On rencontre quelques personnages de cette trilogie dans la nouvelle La Folle d'Elvis (1981). Il publie une longue nouvelle en 1987, L'hiver au coeur. André Major s'intéresse aussi au théâtre, il est l'auteur d'Une soirée en octobre (1975) et de deux pièces radiophoniques: Le Désir (1972) et Le Perdant (1972).


En savoir plus // André Major