Annapolis, basses-terres d'

À la suite du recul des glaciers, il y a environ 13 000 ans, les basses-terres ont été presque entièrement inondées par la mer, et ce jusqu'à une altitude de 30 m.

Annapolis, vall\u00e9e de l
La vall\u00e9e de l'Annapolis, pr\u00e8s de Kentville, en Nouvelle-\u00c9cosse (photo de Bill Brooks/Masterfile).

Annapolis, basses-terres d'

Les basses-terres d'Annapolis, plus connues sous le nom de la vallée d'Annapolis, sont situées dans les comtés de Digby, d'Annapolis et de King, en Nouvelle-Écosse. Elles s'étendent sur 155 km, depuis la côte est de la baie Sainte-Marie jusqu'à la rive ouest du bassin Minas. Leur fondement géologique est constitué de roche sédimentaire friable, principalement rouge, de l'âge triasique (vieille de 250 ou 205,7 millions d'années). Depuis le niveau de la mer jusqu'à leurs extrémités ouest et est, leur altitude est d'environ 35 m au centre et de près de 60 m sur leurs flancs nord et sud. Ces basses-terres sont surplombées, au nord, par l'escarpement recouvert de basalte du mont Nord, qui s'élève de 180 à 240 m, et au sud, par les hautes-terres de granite du mont Sud, d'une altitude de 150 à 210 m.

À la suite du recul des glaciers, il y a environ 13 000 ans, les basses-terres ont été presque entièrement inondées par la mer, et ce jusqu'à une altitude de 30 m. Le soulèvement isostatique subséquent entraîne le recul de la mer, mais depuis 6000 ans, l'élévation du niveau de la mer donne lieu à la croissance d'importants marais salés à chaque extrémité des basses-terres, endroit où coulent en de longs méandres, les rivières Annapolis et Cornwallis.

Ces marais sont au coeur de la colonie française acadienne (voir Acadie), depuis la fondation de Port-Royal (1605) jusqu'au milieu du XVIII<SUP>e</SUP> siècle. Les Acadiens y construisent des digues pour les protéger des inondations des marées et pour en permettre le drainage, afin de pouvoir les transformer en de riches prés de fauche. Dans le centre des basses-terres, des sols bien drainés, non pierreux, ondulés et à l'abri des gelées du printemps, se prêtent à la pomiculture, à la culture de la vigne et à l'élevage laitier.

Les principales villes sont Kentville, où se trouve une station de recherche du ministère de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire du Canada; Digby, terminus des traversiers de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, et port de pêche; et Wolfville, où se trouve l'U. Acadia. Ce nom vient d'Annapolis Royal (en l'honneur de la reine Anne d'Angleterre), nouveau nom de la colonie de Port-Royal.